Walking over glass

Par défaut

Ce matin, nous allons nous attaquer à une habitude simple et pourtant si problématique : celle qui consiste à dire qu’une personne homophobe refoule forcément sa propre homosexualité.
Même si des fois, c’est effectivement le cas, nous allons ensembles déconstruire cette idée nauséabonde.

Je n’ai que faire des études pseudo-scientifiques établissant que tous les homophobes sont des « tapettes » (à l’aide.), parce que ce n’est pas juste un gros tas de bullshit, mais c’est surtout une idée hyper dangereuse.
D’une part parce que c’est un postulat qui normalise la violence à l’encontre des personnes LGBT+, permettant de laisser faire trop facilement des comportements agressifs et violents. En effet, c’est le fameux argument qui consiste à pardonner une personne parce que celle ci souffre. Et je le rappelle pour la énième fois: un vécu traumatique, un passé difficile, permet éventuellement d’expliquer, mais jamais d’excuser une attitude de sombre sac à merde.

Et à celleux qui me reprochent d’être vulgaire, sachez simplement que je suis très en colère, et que franchement, je me retiens. Ne le prenez pas personnellement, vraiment.

Dire d’un homophobe notoire qu’il est probablement homosexuel, c’est super nocif, parce que ça permet d’ouvrir la porte au fait de se foutre de sa gueule parce que c’est rien d’autre qu’un pauvre homo qui assume pas. Ce n’est pas de l’humour subversif trop drôle ou quoi, c’est justement méchamment malsain. On ne se moque pas d’un homosexuel, avéré comme présumé. Parce qu’il n’y a rien d’insultant au fait d’avoir une sexualité différente de l’étouffante majorité. Il y a plein de raisons et de façons de se moquer d’un être humain parce que c’est un sale déchet, mais sa sexualité ou son genre n’en font pas partie.

Pas de « c’est de l’humour » qui tienne, parce que ce n’est pas drôle, ça ne fait rire personne, sauf peut-être les non-concerné.e.s, et auquel cas, c’est grave. Parce que ça revient à laisser les gens rire de nous, sans nous.
Des personnes valides qui se foutent de la gueule des handicapés, ça craint. Des personnes blanches qui se moquent des racisés, c’est du racisme, et ça craint tout autant.
Donc je ne vois pas pourquoi on laisse passer cette idée que des personnes agressives sont en réalité des opprimées. Non. En aucun cas.

Un point intéressant cependant, que j’emprunte après une demande de relecture à mon coloc, et qui m’inspire ce paragraphe.
Il m’a théorisé que lorsque l’on sort de la norme, les gens cherchent toujours à comprendre pourquoi, en y collant leurs propres arguments. Pour exemple, si un garçon fait du foot, ça ne pose souci à personne. Mais si ce même garçon décidé qu’il veut faire de la danse, immédiatement, ça pose problème. On cherche à comprendre pourquoi il tient absolument à mettre un justaucorps et faire des sauts de chats.
Et peut-être que c’est là le problème. Plutôt que de chercher à admettre que la société entière est homophobe, que l’oppression est systémique, on préfère pointer du doigt une extrême de cet état de fait, à savoir que les homophobes sont virulents; plutôt que de se poser la question un court instant de savoir si l’homophobie ne fait pas juste partie de la norme, et que donc, l’individu lambda l’est également en conséquence.

La « blague » serait donc de présenter l’homophobie comme un désordre mental alors que c’est simplement la suite logique d’un fonctionnement propre à la société elle-même. Mais comme toujours, que ce soit des bons comme des mauvais comportements, si on les « exagère » en sortant de cette constante, on passe alors la barrière de cette normalisation, et on s’attire les foudres du jugement.
J’en conclus donc que si l’homophobe refoule éventuellement sa propre sexualité, ce n’est pas parce qu’il aime spécialement se flageller, mais parce qu’il est lui-même victime d’un environnement qui lui est défavorable. En conséquence, il cherche à compenser en étant encore plus cruel que la société dans laquelle il évolue. Et du coup ce délire d’homophobe refoulé, ce n’est pas amusant, c’est juste tragique.

Arrêtons donc de propager cette idée puante, parce que ce n’est ni amusant, ni pertinent.

Publicités

Scandale dans le salon.

Par défaut

bloody-mouth_nb6516

(Le titre du jour, c’est parce que la télé se trouve généralement dans le salon. Oui, explication en carton.)

J’ai déjà fait de nombreuses notes sur le sujet, mais dernièrement ils ont recommencé: les médias ont encore pris des raccourcis pourris.

Cette note du jour sera très courte, pour une fois.

J’ai lu ici et là « olala le mariage gay va vraiment déplaire à la droite bla bla ». Ok, alors on va arrêter de suite hein. Les gens de droite, c’est pas que des gros méchants, et les gens de gauche, c’est pas que des bisounours. Y’a aussi des bisounours de droite, et y’a aussi des gros connards à gauche.
Et je connais un sacret paquet de personnes homosexuels (et assimilés), ou qui même sans être gays, sont de droite et sont pour le mariage. Je constate aussi d’un certain nombre de gauchos qu’ils sont contre le mariage. Je dis juste mariage mais je parle bien entendu du mariage pour tous, ou mariage pour les autres gens que les hétérosexuels, si vous préférez.
Donc s’il vous plait, arrêtez ces raccourcis bien trop faciles. Je le dis et je le répète, y’a pas que la droite qui a fait des morts.
(La Corée du Nord c’est pas des droitistes, que je sache.)

Scandale chez les voisins.

Par défaut

Je crois que je viens de réaliser pourquoi le mariage pour tous pose tant de problèmes. Pour la même raison qu’on parquait certaines parties de la population loin des regards à une époque pas si lointaine. Toutes ces explications, assimilations, raccourcis faciles et autres théories foireuses me ramènent toutes à la conclusion suivante: C’est une histoire de supériorité imaginaire.
La loi n’oblige personne à se marier, ni n’interdit à d’autres de le faire. Il n’y a aucune conséquence si ce n’est l’égalité.
Et il n’y a qu’à écouter tout ces bâtards quelques instants pour constater qu’ils se sentent effectivement supérieurs aux « sales pédés et autres gouinasses dégénérées ».
Forcément à force d’avoir des amis imaginaires divins, on se sent plus péter, et on se croit obligé de pourrir la vie des autres.

Vous trouvez que j’en fait des caisses? Vous pensez que c’est bon, un article ça va, mais plusieurs en si peu de temps, je commence à souler?
Je vous répondrais que vous avez incroyablement tort. Que j’ai fait des efforts pour me murer dans mon silence depuis des mois. Je suis en colère. Hier encore j’en ai pris plein la tronche parce que « de toute façon le mariage pour les gays c’est juste de la symbolique, et la symbolique c’est un nid à emmerdes« . Ce n’est pas qu’une histoire de symbolique, c’est aussi une putain d’affaire de reconnaissance. Les homos ne sont pas des sous-hommes, ils ont le droit aux mêmes privilèges que les autres. Et par autres j’entends les hétéros.

Y’a pas d’histoire de religion, ou de politique. C’est pas parce qu’on est de gauche qu’on soutient les LGBT, et l’inverse est également vraie pour ceux de droite, ou du centre, ou de chez ta mère.

Je suis épuisée de me faire implicitement, et même souvent directement insulter par des gens que je ne connais pas, qui ne me connaissent pas, et qui ne devraient même pas prendre la peine d’ouvrir leur gueule si c’est pour sortir un tel flux de conneries en un temps record.

Je suis pour le mariage ouvert à tous. Parce que ça ne fera de mal à personne. Si ce n’est au petit ego sur-dimensionné de tout ces connards de fachos homophobes et compagnie.

Je pourrais encore écrire une quantité effroyable de lignes sur le sujet, mais le but n’est pas de vous gaver, ou de pondre un pavé que personne n’aura le courage de lire.
Non. Mon but aujourd’hui c’est de vous faire comprendre que ce sujet me tient à coeur. Et concernant ceux qui se sentent l’obligation d’ajouter une touche de merde dans leur discours, je leur répondrais que si cela ne les concerne pas directement, ils n’ont qu’à fermer leur putain de gueule.

Take a look at you now.

Par défaut

Les homos n’engendrent que des homos. Cela ne doit exister que d’une seule façon: un papa et une maman. Et leurs enfants héterosexuels parfaitement équilibrés. J’en suis d’ailleurs un exemple frappant. Je connais des homos qui ne souhaitent pas se marier, pourquoi chercher à faire passer une loi pour une minorité? J’ai d’ailleurs pleins d’amis hétéros qui ne souhaitent pas se marier, pourquoi  garder la loi pour une minorité? Et puis de toute façon, un enfant d’homos subira les moqueries de ses camarades toute son enfance. Pour la même raison, il faut interdire aux gros et aux roux de se reproduire. Un papa, une maman, et pas autrement. Il faut donc supprimer la garde de leur enfant aux parents célibataires. Aujourd’hui le mariage gay, et demain la polygamie? La zoophilie? La déviance engendre la déviance, d’ailleurs c’est bien connu, tout les gays sont des gros tordus qui couchent avec plusieurs chiens mâles morts. La logique parle d’elle-même. Dieu a dit « aime ton prochain ». Sauf s’il est pédé. Ou black. Ou si c’est une femme. Si on laisse les homos se marier entre eux, c’est la voie la plus rapide pour la fin du monde. Et d’ailleurs, afin de préserver l’humanité, je vais épouser mon cousin germain. Je ne suis pas homophobe, d’ailleurs, j’ai plein d’amis gays. Non et puis ils sont sympa, tant qu’ils restent discret. Un peu comme pour mon pasteur en fait, ce qu’il fait dans son confessionnal, reste entre lui, Dieu, et son enfant de chœur. D’ailleurs, si mon enfant est gay, je ferais en sorte qu’il redevienne normal. C’est son bonheur qui est en jeu. Et de toute façon, les lesbiennes ça n’existe pas, je l’ai lu dans la Bible.

Vous trouvez que c’est n’importe quoi? Braves gens que vous êtes. Pourtant, beaucoup semblent être de cet avis là. Ça m’a écorché les doigts d’écrire ce ramassis de conneries. Et pendant ce temps, ils étaient des centaines de milliers cet après midi à défiler non pas pour obtenir des droits, mais pour être les seuls à les posséder.

Oui au mariage pour tous, mais surtout, Oui au divorce pour tous!

tumblr_lpiqph2XpP1qe2cawo1_500

They had it coming.

Par défaut

Aujourd’hui 17 Mai, journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Alors j’ai decidé de vous ecrire cet article en ecoutant de la musique qui parle de meurtre, parce que c’est pour moi, ça me fait plaisir.

Bref, toujours est-il qu’on ne le repetera jamais assez, bla bla, l’homophobie est omniprésente bla. C’est bon on a compris à force. Enfin, je vous dit ça avec un peu de rancoeur, parce que j’y suis depuis octobre à entendre mon patron, deux jours par semaine, traiter le monde entier d’homophobes. Donc ca commence à me courir un peu. Et en fait je sais pourquoi. Il fait comme les gens autres que blancs, qui, dès qu’ils se sentent insultés ou autre, sortent un sublime « c’est parce que je suis black c’est ça? ». Ca me fait personnellement vomir, moi je pète pas mon crabe « c’est parce que je suis gay?! » dès qu’on m’offense ou qu’on me refuse un taff hein. Et bah mon boss lui, il le fait.

Toujours est-il que y’a eu des débats d’organisés hier, et un pic-nic improvisé sur les quais aujourd’hui. Je ne suis allée à aucun des deux, parce que j’avais pas envie de croiser mon patron sur mes jours de repos.

Un autre truc qui m’a dérangé aussi, une image que j’ai vu tourner sur FB, avec ecrit « le 17 Mai je soutiens la Journée Mondiale bla bla ». Ok, jusque là c’est cool, ca vous engage à rien de liker un truc j’ai envie de dire; mais non, ce qui m’a derangé, c’est que l’image etait issu d’un groupe FB « front de gauche machin ». Je pense que la lutte devrait etre transversale, et pas associée à un parti politique. Parce que ça laisse sous entendre que les gens de droite sont forcément tous des fachos? Non parce que, j’vais ptêt vous faire un scoop là, mais y’a aussi des gays de droite hein. Autant que de gauches, ou au centre, y’en a même qui ont surement voté FN, mais c’est un autre débat.

Enfin bref, tout ça pour dire qu’aujourd’hui, je suis pas d’humeur à faire genre je suis a fond derrière vous, parce que c’est bien mignon une journée dans l’année, moi j’y suis depuis la rentrée, donc qu’on vienne pas me faire chier à me dire que j’en ai rien a foutre de l’IDAHO (nom anglais + classe que JMdLCH). C’est un peu comme la journée de la femme ou pour les transgenre si vous voulez, une journée ça n’engage pas à grand chose, et c’est largement insuffisant à mon goût.

Sur ce, je retourne rager dans mon coin.

Enfin, pour illustrer cet article qui parle d’homosexualité, j’ai décidé de prendre Kristen-des-fois-elle-sourit-Stewart, qui, à l’air d’une mega lesbienne encore plus que d’habitude sur cette séance photo.

Memories (4)

Par défaut

Aujourd’hui, journée mondiale de lutte contre l’homophobie. J’ai un peu honte, mais cette année encore, je ne ferais rien. Il y avait hier un kiss in a Bordeaux, mais tres personnellement, je n’en vois pas l’interet. D’autant que tout seul, c’est assez moyen. Et la symbolique tres bisounours me derange. Mais ceci est un autre debat.

Toujours est-il que, c’est un evenement mondial, qui me concerne plus que jamais, et pourtant, je ne vois pas tellement ce que je pourrais faire pour marquer le coup. Pour le reste, je ne suis pas tres manifestation, et je ne sais pas dessiner pour participer a l’action commune de chez Djou.

Je me contenterais de penser tres fort a certaines personnes, de pas trop repenser a mon experience personnelle, et tenter de passer une journée agreable, ce sera toujours ça de gagné.

Je sais, je crains. Et cet article aussi, tiens.