Une bouteille en arrière

Par défaut

A l’occasion du 17 Mai, soit l’IDAHOT, ou Journée Mondiale contre l’homophobie et la transphobie en français, j’ai décidé de m’écrire une lettre à mon moi de y’a 10 ans. Bon, le résultat est moins feel good que je l’espérais, mais j’ai fait mon possible pour rendre le truc pas trop mielleux sans tomber dans le larmoyant pour autant.
Mais il faut quand même se contextualiser que moi, y’a 10 ans, j’étais une boule de nerfs pétri par la colère et le mal-être. Du coup j’essaie plus de me rassurer qu’autre chose, en essayant de ne pas trop tomber dans le paternalisme, mais je dois avouer que je me suis sincèrement pris au jeu, comme si mon moi passé allait réellement recevoir cette lettre. Bref, bonne lecture, et un paisible IDAHOT à vous tou.te.s !

_
Cher Petit Kao,
Tu as actuellement 15 ans, bientôt 16, et tu es à l’aube d’un tas d’événements qui vont bouleverser ta vie.
Tu n’en as pas encore conscience pour le moment, mais tu fais face à une période charnière, plusieurs même, qui vont faire que ta vie à l’heure où je t’écris, n’a plus grand chose à voir avec celle que tu vis de ton côté du temporel.

De là où je t’écris, saches que tu as fini par débloquer certains questionnements, que tu refoules encore pour le moment présent. Mais ne sois pas pressé, disons simplement que certaines personnes que tu vas rencontrer auront un effet de « déclencheur » sur certaines de ces questions qui te troublent tant ces temps ci.

Cependant, sois bien mis en garde que tu n’est pas à l’abri de perdre certaines figures clés en cours de route. Je pense à l’une d’entre elles en particulier, dont tu t’en voudras un moment de ne pas avoir eu le temps de lui montrer explicitement qui tu es véritablement.
Néanmoins, sache qu’il t’aura connu de suffisamment près pour que, sans que tu ai eu besoin de lui montrer, voire de le lui dire, il t’auras vu sous ton vrai jour et ce plus que tu ne l’espère. Il aura également un impact important sur toi, sans que vraiment tu ne t’en rendes compte.

Egalement, d’autre personnes que tu penses encore cruciales pour toi, n’auront qu’une négligeable signification sur le long terme. Mais là encore, ne t’en inquiètes pas trop, tu en rencontreras d’autres toutes aussi formidables, si ce n’est plus.
Des gens qui resteront à tes côtés quoi qu’il advienne, peu importe combien tu changes.

Car oui, le changement, c’est ce qui t’attends, et ce, sur un paquet de plans. Je sais que tu as arrêté l’école depuis peu, et saches que tu y reviendras par la suite, par challenge personnel principalement, et je te gâche un peu la surprise, mais le Bac tu finiras par l’obtenir, pour finalement te rendre compte que cela ne t’es pas indispensable, mais bon, tu en tireras quand même beaucoup de fierté, ne t’en fais pas.

Moult aventures t’attendent au tournant, toutes spécialement chargées en emotion. Bon, par contre, tu ne rencontreras pas l’amour immédiatement, enfin si, mais pour une courte durée uniquement. Je ne souhaite pas te décourager cependant, je n’en sais simplement pas beaucoup plus pour le moment.

Ah, et accroches-toi bien à tes chaussettes, parce que tu vas t’embarquer sur un sacré rollercoaster médical. Tu iras de surprises en déconvenues, mais promis, ça finira par se stabiliser, tu finiras par t’y habituer.

N’angoisses également pas trop, ton indépendance toute fraîche finira elle aussi par s’aplanir, non sans quelques gros moments d’angoisse. Mais on n’a rien sans rien, n’est-ce pas?

Pour résumer, mon petit, et je sais que tu détestes que l’on t’appelle ainsi, mais ça te passera là aussi; tu t’apprêtes à vivre énormément de changements, tu vas même déménager de plateforme concernant ton blog. Tu ne rencontreras pas le succès que tu espères, mais tu te constituera une solide base de lecteurs fidèles, toutes et tous particulièrement bienveillants. Et de temps en temps, tu produiras du contenu dont tu pourra être très fier !

Beauoup de belles choses t’attendent, de nombreux chamboulements également, qui pourront paraître insurmontables, mais chaque fois tu sauras puiser la force nécessaire pour les assimiler et en tirer profit pour continuer ta route.

Ne te décourages pas, ne perds pas espoir.
Rien n’est écrit d’avance. Moi-même je demeure l’esprit ouvert à de nouveaux horizons inattendus.
Prends soin de toi, tu finiras même par y prendre goût.

Je t’embrasse,
Stan du futur.

I’m feeling untouchable

Par défaut

Il est actuellement 5h du matin, et j’ai conséquemment tout plein de temps pour réfléchir à tout un tas de trucs. Notamment à l’actualité, même si ce n’est pas mon sujet de prédilection.
Mais bref, comme chacun doit déjà le savoir, à Orlando, aux Etats-Unis, un mec est entré dans une boite gay, le Pulse, a tué 50 personnes et en a blessé 53 autres. Ainsi, la communauté LGBT+ du monde entier est en deuil, moi y compris.

Mais certains éléments de cette affaire m’ont mis très en colère. Un détail en particulier. Celui qui essaie de nous faire croire que le tueur était « secrètement » homo, parce qu’il a été croisé sur une appli de rencontre gay ainsi qu’aperçu plusieurs fois dans le bar où la tuerie massive a eu lieu.
Et j’ai pu lire ici et là des gens qui croient fort à cette théorie, peut-être parce qu’elle invalide la partie homophobe de cet infâme événement. J’ai aussi pu constater que les politiques français ont fait des pirouettes et des arabesques dignes des Jeux Olympiques pour qu’à aucun moment il ne faille parler de personnes homosexuelles ou transgenres, les victimes du massacre donc. Sans même extrapoler sur la récupération indécente par des partis ou personnes politiques, et qui souhaitaient exprimer leur « immense chagrin » concernant la tuerie d’Orlando. Mais allez bien vous faire cuire le cul putain. La manif pour tous qui milite activement CONTRE les droits des personnes LGBT+, qui se permet de tweeter combien elle est avec les familles des victimes? Ça m’a foutu une nausée dingue.

Mais je m’éloigne encore de mon point du jour et j’essaie réellement de rester le plus calme possible, et croyez moi, ce n’est pas évident.

Ce dont je voulais parler aujourd’hui, c’était donc la fameuse « sexualité secrète » du tireur, ainsi dévoilée au grand jour. Moi je n’y crois pas un seul instant. Outre le fait que ça défie toutes les lois de la logique, mais surtout parce que ça détourne l’attention du véritable problème: c’est un acte clairement LGBTphobe. Pardonnez moi d’employer de suite les « grands mots »… Mais on passe bien trop de choses sous silence ces temps ci. Et enlever le caractère d’homophobie de l’affaire, c’est balayer sous le tapis que l’homophobie, c’est pas juste des insultes et des bousculades dans la rue. L’homophobie et la transphobie tuent des gens, pour de vrai. Et on bouillonne tellement dans un climat qui laisse la porte ouverte à cette haine gratuite et disproportionnée, que viendra un moment où ça va nous péter à la gueule. Et spoiler alerte: ça a déjà commencé.

Pour finir, et vraiment, je vais réussir à étayer mon propos sur la prétendue homosexualité refoulée du tireur, je voudrais mettre en lumière un détail crucial. La police américaine a déclaré que le gars était « organisé et lourdement armé ». Donc le fait qu’il ait été aperçu plusieurs fois dans le club et sur des applications de rencontre gay, pour moi ça crie repérage. Ça ne serait malheureusement pas la première fois qu’une personne avec l’intention de « casser du pédé » traîne sur ce genre d’applis. Parce que, comment trouver aussi facilement une future victime qu’en rodant sur son terrain habituel? Même si en se baladant dans les rues de façon aléatoire on va forcément croiser quelqu’un qui apparaît comme potentiellement homosexuel, les pêcher sur leurs sites de rencontre est clairement plus rapide et plus efficace, et le prétexte du rendez-vous les aura mis suffisamment en confiance pour leur casser la gueule avec plus d’aisance.

Donc non, le tireur d’Orlando, Omar Mateen de son identité complète, n’était pas secrètement gay, il n’était pas non plus un fou, un dégénéré, ou quelqu’un de malade. Il n’aura pas le privilège de la pathologie mentale ou psychique pour excuser son acte immonde.
C’était juste un gros sac à merde dangereusement homophobe.

Merci de votre attention.

Ready or not.

Par défaut

computer sign

Comme nombre d’entre vous le sait, je suis une joueuse de MMORPG. Et récemment, il m’est arrivée une petite mésaventure qui ne serait probablement pas arrivée si j’avais été un garçon. Il est rare que j’en parle, mais aujourd’hui c’est au programme.

Tout a commencé calmement, je montais de niveau tranquillement dans mon coin, au sein d’une guilde plutôt cool recommandée par Sainte Alixe. J’allais de temps en temps sur le TeamSpeak de la guilde (logiciel de discussion vocale en groupe), et j’ai sympathisé avec quelques-uns de mes comparses de jeu.
Et puis, un des membres de la guilde a commencé à m’envoyer des messages privés en jeu, totalement innocents et adorables. Il a pris une heure de son temps pour m’aider à mieux connaitre les spécificités de mon personnage, comment le jouer, quels compétences sont les plus utiles, bref, les classiques quoi. Il m’a également filé un peu d’argent virtuel pour m’aider à bien débuter. Jusque là, rien de méchant.

Et puis, chaque fois que je me connectais, je recevais un message privé de salutations, avec parfois quelques blagues un peu connotées au fil de la conversation qui s’en suivait. Mais là encore, rien de bien inquiétant.
Il a fini par clairement me faire des avances, après seulement quelques semaines où je me connectais avec parcimonie. Je lui ai tout aussi clairement fait comprendre que moi, les garçons, c’était pas franchement mon truc. Du coup il s’est à nouveau contenté de simples plaisanteries parfois connotées, parfois non.

Puis, on s’est ajoutés sur Skype, parce qu’il voulait m’envoyer je ne sais même plus quel fichier. Et il s’est à nouveau montré insistant dans ses blagues/avances. Comme quoi si jamais je voulais « essayer » avec un garçon, il était carrément partant, ou encore que s’il faisait la route jusqu’à vers chez moi, il n’avait nullement l’intention de se pointer « pour rien ».
J’ai tenté de repousser ses avances en lui expliquant qu’il risquait être déçu, parce que j’étais loin du canon de beauté. Du coup il m’a demandé des preuves, et je lui ai envoyé une photo, histoire de le calmer dans ses ardeurs. Je n’ai pas forcément pris la pire, dans la mesure où j’ai sélectionné celle qui est affiché sur ce blog (dans la section « About »). Ce à quoi il m’a répondu qu’il avait, et je cite, déjà couché avec des filles de ma carrure. Et que si je faisais un peu plus d’efforts dans ma féminité ce serait parfait.
Je lui ai alors répondu que si je voulais me fringuer comme un sac, c’était mon problème, et que si efforts il y avait à faire, ce ne serait certainement pas pour (lui) plaire. La conversation s’est arrêtée là, et je suis partie me coucher.

Finalement, je me connecte il y a quelques minutes sur Skype, et je constate qu’il m’a éjectée de ses contacts, sans le moindre mot.

Voilà toute l’histoire. Je n’ai été à aucun moment réceptive à ses avances, malgré son insistance, et si j’ai répondu à ses blagues, c’était par pure sympathie. Et puis merde, je vois pas pourquoi je devrais me justifier alors que je n’ai absolument rien fait de mal. C’est comme si on demandait à une victime de viol si sa tenue était provocante…oh wait.

Et ceux qui me connaissent savent que je ne suis absolument pas le genre à montrer mes seins pour avoir du butin en jeu, ou jouer de mon genre uniquement pour obtenir des faveurs. Bref.

Je vous laisse, pour une fois, tirer vos propres conclusions.

Get up, stand up, décide toi mais fais quelque chose.

Par défaut

i haz bunnies_heather

J’ai re-regardé Fingersmith. Vous savez? Non, vous savez pas. Bah c’est une adaptation BBC d’un bouquin de Sarah Waters dont j’avais fait une brève critique sur ce blog y’a longtemps. Mais après relecture dudit article, j’ai pu constater que ça avait été fait avec les pieds donc je l’ai supprimé.
Mais là où je voulais en venir c’est qu’après avoir revu Fingermith (pour la énième fois), j’étais toute émotionnée, prise d’une soudaine envie de faire des câlins et des bisous au monde entier, j’étais également motivée par un million d’idées foireuses. Et après un rapide retour à la réalité effectué assez brutalement par ma comparse Tcheu, j’ai décidé que j’allais mettre mon blog à jour.
Bon, c’est pas vrai, y’a pas de cause à effet entre le retour sur terre et l’écriture de cet article, mais il me fallait une introduction.

Du coup, comme à mon habitude après avoir écrit l’introduction, c’est le writer’s block. Du coup, comme souvent, j’ai fait appel au premier copain-malin qui passait dans le coin, et lui ai demandé de me lancer un sujet. On m’a donc demandé mon avis sur la loi qui est en train de chercher à passer concernant la prostitution. Je me suis dit que c’était un sujet assez délicat, et que même si j’ai un vague avis sur la question, il serait un peu gratuit (et « dangereux ») de l’exposer ainsi.

Toujours dans l’optique de faire appel à des gens, on m’a dit que j’avais deux solutions, la première étant d’éplucher d’autres médias, et de trouver un sujet qui me plait et ensuite de me le réapproprier, ou l’alternative n°2: « faire comme Télévision France 1, et dire qu’il fait froid ».
Allons y gaiement alors.

Il fait froid. Mais genre, vraiment, je crois que vous vous rendez pas compte. Dans la mesure où mon niveau d’isolation est à peu près aussi bon que ma vision (j’suis myope en négatif, NDLR), il fait dans ma salle de bains la même température que dehors, y’a même un vieux courant d’air. Du coup je me fais des délires « Maître des Ténèbres » quand je fais caca, parce que ça fume et tout. (quota scato: CHECK).
Ma judicieusement nouvellement renommée Chambre Froide me file du coup des élans de nécessité de hurler quand je me douche. Parce qu’il doit faire approximativement 4 degrés quand je sort de derrière le rideau vert. (Oui, j’ai un rideau de douche vert, on arrête pas le progrès).

Et puis je vous vois faire avec vos danses de la pluie pour qu’il neige. Non, non, et encore non. La neige à Bordeaux, c’est toujours un bordel sans nom. Parce qu’on est pas équipés pour déneiger. On avait pas de budget pour le gros sel. Du coup dès qu’il tombe 3 flocons, la ville entière est bloquée, plus rien ne circule, et ça dure une semaine parce que comme on dégage pas la neige, bah ça devient des plaques de glace, et faire un mètre sans se viander relève de l’exploit olympique. J’en fais des caisses? Non. Vous avez juste la mémoire très courte.

Bon. Sur ce, j’ai suffisamment bricolé mon sandwich d’article pour aujourd’hui, avec pas le moindre morceau de viande de véritable sujet, calé entre deux tranches de rien. Cette métaphore me fait beaucoup rire, je tiens à le dire. J’vous dis à plus tard, très certainement samedi ou dimanche, j’me tâte encore. (et ça fait mal, j’y vais un peu trop fort).

Comme j’ai parlé de caca, je me fais pardonner en vous joignant une image mignonne à souhait, intitulée « I Haz Bunnies », par une certaine Heather. (j’ai pas plus d’infos que ça).

Comprendre pourquoi la soupe est vitale.

Par défaut

Je me suis fait cette réflexion tout à l’heure sur Twitter, que je soutiens pas mal de causes mais que je donne pas aux assos humanitaires pour autant. Et du coup j’en suis venue à me demander si j’étais une hypocrite/égoïste/moissonneuse-batteuse ?

Plus sérieusement, y’a des causes qui me touchent beaucoup, la cause LGBT bien évidemment (sans oublier les trans pour autant! Ouais parce que le T il fait souvent déco dans le discours des gens); les gens avec des TCA aussi (google it), même si je sais pas si on peut vraiment appeler ça une cause; la condition féminine aussi (sans pour autant tomber dans des extrémismes peu constructifs).
Bref, je me sens émotionnée par des trucs qui me sont proches. Par contre la condition des gens qui meurent de faim dans le monde, c’est pas que je m’en tartine les intercostales avec du paté ou quoi que ce soit, c’est juste que, je sais pas, ça ne m’affecte pas plus que ça.

Je dois être une abrutie de connasse en fait. Voilà. « Check your privilege », un truc comme ça.

(Plus sérieusement si quelqu’un a des réponses, ça m’intéresse.)

tumblr_lexgufkg4D1qbmm6eo1_500

I still don’t know.

Par défaut

J’aime bien les crypto-articles, le genre de texte qui est plein d’assemblages de mots qui ne sont compris que par moi. Bon en règle général ils sont supprimés apres ecriture, parce que bon, même si j’ecris avant tout pour moi, y’a beaucoup de gens qui me lisent, et eventuellement, ça les inquiete apres. Donc j’essaie d’eviter, même si de temps en temps un ou deux passe entre l’email du filet (lulz).

Tout ça pour dire, que y’a enormement de choses que vous ignorez, par exemple, certains élements de ma situation actuelle, certains élements de mon vécu, certains élements de mon potentiel futur. Useless à dire, j’en ai conscience.

Mais ce qui me tue, c’est que, vu que tu ignores toutes ces choses cher lecteur (je me permets de te tutoyer, t’as vu, wesh), le jour prochain où je serais à ramasser à la cuillere, et que je me remettrais à ecrire des lignes pleines de crypto-émo, tu ignoreras totalement pourquoi, et ne seras pas en mesure, ami(e) proche de moi, de me consoler comme il se doit. Parce que tu n’en connaitras pas la raison.

Et ça, c’est peut-être une des choses qui me fait le plus peur, de crever dans mon coin, au sens métaphorique du terme. Je vous laisse dans l’ignorance par securité personnelle, et parce que la décision n’appartient pas qu’a moi, et du coup, je signe automatiquement une suite plus difficile pour moi.

Certains d’entre vous, au nombre environnant de 4 ou 5 comprendront de quoi il est question, et seront attristés de pouvoir lire entre ces lignes. Mais bon. C’est pas tres important pour le moment. Rendez vous simplement dans quelques mois, nombre environnant de 4 ou 5, quand j’aurais vraiment besoin de vous. Peu importe que deux d’entre vous ne vous parliez pas, je m’en contretape, soyez simplement là.

Et sinon j’ai hesité pendant 10 minutes à publier cet article, MAIS TLMSF!