Le cas de l’invisibilité

Par défaut

Si vous me lisez depuis suffisamment longtemps, vous vous souvenez peut-être que j’avais fait une série d’articles intitulée Les Chroniques Queer, il y a un an de ça. Je parlais entre autre de la visibilité de personnes du milieu LGBT, en particulier les personnes transgenre et non-binaires, et je m’affaire sur ce blog, depuis plusieurs années déjà, à articuler une certaine forme de visibilité, parce que ça fait du bien, et que ça a une utilité « éducative » pour les gens non-concernés mais interessés par ces questions là.

Mais ça, c’est en ligne, parce que dans la vraie vie véritable, j’ai choisi d’être invisible, en jouant sur mon cis-passing*, pour être tranquille. Mais la vérité, c’est que ce n’est pas de tout repos. Je l’ai évoqué par petites anecdotes au fil de mes articles, mais aujourd’hui, celui ci y sera consacré.

Lorsque l’on est une personne transgenre, activement en transition depuis un certain temps, on acquiert ce que l’on appelle le CIS-PASSING, à savoir, le fait d’apparaître visuellement, comme une personne cisgenre. C’est à dire que si personne ne prévient votre interlocuteur·ice, iel ne pourra pas « deviner » que vous êtes trans.

Et il y a généralement deux camps dans ce cas là. Les gens qui choisissent d’être ouvertement visibles, et les gens qui ne souhaitent pas que cela se sache. Chacune de ces positions est parfaitement valide, mais je vais m’attarder aujourd’hui sur la seconde possibilité.
Déjà parce que le fait de choisir d’être « stealth » (terme spécifique, se traduisant littéralement par furtif) est lourdement critiqué par certains individus désagréables, j’y reviendrais juste après; mais aussi parce que c’est bien moins facile que l’on pourrait le croire. La discrétion, c’est un effort de tous les jours, aussi bien physiquement, que mentalement, et aussi pas mal verbalement.

Des fois j’ai l’impression d’être un infiltré chez les personnes cisgenre, surtout quand les gens ne me sont pas émotionnellement proche. Ça demande un niveau de contrôle ahurissant, sur ce que l’on dit, sur les mots que l’on emploie, ainsi qu’une paranoïa de tous les instants.
Et je me permets d’ailleurs de préciser que si j’ai utilisé le mot paranoïa, c’est que je suis intimement concerné, donc bon, la comparaison n’est pas faite à la légère.

En bref, il faut rester en alerte tout les instants, et faire constamment attention à qui nous entoure socialement pendant une conversation, même légère. Pour exemple, je discutais il y a quelques jours avec mon frère, qui évoquait mon cycle [d’humeur], dû à la prise de testostérone. Et comme sa collègue de travail était juste à coté, je m’attendais à tout instant à ce qu’elle me demande ce que c’était que cette histoire de cycle.
Pour cette raison, j’ai toujours un petit stock d’explications détournées prêtes à l’emploi, afin d’esquiver une éventuelle révélation de ma transidentité.

De la même façon, il faut très souvent altérer certaines histoires, en particulier lorsque l’on parle au passé, pour que les expériences de notre vie ne dénotent pas une notion, même cliché, du genre opposé. Typiquement, j’ai déjà porté des robes quand j’etais enfant, du coup lorsque l’on me dit que le kilt ça m’irait bien, j’explique que je déteste porter des robes. Mais je me sens l’obligation de justifier sur le comment je sais quel effet ça fait de porter des robes, après plusieurs regards interrogés, en modifiant l’aspect « quand j’etais petit » par « quand j’etais ado et qu’on voulait déconner avec des potes ».
Et c’est juste un exemple. Des fois, il faut aussi s’asseoir sur le fait de pouvoir ressortir une anecdote, parce qu’elle serait tellement altérée qu’elle en perdrait toute son essence, et aussi parce que même par omission de certains détails, cela reste une forme de mensonge, et que je n’ai pas toujours la foi de le faire.

Être invisible concernant sa transidentité, c’est aussi faire une croix sur le fait de montrer des photos de nous quelques années auparavant, ou juste lorsque l’on était enfant justement. Quelque part, c’est donc sacrifier une majeure partie de sa vie et de ses souvenirs, par sentiment de sécurité personnelle.
Choisir d’être stealth, c’est un effort constant, d’énormes sacrifices, et beaucoup de censure verbale.

Du coup, quand des gens essaient de m’expliquer que les personnes trans qui font le choix d’être invisibles, sont des traîtres à la cause, qui ont pris la voie de la facilité, et qui sont juste des planqués profitant des privilèges d’un système binaire oppressif, j’ai un peu envie de leur cracher au visage.

Tout le monde ne souhaite pas faire de sa vie quotidienne un combat politique de tous les instants, des fois, nous voulons juste vivre, le plus simplement du monde, comme n’importe qui d’autre.

(Matteo Pugliese)

Publicités

Because I’m not typical

Par défaut

Maintenant que mon Changement d’Etat Civil est achevé, je me sens vide de sens et plein d’énergie inutile. Pour faire simple, je suis en plein dans une phase descendante, et c’est tout à fait normal. De ce fait, je vais aujourd’hui potentiellement enfoncer des portes ouvertes, mais c’est un discours qu’il m’a fallu entendre pour réellement l’intégrer, donc je vous le propose aujourd’hui.

Tout cela m’aura pris un peu moins d’un an et demi pour concrétiser mon « projet » de CEC, et si c’était plutôt « rapide » vu de l’extérieur, surtout compte tenu des changements de lois qui ont joué en ma faveur, de l’intérieur c’était aussi épuisant que bourré de longueurs. Il y a eu autant de grosses périodes de rush pour boucler les dossiers que de périodes toutes aussi longues d’attente avec un stress omniprésent.

J’ai consacré énormément de mon temps, physique comme psychique, à ce changement administratif. J’ai également redoublé d’efforts pour me maintenir concentré tout du long, pour ne rien laisser échapper à ma vigilance. Et à présent que ce changement est terminé, je me retrouve un peu désœuvré, avec un sentiment persistant de « bon, et maintenant? ».

Et il est tout à fait normal de ressentir cela, cette sensation de vide permanent. Après tout, je viens de passer une grosse épreuve dans ma vie, un élément d’autant plus important qu’il y avait un enjeu bien réel: celui de la reconnaissance de mon identité.
Et il est également parfaitement sain que de souhaiter faire une petite pause pendant un temps indéfini pour le moment.

J’ai passé tant de temps avec une pression constante que je m’étais moi-même imposée, afin d’accomplir un seul gros objectif, qu’à présent, le champ des possibilités s’ouvre un peu plus devant moi. Mais avant de remonter en selle, même mes proches s’accordent à me le dire, il est important pour moi de prendre du temps personnel, sans conséquence immédiate, sans attente particulière, juste du repos mental et physique.
Le déclic de ce qui m’animera par la suite arrivera en temps voulu, quand je serais prêt et disposé à entreprendre ma prochaine aventure.

Une transition se fait étape par étape, et tout cela s’étale sur plusieurs années, donc il faut savoir gérer son temps tout comme se montrer patient puisque rien n’est jamais réellement rapide. Savourez chaque étape, les importantes comme les plus anecdotiques, et vous verrez que le temps passe bien plus vite qu’on ne le soupçonne.

Mais surtout, prenez soin de vous, ménagez vous, et sortez vos poubelles à l’heure. Bisou !

 

7 étapes essentielles pour être un mâle Alpha

Par défaut

Ce midi, nous allons apprendre tous ensembles comment on fait pour être un vrai mec, et je vous déconseille par avance de lire cet article en diagonale, sinon vous n’allez pas bien comprendre.

►Prendre de la place

On dit bien souvent qu’être un vrai homme, c’est prendre de la place, en parlant bien fort et en écartant bien les jambes dans les transports en commun. La véritable astuce c’est de regarder autour de vous, et de constater que vous n’êtes pas seul dans ce métro, du coup, n’hésitez pas à ne pas trop dépasser de votre siège, comme une vraie personne civilisée, si votre morphologie vous le permet. Egalement, il est assez bien vu de ne pas couper la parole, ou de couvrir la voix des autres avec la votre. S’écouter les uns les autres, c’est un élément important du vivre ensembles.

► Avoir un corps de rêve

Vous avez un corps? Félicitations ! Celui ci est sûrement le rêve secret de quelqu’un d’autre, ou pas du tout si les relations ne vous intéressent pas, vous n’en avez que faire. Que vous souleviez de la fonte, ou que vous fassiez la patate de canapé, vous êtes forcément bien tant que vous vous sentez bien. Après tout, la pomme de terre n’est-elle pas la maîtresse de tout les féculents? En purée, frites, sautée, au four, en vodka, en gratin, elle s’allie avec un paquet d’aliments, et sa valeur nutritive est excellente. Mais nous ne sommes pas sur un blog de cuisine ici, donc passons.
N’oublions pas que de prendre soin de soi est aussi très important pour obtenir la reconnaissance de « corps de rêve ». Se raser, entretenir ses cheveux ou encore se préoccuper de sa peau sont des notions très importantes, notamment d’hygiène, mais aussi d’esthetique. Après tout, l’acné ce n’est pas très « viril ».
Si vraiment vous êtes un courageux dans cette société restrictive, vous pouvez également vous essayer au maquillage, parce qu’après tout, la supercherie cosmétique n’est pas réservée qu’aux filles !

► S’intéresser de près au sport

Que vous souhaitiez le pratiquer (voir point précédent), ou que vous aimiez regarder une bonne séance de sport à la télévision, le choix est votre. De la course en talons hauts avec RuPaul Drag’s Race, en passant par le patinage artistique et ses combinaisons seyantes, il y en a pour tous les goûts ! Et si la télé n’est pas votre meuble préféré, il vous reste toujours les compétitions de curlings du quartier, histoire d’enfin apprendre à faire le ménage de manière efficiente.

► Avoir des notions en mécanique

Après tout, savoir vérifier le niveau d’huile ou changer une roue est à la portée de tous ! Pouvoir faire des choses par soi-même permet non seulement de gagner en indépendance, mais surtout de faire des économies au quotidien. Plus besoin d’appeler la dépanneuse ou de demander à vos copines comment on vérifie une bougie. Bien joué ! Vous avez acquis des nouvelles compétences, trop chouette !

► Se débarrasser de ses émotions

Il est très important de savoir écarter les mauvaises émotions, et ne pas hésiter à parler à un·e thérapeute quand celles ci vous prennent trop de votre énergie. Il ne faut pas ressasser sans cesse les choses toxiques, et savoir quand se défaire de celles ci avant d’exploser.
Et quand au contraire, vous éprouvez des émotions que vous jugez positives, il est agréable de les exprimer, après tout, les gens que vous aimez ne sont jamais éternels. La clé de tout ceci, c’est la communication.
Et même si je sais que se taper dessus peut être très agréable, dites vous bien que beaucoup de choses sont réglables par une conversation, mais que d’autres nécessitent effectivement un peu de muscles, je vous espère donc d’avoir votre meilleur ami pour vous aider à panser vos plaies après cette bataille pour la justice.

► Consommer de façon excessive

Que ce soit la boisson, la viande ou le sexe, il est primordial de s’écouter. Si vous avez faim, mangez, si vous n’avez pas faim, ne vous forcez pas. Si vous souhaitez faire la fête, assurez vous d’être accompagné, de ne pas rentrer seul, parce que les rues sont pleines de dangers. Egalement, si vous n’êtes pas complètement ivre, n’hésitez pas à proposer à vos camarades de soirée de les raccompagner chez elleux, la sécurité avant tout !
Les fanfreluches c’est chouette aussi, mais le consentement, c’est encore mieux, pensez à vous assurer que votre partenaire de jeu s’amuse autant que vous, et a bien les mêmes envies et désirs que vous, et vous serez assurés de passer un excellent moment, et ce, quelque soit la taille de vos attributs ! Et surtout, protégez vous, d’une façon décidée ensembles avec votre partenaire.
La seule consommation sans compter qu’il est sans danger de pratiquer, c’est la lecture, mais pensez néanmoins à faire des pauses, et hydratez vous autant la gorge que l’esprit. On me souffle d’ailleurs dans l’oreille que les dinosaures ne lisaient pas de livres, et tout le monde sait ce qui est arrivé aux dinos, je vous laisse en tirer vos propres conclusions.

► No homo

Si vous n’êtes pas très à l’aise avec le fait de prendre une douche avec l’ami qui vous a aidé à panser vos blessures, ce n’est pas bien grave, dites le lui, en douceur, avec tact, et il n’en sera pas blessé et devrait normalement rester votre ami. Et dites vous également que, les garçons gays reçoivent énormément d’injonctions à être plus viril que les garçons hétéros, pour prouver qu’ils sont tout autant des hommes que ces derniers. De ce fait, soyez indulgent avec cet ami dont vous ne souhaitez pas partager les draps. Lui aussi a son lot de pression constante et quotidienne. N’hésitez pas à vous ouvrir à vos proches, si jamais en fait, vous avez finalement envie de lui faire des bisous, ou si vous ne souhaitez pas specialement en faire, ni à lui ni à personne. N’oubliez pas que vos ami·e·s seront toujours là pour vous écouter et vous soutenir. Et pour sceller toute amitié, n’oubliez pas qu’un câlin tout à fait chaste mais non dénué d’émotions est très souvent le bienvenu, si chacun est à l’aise avec cela, il s’agit simplement de demander.

► Conclusion

Voilà ! Vous avez désormais quelques clés dans les mains pour être un homme un vrai, celui qui sait s’exprimer aussi bien en société que dans l’intimité, celui qui sait prendre soin de lui sans chercher à compenser, celui qui sait faire preuve de respect et de bienséance.
J’ai pleinement conscience que cela fait beaucoup de responsabilité à endosser d’un coup, et qu’il y aura moult efforts à faire en ce sens, mais vous pouvez y arriver, je crois fort en chacun d’entre vous !

Bien choisir son prénom

Par défaut

Le rapport des personnes trans à leur prénom est toujours assez particulier. D’autant plus quand c’est celles ci qui l’ont selectionné. Comment bien choisir son prénom sans partir dans tous les sens? Ce sera mon sujet d’aujourd’hui.

Quand il s’agit de trouver des prénoms à ses enfants, tout le monde a des idées plus ou moins arrêtées, plus ou moins farfelues. Mais lorsque l’on est transgenre, le choix de notre prénom est aussi crucial que pour notre éventuelle future progéniture. Le champ des possibles est d’autant plus grand, et il est facile de vite avoir la tête qui tourne.
Comment être sûr de son choix? Comment être assuré de ne pas faire n’importe quoi? On ne change pas de prénom comme on change de slip, puisque la procédure est longue, et coûteuse en énergie.

Il y a évidemment plusieurs méthodes pour définir ce qui va être notre identité sociale. La plus attendue, et pourtant pas la plus répandue, consiste à masculiniser ou féminiser notre prénom de naissance (selon celui ci). Pour exemple, Un Mathieu peut devenir Mathilde, ou autre Patricia devenir Patrick.
Il y a, à l’opposée, celleux qui décident de réellement marquer la différence en s’éloignant le plus possible de leur deadname.

Après, en effet, les possibilités sont infinies, et ayant pour ma part lu des listes de plusieurs centaines de prénoms par ordre alphabétique, je peux en attester. Mais comment ne pas douter?
Si vous entretenez de bons rapports avec votre famille, n’hésitez pas à les solliciter pour leur demander leur avis. Et si la famille de sang ne convient pas, reste la proximité des ami·e·s, votre famille de choix donc.

Il est également tout à fait possible de fixer son choix sur un prénom mixte, rien ne vous oblige à absolument choisir le prénom le plus genré possible, la décision vous appartient à la fin, bon et aussi un peu à l’officier d’Etat Civil, mais c’est un autre débat.

En définitive, que vous fixiez votre choix par souci de signification, quelle qu’elle soit, ou que vous n’en ayez rien à carrer de l’étymologie, personne ne vous en voudra. L’essentiel, c’est de trouver, ou de conserver, le prénom qui VOUS sied, et avec lequel vous êtes assez à l’aise pour finir votre vie en le portant.
Enfin, et je m’adresse en particulier aux plus jeunes, il n’est pas interdit de « tester » un ou plusieurs prénoms avant d’en adopter un complètement. Certes, on vous fera probablement le reproche d’être trop indécis voire que c’est trop compliqué pour les autres d’arriver à suivre, mais ce n’est pas tous les jours qu’on a la possibilité de choisir comment on va s’appeler.

En ce qui me concerne, je n’ai pas tellement suivi mes propres conseils du jour, et ai fait ça un peu dans l’urgence. Ma maman souhaitait connaître mon choix afin de pouvoir s’adresser à moi, et j’ai donc lu des centaines de prénoms, en notant quelques uns dans un carnet, mais c’est finalement celui que je porte aujourd’hui qui est resté. Après l’avoir lu, je n’arrivais pas à me le sortir de la tête, un peu comme un coup de foudre. J’ai donc pendant quelques semaines, tâté le terrain pour voir s’il me convenait, en demandant à des personnes de confiance de s’adresser à moi par ce prénom là, dans l’intimité. Et, après m’être entretenu avec une partie de ma famille, qui a plus ou moins validé mon choix, j’ai décidé de faire mon coming out définitif avec ledit prénom.
Mais finalement, ce n’est que l’année suivante, lors de ma procédure de Changement d’Etat Civil, que je me suis intéressé au fait d’en avoir plusieurs sur mes papiers, et aux significations ou hommages que je pouvais porter.
Je ne regrette absolument pas mon choix, en particulier parce qu’il est relativement peu commun, et que très souvent, les gens ont des anecdotes de gens qu’iels ont connu portant mon prénom, et c’est toujours une occasion de sourire et d’être un peu nostalgique.
Mais voilà, je me permettais de vous fournir ces eventuels conseils, puisque mon CEC est finalement arrivé très vite, et qu’il est préférable d’avoir toutes les clés en main dès le départ.

En conclusion donc, mieux vaut ne pas se précipiter, pour ne pas avoir de regrets par la suite. Un prénom, c’est fort de toute la symbolique qu’on lui accorde, alors autant le choisir avec soin.

Supplément Sel #1

Par défaut

Fallait que ça arrive, mais je me suis encore farci un pseudo « reportage » sur la transidentité. C’est ma collègue Yuffy (sa chaine Youtube) qui en as parlé sur Twitter, et j’ai décidé de me lancer dans le visionnage d’un énième gros tas de caca encart télé sur les questions queer, et franchement, je n’aurais pas dû.
Aujourd’hui, nous allons donc essayer de décortiquer ensemble mes notes, pour savoir à quel point c’était problématique. Mais on va rendre tout ça ludique, sinon autant se jeter par la fenêtre. Je me permets, j’habite au rez-de-chaussée.

Hier donc, j’ai décidé de m’infliger le visionnage d’un épisode de « Je t’aime Etc », une émission passant sur France 2 en milieu d’après-midi. L’émission, dure une heure, et environ 20 minutes étaient consacrées au sujet de première page, intitulé pour l’occasion : « Transexualité, un autre visage de l’amour ».
Il s’agit donc d’un micro-reportage sur un couple de deux femmes un peu âgées, dont l’une d’elle s’avère être transgenre. Leur témoignage est coupé en plusieurs morceaux, pour permettre aux chroniqueurs d’intervenir et de donner leurs impressions.

J’ai donc ressorti mon fidèle bingo, et je vous le mets tel qu’il a été annoté durant l’émission. Et concrètement, c’est pas glorieux.

Alors, deux lignes et demi sur quatre, je pense que j’ai gagné le jambon de pays là. Plus sérieusement, on va attaquer par le plus gros du morceau : le vocabulaire.
Je sais que c’est chiant, les milieux queers et féministes ont toute une sémantique qui leur est propre. Mais c’est aussi le cas pour le milieu informatique, ou encore le management, et pourtant tout le monde s’adapte sans me briser les roudoudoux sans broncher plus que ça.
Le truc c’est qu’on est en 2018, et qu’il existe une pelletée de blogs, médias divers, articles de presse papier comme en ligne, vidéastes etc etc, qui se sont tou·te·s cassé le caillou à vous expliquer en détail et calmement quels termes utiliser et pourquoi, et dans quels circonstances et de quelles manières. Donc aucune excuse n’est possible en fait. Il suffit de taper des mots intelligents sur votre moteur de recherche favori, et vous aurez une grande partie des clés dans les mains.

Donc pour résumer très brièvement la compilation d’erreurs de l’émission, juste pour la partie vocabulaire hein.
■ Trans s’utilise comme un adjectif, pas comme une qualité : une PERSONNE trans, pas un·e trans.

■ On parle d’identité de genre et non pas d’identité de sexe. On pourrait dire que le sexe n’est qu’un attribut corporel et/ou physique, mais c’est peu pertinent puisque les biologistes s’accordent à dire, pour simplifier, que le sexe est bien plus un spectre que deux cases opposées à savoir mâle et femelle. Mais je ne vais pas vous faire un cours de bio aujourd’hui, là n’est pas mon rôle, disons simplement que la séparation mâle/femelle est un abus de langage.
Le genre lui en revanche, est un attribut intime, il peut être aussi bien émotionnel que psychique. Disons qu’il peut être comme une sorte d’interface entre l’individu et la société qui l’entoure, aussi bien qu’une façon de s’accepter en exprimant celui ci. Le genre peut s’exprimer via un corps, souvent altéré (tatouages, modifications corporelles diverses, chirurgie esthétique etc…) aussi bien que par des codes genrés (tenue vestimentaire, maquillage, attitudes, postures…).
On distingue l’un de l’autre puisque le sexe ne fait pas le genre, mais en revanche, on peut se réapproprier des élément de son corps traditionnellement associé·e·s à un genre différent du notre. Yuffy par exemple, qui m’autorise à écrire ceci, n’aurait aucun mal à déclarer qu’elle a « un pénis de nana ».

■ On préfère les termes de transition, et parcours, plutôt que transformation ou changement de sexe. Nous ne sommes pas des joyeuses chenilles qui devenons des fabuleux papillons.

■ Il faut vraiment arrêter de parler de « L’OPÉRATION™ ». Comme si il n’y en avait qu’une seule de possible, envisageable, validée par l’Académie Française. Il y a tout un tas de chirurgies possibles, que ce soit au niveau du visage, de la pomme d’adam ou encore de la poitrine. Mais quitte à parler de la chirurgie génitale, dites chirurgie génitale, ou son terme médical « Sex Reassignment Surgery / SRS » (en français dans le texte : Chirurgie de Réassignation Sexuelle).

___

Ensuite, comme mes fiches sont rapidement devenues un medley de notes vaguement contextualisées, je vais faire un TOP 10 des moments les plus malaisants, histoire d’y rajouter du fun.

#10
On attaque ce top avec quelques mots à propos des « parcours officiels » et de la Sofect (qui n’est heureusement pas nommée), alors que le bout de reportage ne se passe absolument pas en France. C’est beau.

#9
Le mot « fascinant » revient plusieurs fois, avec ce je ne sais quoi d’exotisation dans la bouche, parce que après tout, « c’est atypique, pas commun du tout! ».

#8
La présentatrice à un moment se félicite elle-même d’avoir utilisé le bon pronom pour une femme trans chinoise, qui est présentatrice et anciennement danseuse de haut niveau. Elle dit un truc du style « elle, car oui, j’ai bien dit elle! » et elle semble hyper satisfaite de sa phrase.

#7
Toujours dans les « célébrités trans », on parle quelques instants de l’artiste Dana International, chanteuse israélienne qui a remporté le concours de l’Eurovision de 1998. Mais en vrai c’est uniquement pour rappeler que l’Eurovision est diffusé bientôt sur France 2, chaine qui diffuse l’emission que je décortique aujourd’hui donc.

#6
On a droit à un moment « Jean-Michel Colorblind », ou plus exactement, un mec qui se lance dans une longue tirade sur le fait que « c’est juste deux êtres qui s’aiment, au sens le plus strict (…) comme décrit par Platon en son temps ». J’entends bien l’intention de focaliser cette histoire sur le spirituel, mais le reste est tellement dur à digérer que cette remarque tombe totalement à plat.

#5
Il y a une blague sur le pénis de Michelle, la personne trans interviewée. C’est à dire que sa compagne raconte que plusieurs nuits de suite, Michelle s’est reveillée pour aller faire pipi et « ne savais pas comment procéder ». On suppose que c’est juste après sa chirurgie génitale donc.

#4
« A l’issu de l’opération, il y a beaucoup de suicides ». La déclaration sort de nulle part, sans chiffre pour l’appuyer ou de sources avérées. Ça essaie peut-être de sous entendre que les personnes trans regrettent de s’être faites opérer. Ou peut-être que ça sous entend que les chirurgiens français sont des gros bouchers. Ou peut-être que ça sous entend que le suivi est mal fichu. Personne ne le saura jamais. Mystere.

#3
Les invités/chroniqueurs insistent beaucoup trop sur le fait que Aline ai rencontrée Michelle APRES le début de sa transition, alors que ça n’est pas vraiment si pertinent que ça. Peut-être que l’on essaie de nous mettre en relief qu’être mis devant le fait déjà accompli, et voir la personne évoluer depuis même avant son coming-out, sont deux choses très distinctes, comme si ça faisait une grosse différence. Comme si l’un etait compréhensible tandis que l’autre est inacceptable et valide totalement la possibilité d’être rejeté. Mais j’extrapole probablement.

#2
A un moment il est raconté que Aline a laissé Michelle partir « explorer son nouveau corps » avec un autre homme. Un peu comme si l’hétérosexualité était la dernière étape de validation du genre d’une personne trans, fanfreluches incluses. Mais heureusement, leur amour était plus fort que tout alors elles se sont retrouvées avant de faire des bêtises.

#1
Vers la fin, ça partait bien, une sociologue reprend un chroniqueur en lui expliquant que la sexualité et le genre sont deux choses bien distinctes, et que en vrai l’hétéronormativité ça craint du cul. Sauf qu’elle ruine toute son explication pourtant sensée, en rassurant sur le fait que l’opération est tellement bien réussie de nos jours, que l’on peut avoir des sensations, lors d’un acte sexuel.

___

Voilà. Je vais conclure parce que tout ce flûteblûte devient bien trop long et que j’ai déjà perdu la moitié de mon lectorat.

J’ai vu les intentions, je voyais où ça tentait de nous emmener, mais l’ensemble se vautrait tellement dans les clichés et tout etait si maladroit, que c’était véritablement douloureux à regarder. Le témoignage de ces deux femmes est en soi assez mignon, plein de bons sentiments et tout ça, mais tout est rapidement démoli par les chroniqueurs et leurs remarques franchement déplacées.
Tout le monde applaudit bien fort Aline et son courage, parce que c’est tellement une épreuve hardcore de la vie que d’être en couple avec une personne trans. Ca me fout une nausée terrible. Les phases d’interview étaient surtout centrées sur l’entourage de Michelle, et on l’entend assez peu s’exprimer sur un sujet qui la concerne directement, et j’ai trouvé ça un peu triste.

« Moi j’en serais incapable » lance un invité en ouverture de l’émission, quand on lui demande s’il pourrait rester avec une personne qui décide d’entamer sa transition.
Et moi j’ai un peu envie de me jeter sous un bus à la fin du visionnage. Ça ne durait que 20 minutes, mais c’était un concentré de transphobie ordinaire, et de mots vraiment très mal choisis.

La présentatrice finit sur cette phrase « Ce témoignage est d’une douceur, alors que ça a dû être extrêmement violent! ». Vous par contre, la brutalité de vos propos, personne ne semble la remettre en cause.
Ce genre d’émissions, qui semblait partir d’une bonne idée, un format court qui empêche de sombrer dans le pathos, et de patauger joyeusement dans les clichés; finit par se vautrer sur lui-même.

Les propos tenus sont d’une violence rare, et tout le monde applaudit.

I want the world to know

Par défaut

Tandis qu’une chanson de Diana Ross se fait entendre à l’horizon, je voulais revenir sur cette remarque que j’ai pas mal entendu et qui sonne comme un reproche : « pourquoi constamment tout ramener à ta transidentité? ». Tout comme à une certaine époque lointaine je pouvais entendre que « on a compris, t’es gay, on peut passer à autre chose? ».
Sauf qu’en fait, iels n’avaient rien compris, justement.

Chaque jour, sans exception, j’ai droit à un rappel de ma différence. Que ce soient les « blagues » dans les médias, ou dans la bouche des gens en terrasse, à propos du « changement de sexe », des remarques pouvant sembler presque innocentes mais qui, de par leur récurrence, sont simplement lourdes. Quotidiennement, j’entraîne ma poker face, parce que si une vanne fuse et ne dure que quelques instants, elle va me boucler en tête la demi heure suivante.
Ces rappels à l’ordre bien trop fréquents sur le fait que je fais pas partie de l’écrasante majorité, quand je me retiens de participer à une conversation, ou que mon angoisse monte alors que j’attends pour l’unique cabine dans les toilettes pour hommes, et cette impression envahissante que tout le monde me regarde.
Tout ça, plus les remarques se voulant bienveillantes, sur mon courage et combien la science fait des merveilles. Je comprends que ce soit juste de la maladresse, mais à force, cela m’use.

Du coup je parle effectivement beaucoup de mon identité, pour toutes les fois où l’on a essayé de me faire taire, où l’on m’a intimé d’être discret, en particulier quand j’étais plus jeune. Ce qui était source de honte est devenu fierté, pas nécessairement celle d’être différent, mais simplement celle d’exister.

Après, mes émotions sont mélangées. J’ai le cœur partagé entre la nécessité d’être invisible, et le besoin d’être validé en tant qu’individu. C’est aussi absurde que c’est un ressenti viscéral.
Le fait de devoir se conformer, performer, tout ça pour passer inaperçu est épuisant. Tandis qu’à côté de ça, le moindre écart peut s’avérer fatal, mentalement comme physiquement.

Alors oui, je m’exprime énormément sur ce sujet, notamment parce qu’il m’aura fallu attendre d’être confronté à ces thématiques là, à des personnes elles-même transgenre, pour enfin pouvoir mettre le doigt sur ce qui clochait chez moi, la source majoritaire de mon mal-être. J’estime avoir donc cette mission aussi implicite qu’explicite, en tant que personnage public, de devoir faire entendre ma voix, pour que peut-être, cela touche d’autres gens qui ont pu être dans ma situation passée, et leur apporter des pistes de réflexion, éventuellement un peu de lumière.
Sur ce blog, c’est mon espace de parole, de liberté, d’existence sans autres freins que ceux que je m’impose.

Je finirais donc cet article assez peu organisé, par deux trois points importants, et je vais même employer le tutoiement, parce que c’est pertinent.

  • Tu ne peux prétendre être quelqu’un d’autre qu’un temps. La réalité finit éventuellement par t’éclater au visage, et crois-moi, c’est super violent et douloureux.
  • Tu ne pourras pas rendre tout le monde heureux, alors autant t’accorder à toi, cette possibilité de satisfaction individuelle.
  • Certains t’en voudront, ou te diront que c’est vraiment trop dur de s’ajuster sur les pronoms et les prénoms. Mais tu sais ce qui est bien plus difficile? Vivre dans le mensonge toute sa vie. Prends ta liberté en mains.
  • Tu n’as qu’une seule vie pour être toi-même, saisis la, profites en habilement.

Merci.

Procéder à un changement d’Etat Civil #3

Par défaut

Aujourd’hui, je croise les bois, mais c’est normalement le troisième et dernier article sur ma bataille avec l’Administration™. Même si en vrai il y en aura sûrement un quatrième pour préciser certaines modifications relous, mais j’y reviendrais en fin de billet.

Donc, si ma mémoire est bonne, dans mon précédent article je m’étais arrêté à la fin d’année 2017 et à la réception d’un document du Tribunal de Grande Instance, me signifiant que le service d’Etat Civil de ma ville de naissance avait été prévenu et que les modifications étaient en cours.

___

CARTE NATIONALE D’IDENTITÉ

J’ai donc patiemment attendu le délai de 15 jours comme pré-annoncé par la lettre du TGI, et j’ai fait ma « commande » d’extraits de naissance en ligne. J’en ai demandé deux, et j’ai fait douze mille photocopies, mais il va sûrement falloir que j’en redemande par la suite.

Suite à cela, mon rendez-vous avec ma mairie de résidence s’est déroulé avec plus d’angoisse inutile qu’autre chose. Le mec n’était pas plus alarmé que ça, même si j’ai dû lui expliquer trois fois pourquoi je changeais ma carte d’identité alors que celle ci n’était pas périmée. C’était bien plus du non renseignement que de la véritable malveillance de sa part.
Concernant les pièces nécessaires, c’est du grand classique :
– Photo d’identité récente
– extrait de naissance de moins de 3 mois avec mention des rectifications
– Justificatif de domicile récent également (facture EDF, téléphone…)
– Formulaire pré-rempli sur Internet
– Eventuels timbres fiscaux si vous n’avez pas l’ancienne carte

Dans tous les cas, dès que vous vous rapprocherez de votre mairie de résidence, on vous informera des subtilités, ou sur le site de service public du gouvernement, y’a toutes les infos également.
Pour ce qui est du formulaire sur internet, j’ai fait l’erreur de ne pas le remplir en avance, parce que toutes les fois précédentes je l’avais fait sur papier, mais là où je vis, ils finissent d’écouler le stock de formulaires et ne passeront plus que par celui pré-rempli sur internet.

D’ailleurs pour la blague, j’ai rempli le mien dans l’urgence, parce que les numéros de tickets défilaient bien trop vite, contrairement aux fois précédentes, et j’ai un peu paniqué par sms avec ma maman en lui demandant les dates de naissance d’elle et mon père. Alors que oui, j’avais mon extrait de naissance sous le coude, donc c’était déjà écrit dessus, mais passons.
_

CARTE VITALE

C’est avec la carte verte que les choses se sont corsées, ou sont devenues « rigolotes », je vous laisser seul·e·s juges.
Nous sommes lundi 29 janvier 2018, je vais à la pharmacie récupérer mes ampoules de testo. Ma vieille carte vitale dans la machine, je plaisante avec la pharmacienne comme quoi j’ai hâte de recevoir la nouvelle. Le lendemain-mardi, je me connecte sur mon compte ameli (la sécu en ligne), et il s’avère que mon compte a été désactivé. Pris de panique, je lance un appel à l’aide sur mon facebook personnel. Les gens sont hyper réactifs alors qu’il est 7h du matin. On me recommande de tester une récupération de mot de passe en changeant le 2 par un 1, mais évidemment ça ne peut pas marcher puisque ledit numéro n’est lié à aucune adresse email.
Dès 8h30, je file à la CPAM de mon quartier. Et pour vérifier l’affichage de mon dossier, je mets ma carte vitale dans la machine, qui me demande une mise à jour. Ce que j’ignorais c’est qu’en faisant cela, ça a désactivé ladite carte.

Je m’approche donc de l’accueil, où une dame, après avoir écouté mon histoire, me reprends un peu sèchement en me disant que « la procédure prends des mois, ça ne se fait pas en un claquement de doigts ». Elle vérifie néanmoins mon dossier vu que j’insiste un peu, et m’annonce qu’en fait c’est bon, ils m’ont effectivement déjà réattribué un nouveau numéro, ils ont juste « oublié » de m’envoyer le courrier me le signalant.
Enfin, elle m’a dit que j’aurais dû déjà le recevoir, mais le cachet de la Poste lui as donné tort, quand enfin je l’ai reçu, 5 jours après.

Au final, j’ai reçu dans cette enveloppe tardive, le formulaire de demande de carte vitale, où il fallait joindre une photo et signer, ainsi qu’une photocopie du côté face de la carte d’identité. Je n’avais pas encore reçu la mienne en vrai, mais j’avais déjà le bon prénom dessus donc j’ai tenté ma chance. Et ça a marché, la carte vitale est arrivée hier, après environ 3 semaines, et la réception de plusieurs attestations de sécurité sociale, ainsi que mon code secret pour créer mon espace en ligne.

Bref, tout ça pour finir par tenter de survivre 4 semaines sans tomber malade, puisque je me suis retrouvé sans carte vitale. Je bénis d’ailleurs la pharmacienne de mon quartier, qui est un amour, et a été hyper arrangeante en acceptant de me délivrer mes médicaments quotidiens sans me demander d’avancer les frais.
_

EN CONCLUSION

J’ai ma carte vitale, j’ai ma CNI, bientôt la CAF et Polemplu. J’ai déjà réglé les choses auprès de ma banque et de ma mutuelle avec la simple photocopie de mon extrait de naissance et de ma carte d’identité « transitoire » (avec mon prénom mais un F).
Pour le prochain épisode, je vais essayer de faire changer mes diplomes, ce qui ne devrait pas être une mince affaire puisqu’ils ont plus de 10 ans pour deux d’entre eux, ainsi que auprès des impôts. Et peut-être, si je deviens fifou, récuperer mon certificat de JAPD ou réussir à faire modifier mon nom sur ma demande de logement social sans perdre ma place en file d’attente.

Merci à tou·te·s de votre attention ! Si vous souhaitez obtenir ou apporter des précisions, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

By Schinako.

Sous toutes les coutures #6

Par défaut

Comme vous le savez peut-être, j’ai pour objectif secret de tester et trouver le meilleur binder possible. Ne pouvant pas passer sur le billard avant quelques années, il est donc dans mon plus grand intérêt que de trouver LA marque qui me correspond.
Jusqu’à présent, je ne jurais que par GC2B, et c’est toujours le cas. Cependant, j’ai eu l’opportunité de tester une nouvelle marque, dont j’avais vu passer le nom il ya environ 8 mois. Ne trouvant quasiment aucun retour en français sur ladite marque, j’ai décidé de m’y coller moi-même. Avant toute chose, je tenais à remercier sincèrement ma mécène personnelle, à savoir Jayne, qui « finance » aujourd’hui cet article. Merci donc, à cette personne incroyable, pour son amour et à sa générosité qui vont bien au delà de son simple porte-monnaie.
Mais bref, je digresse un peu.

La marque dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est Shapeshifters.

Il s’agit d’une compagnie américaine, tout comme GC2B, qui a deux particularités :

  • Les tissus utilisés sont tous originaux, créatifs et décalés, ou juste sortant de l’ordinaire. De l’imprimé chiens, aux éclairs en passant par les écailles, il y en a pour tous les goûts.
  • Ils produisent uniquement du sur-mesure.

Mais forcément, la qualité a un coût : 50$, prix unique. Bon, plus les frais de port bien evidemment. Mais peu importe que vous fassiez du XS ou du 5XL, le tarif est le même pour tout le monde.
Je trouve ça hyper honnête parce que, vu qu’ils produisent uniquement à la commande, qu’il y ait 5 cm de plus ou de moins de tissu, ne fait pas une réelle différence tarifaire, alors que la main d’oeuvre est la même quelque soit le binder. Mais bref.

Il faut tout de même compter au minimum 4 semaines pour la confection, et environ 8 jours pour que le paquet traverse les continents. Mon exemplaire a été commandé le 29 Novembre, et je l’ai reçu ce matin.

En ouvrant le paquet, la première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est le poids. J’ai l’habitude des GC2B qui sont plutôt légers au final, mais là le machin pèse lourd dans les mains. J’ai ensuite mis un bon 10 minutes à réussir à l’enfiler, notamment parce qu’il est neuf, et aussi parce qu’il est très ajusté, forcément.
Seconde impression lors de l’enfilage, c’est qu’il est vraiment très élastique, mais en même temps se remet immédiatement en place, très près du corps. Egalement, je suis assez étonné de la texture intérieure. Ma marque habituelle a le tissu compressif à même la peau et la partie élastique à l’extérieur et dans le dos. Ici, le shapeshifter semble avoir une triple couche : tissu un peu souple, partie compressive, tissu rigolo léger et élastique.

De ce fait, la qualité de compression est impeccable, de par l’extensibilité du bazar, et de par le fait que ça épouse vraiment ma morphologie. A voir sur la durée si il conservera ses qualités.

En revanche, et j’avais vraiment perdu l’habitude, mais en fin de journée, le corps était bien plus fatigué qu’à l’usuelle. J’ai pour habitude de garder mes binders bien plus largement que 8h d’affilée, et là après à peine 6h j’ai commencé à avoir des difficultés à l’oublier. Certes la compression est impeccable, mais j’avais vraiment zappé à quel point, quand c’est vraiment ajusté, le corps compense beaucoup, et c’est assez fatiguant.

Pour résumer, je suis vraiment très content de posséder un exemplaire de chez Shapeshifters, déjà parce que l’aspect « sur mesure » fait que j’ai bien moins à adapter le binder à mon corps, puisque c’est lui qui est adapté à ma morphologie, et ça fait une sacrée différence.
Et puis le fait qu’il soit aussi joli, même si personne ne le voit à part moi, c’est un peu comme un sous-vêtement sexy : personne ne le sait, mais on se sent canon en le portant. Ici c’est la même chose.

Voilà, c’est tout pour cette fois. Merci à vous pour votre attention, et merci à Jayne pour ce très beau cadeau !

Procéder à un changement d’Etat Civil #2

Par défaut

Attendre? ENCORE ??!

Suite à mon article du 12 Octobre 2017, je souhaitais revenir sur la suite de mes démarches administratives. Parce que, personne ne m’avait prévenu, mais une fois que le jugement est tombé, j’étais loin d’avoir terminé avec les papiers. Je vous balance la timeline et je reviendrais ensuite point par point sur chaque date.

Chronologie

28 Novembre : Réception de la lettre du TGI
29 Novembre : Dépôt de requête auprès de la Sécurité Sociale
12 Décembre : Accusé de réception de la Sécu
15 Décembre : Refoulé par la mairie de résidence
18 Décembre : Explications par la mairie de naissance
28 Décembre : Seconde lettre de confirmation du TGI

___

La fameuse lettre de réponse du tribunal m’avait été initialement annoncée pour les environs du 16 Novembre, elle n’est arrivé que 12 jours plus tard. Ceux qui ont mon profil personnel sur les réseaux sociaux ont donc pu constater ma rage et mes angoisses pendant ces douze longues journées où je me mangeais les poings à guetter chaque matin le facteur.
Après l’avoir lu non sans tremblements, le verdict tombe : le Tribunal de Grande Instance m’accorde mon changement d’état civil. L’annonce est d’autant plus perturbante que je dispose de 15 jours pour faire appel, si j’en crois ce qui est écrit sous mes yeux. C’est la procédure je suppose. Est jointe à ce courrier, la copie du jugement, avec un déroulé de l’audience et un résumé sur trois pages des tenants et aboutissants de l’affaire, juridiquement tout du moins. Mis à part ça, pas la moindre instruction quant à la suite, je prends donc ce document comme une preuve du jugement, ce qui sera une erreur de ma part, mais j’y reviendrais.

Dès le lendemain, je profite de mon impatience pour passer voir une de mes contacts qui travaille à la Sécu proche de chez moi, elle prends mes documents, fais des photocopies et m’assure qu’elle va s’occuper personnellement de mon dossier, je la remercie, et rentre chez moi.
Et en effet, elle a bien travaillé puisque une grosse quinzaine de jours plus tard, je reçois un mail de mon compte ameli me confirmant qu’une procédure de correction de mon dossier est en cours, et que eux-même ne maîtrisant pas les délais auprès de l’Etat Civil, ils ne garantissent pas de la rapidité de traitement.

Trois jours plus tard, je me rends à ma mairie de résidence, puisque j’y avais pris rendez-vous dès la réception du document du TGI. Non content que les numéros passent dans le désordre, je suis accueilli par la personne la plus désagréable qu’il m’ait été donné de croiser dans une administration. Outre le fait que ma demande soit inhabituelle, il me manque apparemment un document. Mon extrait de naissance ne portant pas la mention de rectification, le document du tribunal n’est apparemment pas une preuve. Je repars donc bredouille et furieux.

Dès le lundi suivant, je me rends donc à ma mairie de naissance, avec pour objectif de leur faire parvenir le document du tribunal. Et comme pour bien distinguer mon expérience entre les deux mairies, le destin est facétieux, je suis accueilli avec gentillesse et patience. J’étais poli, souriant et calme dans les deux situations, mais seule la seconde me rend la pareille.
Là, les deux employées de mairie m’expliquent un certain nombre de choses, que j’aurais aimé savoir bien plus tôt, genre, à la sortie du tribunal par exemple :

Ce n’est pas à moi d’apporter les documents entre les diverses administrations, celles ci communiquent entre elles, mais juste un peu plus lentement.
S’il y a un délai de 15 jours pour que je puisse contester une décision, il faut environ un mois pour que le jugement devienne définitif, et c’est ensuite le TGI qui contacte la mairie de ma ville de naissance, pour leur transmettre les documents de rectification. Ensuite, il y a un délai supplémentaire pour que les documents soient effectivement rectifiés, et là seulement, je pourrais faire une demande d’extrait de naissance pour faire la demande de renouvellement de CNI.
Pour l’anecdote, une des deux employées se souvenait distinctement de moi, puisque c’est elle qui s’était occupée de mon dossier de changement de prénom en mars. Elle m’apprend également, que j’ai été le premier à déposer mon dossier dans cette mairie, suite à la nouvelle loi, ce qui m’amuse beaucoup, et que je trouve assez révélateur de mon côté zéro patience.

Bref, tout ça pour arriver au fait que le 28 Décembre, à quelques jours à peine de 2018, je reçois un document du Tribunal, me confirmant les dires de ces deux employées. Un courrier surprise donc, signé de la main du Procureur de la Republique, me signifiant qu’il a contacté ma mairie de naissance et fait rectifier mon dossier auprès de l’officier d’Etat Civil. Je dois donc encore patienter une quinzaine de jours et après quoi, je pourrais enfin demander mon extrait de naissance donc, et reprendre rendez-vous auprès de ma mairie de résidence.

Voilà. Je pensais cumuler toute la procédure qui va suivre en un seul et même article, mais celui ci est déjà bien long et potentiellement chiant. Du coup je vous ferais un troisième et j’espère dernier billet, concluant mes tribulations avec les administrations.

A plus !

Journal de Vitamine T #1

Par défaut

Bien le bonjour !
Suite à mon appel à témoins qui s’est rapidement transformé en superbe shitstorm des familles, j’ai décidé de rater la date anniversaire afin de laisser un peu le temps à cette thématique de refroidir, et de me baser principalement sur mon vécu, histoire de ne pas exotiser qui que ce soit si ce n’est moi. Malgré le méchant sous entendu comme quoi j’organisais un freak show, moi j’aimais à me dire qu’entre monstres, c’est plus sympa à plusieurs. Mais passons, parce que la médisance a ses propres limites, et que je suis plus mature que ça. Ah et je voulais néanmoins remercier les quelques personnes à avoir bravé la tempête pour m’envoyer leur témoignages, je ne m’en suis pas servi au sens le plus strict du terme, mais c’etait un bon post-it de départ, donc merci à vous !

Aujourd’hui donc, cela fait plus d’un an et demi que je suis sous traitement hormonal de substitution. Une fois les confettis balayés, j’ai décidé de faire un petit retour sur tous les changements physiques que j’ai rencontré jusqu’ici. Des plus évidents comme ceux auxquels on ne pense pas vraiment. Du surprenant, de l’improbable, du classique. Bref, je vais les énoncer de bas en haut, par rapport à mon corps, parce que c’est toujours en partant du bas qu’on remonte mieux la pente ! Et cette allégorie sonnait vachement mieux dans ma tête tiens.

Zone basse

Ça peut paraître con, mais j’ai vraiment vu mes pieds changer. Une des idées les plus répandues, voire attendue, c’est que la testo fait grandir les pieds, parce que les cartilages s’épaississent et tout ça. Alors, faisant moi même un 43 fillette dès le départ, j’avoue que ça m’aurait emmerdé. En revanche, j’avais des pieds patates, plutôt ronds, sans la moindre aspérité, et à présent ils se sont affinés, voire dessinés. Les veines ressortent vachement, la zone avant les orteils est plus anguleuse, bref, je ne remplis presque plus mes rangers dans le sens de la hauteur. Et ça a même altéré ma démarche, puisque j’ai à l’origine les pieds plats, ceux ci s’étant amincis, mon généraliste et moi avons pu nous rendre compte que j’avais tendance à mordre vers l’intérieur du pied, et du coup j’explose mes baskets bien plus vite, ce qui est en soi, assez nul.

Mes mollets se sont également un peu plus dessinés, il faut savoir que c’est une de mes plus grandes fiertés, ils sont massifs, au point que je ne rentre pas dans la plupart des modèles de bottes, ce qui est naze ça par contre. Mais, même sans forcément les contracter, ces deux blocs sur mes jambes commencent à laisser paraître la ligne de séparation entre la fin du mollet et la jambe, ce qui me met particulièrement en joie.

Zone intermédiaire

On parle souvent de la pilosité croissante comme effet principal de la testo, mais là où on ne m’avait pas prévenu, c’est que ça pousse à des endroits aléatoires. C’est à dire que les endroits pré-existants ne se contentent pas d’en fournir plus, mais la pousse des poils démarre également sur des zones vierges initialement. Genre, l’intérieur des cuisses. Franchement celui là je ne m’y attendais pas spécialement, mais ça me fait sourire parce que c’est comme du poil nouveau né, il est super doux tout en étant déjà très épais.
Mais sinon, comme convenu, là où il était déjà présent, il ne fait pas semblant non plus. Mes cicatrices se voient vachement plus du coup, heureusement que je n’en ai pas honte.

Un effet qui en revanche ne m’avait pas été annoncé et qui est un de ceux qui m’a le plus étonné, attention on va parler intimité, mais c’est l’odeur de mon pipi. Je me rappelle distinctement d’un matin réveil où, allant directement faire mon business aux toilettes après m’être jeté du lit, j’ai dû plisser le nez et renifler frénétiquement quelques instants en quête de l’identification de cette odeur inconnue.
Spoiler alert: ça venait de moi, et je ne m’y attendais vraiment pas.
C’est assez amusant de constater que l’odeur corporelle passe réellement par le taux hormonal. Je prends un peu d’avance sur la zone suivante mais, la transpiration aussi change de « tonalité olfactive », plus renforcée, pas forcément plus désagréable, seulement différente, moins légère. C’est difficile à expliquer je dois l’avouer. Mais vous avez l’idée générale. Et je fais partie de ces personnes qui ont un pif tel, que toute odeur est fortement attachée à son origine. Du coup, si les gens ont une odeur rattachée à leur identité, quand la mienne s’est altérée, ça a été un choc, et il m’a fallu un certain temps d’adaptation. J’ai même préféré changer de marque de déodorant, pour réellement faire une distinction, à la fois mentale, et à la fois dans mon nez.

Et je vais m’arrêter là pour la zone intermédiaire, parce que s’il y a eu d’autres changements effectifs, je ne souhaite pas en parler, par préservation de mon intimité réelle. Les forums sont là pour ça si la curiosité vous démange, car les réponses ne seront pas ici aujourd’hui.

Zone du Buste

Là encore, des poils en veux tu en voilà. Même si tu n’en veux d’ailleurs pas, personne ne t’as demandé ton avis. Genre sur les épaules, ou dans le dos. Au secours.
Mais sinon j’attendais de pied ferme les muscles sans rien bosser particulièrement, comme on peut le lire dans un post sur trois sur les groupes FTM, sauf que c’est un gros mensonge. Enfin, en ce qui me concerne particulièrement. J’ai l’impression que mes épaules ont légèrement bougé, mais c’est subtil, j’ai aussi très légèrement perdu en souplesse latérale, j’ai un peu plus de mal à me retourner en étant debout par exemple, mais c’est peut-être juste parce que je suis gros, bref, mystère.

En revanche, j’ai noté que la texture de ma peau a très légèrement bougé. Très légèrement, mais un peu quand même. En fait, suite à une méchante brûlure au soleil de quand j’étais enfant, j’ai gardé un espèce de « grain » de texture sur la peau au niveau des épaules. Et avec la testostérone, j’ai remarqué que mes bras auparavant tout doux, commençaient à doucement reproduire cette texture. J’ignore encore jusqu’à quel point ça devrait se rejoindre, pas trop j’espère, mais cela reste un détail amusant.

Ah j’allais oublier, j’ai pas mal perdu de hanches ! Mais le gras n’a pas disparu, il s’est juste déplacé. Nul. Du coup j’ai moins de formes sur les côtés, mais j’ai gagné de la bedaine, et l’ensemble est descendu très légèrement. Je vous épargne les photos comparatives mais, si mon gras de ventre était avant disséminé tout autour du bassin, maintenant le tout s’est concentré vers l’avant, et donc, vers le bas. Joie. Pas merci Newton.
J’ai également un peu fondu au niveau des fesses, je le sais parce que je flotte dans tous mes pantalons qui auparavant épousaient parfaitement le rond de mon fessier, et maintenant, ce n’est pas plat non plus, mais c’est moins rempli. Et c’est un peu chiant parce que je ne comptais pas en racheter dans l’immédiat. Tant pis, on fera avec.

Zone du Visage

Outre l’évident début des hostilités concernant la barbe et son éventuelle vitesse de pousse plus ou moins inégale, il y a clairement un changement visible sur ma face. Plusieurs en fait. Le premier, et celui qui me génère une quantité non négligeable d’angoisse, c’est la ligne des cheveux qui recule. Je vous ai mis ci-dessous deux photos ayant deux ans et demi d’écart, et des pattes se sont clairement dessinées au fil du temps, entre le front et les tempes (si quelqu’un connait le nom exact?).
J’ai également longtemps trouvé que mon nez avait changé, je trouvais qu’on aurait plus dit une patate écrasée qu’avant. Mais en farfouillant mon dossier photo, il s’avère que la patate qui me sert de pif n’a au contraire pas bougé depuis mes 3 ans. En revanche, j’ai l’impression que l’arête surplombant mes narines s’est un peu plus dessinée. Mais ça vient peut-être juste de la luminosité des photos, ou du fait que je ne me scrutais pas autant sous toutes les coutures avant d’entamer ma transition. De la même façon, j’ai l’impression que ma mâchoire ainsi que mon menton se sont subtilement renforcés, mais là aussi, c’est subtil.

Du reste, mes cheveux poussent toujours beaucoup trop vite, et ma barbe est très capricieuse dans ses décisions de zones de repousse, avec des creux distinctifs se formant au fur et à mesure. Mais tout ça n’est que le début, après tout, un an et demi ce n’est pas beaucoup.

COUCOU FUTURE CALVITIE.

CONCLUSION

La testostérone, et le traitement hormonal en général, ce n’est pas à la carte, bien malheureusement. On ne choisit pas les effets qu’on désire pour esquiver les effets nuls, ou simplement que l’on ne souhaite pas pour soi.
Je ne veux pas faire l’oncle relou et moralisateur à vous dire « les hormones c’est sérieux, faisait pas n’importe quoi ». Mais en vrai, ne prenez pas ça à la légère, y’a de vrais impacts sur le corps, en interne, que je suis incapable de mesurer à mon échelle. Donc gerez pas ça seul·e, mais de préférence avec un médecin, même un généraliste ça fait le job. Juste, pas trop à la sauvage, parce que ça peut mettre votre vie en danger. Mais je ne suis pas là pour juger après tout.

Bref. Prenez bien soin de vous, et à la prochaine !