Ca veut dire quoi LGBT ?

Par défaut

Hier soir, j’ai vu passer une énième vidéo sur la signification du sigle LGBT, et comme une fois sur deux, la vidéo disait des bêtises. Et vu que le sujet semble super à la mode dernièrement, moi aussi je vais vous proposer mes propres définitions, histoire de trouver la gloire au coin de la rue des internets.

Avant toute chose, je me permets de préciser que lorsque j’emploie les termes de femme ou homme, je prends bien évidemment en compte les personnes trans, puisque je ne cherche pas à faire la distinction entre personne trans ou personne cis pour ce qui est de la sexualité. Et aussi pour éviter d’alourdir mes phrases, soyons honnêtes.

L comme Lesbienne

Une personne lesbienne, est une femme qui est principalement attirée par les autres femmes.
Notez que je préfère employer le terme « principalement » plutôt que « exclusivement », puisque la sexualité a cet avantage, de pouvoir être fluide, et de pouvoir être revendiqué par qui le souhaite. De ce fait, une personne qui se définit comme lesbienne mais ayant parfois des aventures avec des hommes, n’en est pas moins lesbienne. L’identité est une chose qui ne peut être déterminée que par l’individu, non pas par ses pairs.

G comme Gay

Dans l’acronyme, le G designe les hommes homosexuels, à savoir des hommes attirés principalement par les autres hommes.
Il est à noter que certaines femmes homosexuelles emploient également le terme pour se désigner à la place du mot « lesbienne ».

B comme Bisexuel·le

Une personne bisexuelle est attirée aussi bien par les hommes que par les femmes.
Il y a un débat dans les communautés pour savoir si pansexuel·le est un synonyme ou est au contraire plus inclusif des personnes non-binaires par exemple.
Je considère pour ma part que le terme est surtout générationnel, puisqu’il a emergé assez récemment, et que donc les personnes âgées ne l’utilisent pas, mais que concrètement, c’est la même chose.

T comme Trans

Une personne trans est une personne dont l’assignation de naissance (fille ou garçon) ne correspond pas à son genre véritable. Son mot contraire (antonyme) est « cisgenre », soit une personne qui se reconnait dans le genre assigné à sa naissance.

Contrairement à une idée reçue, une personne transsexuelle n’est pas une personne transgenre qui a fait de la chirurgie. Et c’est même assez absurde puisque l’on ne cherche pas à distinguer une personne trans d’une autre, selon le nombre de chirurgies qu’elle a pu effectuer, la rendant ainsi « meilleure trans » qu’une autre qui n’aurait fait aucune modification corporelle.
Transsexuel·le est simplement l’ancien terme, issu du milieu médical, et faisant lourdement référence au transsexualisme, alors considéré comme une maladie mentale jusqu’aux années 2010 (retiré de la liste des affections psychiatriques fin 2009 en France, puis le terme sera changé en 2013 dans le DSM ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, au profit de Dysphorie de Genre).

Le terme de « transgenre » ayant lui aussi émergé plus récemment, les seules personnes que vous verrez utiliser le terme de transsexuel, sont généralement les non-concerné·e·s, ainsi que les personnes trans des anciennes générations, pour qui le terme n’existait simplement pas.

+ pour les autres

L’acronyme LGBT a évolué au fil du temps, s’adaptant à son époque. J’ai tendance à dire simplement LGBT+, mais derrière ce petit symbole plus, se cache la moitié de l’alphabet. On va rapidement passer en revue quelques uns d’entre eux, mais pas absolument tous, sinon demain on y est encore.

Q pour Queer : La définition change selon à qui vous demandez, mais en gros, le terme désigne une personne se retrouvant dans l’une ou plusieurs des lettres de l’acronyme LGBT+, mais avec un aspect plus politique.

I pour Intersexe : Le terme désigne une personne dont les caractéristiques sexuelles principales ne correspondent pas au schéma binaire pénis/vulve. Je ne suis clairement pas expert sur le sujet donc ce n’est malheureusement pas ici que vous trouverez des infos pertinentes sur la question.

A pour Asexuel : Les personnes asexuelles se définissent par l’absence d’attirance sexuelle pour qui que ce soit. Il y a tout un spectre de l’asexualité, qui du coup varie d’une personne à l’autre. Certaines personnes sont parfaitement capables et désirantes d’aimer quelqu’un sans la notion charnelle, tandis que d’autres n’ont aucune envie de relation amoureuse de quelque manière que ce soit.

A pour Agenre : Une personne qui ne se reconnait pas dans les définitions homme et femme. Ni quelque part entre les deux ni particulièrement fluide, juste, sans genre revendiqué. Ou au contraire revendiquant son absence de genre, mais cela dépend des personnes.

__

En conclusion, il existe une quantité non négligeable de termes spécifiques, je n’ai évoqué que les principaux, et je ne peux que vous conseiller de pousser vos recherches au delà de cet article, si cette thématique vous intéresse.
A plus !

Publicités

Guide de Jeu : Life is Strange

Par défaut

 

Vous qui cherchez la solution à une énigme, vous qui avez perdu votre chemin, vous qui cherchez à percer tous les secrets de la saga Life is Strange : sachez que vous frappez à la mauvaise porte.
Cet article n’a aucunement pour but de dévoiler toutes les facettes de cette licence, mais simplement de vous aider à débuter. Parce qu’à chaque personne que j’ai poussé à découvrir LiS, j’ai accompagné mon discours d’un certain nombre de petits conseils de démarrage, et à force m’est venue l’idée de tous les énumérer en un seul et même lieu. Quoi de mieux donc, que mon blog afin de poser ça quelque part, une bonne fois pour toutes.

Life is Sloth

Contrairement à ce que le jeu essaie de vous faire croire, à vous rappeler fréquemment qu’il faut arrêter de niaiser et se remettre en route vers la suite, vous avez le temps.
Il n’y a que quelques moments assez spécifiques où vous devez vous dépêcher réellement, et ceux ci vous laissent encore le droit à l’erreur. Donc vous saurez rapidement quand prendre le temps d’explorer, et quand laisser parler votre instinct pour réagir rapidement.
Pour ne pas regretter par la suite d’avoir loupé un élément important, je vous conseille fortement d’y aller dans le calme, de bien tout visiter, parler à tout le monde, de parfois errer sans autre but précis que de simplement apprécier les petits éléments disposés ça et là, pour ceux qui ont la curiosité de les trouver.
Pour chaque choix majeur, libre à vous de peser le pour et le contre pendant un quart d’heure, ou de choisir en 8 secondes. Je n’ai pas mon mot à dire là dessus, chacun sa sauvegarde.

Life is Snack

Déjà, prévoyez le coup au niveau de votre emploi du temps, chaque épisode nécessitant entre 2h30 et 4h (selon votre façon de jouer) pour être plié. Je vous conseille aussi de prévoir des petits biscuits et autre bricole mangeable pendant votre partie. Pensez également aux mouchoirs, certains passages étant particulièrement intenses sur toute la palette d’émotions possibles.
N’hésitez pas non plus à faire des petites pauses. Cependant, je déconseille fortement de quitter la partie au beau milieu d’un épisode, au risque de perdre une part de l’investissement émotionnel dans le jeu.

Life is Sleep

Laissez refroidir votre cérébral et votre petit cœur en mousse entre chaque épisode. Idéalement, laissez passer quelques jours entre chaque épisode pour les encaisser avec plus de facilité, et prendre le temps de traiter toutes les informations et émotions que vous avez ingérées.
Après, rien ne vous empêche de faire un marathon sur une journée et demie. Mais personnellement je ne m’y risquerais pas, de peur de ne pas m’en relever intact : trop d’émotions d’un coup. LiS restant tout spécialement intense, selon votre degré de sensibilité, il demeure judicieux de prendre ce jeu sur la durée, et non pas chercher à le finir à tout prix le plus vite possible, au risque d’y perdre en qualité d’immersion et d’émotion.

Life is Short

Une chose est sûre : l’essentiel c’est de vous amuser, faites vos choix, assumez vos actes. Chacun vit sa partie comme iel le souhaite et comme iel y parvient. Prenez le temps de débriefer avec vos amis qui y ont joué aussi, sans spoiler les autres et avec le respect mutuel habituel.

C’est tout. Belle aventure !

L’année des chaussettes (Rewind 2017)

Par défaut

La nouvelle année arrive à grands pas, dans quelques heures pour être exact, et à l’heure où ceci sera publié, je serais en train de me préparer pour le réveillon. Mais le 31 décembre, c’est aussi l’occasion de revenir sur l’année qui vient de s’écouler. Si le sentiment est mitigé parce que c’est une période intermédiaire étrange entre Noël et Nouvel An, il devient facile de tirer des conclusions hâtives sur le fait que l’année était nulle. Sauf que c’est faux, l’année n’était pas si pourrie que ça, et je vous propose donc ce soir, un rapide retour arrière sur mon ressenti de ces 365 jours, du point de vue du blog, puis d’un point de vue plus personnel, ou tout ça un peu mélangé, je l’ignore encore. Bref, allons y c’est parti !

___

On a commencé 2017 très fort avec les chroniques Queer, si le succès n’était pas nécessairement au rendez vous, ça a été un projet qui m’a tenu fort à cœur et m’a demandé énormément de boulot, et même un an plus tard, je suis encore très satisfait du résultat, ce qui n’est pas rien.

J’ai gagné un concours de Mister d’un bar où j’allais, ce qui a été une consécration de mon identité. Une véritable victoire sur la vie, un grand moment d’émotion.
En 2017 j’ai aussi débuté les démarches de mon changement d’état civil, d’abord le prénom, ensuite le marqueur de genre. Si cette dernière étape n’est pas tout à fait conclue, le plus gros est fait. Je tenais encore une fois à remercier toutes les personnes qui ont participé à cela, par leurs témoignages, leur soutien moral, leur accompagnement, bref, leur amour inconditionnel.

En mars j’ai aussi rédigé un des plus gros articles de toute ma carrière de blogueur, plus de 5h de travail sans compter les pauses, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes. Même si l’article est relativement passé inaperçu, ça a été un achievement personnel.

J’ai aussi fêté mon premier manniversaire en mai, et j’ai pour la première fois, publié une vidéo où je vous parlais en face-caméra, ce qui n’était pas une mince affaire là non plus. J’ai eu pas mal de retours hyper bienveillants de la part de mes proches, qui m’ont dit ne pas du tout s’attendre à me voir en visuel directement, puisque la première partie de la vidéo était constituée de photos avec ma voix en « narrateur ». Et qu’on sentait que je prenais de l’aisance au fil des mois, mis bout à bout en vidéo. Bref, une chouette expérience.

En 2017, ça a été une des premières fois de ma vie, où je me suis trouvé canon en regardant le miroir en face. J’ai même osé poster une photo de moi torse nu sur mon compte Facebook. Bon, une de dos et une coupée suffisamment haut, mais tout de même ! Et cette année, j’ai réellement commencé à m’assumer, à m’apprécier, à prendre soin de moi véritablement.

2017 c’était aussi deux trois instants vaguement polémiques. J’ai supprimé un article peu de temps après sa sortie, et ai dû apporter des corrections à un autre également quelques jours plus tard. Je ne suis pas infaillible, et mes opinions sont parfois trop influencées par ma colère et mes émotions. Mais j’assume l’entièreté de mes paroles, quitte à m’excuser publiquement par la suite.
Je me suis également beaucoup livré sur les lignes de mon blog cette année, jamais gratuitement, toujours avec pudeur et retenue. J’ai essayé de garder un aspect intimiste sans pour autant tomber dans le pathos, même si c’est un exercice d’équilibriste assez délicat par moments.

Sur un plan plus personnel, cette année j’ai changé de coloc deux fois, pour chaque fois des raisons différentes, et chaque colocataire m’a apporté son lot d’émotions mélangées, chaque expérience a été enrichissante et a apporté son quota de leçons sur la vie.
J’ai également rencontré de personnes formidables, dont certaines que je compte désormais parmi mes ami·e·s et pas juste des potes de soirée.

En 2017, tout n’était pas rose non plus, j’ai eu comme tout le monde, des périodes de doute, victime de mes angoisses, et chaque jour qui défilait n’était pas nécessairement une joie extraordinaire. Mais j’ai relevé le menton, et j’ai continué à avancer. 2018 arrive et je suis toujours en vie, et juste ça, c’est une victoire en soi.

Du coup, pour l’année qui vient, je nous souhaite, à vous comme à moi, du bonheur par brouettes entières, le minimum possible de peines, même s’il en faut pour savoir mieux apprécier les moments de joie. De la niaiserie, de l’amour, de la richesse sous toutes ses formes. Bref, que la fortune vous sourit.

Le bisou de fin d’année !

Y’a pas de honte à être cisgenre

Par défaut

Pour la première fois depuis bien longtemps, le titre de cet article va correspondre à son contenu. On a aujourd’hui, revenir ensembles sur la définition du mot cisgenre, et en quoi celui ci n’est aucunement une insulte.

« Mais en fait ça veut dire quoi cisgenre? »

C’est une question que l’on me pose beaucoup, parce que le terme est très pratique et que donc je l’emploie pas mal dans mes articles et aussi en conversations de la vraie vie véritable. J’ai déjà dû en donner la définition par le passé, mais comme cet article ne servira qu’à ça, je la replace ici.
Cisgenre, ça désigne une personne qui se sent en adéquation avec le genre qu’on lui a assigné à la naissance.
Son contraire (antonyme) est transgenre, puisque le terme désigne une personne qui ressent son genre profond comme différent de celui qu’on lui a assigné à la naissance.

Le mot cisgenre est ce que l’on appelle un rétronyme. C’est à dire un mot que l’on a altéré, ou auquel on a rajouté un préfixe ou suffixe, pour en améliorer son sens, et/ou le différencier d’un autre très similaire. Les rétronymes apparaissent très souvent en conséquence des avancées de la technologie.
Pour reprendre le même exemple que ma comparse Luna dans son article sur le même thème, le mot téléphone. Avec l’arrivée des téléphones portables, il a fallu accoler le mot « fixe » à téléphone pour le distinguer de celui qu’on emporte avec soi (le portable donc). Et c’est aussi simple que ça.

De ce fait, le terme de cisgenre a été créé pour nommer les individus « non-trans » et ainsi éviter les classiques horreurs de personne « biologique » ou « normale », qui sont des façons de formuler tout particulièrement violentes.

« J’ai déjà été traité de sale cisgenre ! »

Nous arrivons donc à la seconde partie de cet article, qui sera plus courte, de pourquoi cisgenre n’est aucunement insultant.

Être cisgenre n’est pas plus insultant qu’être blanc, ou qu’être hétérosexuel ou encore valide. C’est simplement faire partie d’une majorité statistique (et encore, je parle de la France uniquement).

Et ce n’est pas parce que des gens l’utilisent de manière insultante que ça l’est, en fait. Si quelqu’un te traite de « sale noir », cela ne fait pas du mot « noir » une insulte, c’est un état de faits, et c’est l’insulteur qui est raciste en fait. De la même manière que des gens détournent des mots de leur définition première, des personnes peuvent être agressives sans justification sur l’instant, et balancer des termes qui s’adaptent à leur interlocuteur, donc à ce moment là, cela peut être le mot cis.

Être cisgenre n’est pas une insulte, c’est au mieux un privilège, au pire une assimilation à un paquet de vieux sacs qui n’ont pas la moindre once de décence et qui harcèlent les nanas dans la rue.
Chaque catégorie d’individu souffre des clichés à son égard, et celui des mecs cisgenre, c’est d’être des agresseurs.

Ma solution : si vous vous sentez insultés en entendant le mot cis lancé sur votre visage, arrêtez de faire des blagues sur le viol, ou de les cautionner, arrêtez de féliciter vos potes quand ils ont des comportements de merde. Et peut-être que le cliché disparaîtra en même temps que vos angoisses.

Suite à une longue réflexion en interne, cet article a une nouvelle conclusion, que voici :

Mes écrits ne sont pas gravés dans le marbre, et des fois, il faut savoir mettre sa fierté de côté et assumer la responsabilité de ses erreurs, suffisamment pour pouvoir les corriger.

Comme souvent, j’ai lancé en presse un article sous le coup d’une forte émotion, et ce billet en apparence éducative n’y fait pas exception. C’est avec de la bile au bord des lèvres que je me suis lancé dans la rédaction de ce sujet, parce que j’ai encore fait l’erreur de lire les commentaires des gens sur l’internet, des contacts de mes propres amis pour être exact.
Mais j’ai fait une erreur. Celle de croire que tous les gens se valent, ou que tous les avis sont pertinents. Entre Jean-Michel raciste du PMU du coin, et random gentil garçon, il y a un gouffre, celui de la décence.

C’est pourquoi, je tiens à présenter mes excuses aujourd’hui, à toutes les personnes, cisgenres ou non, que j’ai pu heurter.
Parce que répondre aux abruti.e.s avec leurs propres armes, c’est s’abaisser à un niveau indigne.
« Ne pas reproduire la haine, c’est valoir mieux que ça. »
La colère est normale, mais il est inutile de croire qu’en répondant à la violence par autant de violence, on fait avancer le débat. Je ne vaux pas mieux que les gens abjects si je généralise autant qu’eux. Si je suis incapable de ne pas reproduire ce que je reproche à ceux d’en face, je ne vaux pas mieux que ceux contre qui je m’indigne.

Dès lors que l’on passe de victime au beau rôle de l’oppresseur, de par la majorité statistique d’un milieu; dans le sens où l’on en adopte les comportements, nous sommes non seulement aussi bas moralement que ceux qu’on fustige mais aussi une partie du problème qui alimente la haine.
Ce n’est pas parce que la vengeance est compréhensible qu’elle est excusable ni qu’elle doit nous salir.

Tout ça pour dire que, ce n’est pas ce que le mot cisgenre signifie qui est un problème, c’est l’intention avec laquelle il est lancé. Tout comme les mots « homosexuel », ou « noir ». Tout n’est qu’une question de sentiment. N’importe quel mot balancé dans le but de faire du mal, que ce soit « pédé », « cisgenre » ou « crudités », peu importe, du moment qu’il est envoyé au visage avec dégoût et violence, il fera du dégât.

Pour toutes ces raisons, je regrette d’avoir laissé passer ma conclusion initiale, malgré plusieurs relectures, y compris extérieures.

Je la corrige en disant « simplement » ceci :

Car toutes les personnes ne se valent pas, y’en a des mauvaises, y’en a des bonnes. Ne faites pas l’erreur de coller tout le monde dans le même panier sous prétexte qu’ils ont une étiquette commune.
Y’a des gens bien, y’a des gens moins bien, et entre les deux, tout un nuancier.
Et je suis triste que les personnes cisgenre subissent désormais le même traitement que les minorités quelque soit leur catégorie, à savoir, prendre des gros clichés dégueulasses dans la gueule, et que tout le monde trouve ça normal.
Non. Sous prétexte que l’on est censé faire partie de la classification des privilégiés, ne signifie pas que l’on est vraiment à l’abri de subir des violences de toutes sortes.

Ma solution : détachez vous de vos à-priori, ne partez pas convaincu.e.s d’avoir tout anticipé. Laissez-vous surprendre. Des fois les gens, ils sont réellement chouettes.

Souffle donc tes bougies !

Par défaut

Aujourd’hui, cela fait 8 ans que ce blog existe.
Soit 2922 jours, en comptant les années bissextiles.

Et les chiffres sont assez hallucinants : Plus de 560 articles en ligne, plus environ 250 qui ont été supprimés avec le temps. Et il en reste encore un paquet à dégager.
Car, et j’ai l’impression de dire ça tous les ans, mais je n’ai gagné en qualité qu’après plusieurs années. Cela doit faire environ 3 ans, que la ligne éditoriale s’est réellement améliorée, et est devenue plus qualitative (on essaye en tout cas).

Je ne poste plus juste pour le principe de raconter ma vie, j’essaie au maximum de dire des vrais trucs, si possible intéressants, et dont on peut tirer des leçons, ou au minimum avoir une opinion sur la question.
Non pas que j’ai déjà menti, ou raconté des cracks, mais qu’on se le dise, c’était aussi chiant qu’inutile.

Et je dois dire que, je ne pensais pas écrire aussi longtemps. Enfin, je ne pensais pas vivre aussi longuement surtout, mais c’est un autre sujet.
Mais il faut bien avouer que, s’il est facile d’ouvrir un blog pour l’été, le tenir sur la durée est un exercice bien plus délicat. Continuer à tenir ce blog ouvert, alors que ma vie change, évolue, bouge dans tous les sens, ce n’est pas chose simple. Entre les périodes de dépression à répétition, et les différents changements de direction qu’ont pris les thématiques abordées, je suis étonné de ne pas tou.te.s vous avoir perdus en route.

Et le fait que cette plateforme ait survécu à tous ces événements pas toujours évidents à gérer, me rend assez fier. Et cela a fonctionné dans les deux sens. Parce que durant certaines périodes, écrire m’a clairement permis de tenir la distance, si je passais huit jours sans sortir de chez moi, au fond du gouffre et en pyjama, je me disais qu’au moins, j’avais produit du contenu, et ça me laissait entrevoir un peu la lumière au bout du rouleau.

Du coup, même si mon lectorat a évolué lui aussi avec le temps, je tiens à vous remercier tou.te.s pour m’avoir soutenu tout ce temps. Que vous soyez lecteurice de la première heure, nouveau venu ou quelque part entre les deux, merci à chacun.e d’entre vous pour toutes ces belles années, et ces milliasses de lignes de texte, lues comme rédigées.

Cela sonne comme un au revoir, alors que bien au contraire, le parcours ne s’arrête pas là, le chemin est encore bien long, je l’espère en tout cas.
A vous comme à moi, je nous souhaite encore de belles années à venir, ensembles.

Merci.

Don’t give up

Par défaut

intro6qrs4g

Depuis peu, mon cispassing s’est suffisamment amélioré pour que je passe physiquement pour qui je suis dans le dedans. Je pense que la voix joue pas mal sur le sujet, mais je ne me pose pas trop la question.

De ce fait, quand je vais dans mon bar de prédilection, je suis souvent amené à discuter avec des gens que je ne connais pas, et surtout qui ne me connaissaient pas il y a encore quelques mois/années. Et les gens ne se posent pas un instant la question de savoir si je suis cisgenre ou non. Et, ça fait un bien fou en fait. Je ne suis pas juste réduit à mon identité, je ne suis pas juste « le trans de service » à qui on va pouvoir poser toutes les questions qui brûlent nos lèvres.

C’est reposant, cette invisibilité. Faire partie de la masse grouillante au lieu d’être un freak show ambulant, est d’un confort absolu. Pas besoin de se justifier pendant un quart d’heure sur le fait que oui, je suis effectivement qui je « prétends » être. Et personne pour m’engueuler parce que je suis mauvaise ambiance sous prétexte que j’en ai marre de répondre aux questions, toujours les même généralement, et fréquemment hyper intrusives.

Du coup, pour l’occasion, j’ai invitée plusieurs ami.e.s à répondre à quelques questions, que j’ai préparées à l’avance. Parce qu’elles et ils vivent la situation, plus ou moins similaire, depuis plus longtemps que moi.

C’est donc avec cette introduction de 20 kilomètres que je vous propose pour les prochaines semaines à venir, à raison d’une sortie par semaine, entre les autres billets s’il y en a, une série d’articles sur la vision personnelle du cispassing et de ses conséquences dans l’espace public. Le tout raconté par des personnes concernées, à divers degrés du spectre du genre.
Les questions seront quasiment toujours les même, à quelques mots près, mais la palette d’individus permettra de varier et d’offrir des horizons de réponses différentes, pour plus de richesse dans les opinions, afin de ne pas avoir, comme chaque fois, juste MON avis sur le sujet.

PS: A la base je voulais sortir tout ça en novembre, et appeler ça le NO-SHAME November, mais faute de motivation et dû à plusieurs contretemps, la série atterrit à l’arrache à cheval sur janvier et fevrier. Cette série d’articles devait également être publiée sur un autre site que le mien, mais l’opportunité s’est complexifiée suite à divers soucis en interne. Donc faute de meilleurs auspices, j’espère ne pas perdre mon lectorat habituel, et je publie ça à la maison.

Rendez vous donc mercredi pour le premier épisode des Chroniques Queer !

[Episode 1 : Camille
Episode 2 : James
Episode 3 : Heloïse
Episode 4 : Sacha
Episode 5 : Charlie
Episode 6 : Alix
Episode 7 : Grand Final]

 

2016, l’année des fraises

Par défaut
OUAIS C'EST ÇA, CASSE TOI !

OUAIS C’EST ÇA, CASSE TOI !

Je peux affirmer sans trop me planter, que j’ai survécu à 2016. Il y a des décès tous les ans, mais cette année tout particulièrement, m’a touché personnellement. Outre David Bowie, Alan Rickman, Pete Burns, Georges Michael et Carrie Fisher, pour n’en citer que quelques uns, 2016 a aussi apporté son lot de deuil du côté de ma vie privée. Je l’écrivais début février, mais j’ai perdu quelqu’un que j’aimais beaucoup, et aujourd’hui encore, j’en ai les larmes qui me montent aux yeux.

Mais aujourd’hui, j’ai pris la décision de relater ce qui m’est arrivé de positif cette année, parce que s’apitoyer sur son sort ne fait pas avancer la marchandise avant les bœufs, un truc du genre.

Cet article abordera deux plans : le point de vue du blog, et l’approche plus personnelle de cette cuvée 2016. Et je dois vous avouer que j’ai particulièrement séché pour trouver des trucs vraiment intéressants à dire. Notamment parce que j’ai une mauvaise mémoire, mais aussi et surtout parce que y’a des trucs dont tout le monde s’en fout un peu quand même.
Mais trêve de spoilers, attaquons.

En cette année des fraises, le blog a pas mal bougé, il a d’abord changé de nom en début d’année, une subtile lettre de changée qui a fait toute la différence. Sur la page FB dédiée au blog, pour suivre toutes mes aventures en temps réel (abonne toi !), on a gagné 39 followers, en passant de 115 à 154. Le pic a été de 156, mais des gens ont du partir en route. Chaque nouvel abonné se fait équilibrer par un départ, c’est un truc dont j’ai du mal à saisir le fonctionnement, mais soit.
Un total de 59 articles ont été rédigés, et donc 60 si on prends en compte celui que vous êtes en train de lire, soit un ratio d’un peu plus d’un article par semaine, et ce score m’enjoie assez.

En fin d’année également, un de mes articles a été relayé sur Simonae, et le lien a été retweeté par Ginger Force, une youtubeuse que j’affectionne tout spécialement. D’autant que ce fut un des articles de 2016 qui m’a demandé le plus de boulot, donc j’étais content.
Pour finir sur cette première partie, le total des visites du blog sur l’année complète a été d’environ 9600. Et c’est franchement cool.

D’un point de vue purement personnel, il m’est arrivé un paquet de trucs cette année. Bon, outre ma transition dont je vous bassine à longueur d’articles, je tiens quand même à souligner que je suis passé du coming out intégral, famille au complet incluse; à la quiétude et la tranquillité du confortable cispassing. Parce que après tout, mon intimité ne regarde que moi, tout ce qui importe pour les autres, c’est de ne pas remettre en doute mon identité de garçon.

Cette année j’ai aussi fait un peu de modification corporelle, ma sœur [de sang] (dont c’est le métier hein) m’a fait mon septum (l’anneau au milieu du pif), et j’ai fait encrer ma peau par deux fois par mon frère [de choix]. J’ai aussi pas mal bougé physiquement, en changeant ma monture de lunettes, en optant pour du bois, parce que c’est vachement confortable mine de rien. J’ai également changé de cheveux un paquet de fois, entre les coupes et les parties en couleurs. Par contre je vous rassure, ma garde-robes n’a pas perdu de sa coolitude, et cette année encore, j’ai agrandi ma collection de tee-shirts de l’awesome.
Et si j’ai dû arrêter d’aller à la salle de sport en milieu d’année, j’ai pu récupérer un vélo pour pédaler furieusement dehors, et j’ai même réussi à perdre plusieurs kilos malgré l’arrêt de la salle.

Enfin, j’ai achevé de me hipsteriser un peu plus, car après l’achat de mon appareil polaroïd en 2015, cette année j’ai acquis ma petite collection de vinyles, avec de quoi les lire bien évidemment.
Ah et maintenant, je suis en follow mutuel avec Dame Fanny sur Twitter, et c’est un peu la classe quand même.

_

Pour conclure, ce fut une année difficile, riche en rebondissement, mais emplie d’amour au sein de mon cercle d’amis, très proche comme occasionnel.
Je me suis affirmé, j’ai gagné en swag et je suis toujours bien entouré.

Pour terminer pour de vrai, voici mes vœux pour 2017 :
Je vous souhaite à tou.te.s une excellente année, qu’elle vous apporte autant de joie que de niaiserie, de l’amour par brouettes pleines et des briques de bonheur.
Suffisamment pour subsister confortablement, et toujours plus de meilleures nouvelles !
Amour sur vos têtes. ♥

 

Les 7 ans du blog !

Vidéo

Aujourd’hui, mon humble blog fête ses 7 ans !

A cette occasion, j’ai décidé de mettre des bougies sur un gâteau, et puis de manger le gâteau. Et comme c’était pas un mauvais gâteau, bah j’ai fait des photos, et une petite vidéo. Et puis aussi quelques lignes de remerciement à tous mes ordis qui se sont succédé pour assurer la longévité de ce blog!

Un premier, à Charlie le Conquérant. Qui m’as été offert à mon entrée au lycée, avant même la création de Guy, Geek & Green. Et à qui je dois mes premières mises en ligne d’articles qui étaient avec le recul, assez foncièrement mauvais adolescents.

Un second, pour Frederick le Vaillant. Premier gros achat avec mon propre argent, durement gagné à la sueur de mon front. Une grande partie des premières années du blog a été rédigée sur son clavier silencieux de laptop.

Un troisième à Hubert le Sauveur. Récupéré auprès d’un copain qui changeait de PC, alors que Fred battait clairement de l’aile. Hubert qui me sert encore, alors que j’écris ces quelques lignes. Même si une grande partie de son matériel a été changée avec le temps, il n’en reste pas moins mon Sauveur des Internets.

Un quatrième à Piotr le Discret. Dernier acquis de la famille, qui bien qu’actuellement en séjour prolongé chez le Bro-Léo, a su gagner mon cœur avec son clavier doux et sa ventilation d’avion au décollage.

Et enfin un ultime merci à vous, mes lectrices et lecteurs, fans du premier jour comme derniers arrivés. Sans votre soutien et votre présence toutes ces années, je n’aurais probablement pas tenu la distance.

Je lève mon gâteau à une nouvelle année prospère et créative!
Le bisou.

20160711_165614

Make me feel again

Par défaut

Depuis que j’ai annoncé publiquement ma volonté de changer physiquement pour mieux correspondre à qui je suis réellement, il y a une question que j’ai beaucoup reçu.

Ça ne t’arrives jamais d’avoir des doutes quand à ton projet?

_

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de répondre à cette question, une bonne fois pour toutes.

Tout d’abord, sachez simplement que si, il m’arrive d’éprouver de l’appréhension. Quand je vois tout le chemin qu’il me reste à parcourir, les innombrables batailles qu’il me reste à livrer, avec les administrations, avec les gens, avec la société; j’en viens à me demander si ça en vaut vraiment la peine?
Bien évidemment, la réponse est oui, oui ça en vaut la peine. Même si ça risque fortement ne pas être simple, et que rien n’est garanti, l’espérance de correspondre physiquement à qui je suis émotionnellement, c’est inestimable.

Ensuite, je me rends compte que je me suis rarement senti aussi bien que ces 6 derniers mois. Je me sens libéré d’un poids que j’ignorais porter jusque là.
En faisant un rapide retour sur le déroulement de ma vie, j’ai pris conscience que je n’avais pas eu une minute de répit depuis les toutes premières années de ma vie. Tout n’y est que douleur, rejet d’autrui, de moi-même, traumatismes et autres souffrances en tout genres.
Comme je l’ai écrit auparavant, je suis toujours à peu près parvenu à tout mettre sur le dos d’un élément qui n’avait rien demandé (le poids, ma famille, etc.), afin de continuer à avancer avec un bouc émissaire à accuser. Mais quand j’ai enfin fini par comprendre que le problème était sous mes yeux depuis le départ, tout s’est imbriqué, tout a pris du sens.

J’ai aussi entendu que c’est comme pour le reste des éléments dans ma vie, c’est une lubie temporaire, ça me passera. Comme à chaque fois que j’ai une idée un peu farfelue, j’en deviens hyper motivé, et en trois mois c’est passé.
Sauf que là on ne parle pas d’un projet professionnel, on parle de mon ressenti intime et profond. Un ressenti contre lequel j’ai lutté pendant des années parce que je ne voulais pas être concerné, jusqu’à que ça m’explose au visage.
Je ne veux pas changer physiquement pour faire joli, j’en ai besoin, ça m’est vital, c’est crucial pour ma survie proche.

Alors bien sûr, de temps en temps je me dis que peut-être je suis dans le faux, peut-être que tout ceci ne me concerne pas réellement, mais bon, je me demande aussi parfois ce que ça fait de passer sous un bus, alors bon, j’ai pris pour habitude de ne pas trop écouter mes angoisses profondes.

Mais plus sérieusement, je me sens un peu comme si je devais passer sur le billard pour une opération du cœur. Je suis terrifié à l’idée que ça merdoie en route, mais je sais que je n’en sortirais qu’en meilleur état à l’arrivée. Et je sais que je vivrais et me sentirais bien mieux au final après tout ça.

Donc pour résumer: Oui j’ai des doutes. J’ai des doutes sur le déroulement des événements, j’ai des doutes sur le futur, sur les réactions des gens, sur si je serais accepté par la société après tous ces changements physiques.
Mais aucun doute éprouvé quant au fait que je suis effectivement un garçon transgenre.

And they call me under

Par défaut

Il était mon ami, il était mon frère.
Il était mon barman, il était mon père.

Il parlait à l’oreille des PC, il servait des godets. Un homme de talent, un confident.
Je vous prie de me pardonner ces rimes un peu faciles mais aujourd’hui, j’ai le cœur bousillé. Un ami à moi est parti, comme ça, sans prévenir. Et on lui en voudrait tellement s’il n’était pas aussi attachant. Apprécié, et pourtant si facile d’accès. Il laisse un grand vide derrière lui, irremplaçable, d’une gentillesse incommensurable.
A t’engueuler en fin de soirée parce que tu sais pas boire, mais à t’aider à te relever, parce que quand même, c’est lui qui est derrière le comptoir. A se foutre de ta gueule parce que tu commandes une pinte de sirop, mais te la servir malgré tout, car il nous aimait tous beaucoup trop.

Je ne trouve aujourd’hui que peu les mots. Et je ne cherche pas à piétiner ceux de sa famille, la vraie, celle qu’il avait choisi. Mais je tenais néanmoins à lui rendre un dernier hommage, même inutile, même maladroit.

Je sais qu’il m’aurait tapé sur la main en me disant que j’en fais encore des caisses, mais je sais qu’au fond, il etait fier de moi, de nous, et de tous ceux que nous sommes devenus. Un peu grâce à lui, un peu grâce au hasard de la vie.

Merci d’avoir fait partie de ma vie toutes ces années, et même si mes larmes semblent intarissables, tu es parti fidèle à toi même, en quelque sorte.