Les Chroniques Queer #7 : Grand Final

Par défaut

En ce mercredi 15 Mars 2017, c’est la fin de notre grand feuilleton de l’hiver, et oui, c’est le dernier épisode des Chroniques Queer! Mais ne pleurez pas, on finit en beauté avec une question collective qui était formulée ainsi :

Quel est ton avis sur la « Fierté Trans »? Te sens tu concerné-e?

_

▼ CAMILLE
Je pense que la « fierté trans » est quelque chose d’important. Je ne me sens pas concernée directement parce que le fait que je sois trans n’est pas une partie centrale dans mon identité. Je suis une fille qui s’avère être trans. Mais que je le veuille ou non, je suis confrontée à toutes les problématiques trans, tous les ennuis sociaux, la transphobie, les médecins qui nous baladent…

Je trouve que la société est extrêmement dure envers nous, et je parle en tant que femme trans hétéro pré-op. J’ai l’impression que le monde me traite comme le plus grand cauchemar des mecs, le « piège », que je suis un monstre ou alors un fantasme sexuel bizarre et inavouable. Je ne pense pas être plus forte que la moyenne des gens par rapport aux jugements, je pense même y être très sensible.
J’ai pris conscience ces derniers temps, à quel point j’avais internalisé tout ça. Je ne rejette plus mon corps, en fait j’ai jamais été aussi bien dans ma peau, mais je suis toujours dans la détresse à cause de l’attente de mon opération, et je pense qu’une très grande partie des complexes que j’ai par rapport à ce qu’il y a entre mes jambes est dû à ce que les gens et surtout les mecs pensent globalement de moi et des filles comme moi.

Je ne revendique pas moi même la fierté d’être trans, pour moi ce mot représente une masse de problèmes et de stigmatisation que je subis. Cependant, je pense que la société a besoin de changer ses discours et ses préjugés sur nous, car ça nous détruit. Je comprends les gens qui revendiquent leur transidentité, je pense que c’est un mécanisme de survie face à tout ça, comme ma stratégie à moi est de devenir invisible en tant que transgenre.

_

▼ JAMES
On vit dans une société où ne pas être cis, ça ne doit pas se voir. Le mot cisgenre lui-même n’existe pas en dehors des milieux trans / queer / féministe. On lui préférera les termes « gens normaux » ou « non-trans ». Ça en dit long sur le chemin qu’il nous reste à parcourir en terme d’acceptation et à quel point il est difficile de se sentir fier.e d’être une personne trans.
Où qu’on aille, quoiqu’on lise, regarde, écoute, que ce soit les journaux, les magazines, les films, les séries, les émissions de TV, il y aura toujours une blague censée être drôle sur nous et/ou des théories sur nous sans nous. Sans même parler du cissexisme partout, tout le temps.

Personnellement, je n’ai pas honte d’être trans. Et même si j’ai pu le penser il y a quelques temps, je suis content de ne pas être cis et d’avoir appris tout ce que je sais. C’est à double tranchant car, en contrepartie, cela m’a ouvert les yeux sur l’aspect systématique des oppressions envers les personnes trans. Mais je n’aurais pas été qui je suis à l’heure actuelle.
Maintenant, je dois reconnaître que je n’ai pas beaucoup subi de transphobie de façon directe et peut-être que si ça avait été le cas, je serais plus frileux à me promener dans les rues avec mon sac plein de badges sur mes identités de genre et orientations (par exemple).

 _

▼ HELOÏSE
Pour moi, la fierté trans est essentielle. Je suis une femme d’abord mais je suis aussi une femme trans. Et je suis fière de mon parcours, de ma vie, de ce que je suis. Il faut savoir affirmer d’où l’on vient quand cela est nécessaire.

Je peux avoir un cis-passing et être fière d’être trans. Cela me semble hyper logique et cohérent. Surtout, c’est cette fierté modeste (inutile de le crier partout) qui aide doucement à faire évoluer les mentalités : je ne me cache pas mais je ne ressens aucun besoin de provoquer ni de m’affirmer plus que ça. Par exemple, j’ai un cis-passing et je ne dis jamais à personne que je suis une femme trans, mais j’assume d’avoir écrit un bouquin clairement trans et qui me grille direct. J’en écris un autre qui va me griller encore plus. Et c’est cool.

Dans le fond, ma superficialité est devenue cis et je l’assume. Mon ressenti profond est trans et je l’assume aussi.

_

▼ SACHA
Je pense que c’est important d’être fier de son identité, quelle qu’elle soit, parce qu’on ne choisit pas ce qu’on est, et en être fier fait à mon avis partie d’un processus de paix avec soi-même (qui n’est pas évident dans le contexte culturel.)

Quant à la fierté trans, je trouve juste dommage qu’elle existe essentiellement à cause de rejets sociaux et de crises identitaires. Surtout que la transidentité serait dans l’idéal un état transitaire voué à disparaître avec les progrès de la médecine, de la société et de la légalité. Un état transitaire entre deux genres
Après, personnellement, comme je rejette pour moi même les labels de genre autant que j’évite de trop me foutre dans des groupes sociaux labellisés, c’est vraiment le label qui me dérange plus on a tendance à me foutre dans des cases plus ça m’emmerde. Mon état d’agenre est un état, pas un label. Je ne me bats pas plus pour mon état que pour ma couleur de cheveux.

Et plus personnellement encore, les personnes trans que j’ai pu rencontrer pour le moment, dans leur grande majorité, peuvent pas me blairer parce que je refuse de me battre pour un genre et ne comprennent pas du tout une démarche qui est totalement inverse à la leur.
Donc, oui, je trouve ça important d’affirmer qui on est, de pouvoir en être fier sans honte, et je me battrais pour ça. Mais pas plus pour la fierté trans que pour n’importe quelle autre fierté.

Je tiens cependant à souligner, que je ne souhaite pas être condescendant ou quoi que ce soit, je ne méprise pas les personnes transgenres, j’aime les gens quels que soient leur genre. Je ne déteste personne, c’est simplement que je n’y attache aucune importance.

_

▼ ALIX
Politiquement c’est tellement important que l’on apprenne à ne plus s’excuser d’être des personnes trans, et aussi de pouvoir parler de ce qui fait la richesse de nos vies ; donc collectivement la formule me parle. Cela dit personnellement je ne suis pas encore au stade « fierté », je verrai bien comment j’appréhende la chose dans l’avenir ; déjà je n’ai plus honte c’est un grand pas !

Enfin, pour conclure, mon avis personnel de petit Kao sur la question, c’est que je suis assez partagé.

D’un côté, j’assume pleinement ma transidentité sur les lignes de ce blog, et si on me pose la question dans la vraie vie, je ne vais pas le nier. Mais à côté de ça, je ne le proclame pas haut et fort à qui veux bien l’entendre. Parce que je considère que c’est aussi ma vie privée, et qu’en vrai j’ai toujours un peu la trouille que les derniers arrivés dans mon cercle de potes, l’apprennent et commencent à me considérer différemment à partir du moment où ils et elles seraient au courant.
Vous allez me dire que c’est absurde, parce que s’iels me traitent effectivement différemment à partir du « point de connaissance », ces gens là ne méritent alors pas mes faveurs, et vous auriez sûrement raison à ce propos. Cependant, je ne peux m’empêcher d’avoir cette crainte profonde que les gens ne soient pas aussi bienveillants que j’aime à le penser. Paradoxal, je sais.
Mais bref.

Ainsi s’achève notre grande saga hivernale, j’espère que cela vous aura plu.
Pas d’inquiétudes cependant, ce blog n’est pas terminé.
A très vite pour de nouvelles aventures tou.te.s ensembles !!

Chroniques Queer #6 : Alix

Par défaut

Pour ce premier mercredi du mois de Mars, voici pour vous un autre épisode des Chroniques Queer! Nous recevons Alix, qui encore une fois, se présente tout seul comme un grand. Ah, c’est bien quand j’ai rien à faire moi-même hein?

_

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

► J’ai 24 ans et même si je sais depuis mes 12-13 ans que je suis trans je n’ai appris l’existence de la multiplicité des genres et de la non-binarité que depuis environ 2 ans. De fait, longtemps je me suis défini comme « garçon » par défaut  tout en n’étant pas très à l’aise avec l’idée ; depuis que j’ai pu d’avantage poser des mots précis sur mon genre le terme qui colle le plus à mon ressenti et « agenre ». Tel que je le ressens, cela veut dire que je ne me sens pas concerné personnellement par les genres que la société reconnait (homme et femme du coup), et que je n’arrive pas à appliquer à moi-même le concept  de genre (pour m’expliquer : politiquement et d’un point de vu militant je comprends ce qu’est un genre, mais disons que ça ne fait pas écho en moi, je n’arrive pas à ressentir une appartenance à un genre en particulier, ni a comprendre ce que cela peut faire de se sentir appartenir à tel ou tel genre).

_

♦ As-tu effectué des modifications notables dans ton apparence/attitude après avoir pris conscience de ton identité? Ou au contraire n’a touché à rien, parce que tu te sentais suffisamment bien tel quel?

► J’ai eu une mammectomie récemment. Le binder m’aidait bien et j’avais appris à ne plus détester ma poitrine (c’était (re)devenu de l’indifférence) mais je ne supportais plus le fait d’être comprimé donc j’ai sauté le pas de l’opération dès que j’ai pu.

_

♦ Y’a-t-il eu des changements dans l’approche/le comportement/le regard des gens à ton égard depuis lesdits modifications?

► De manière générale, je sens des regards plus longs et plus appuyés quand mon apparence est plus « ambiguë », mais le fait d’avoir un torse plat à renforcé le phénomène je crois (surtout en fonction des vêtements choisis). Sinon plus précisément, cet été c’est la première fois que je suis allé à la plage juste en maillot de bain, du coup les cicatrices font un élément que les gens remarquent, et comme je n’ai pas de cispassing masculin je vois bien que cela interroge (au mieux…). De même les médecins me demandent maintenant si j’ai eu un soucis (illes pensent à cancer du sein généralement), ce qui fait un élément que je dois maintenant justifier tandis qu’auparavant je pouvais, si je ne voulais pas de complications sur le moment, laisser croire aux gens que j’étais une femme cis sans qu’on me pose trop de questions.

_

♦ Ton état d’esprit a-t-il changé quand tu te déplaces dans l’espace public ? Y’a-t-il des attitudes personnelles que tu as dû/souhaité changer?

► Je n’ai jamais été à l’aise dans l’espace publique pour d’autres raisons ; le sexisme me vient à l’esprit de suite, mais pas seulement. Pour plusieurs raisons, je n’ai jamais tellement vu l’espace public comme un espace accueillant pour moi, c’est plutôt un lieu de passage à gérer au mieux. Mais, du coup, oui la question de la transphobie ou NBphobie rajoute de la gène et/ou angoisse (suivant les situations).

J’ai un moment essayé d’avoir des attitudes et vêtements plus masculin-e-s ou, du moins, moins féminin-e-s pour ne pas être mégenré (j’utilise le pronom « il »). Mais d’une part ça ne marchait pas tellement, en plus je n’étais pas à l’aise parce que ce n’était pas « moi », et pour finir cela me rappelait tout le temps que j’étais trans, que je devais agir de telle ou telle manière pour que les gens perçoivent telle ou telle attitude comme un signe pour bien me genrer. Je ne m’en sortais pas, ça finissait par me rendre plus mal qu’autre chose. Du coup j’essaie maintenant de revenir à des attitudes avec lesquelles je suis à l’aise, plutôt que de penser à comment les gens vont me percevoir (mais c’est loin d’être gagné !).

_

♦ Un dernier mot à formuler peut-être?

► Je suis agenre, mais ayant tout de même passé plusieurs années à me définir « garçon » et à le revendiquer fortement (avec mes parents ou différents psys notamment), cela fait que je suis dans un entre-deux permanent entre mon ressenti actuel et la manière dont j’ai longtemps envisagé ma transition (sociale notamment). Ce n’est pas forcément évident à gérer, et ne serait-ce qu’au sein de la communauté, je me sens  un peu entre deux ressentis niveau prise de conscience et parcours de vie : entre les expériences des personnes qui sont hommes ou femmes ou celles des personnes non-binaires j’ai du mal à me sentir plus proche des un-e-s ou des autres (et je me sens un peu alien dans tout les cas). C’est quelque chose que j’apprends encore à appréhender/démêler. D’où l’importance de laisser la parole à toutes sortes de vécus, sans comparer systématiquement avec ce qui serait un « parcours type ».

Par rapport à mon expérience je trouve important de faire un petit rappel :  attention à ne pas confondre quelqu’un-e qui a besoin de temps pour se définir par rapport à la binarité de la société, avec quelqu’un-e qui serait «  juste confus » ou « juste une personne cis en questionnement » (formules que j’ai pas mal entendues, alors que j’étais bien plus au clair avec mon genre que quand – par manque d’informations – je me définissais « garçon » par défaut). Le manque de mots ou l’impression de ne pas être légitime à se définir hors de la binarité homme-femme ne veut pas dire qu’on ne sait pas qui on n’est ; seulement ça demande parfois plus du temps pour arriver à le dire clairement.

Chroniques Queer #5 : Charlie

Par défaut

Yo ! Vous allez bien? Je l’espère en tout cas. Comme la semaine dernière ya deux semaines,  désolé pour le contretemps, on se retrouve ce mercredi jeudi finalement, pour le nouvel épisode des Chroniques Queer !
Et cette semaine, nous reçevons une personne qui s’identifie comme « queer » justement, comme les choses sont bien faites pour une fois! Bref, trève d’introduction obligatoire, je laisse soin à cette personne de se présenter.

_

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

► Bonjour ! Je m’appelle Charlie, dans la vie je dessine et je glande sur internet. Et je suis non binaire. Dans mon cas, ça signifie que je suis ni meuf ni mec, peut-être autre chose, ou entre les deux. Ça se précisera éventuellement avec le temps. En attendant, je dis «queer» et j’y réfléchis.

_

♦ As-tu effectué des modifications notables dans ton apparence/attitude après avoir pris conscience de ton identité? Ou au contraire n’a touché à rien, parce que tu te sentais suffisamment bien tel quel?

► C’est une réalisation sur le long terme, en fait, de dépatouiller un peu ce qu’est mon identité. Et c’est toujours en évolution.
Mais, disons que j’ai pris des mini libertés dans mon expression de genre. Je me suis procuré un binder par exemple, et je choisis des fringues peut-être un peu plus diverses qu’avant (remarquons que je suis toujours habillé-e des 4 même machins, malgré ce stock glorieux). Je suis AFAB (assigné-e femme à la naissance), et je venais déjà d’une culture lesbienne/«butch», donc je pense que les gens me perçoivent comme ça quand je m’habille de manière considérée comme plus «masculine».
Mais à vrai dire j’aime différents trucs, sur le plan vestimentaire, et même si je regrette parfois d’être invisible, je ne vais pas me priver d’être féminin-e quand j’en ai envie. Moi je sais où je me situe. Je ne suis pas moins queer les jours où je porte des talons, et pas plus les jours où je suis en binder. Donc oui, parfois on veut faire savoir au monde que les identités des gens ne sont pas forcément celles qu’on croit, et on se sent mieux dans certaines fringues. Et aussi des fois, il fait 10 degrés et t’as envie de mettre des vêtements mous et chauds et tu t’en fous. Je sais que c’est aussi un privilège, d’avoir des jours où je me fiche d’être mal lu-e dans mon identité, et que c’est différent pour tout le monde.
Bref, tout ce que je veux dire, j’imagine, c’est qu’il ne faut jamais présumer de l’identité de quelqu’un uniquement sur ses vêtements. J’peux être une personne transmaculine en jupons, voilà tout.

Aussi, petit aparté, mais on se figure que «l’androgynie» (sur le plan esthétique) c’est une sorte d’idéal tendant vers le masculin, habillé de noir, mince et blanc-he. Et autant ça convient à plein de gens, autant l’androgynie peut être plein d’autres choses, que ce n’est pas la seule option. Et que c’est à expérimenter.

Ha, également, pour revenir à la question : j’ai également commencé à utiliser des pronoms différents. Principalement en ligne, parce qu’il est aisé de montrer que je veux être accordé-e comme ça. J’ai aussi commencé à en parler autour de moi aux gens qui étaient susceptibles de le comprendre et de le respecter, donc c’est cool. J’commence tout juste à switcher les pronoms à l’oral en parlant de moi, pour voir.
Comme pour beaucoup de gens transgenres, la question plus «médicale» de la transition se pose. Oui je l’envisage. Non, je ne suis pas moins trans en attendant. Oui, j’ai peur.

Bon, après ce pavé et pour répondre à la question : je me sentirai peut-être parfaitement bien comme je suis sans toutes les considérations de la société sur les genres, qui sait ? Mais on ne vit pas dans ce monde-là, et on en sait rien, donc, oui, j’ai envie d’autres choses, j’ai envie d’être perçu-e comme la personne que je suis. Après, je vais prendre mon temps et je veux être sûr-e que c’est ce que je veux sincèrement aussi.

_

♦ Y’a-t-il eu des changements dans l’approche/le comportement/le regard des gens à ton égard depuis lesdits modifications?

► Alors. Il y a des gens dont je sais qu’iels ont, soit compris tout de suite quand je leur ai dit, soit fait le travail sur elleux même d’apprendre et de comprendre. Sûrement des personnes qui ne comprennent pas mais respectent. Et ces gens là donnent des petits signes que leur regard a changé. Changent les pronoms, changent les petits noms qu’ils me donnent. Je sais même pas si c’est répondre correctement à la question.
J’imagine que le grand problème des personnes NB qui «ont l’air» cisgenre, c’est justement d’être reconnu-es dans leur transidentité, ce qui n’est peut-être pas la problématique principale de toutes les personnes trans…

Hmm, sinon, depuis quelques années le harcèlement de rue s’est beaucoup orienté vers « t’façon ça se voit que t’es gouine » et de l’homophobie en général. Sans être tout nouveau pour moi, ça rejoint un peu ce que je disais sur le fait que je suis lu-e comme butch. Donc, hum, j’imagine que c’est un changement.. ?
Je ne vis pas du tout de transphobie directement dirigée vers moi dans la rue, par exemple.
J’essaierai de revenir sur ça plus tard, parce qu’il y a clairement des différences entre mon cas et celui d’autres personnes trans et je ne veux pas les ignorer.

_

♦ Ton état d’esprit a-t-il changé quand tu te déplaces dans l’espace public ? Y’a-t-il des attitudes personnelles que tu as dû/souhaité changer?

► Mon état d’esprit, non. Je suis AFAB, toujours perçu-e comme meuf. J’ai toujours peur dans la rue régulièrement, je suis toujours dans la situation dans laquelle sont les filles dans l’espace public (une situation pas géniale, pour préciser).

_

♦ Je n’ai pas vraiment de question intermédiaire mais si tu as une remarque pertinente, c’est ton moment.

► Pertinente, je ne sais pas ! Hum, j’ai été plutôt agressifve sur une question, à propos de transition médicale. Je précise juste que… Ce n’est pas facile pour moi d’utiliser le mot transgenre à mon propos. Ça a mis du temps avant de me percevoir comme ça, et beaucoup de gens non binaires ressentent des choses semblables, je crois.

Je sais que la très grande majorité des gens, même celleux qui savent, ne me perçoivent pas comme transgenre. Les gens cis ou trans, d’ailleurs.
Je sais que l’idée que les personnes non-binaires sont «juste cis» est répandue. Je sais aussi qu’il y a plein de manières d’être une femme ou un homme. Je connais des femmes qui sont bien moins traditionnellement «féminines» que moi, et pourtant, voilà : ce sont des femmes cisgenres, à l’aise avec cette identité, et moi ce n’est pas la mienne alors que j’ai «l’air» d’en être.

J’ai entendu reprocher aux non binaires d’entériner des normes de genre figées, de s’inventer des genres, etc… Hey, sans blague. Oui, on invente des genres, ça s’appelle la vie en société t’sais. C’en est pas moins réel, moins vrai pour les gens.
On existe, c’est tout ce que je veux dire. Et on est trans.

_

♦ Un dernier mot? Quelque chose qui te semble important? 

► Comme j’ai un peu râlé, parce les non binaires entendent des trucs pas cool, y compris de leur propre communauté, je voudrais bien finir en disant que oui, on a cependant des gros privilèges vis-à-vis d’autres gens de cette communauté [trans].
Déjà, certain-es d’entre nous ne ressentent pas le besoin d’une transition (sociale ou médicale), ou pas «entièrement» (ce qui d’ailleurs peut être le cas de n’importe quelle personne trans). Donc oui on a des privilèges d’avoir l’air cis. Je me fais pas refuser de jobs pour ça, on m’insulte pas dans la rue pour ça. Je ne peux pas imaginer ce que c’est ; mais c’est aussi une souffrance d’être invisible.
Et puis, n’importe quelle personne «pré-transition» peut vivre ça, même si, peut-être les gens non binaires et fluides peuvent parfois être plus à l’aise avec leur apparence… Mais pas toujours.

Je ne sais même pas si ce truc de séparer binaires et non-binaires est pertinent, les gens utilisent les mots comme iels veulent ; je dis juste, j’imagine, qu’on est dans la même communauté. Qu’on ne devrait pas être en train de se traiter les un-es les autres de «binaires» ou de «fauxsses trans»… Right ?
On vit des choses différentes et je ne pense pas que c’est majoritairement à la communauté non-binaire de prendre la parole sur la transphobie constamment. Je pense qu’il faut qu’on soit humbles et qu’on reconnaisse les avantages qu’on peut avoir.

Mais aussi, je refuse de me faire insulter dans mon identité parce que certains jours j’aime mon corps, ou parce que je suis pas «full trans», ou parce que je veux une transition non-binaire. Soyons camarades, merde.
On a une lutte à mener ensemble, contre la transphobie d’état, pour le changement d’état civil, pour des parcours de transition sains, accessibles et non psychiatrisant, pour un meilleur accès aux soins. Pour une représentation dans les médias pas ridicule ou insultante. Pour… tellement de trucs, parce qu’on est tellement loin d’être à égalité.
Je suis désolé-e, je n’ai pas tant parlé aux gens cis qui voudraient comprendre des trucs en lisant mon temoignage, j’espère que ça reste compréhensible.

Un conseil ? Les genres des gens ne sont pas c’que vous croyez. Demandons poliment leurs pronoms aux gens, hackons les normes de genre et informons-nous les un-es les autres. Bisous.

Chroniques Queer #4 : Sacha

Par défaut

Bien le bonjour ! Vous commencez à être habitués, mercredi ça veut dire suite des Chroniques Queer!
Aujourd’hui nous recevons Sacha, une personne agenre, qui me fait le plaisir de se présenter de lui-même dès les premières lignes de notre entretien. Je vous laisse donc l’honneur de découvrir son témoignage.

_

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

► Je m’appelle Sacha, je suis né dans un corps féminin. Je parle de moi au masculin neutre et j’accepte les pronoms il/lui et elle, avec une préférence pour le masculin quand la personne me connait bien, mais globalement ça n’a pas beaucoup d’importance pour moi tant qu’on ne me sexualise pas. (genrer n’est pas sexualiser, pour rappel.)
J’ai pris conscience vers mes 14 ans que je n’aimais aucun genre que me proposait la société et j’ai décidé au lycée de laisser tomber ça derrière moi. A cause d’un partenaire j’ai été forcé de rentrer de force dans un rôle sur-féminisé et hyper sexualisé dans lequel j’étais en souffrance.
Depuis, j’ai envoyé à nouveau valser tout ça. Et ça m’a fait du bien.

Il faut savoir que cette non-binarité est quelque chose qui est en moi depuis toujours, mais ce n’est pas un big deal pour autant. Je n’ai aucune revendication, aucun combat par rapport à ça. Je l’avais déjà imposé à mon entourage avant de savoir ce qu’était la non-binarité. Je n’ai rien de vraiment féminin si je ne le désire pas, et un passing masculin correct quand je le veux. Je ne demande aux gens ni de comprendre ni de tolérer, c’est juste entre moi et mon acceptation de moi-même. Les gens qui ne veulent pas comprendre ou pas accepter sont simplement laissés de côté. De plus, je tatoue, donc j’ai un rapport très proche avec ma clientèle et je ne les mêle pas à ça. Je ricane juste quand on me demande si « c’est pas trop dur pour une Fâme de tatouer » que je ne me sens pas concerné.
Et puis faire 1m85 et avoir l’air peu aimable m’aide énormément.

_

♦ As-tu effectué des modifications notables dans ton apparence/attitude après avoir pris conscience de ton identité? Ou au contraire n’a touché à rien, parce que tu te sentais suffisamment bien tel quel?

► Ayant été élevé par une mère qui m’a choisi mes fringues jusqu’à 14 ans (salut à toi, robe bleu ciel à col Claudine, puisse tu croupir au fin fond d’Emmaüs) mais qui m’encourageait à me battre comme un garçon, et par un père qui pensait essentiel que je sache tailler du silex, faire du feu et tirer à l’arc, disons que… je n’ai jamais été ni vraiment fifille ni vraiment garçon manqué.
Je m’habillais toujours en terne jusqu’à mes 14 ans, bleu foncé, gris, marron… Puis quand je me suis un peu découvert j’ai mis du noir, et de la résille. Je voulais être Brian Molko (chanteur de Placebo). Je m’habillais d’un t-shirt et d’un jean. Noirs. Toujours. Je n’ai jamais compris l’intérêt de montrer ma poitrine parce que pour moi elle n’avait aucune importance, vu que je n’étais pas une fille. Et que je ne voulais pas être sexualisé comme un individu féminin.
Donc jusqu’à ce que je rencontre un mec qui me considère comme sa poupée et qui pensait qu’il était de son devoir de faire de moi une vraie Fâme, j’étais bien dans ma peau.
Cette sur-féminité s’est accompagnée d’une sur-sexualisation et m’a amené à me représenter en tant qu’objet. Mais ce n’était pas moi. Du tout.

Quand je me suis réveillé, j’ai pété un câble, j’ai jeté toutes mes fringues au fond d’un placard qui sert de lit à mes chats et je suis allé dépenser des sous pour m’offrir des tank tops de mec pour aller avec mes leggings galaxie. Je m’habille absolument comme je veux, avec les fringues que je veux, tout est ouvert pour moi. J’ai les cheveux roses, je porte des salopettes de garçons, je ne me maquille pas toujours…
Je fais ce que je veux. Je n’ai pas forcément le temps de prendre soin de moi avec mon boulot, mais quand je le fais je suis quelqu’un de plutôt chatoyant. Mais en noir.

Par rapport à mon attitude, comme dit précédemment, je suis quelqu’un de calme et comme je ne mets pas en avant mes « attributs » rien n’a changé.
Je vais me faire réduire la poitrine également, parce que je n’en ai rien à foutre et que c’est la seule chose qui me met réellement mal à l’aise. Et c’est plus parce que je préfère un physique le plus asexué possible qu’une question de passing.

_

♦ Y’a-t-il eu des changements dans l’approche/le comportement/le regard des gens à ton égard depuis lesdits modifications?

► Le respect.
Plus personne n’ose s’adresser à moi en mettant en avant mes ovaires/nichons/etc. On me voit avant tout comme un être humain.
Quand aux crétins qui oseraient quand même me rabaisser parce que ce jour là, je porterais un mini short (pas de jupe, jamais, never, no way), il faut savoir que je peux très vite être pas sympa. En société, ça ne s’est jamais mal terminé pour moi en règle générale.
Mais comme dit plus tôt, la taille et les new rocks en métal aident peut-être un chouilla.
Je sais que je présente ça avec un peu d’agressivité, mais si la majorité des gens sont très pacifique il faut savoir que pas toujours et j’ai suffisamment été agressé sur mon identité dans ma jeunesse pour toujours envisager de me défendre.

_

♦ Ton état d’esprit a-t-il changé quand tu te déplaces dans l’espace public ? Y’a-t-il des attitudes personnelles que tu as dû/souhaité changer?

► Je n’aime pas l’espace public. Parce que 1m85, et les cheveux roses.
L’espace public revient pour moi à aller d’un point A à un point B, toujours avec des écouteurs et le plus souvent j’ai du boulot ou des courses à faire. Je ne me cache pas mais je ne cherche pas la merde, et ce depuis le lycée. Et ce n’est même pas une question d’identité, mais un gothique seul dans Bordeaux? Ha.
Quoi qu’il arrive je dois faire attention par où je passe et à quelle heure, et avec mes fringues, je serais un mec cisgenre que ca serait pareil. Néanmoins, j’ai moins de harcèlement sexiste. C’est un progrès… je suppose.

_

♦ Je n’ai pas vraiment de question intermédiaire mais si tu as une remarque pertinente, c’est ton moment.

► Le gros problème en vrai, c’est de parler de soi aux gens qui ne nous connaissent pas. Surtout à l’écrit. Je parle de moi au masculin. Donc on m’a parfois corrigé.
En général j’ignore, parce que me forcer à écrire au féminin me donne l’impression de dire « ha ouais pardon, regarde, je remets mon soutient gorge et du rouge à lèvres, je reviens » et ça me lasse.
Ah et beaucoup de gens pensent que je suis un homme via internet et mon Facebook de travail.
Ça m’arrive aussi beaucoup de parler de moi au féminin quand j’aborde cette partie de ma personnalité, mais en aucun cas les deux côtés ne sont dissociés. C’est juste que le non-genre est plus facile au masculin.
Néanmoins quand je réalise qu’on me regarde d’une drôle de tronche parce que je parle au masculin en racontant des histoires de coupe menstruelles, c’est totalement priceless.

Mais le vrai problème d’être agenre?
Ne pas savoir si on joue male ou female dans les RPGs.
(Mais pour être clair, j’ai pris female dans Mass Effect et male dans Dragon Age et dans Fallout.)

_

♦ Un dernier mot? Quelque chose qui te semble important? 

► Je ne connais pas vraiment d’autres personnes agenres.
Je n’ai pas cherché à en rencontrer. Non pas que je m’en fiche, mais je n’ai jamais eu besoin d’une communauté, dans aucune des mes activités. Je préfère rechercher la diversité parmi mes amis et mes contacts. Donc je ne parle pour personne d’autre que moi-même.
Ce que je vais dire va forcément fâcher des gens, mais des gens que je ne connais pas, donc je m’en cogne un peu.

J’ai la chance d’avoir un parcours identitaire excessivement non violent. Et je sais qu’on me le reproche. Quand on essaie de me mettre de force dans un genre, je m’en vais. Et je préfère la pédagogie au combat. Parce que même si c’est pour « défendre » mon genre (ou plutôt mon non genre), je n’ai pas de rancœur ou d’amertume quand les gens refusent de me reconnaître, étant donné je considère sincèrement que 99% de l’humanité ne vaut pas le coup d’œil, et que je me fiche quasi totalement des êtres humains vivant sur la planète tant qu’ils ne sont pas dans mon cercle.
Je ne suis d’aucun combat à ce sujet autre que le droit à choisir son identité parce que j’ai laissé tomber il y a longtemps. Je ne revendique rien parce que ça ne regarde que moi. J’agis au delà des carcans de genre parce que je ne suis d’aucun genre. Parfois on me le reproche. On me dit que je ne suis pas un-e « vrai-e ».
Mais je ne vois pas en quoi avancer avec de la haine aide qui que ce soit.
Moi personnellement ça me ralentit. Je ne vais pas ruminer les pensées de gens qui me veulent du mal, je préfère avancer pour moi.

Beaucoup de gens, cis/non-cis sont dans une guerre effrénée les uns envers les autres, et on me demande souvent d’avoir un avis parce que je suis « non-cis. »
Mon avis personnel c’est que le genre est une illusion sociale, pourquoi est-ce que je prendrais le parti de qui que ce soit pour défendre cette illusion? Au delà de toutes ces considérations, je comprend qu’on veuille défendre son droit à l’identité, pour le coup, ça je le défend aussi, mais détester un côté ou l’autre de la barrière des genres, des assignations, c’est au delà du stérile. Haïr une personne parce qu’elle est née comme ça c’est juste de la haine et la haine est beaucoup plus ravageuse que mon égoïsme.

L’acceptation. Voir quelqu’un au delà de son genre, de son apparence pour la voir en tant que personne aide à la discussion. Même avec une personne qui n’est pas d’accord avec vous. Respecter son « ennemi » parce qu’on se respecte soi et qu’on ne veut pas devenir le reflet de la haine qu’on voit dans le regard du mec d’en face c’est aussi important… Bref. Je prêche dans le vent.
Mais c’était important de le dire.

Une dernière chose.
Acceptez-vous. Décidez de qui vous êtes. Il n’y a que vous qui sachiez qui vous êtes. Nous sommes tou.te.s voué.e.s à évoluer, à changer. S’accepter malgré le passing, revendiquer son identité parce qu’au final tout se passe au fond de nous même c’est la meilleure manière d’évoluer sereinement.

Chroniques Queer #3 : Heloïse

Par défaut

Salutations, aujourd’hui : troisième épisode de la série des Chroniques Queer !
Dû à certaines raisons d’organisation en coulisses, le format de cet épisode diffère un peu des autres, mais les questions initiales étaient les même. Je rappelle également que tous les propos tenus par chaque personne varie selon ses opinions et son vécu propre, donc tout le monde ne sera pas forcément d’accord avec ce qui est dit dans chaque épisode. Mais je vous remercie par avance de respecter les avis qui diffèrent du votre !

_

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

► En quelques mots, je suis une femme trans qui commence à vieillir sans perdre mon enthousiasme et ma joie de vivre. Pendant longtemps, je croyais que faire plein de chose était perdre mon temps mais ce n’est pas vrai. Faire plein de choses m’enrichie. Je suis écrivain, je suis musicienne, j’aime entreprendre dans tous les sens. J’ai repris une agence d’assurances, j’ai créé une assez grosse association, j’ai bossé pour un homme politique, j’ai bossé pour le gouvernement et la commission européenne. Le truc dont je suis la plus fière, c’est d’avoir écrit mon premier livre. Il s’appelle Thriller Transgenre et ça déchire. Le truc qui me rend le plus heureuse, c’est d’avoir réussi à m’accepter et comprendre que j’étais une femme trans : depuis, je vais beaucoup mieux.

Bon le cis-passing, c’est d’avoir un look de cis. Cela m’apporte énormément. Comme je me ressens femme, j’ai besoin d’en avoir toutes les apparences pour que personne ne remette en question ce que je suis. Or, les femmes cisgenres constituent l’immense majorité des femmes présentes sur terre. Donc, je kiffe d’avoir un cis-passing.

En fait, mon cis-passing me rend heureuse. Mon corps ressemble à mon intimité. Mon corps ressemble au corps du groupe de personnes auquel je m’identifie le mieux : les femmes. Personne  ne remet cela en question ce qui me permet de vivre épanouie au quotidien.

Dans ma vie quotidienne, je vis toute tranquille sans me poser de questions. Je n’ai plus peur de me faire griller par mon apparence ou par mon identité. Je me sens rassurée et libre. Pour y arriver, j’ai tout changé ! Cela s’appelle une performance de genre ! Et j’en suis fière ! Plus que mon corps, j’ai réussi à conformer mon comportement au genre de destination : le genre meuf. D’ailleurs, je me cogne que ce soit un genre cis ou un genre trans : je me sens meuf. Donc oui, j’ai tout changé : voix, corps, vêtements, cheveux, gestes, intonations … seuls mes goûts et mon être profonds sont identiques. D’ailleurs, je ne vois pas le problème à changer tout ça : changer son apparence, c’est cool. L’apparence est superficielle. Aucun problème pour bousculer ma superficialité. Surtout que cela m’aide à me sentir plus proche de moi-même, plus proche de mon ressenti profond, plus proche de mon âme.

Chacun fait comme il veut mais je crois qu’il faut mesurer deux choses : ce que l’on est ; la paix que l’on souhaite atteindre. Et avoir la paix, c’est essentiel. En l’état actuel de la société, se fondre dans le cis-passing est une bonne chose pour avoir la paix. Cela n’empêche pas de militer pour faire valoir un trans-passing plus fluide, moins stereotypé. Mais discretos. Il faut du temps pour faire évoluer les choses. Et pendant ce temps, il faut pouvoir vivre tranquille, sans risques, sans agressions diverses, sans pression permanente.

Il y a un truc qui me gêne, que je voudrais ajouter mais je n’arrive pas à dire quoi. C’est en lisant un article sur les gays qui rejettent les folles (homophobie des folles) que je crois avoir compris.C’est pareil pour l’univers trans. Je n’aime pas les personnes trans binaires qui rejettent toutes les autres façons d’être trans. Je n’aime pas les personnes trans non-binaires qui ont des regards condescendants pour les pauvres trans binaires qui n’ont rien compris à la lutte politique. Or, théoriser sur le cis-passing ou le trans-passing peut facilement conduire à cela, en fonction de ce qu’on est/ce qu’on pense. Le rejet ou l’acceptation des normes n’est pas propre aux personnes trans. Plein de cis aiment déconstruire les codes, plein d’autres s’en tapent, d’autres adorent les codes. En vrai, chacune fait ce qu’il veut et c’est toujours respectable.

Je dis cela parce qu’il y a un réel problème d’acceptation de l’autre dans notre communauté. Au nom des luttes, et c’est comme ça qu’on fabrique les guerres. Or le problème de fond, il n’est pas là : le vrai sujet, c’est que les enjeux sont différents en fonction de ce que tu es. Finalement, une personne trans, ça veut rien dire parce qu’il y a DES transidentités avec des attentes et donc des revendications parfois divergentes.

Je dis tout ça parce qu’en me relisant, j’avais l’impression de me justifier de me sentir bien dans le cis-passing et pour cela, d’essayer de théoriser. Or non. Juste, je kiffe mon cis-passing et c’est comme ça.

Chroniques Queer #2 : James

Par défaut

Bonjour à tou.te.s et soyez les bienvenu.e.s dans ce deuxieme épisode des Chroniques Queer !
Cette semaine, j’accueille James, une personne non-binaire AFAB. Il reviendra sur ces termes un peu plus loin dans l’article.

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

♦ Tout d’abord, comment définirait tu le cis-passing? Qu’est-ce que ça t’apporte toi personnellement?

► Pour moi, le cis-passing, c’est le fait d’être reconnu comme une personne cis dans l’espace public. Cela peut être valable pour une personne trans ayant commencé une transition et dont l’apparence reflète son genre (ou du moins quelques chose qui s’y rapproche pour les personnes non-binaires par exemple) mais ça peut aussi être valable pour les personnes trans n’ayant pas fait de démarche de transition parce qu’elles ne ressentent pas le besoin ou parce qu’elles sont obligées, un instant de leur vie, à se conformer à leur genre d’assignation.

Je suis une personne non-binaire AFAB (« Assigned Female At Birth » = Assigné fille à la naissance) sous traitement hormonal (testostérone) depuis un peu plus d’un an donc j’ai acquis un cis-passing d’homme. Quand bien même ça ne reflète pas réellement mon genre, ça s’y rapproche bien plus qu’avant et en premier lieu, je vois mon apparence se conformer davantage à l’idée que je me fais de moi depuis longtemps. Au début ça fait bizarre parce qu’en dehors de moi-même et mes ami.es, je n’étais pas habitué à ce qu’on s’adresse à moi par « Monsieur » + adjectifs au masculin etc. Quelque part, j’ai eu le sentiment que ce que je cachais dans mon petit cercle fermé commençait à s’étendre à tout le monde. C’est devenu presque… officiel. Même si bon voilà, les papiers d’identités, eux, restent inchangés.

Et puis je m’y suis habitué et ça passe quand même beaucoup mieux que si on continuait encore à s’adresser à moi au féminin. Alors ça m’apporte surtout beaucoup de joie. Chaque « Monsieur » d’inconnu.es est une petite victoire en soit !

_

♦ Qu’est-ce qui as changé dans le regard/l’approche/le comportement des gens à ton égard depuis que tu est plus avancé dans ta démarche de transition?

► Un changement très flagrant c’est le fait de ne plus risquer d’agressions en fonction de mon genre. Étant perçu comme un homme dorénavant, on ne me siffle plus dans les rues, on ne fait pas de remarques sur mon physique etc…

Par contre, puisque je suis en couple avec un homme, je commence à bien ressentir les regards et surtout les insultes homophobes qui fusent. Nous ne sommes plus perçus comme un couple hétéro et ça se ressent aussi.

_

♦ De quelle façon ton état d’esprit a changé quand tu te déplaces dans l’espace public? Y’a-t-il des attitudes personnelles que tu as dû changer? [Pourquoi?]

► Mon état d’esprit n’a pas changé. Je pense que j’ai acquis tellement de mécanisme de défenses face aux harcèlements dans la rue que lorsque je me retrouve seul face à un homme dans l’espace public par exemple, je peux pas m’empêcher d’avoir peur. Alors que… Je ne risque plus rien en fait.

J’ajouterai plus généralement que malgré le fait d’arriver à se « fondre dans la masse » des hommes cis, il m’est encore difficile de me sentir à l’aise au milieu d’eux. Il y a à la fois mon vécu passé où j’ai été perçu en tant que femme et mon vécu actuel d’homme perçu en tant que gay qui font qu’entendre des blagues sexistes et/ou homophobes durant des conversations lambda entre z’hommes me font vraiment tiquer. Et c’est difficile de réagir face à ça dans la mesure où quelques part, j’ai peur d’être outé en tant que personne trans et/ou homme aimant les hommes. Ce qui pourrait m’amener de gros ennuis.

Le fait d’avoir un cis-passing amène aussi d’autres soucis : l’administration et toutes situations où tu te dois de justifier ton identité par tes papiers d’identités (jusque-là non conforme à mon apparence). Je vais par exemple me retrouver avec une carte SNCF où figure une photo de monsieur barbu et un magnifique prénom féminin qui ne colle pas du tout. Les agent.es administratifs.ves aussi qui te disent « bonjour Monsieur », visionne ta carte d’identité ou ta carte vitale et font des tronches surprises et finissent par « aurevoir Madame ». Je n’ai pas encore eu affaire à cette situation mais je suis d’ores et déjà très stressé à l’idée de devoir récupérer un colis à la Poste.

_

♦ Un dernier mot? Un conseil peut-être?

► J’ai juste envie d’ajouter que le cis-passing n’est pas quelque chose d’automatique ni de recherché par toutes les personnes trans. Car la transition (ou non-transition) est au choix de chacun.e. Mais je dois avouer qu’il nous protège parce que si les personnes cis dans l’espace public ne se doutent pas de notre transitude, on est moins exposé.e à une agression transphobe. On a le choix alors entre s’invisibiliser et se préserver ou être visible mais se rendre vulnérable à de possibles agressions.

Chroniques Queer #1 : Camille

Par défaut

Comme annoncé avant-hier, soyez les bienvenu.e.s dans ce premier épisode des Chroniques Queer !
Pour inaugurer cette série d’article, j’ai invité Camille, une jeune femme de mon entourage, qui a accepté de répondre à mes questions. Je la remercie d’ailleurs pour sa patience et son témoignage.

Photo non contractuelle.

Photo non contractuelle.

♦ Tout d’abord, comment définirait tu le cispassing? Qu’est-ce que ça t’apporte toi personnellement?
► Le cis-passing littéralement, c’est le fait de « passer pour une personne cis » bien que je n’aime pas du tout cette définition. C’est simplement le fait de correspondre suffisamment aux standards du genre féminin ou masculin pour qu’on ne soupçonne pas qu’on puisse être une personne trans.

Attention, ce n’est pas le fait de correspondre ou non aux stéréotypes de son genre assigné, par exemple une femme assignée femme à la naissance et qui n’est pas très féminine selon les standards de la société ne passe pas pour une personne trans pour autant.
Le cis-passing c’est quand on a été assignée homme, qu’on est une femme, et que les gens ne voient plus qu’on ai été assignée homme, cela même si on s’habille de manière pas du tout féminine, et vice-versa pour les mecs.

Je n’aime pas la définition de « passer pour une personne cis » parce que ça impliquerai qu’en tant que personne trans, nous devrions avoir tel ou tel traits physiques qui nous différencieraient des filles ou des garçons cis, ce qui est un préjugé.
Avant ma transition et avant de pouvoir assumer dans l’espace public certaines parts de moi même, j’avais un cis-passing en tant qu’homme, et maintenant en tant que femme. Enfin, je l’espère et j’y travaille. Ce que ça m’apporte, si on met de côté le regard des autres, c’est un équilibre et une paix avec moi même et mon corps. Mon genre profond étant « femme », le fait que mon apparence extérieure et que mon genre social corresponde de plus en plus à ce que je suis, me sort de mon état de conflit d’identité que je subis depuis mon enfance.

_

♦ Qu’est-ce qui as changé dans le regard/l’approche/le comportement des gens à ton égard depuis que tu est plus avancée dans ta démarche de transition?

► J’ai répondu en omettant le regard des autres et de la société à la question précédente, mais il est clair qu’il est extrêmement lourd quand on fait une transition.
Il y a plusieurs façon de faire une transition de genre socialement : On peut se cacher pour rester socialement dans son genre assigné le temps d’avoir un cis-passing dans son véritable genre et se révéler aux autres par la suite, ou alors d’abord se révéler et ensuite évoluer sur son cis-passing (ce qui n’est pas obligatoire : certaines personnes ne veulent ou ne peuvent pas avoir de cis-passing et vivent dans leur genre quand même.)

Personnellement, j’ai commencé à revendiquer mon genre féminin juste avant d’entamer mon traitement hormonal. Tout d’un coup j’ai décidé de jeter mon cis-passing masculin, ce qui m’a rendue assez visible aux yeux des autres en tant que personne trans. Le regard des autres, lorsque on est une femme trans en début de transition est particulièrement dur. J’ai vécu un véritable choc social, bien plus que lorsque j’ai appris à mon entourage que je préférais les hommes. Dans la rue, je me suis prise pas mal d’insultes, des gens qui se moquent de moi en me montrant du doigt, des gens qui me prennent en photo dans le tram, des gens qui se rapprochent de moi et qui s’écrient « ah oui c’est bien un mec ! », des gens qui ont un regard dégoûté, ou simplement les gens qui me dévisagent…

À la fac c’était énormément de choses horribles racontées sur moi (je ne suis pas sourde et dans l’amphi on entend bien), des anciens collègues qui m’évitent ou qui se tapent un fou rire quand la prof dit « ah mais c’est bizarre j’avais que 2 filles inscrites dans ce groupe » etc … Plus j’ai avancé dans ma transition, moins j’ai été visible en tant que personne trans et moins j’ai eu ce genre de soucis de la part d’inconnus.
C’est un soulagement tellement grand, quand je pense qu’il y a quelques mois tout le monde se permettait de commenter mon existence dans la rue et que maintenant les gens ne font plus gaffe à moi (malgré le fait que je subis du sexisme maintenant, mais je le gère beaucoup mieux que les « sale travelo » …). A la fac, j’ai redoublé ma M1, principalement parce qu’une partie de ma promo et que mon prof encadrant se foutaient ouvertement de moi, ce qui fait que je suis avec une promo qui m’a pas vue « avant », et j’ai aussi réussi tant bien que mal à faire changer mon prénom d’inscription. Je ne sais pas si les gens savent que je suis trans ou non mais l’ambiance est nettement moins lourde, et il y a même des gens qui osent m’approcher pour qu’on bosse ensemble!

Globalement, même si certaines personnes savent que je suis trans, je subis vraiment moins de rejet maintenant que j’atteints les 2 ans de traitement hormonal.
Quand on commence à avoir un cis-passing, il y a aussi la satisfaction de se faire genrer correctement de manière spontanée. Au début, je pleurais de joie intérieurement à chaque fois qu’un.e inconnu.e me disait «madame» ou «mademoiselle». Ce sont des petites victoires qui ont une importance énorme pour notre identité. Maintenant j’y suis habituée (ce qui est génial !), mais j’ai toujours une terrible angoisse que les gens se remettent à me dire «travelo» dans la rue, ou à me dire «monsieur». J’ai énormément gagné en confiance en moi mais ma transition est trop récente pour que je sois débarrassée de mes angoisses.

Une dernière chose : J’ai vu passer un dessin sur Twitter il y a quelques jours, qui fait assez mal parce que c’est -exactement- le regard général que les gens (surtout les mecs en fait) portent sur nous, et cette réaction là, je l’ai vécue des dizaines et des dizaines de fois par jour :

illu01rg

_

♦ De quelle façon ton état d’esprit a changé quand tu te déplaces dans l’espace public ? Y’a-t-il des attitudes personnelles que tu as dû changer ? [Pourquoi?]
► Au début de ma transition il y a beaucoup de trucs sur lesquels j’ai travaillé pour paraître plus féminine. Je me maquillais tout le temps, je faisais attention à laisser le moins d’ambiguïté quant à mon genre vestimentaire, etc … Aujourd’hui j’ai beaucoup plus de libertés : je me maquille bien plus rarement, je porte parfois les t-shirt de mon copain, et finalement j’agis bien plus naturellement. Le cis-passing est un moyen pour moi de m’exprimer plus naturellement sans craindre la transphobie ou les remarques blessantes. J’ai encore un « souci » avec ma voix, j’en suis consciente. C’est un de mes plus gros regret, de ne pas être encore arrivée à avoir une voix très féminine. Du coup, je fais attention à ne pas trop parler au milieu d’inconnus. Mais j’ai quand même de moins en moins de problèmes liés à ça. Je ne sais pas si c’est parce que ma voix s’est adoucie naturellement (ce qui est fort possible : la voix c’est aussi énormément de mental) ou parce que mon passing physique contre-balance ma voix un peu grave. En bref je dirai qu’au début on doit beaucoup en faire pour espérer un cis-passing, mais que plus on en a un, plus nous pouvons être nous même sans crainte.

_

♦ Un dernier mot? Un conseil peut-être?

► Pour finir je dirai que notre rapport avec notre cis-passing ou non, c’est quelque chose de très personnel. À moi, il me permet d’être moi même, d’exprimer mon identité, mais pour d’autres personnes, ielles ne seront peut être pas vraiment à l’aise avec un cis-passing. Je pense que le plus important c’est de faire correspondre son identité sociale à ce que l’on est au fond, et ce qu’on aime exprimer. La société est vraiment très dure envers les gens sans cis-passing et les personnes trans ou travesties (qui n’a jamais entendu de blagues sur les « travelos », sur le bois de Boulogne, les «ladyboys » évoquées dès qu’on parle de la Thaïlande…). C’est important de se protéger mais protégeons aussi nos frères et sœurs (et autres) qui n’ont pas le privilège d’être «stealth». (terme signifiant furtif, invisible [en société])

 

[EVV #11] Catwoman (2004). 2/2

Par défaut

EVV-logo2Le petit mot de Petit Kao: Nous voilà donc de retour pour la suite et fin de cette chronique sur Catwoman. C’etait il y a seulement quelques jours qu’a été publiée la premiere partie, souvenez vous…

[Précedemment: Bon très bien, vu que les gens qui ont écrit ce film n’ont pas envie de faire d’effort, je ne vais pas en faire non plus et appeler chaque personnage du film par son seul trait de personnalité, Lambert Wilson sera donc Ordure, Sharon Stone sera Méchante et Benjamin Bratt sera Fantasme.]

Donc Patience travaille comme artiste publicitaire pour la compagnie de cosmétique Hedare Beauty (Insérez ici une blague sur n’importe quelle grande entreprise de beauté), dirigé par Ordure et Méchante. Méchante étant l’ancienne mannequin phare de la compagnie depuis 15 ans (Mais bien sûr) et qui va être remplacée car elle a atteint l’age fatidique de 35 ans, pour le lancement de leur nouveau produit Beauline. Ordure convoque Patience dans son bureau car elle a foiré quelque chose sur une de ses maquettes et nous montre que c’est une grosse ordure en la pourrissant pendant 5 minutes, lui donnant jusqu’à minuit le lendemain pour rattraper la bourde sinon elle est virée. On en est à 10 minutes depuis le début du film, TRES long générique compris, en gros c’est un des premiers actes les plus court que j’ai vu.

Elle rentre chez elle et n’arrive pas à dormir car de MÉCHANTS METALLEUX font la fête trop fort en face de chez elle et ne veulent pas baisser le son. Le lendemain, sans aucune raison, elle essaye de secourir un chat coincé sur une corniche en SORTANT PAR LA FENETRE ET SE PERCHANT SUR UNE CLIMATISATION EN MANQUANT DE TOMBER DANS LE VIDE?!?!? DE WHAT ?!?

Ok, je ne vais même pas essayer de me pencher sur la santé mentale de cette femme car c’est le moment où arrive Fantasme dans le film. Bon le personnage de Fantasme est très simple, insérez à l’intérieur de cet homme tous les fantasmes de l’homme parfait vu par les midinettes fans de comédies romantiques, il est beau, gentil, patient, galant, drôle, bon flic, n’a pas de vices, s’occupe d’enfants dans les écoles sur son temps libre, pardonne tout, est très courageux, etc…
En résumé cet homme n’existe pas, il n’a absolument rien d’humain, il est pour les femmes ce que les actrices de pornos sont pour les hommes.
Donc Fantasme qui passait par là, vient secourir Patience pensant qu’elle veut se suicider, après une rapide explication, Patience s’enfuit car elle est en retard au boulot, faisant tomber son porte feuille (Sérieux, référence Cendrillon en prime?), ce qui va donner une excuse à celui ci pour la retrouver.

A son taff, on est introduit à deux autres personnages secondaires que je vais appeler, Gay et Juive, qui ne sont que deux insupportables comic-relief, car c’est tout ce qui manquait à mon bonheur, Gay ayant au moins la politesse de disparaître quelques scènes plus tard, mais Juive va rester là jusqu’au bout du film pour nous casser les couilles.

Patience va travailler toute la journée pour terminer ses nouveaux dessins, mais ne va pas trouver de coursier au milieu de la nuit pour la porter à Ordure et va donc décider de les lui porter elle même à l’usine où l’on fabrique Beauline pour une raison connue d’elle seule.

Dans la fameuse usine, se trouve un scientifique (Joué par Methos de la série Highlander), Méchante et deux homme de mains. Le scientifique à des remords car la crème Beauline DÉTRUIT LE VISAGE de celles qui arrêtent de s’en servir comme de l’acide, ce dont Méchante en a rien à foutre (Et ce qui va rendre le twist de fin totalement inutile)…. OOOOOOOOOOOOHHH !! STOP STOP STOP LA !!! C’est ça le scénario ?!? C’est ça les méchants du films et leur plan ?!? Une méchante entreprise de cosmétique créé une crème qui détruit la peau de ceux qui s’en servent mais veut la sortir sur le marché quand même pour se faire un max d’argent ?!? C’EST UN PUTAIN DE BLAGUE ?!? C’est pas le scénario d’un film ça ! C’EST UN EPISODE DE TOTALLY SPIES !

Dans le monde réel, si tu sors un machin comme ça dans le commerce, tu te prend un monstrueux procès dans la gueule, tu perds des millions en dommages et intérêts et ta réputation est tellement détruite que tu fais faillite. ALLÔ ! Il y a des adultes qui regardent vous savez ? Ils avaient quel age les scénaristes ?

Promis, je suis du camp des gentils!

Promis, je suis du camp des gentils!

Patience, entend donc tout ça et se fait repérer, les hommes de mains la poursuivent en lui tirant dessus, mais elle réussit à s’échapper dans des canalisation, je ne sais trop comment. Les méchants déversent alors des millions de litres d’eau sortis de leur cul de je ne sais où qui expulsent Patience dans l’océan, ce qui apparemment la tue.
Quelques instants plus tard elle apparaît sur un tas de déchets où elle est entouré d’une centaines de chats numériques (car oui même les chats sont numériques dans ce film), et le chat du début va lui roter un truc à la gueule ce qui va lui rendre la vie. Patience ressuscite donc avec des super pouvoirs, car Catwoman est bien connue pour en avoir, je les listerai en les soulignant au fur et à mesure. Les deux premiers sont une super ouïe et une super vue qui lui permet de zoomer très loin ou sur de très petites chose…Je suis pas un spécialiste, mais je ne pense pas que les chats peuvent faire ça…
Bref, elle rentre chez elle et se réveille en dormant sur un placard….Parce que…Les chat… aiment dormir…sur des placards…

Elle retourne au travail, se fait engueuler par Ordure car elle n’a pas rendu ses dessins à temps et de manière totalement contraire à sa personnalité va l’envoyer chier de la plus puissante des manières et démissionner sous les applaudissement de ses collègues. Se demandant deux secondes plus tard ce qu’elle venait de dire, sa vraie personnalité revenant au galop.
Sans attendre un instant elle va aller demander des explications à une vieille dame à chats, à qui appartenait le fameux matou du début. Elle va lui révéler qu’elle est Catwoman, et qu’elle a reçu son pouvoir venu des chats de l’ancienne Égypte et que à chaque génération il y a une Catwoman, qui va recevoir des grands pouvoir et connaître une liberté qu’aucune autre femme ne connaît. Elle sait tout ça comment ? Parce que c’était une historienne qui a voulu publier sa théorie qui a été refusé par la communauté des scientifiques car composée d’Hommes et que les Hommes ne peuvent pas accepter d’une femme soit plus forte qu’eux…

Alors Madame, deux chose :
-1 : Une femme par génération qui reçoit de grand pouvoirs, c’est le scénario de Buffy Contre les Vampires
-2 : Ta théorie n’a pas été refusé car de Grand Méchants Homme ne peuvent pas accepter une femme qui reçoit de grands pouvoirs venus des chats. C’EST PARCE QUE C’EST COMPLÈTEMENT DÉBILE ! N’importe quel homme ou femme entendant ta théorie, va te dire d’arrêter la drogue ou appeler un psy ! Et le fait que tu sois une vielle dame vivant avec 50 chats n’aide pas pour la crédibilité.

Et pour étayer ses dires, elle va lancer de l’herbe à chat à Patience qui va commencer à frénétiquement se la frotter sur le visage…
Car oui, le fait de devenir Catwoman va lui donner tout les comportements d’un chat, elle feule en présence de chiens, miaule devant Fantasme, dors sur les meubles, boit que du lait et mange que du poisson… au point où on en est on se demande pourquoi elle ne se lèche pas les parties… Encore une fois, qui a écrit ça ? Qui a trouvé que c’était une foutue bonne idée ? Depuis quand les gamins de huit ans écrivent les scénarios des films ?

Enfin, durant la nuit, les Grands Méchants Metalleux font encore la fête, mais cette fois les choses ne se passent pas comme ça. Patience défonce la porte d’entrée (Super Force) et met une branlée aux gens présents pour leur méchanceté.
Elle revient chez elle et se coupe les cheveux toute seule avec deux paire de ciseau à la manière de Edward aux Mains d’Argent, réussissant parfaitement une coupe courte et stylé, parce que…les chats sont de bons coiffeurs ? (Super pouvoir de coiffeur)
Elle vole la moto d’un métaleux et part braquer la bijouterie où elle avait vu un collier qu’elle aimait bien, elle tombe sur d’autres braqueurs qui étaient déjà là. Elle arrive à esquiver leurs balles en courant sur les murs (Super Agilité + Pouvoir de s’accrocher aux murs comme Spider Man), elle leur met la pâtée, car c’est un chat ! (Chat-Patée-Désolé-Je-Sors-Pardon-Familles-Tout-Ca)

Le lendemain, elle se réveille et se rend compte de ce qu’elle a fait, culpabilise et s’empresse de rendre les bijoux volés avec une petit « Sorry » sur le sac et un boite de cupcakes pour les flics. Je ne vais même pas m’attarder sur la stupidité de cette scène pour parler d’autre chose.
Vous reconnaissez rien dans cette histoire ? Une personne pas sûre d’elle, qui va tomber par hasard sur des pouvoirs anciens, qui va changer sa personnalité durant la nuit, pour se débarrasser des gens qui l’emmerdent et réaliser ses désirs, et qui le matin venue va redevenir elle même et regretter les actes de son alter-égo ?

C’EST LE PUTAIN DE SCENARIO DE THE MASK !!! Juste le meilleur et plus célèbre film de Jim Carrey !! Vous pensiez qu’on verrait pas ça ?!? Sérieux, ce scénario « original » est juste la combinaison de pompages totalement éhontés.
Je résume, c’est un croisement en The Mask et Buffy, qui combat un méchant de Totally Spies… le tout greffé à une comédie romantique….Car oui, il y aussi une comédie romantique dans ce film…

Voilà voilà...

Voilà voilà…

Pratiquement une bonne moitié du film est donc utilisée pour nous raconter la love story entre Patience et Fantasme, entrecoupés de discussions chiffons entre Patience et Juive, où celle ci tente par tous les moyens d’être drôle, mais est juste énervante, genre Jar Jar Binks énervante.
Donc on enchaîne les moment ultra cul cul, où ils jouent au basket ball, vont à la fête foraine, au resto et se tournent autour et sans même nous gratifier d’une scène de plumard digne de ce nom.

Sérieusement, qui a envie de voir, au milieu de son film de super héros, une longue et chiante histoire d’amour, surtout avec Fantasme auquel aucun mec ne peut s’attacher ?
Et enfin, après 50 minutes de film nous voyons enfin Catwoman en tenue… Et oh mon dieu que c’est gênant…Même pour un mec…Un pantalon en cuir moulant couvert de griffures judicieusement placés sur son cul et ses hanches, le ventre nu entrecroisé par deux ceintures bling bling, des gants avec des griffes en diamant (me demandez pas où elle les a trouvé), un soutien gorge en cuir et un espèce de masque de chat ridicule et beaucoup trop haut faisant penser qu’elle a une tête gigantesque. Le tour filmé avec des gros plans sur son postérieur et ses seins, avec une sur-couche de filtre numérique sur elle et une musique R’n’B pendant qu’elle marche en roulant du cul…

Ouaip, bravo pour le message sur la liberté qu’elle a gagné, une liberté qu’aucune autre femme ne connaîtra, la liberté de se saper comme une traînée sado-maso, bravo Pitof, bravo. (Super pouvoir de couturier)
Soit dit en passant, la rumeur dit que c’est en voyant la tenue qu’elle devait porter que Michelle Pfiffer a refusé de reprendre le rôle de Catwoman, considérant que le costume est ridicule et dégradant.

Je suis pourtant une femme distinguée.

Je suis pourtant une femme distinguée.

Bref, elle poursuit un des hommes de main dans une boite de nuit, ce qui lui donne l’occasion de danser avec son fouet sur un podium, puis de lui botter le cul pour apprendre qu’il a tenté de la tuer car elle a entendu des secrets qu’elle ne devait pas entendre et qu’elle doit aller à l’usine…Ce qu’elle est censé déjà savoir…

Elle s’infiltre dans l’usine, trouve le scientifique mort, se fait voir, s’enfuit et se retrouve avec le meurtre sur le dos le lendemain dans la presse. La nuit suivante elle va dans le manoir de Ordure pour le confronter, mais se retrouve devant Méchante, qui lui dit ne rien savoir de tout ça mais que son mari a du tout manigancer car c’est en effet une ordure. Effet qui aurait put être intéressant, SI ON L’AVAIT PAS VU DANS L’USINE AVEC LE SCIENTIFIQUE PLUS TÔT DANS LE FILM.
Méchante explique à Catwoman que son mari se trouve au théâtre avec le nouveau mannequin de la boite et lui donne son téléphone pour qu’elle puissent se contacter pour anéantir son plan.

Au théâtre alors qu’elle est en train d’agresser Ordure, elle est interrompu par la police et se retrouve en face à face avec fantasme pour une scène de combat/drague très mal chorégraphiée. Où l’on se rend compte que ça a beau être l’homme parfait, mais qu’il est un peu con, car il ne reconnaît absolument pas la femme avec qui il est en train de sortir, malgré le fait qu’elle fait la même taille, le même poids, la même voix, la même coupe (car le masque ne cache pas ses cheveux), et qu’il ne la cache pas tant que ça d’ailleurs. Je sais que c’est une constante dans les films de super héros, surtout avec le roi du genre Clark Kent et ses lunettes magiques, mais ce cliché est tellement éculé que dans Green Lantern ils font la blague dessus, la copine de Ryan Reynolds le reconnaissant immédiatement et disant que son masque est ridicule. Tu vois ce que tu me fais faire Pitof ? Est ce que tu vois ? TU ME FAIS DIRE DU BIEN DE GREEN LANTERN !!!

ENFIN BREF !! Le lendemain au cours d’une dispute Ordure gifle sa femme mais se fait extrêmement mal à la main alors que celle ci ne réagit même pas sous le coup gâchant d’office la surprise du twist de fin. Et Fantasme se rend finalement compte que Patience et Catwoman ne sont qu’une personne en trouvant une de ses griffes qui traînait dans on appartement. Pendant que Méchante appelle Catwoman pour lui dire qu’elle a trouvé des preuves contre son mari. Arrivé chez lui elle le retrouve mort, couvert de griffure et plusieurs balles dans le corps.

Grande surprise, MÉCHANTE EST UNE MÉCHANTE !!!

_

Je crois que c’est le twist le moins bien géré de l’histoire du cinéma, sans mentir, qui a bien pu croire le moindre petit instant que Sharon Stone n’était pas le grand méchant du film ? Elle était dans l’usine quand ils parlaient du danger Beauline, elle sort des regards maléfiques à tout bout de champ, elle passe tout le film à pourrir son mari, elle utilise ce foutu Beauline tous les jours et c’est elle la grand frustrée de ne plus voir son visage sur toutes les affiches. C’en est presque risible, les méchants de Scooby Doo font preuve de plus de subtilité.

Allez bref finissons en. Patience se fait arrêter par Fantasme qui la met en prison, alors qu’elle lui explique qui est la vraie menace. Il la croit parce que elle lui demande de lui faire confiance, oui oui sans plus de raison de que ça, quand je vous disais que l’Homme Parfait est un peu con. Ou quoi que ça doit rentrer dans la définition du Fantasme de la femme, un mec qui fait ce qu’elle dit sans poser de questions….
Il va confronter Méchante et va se faire tirer dessus comme le boulet qu’il est, sans un cri, ni une goutte de sang (quand je vous disais qu’il est pas humain), pendant que Patience s’enfuit de prison en passant à travers les barreaux comme un chat (Super Pouvoir de Luxation Indolore).

Nous en sommes donc au combat final entre Catwoman et Méchante, dont la peau a été rendue dure comme du marbre à cause de sa longue utilisation de Beauline, dommage que cet effet aussi ai été spoilé plus tôt. Cette scène d’action, j’ai pas grand chose à dire, elle est très chiante et mal chorégraphiée comme toutes les autres dans ce film, Catwoman bat Sharon Stone grâce à ses ongles en diamant et celle ci meurt connement par sa propre bêtise.

Et le film se termine sur Catwoman partant dans le soleil couchant sur un fond de musique R’n’B et monologuant sur le fait qu’elle est libre de faire ce qu’elle veut, le bien comme le mal et que la liberté c’est trop bien, tout ça, tout ça.

Conclusion : Ce film est mauvais. En fait non ce serait un bon épisode de dessin animé pour gamine ou de série pour pré-ado, mais n’a rien à foutre au cinéma. Le scénario n’est qu’un mauvais repompage de chose qui ont déjà marché, les personnages sont tous des caricature n’ayant aucune vraie personnalité ou de motivations bien précises. Il n’y a que deux trame : Catwoman VS Méchante et la love story Patience/Fantasme, et les deux sont tellement vide et étirées sur tout le film qu’il est chiant à en crever alors qu’il ne fait que 1h30.

Les combats et les cascades sont très mal gérées car Pitof a préféré tout recouvrir d’effets numériques plutôt que de laisser travailler ses cascadeurs, alors qu’il avait une équipe plus que compétente pour ça. Et le peu de fois qu’il les a laissé travaillé, il a tout massacré au montage, en lui donnant un rythme tellement rapide qu’on ne voit rien à ce qui se passe et qu’on a mal aux yeux a cause des images qui flashent en permanence.

Enfin, le message est complètement foiré, car Patience ne se libère pas par elle même de son statut de femme faible, mais tout simplement par la magie, en obtenant des pouvoirs. Pire, ses pouvoirs viennent avec une autre personnalité qui est trop opposé à celle de Patience. Ce film copie The Mask, mais dans ce film le Mask n’est que l’expression de tout ce Jim Carrey refoule poussé à l’extrême et avec quoi il finit par fusionner, arrivant à un juste milieu entre sa personnalité d’origine et ce qu’il arrive à libérer en lui. Ici ce n’est pas le cas, Catwoman est une criminelle violente et agressive, Patience est une gentille et honnête fille qui a juste de problèmes de confiance en elle. Et au fur et à mesure la personnalité de Catwoman avale celle de Patience qui disparaît. Rien ne la prédestinait à être une voleuse, ou a vouloir s’écarter de la société pour une soit disant liberté de faire le mal si elle en a envie. Il n’y a pas de fusion des personnalités, à la fin, ne reste que Catwoman.

Et surtout, une femme qui se libère, c’est pas juste s’attifer comme une danseuse du Lido et braquer des banques, une femme qui se libère est une femme qui prouve au monde qu’elle peut faire aussi bien et même mieux que les hommes alors que personne ne la croit. C’est Marie Curie qui prouve qu’il peut y avoir de grandes scientifiques femmes, c’est Simone de Beauvoir qui montre qu’une femme aussi peut être un grand philosophe, c’est même cette saloperie de Margaret Tatcher qui devient le premier Premier Ministre Femme de Grand Bretagne, issue du Parti Conservateur et durant les années 70, oui même elle est un meilleur exemple pour les femmes que pourrait être se film.

Donc suivez mon conseil et préférez toujours l’original à la mauvaise copie, allez voir The Mask.

Je suis Evguen et je regarde pour vous des films que personne ne devrait voir. A la prochaine.

 

[EVV #11] Catwoman (2004). 1/2

Par défaut

EVV-logo2

Le petit mot de Petit Kao: Bonjour à tous, et bienvenue dans ce nouvel épisode de « Evguen a vu pour vous [encore un film de merde] ». Après de longs mois de silence dû au fait que j’avais une flemme sans bornes de corriger ses chroniques, le revoilà à nouveau à l’assaut d’une énième daube cinématographique, que j’ai personnellement vu, et dont la vision d’Ev m’a particulièrement enchanté. Accrochez vous à vos chaussettes, c’est parti!

_

Bonjour ! Je suis Evguen et je regarde pour vous des films que personne ne devrait voir. Question ! Qu’est-ce qui arrive quand on met un homme compétent, avec un casting constitué de bons acteurs, pour faire l’adaptation d’un personnage de comic books avec un histoire facile à transposer et un budget suffisant pour faire quelque chose de bien ? UNE GROSSE MERDE !  ET ELLE S’APPELLE CATWOMAN !!

catwoman_poster-large

En 2004, la mode des films de super héros était déjà bien repartie et connaissait déjà ses premiers grands succès, ainsi que ses premiers grands échecs. Le bon coté de cette période où on ne savait pas trop quelle était la bonne recette pour qu’un de ces films marche, plus comme maintenant, c’est que les concepts et les idées pullulaient. De cette soupe d’idée en est sortie une plutôt intéressante sur le papier, sortir un film qui parlerai d’un personnage secondaire d’un grand héros de comic books sans en être un spin-off, mais juste la base toute seule d’une nouvelle licence. Et avouons le : l’idée est originale, encore inédite. Le choix s’est porté sur Catwoman, personnage des plus intéressant de l’univers de Batman, que personne n’osait encore ressusciter, le traumatisme de Batman et Robin étant encore trop présent dans les esprits, qui est un peu le 11 septembre des fans du héros.

Catwoman est en effet quelqu’un d’intéressant à porter au grand écran, personnage féminin le plus populaire de cet univers, forte, indépendante, et ambiguë. Pour ceux qui ne connaissent pas, Catwoman est Selina Kyle, une voleuse de bijoux professionnelle ayant une grande passion pour les félins et les chats en particulier. Catwoman est un des meilleurs exemples de anti-héros, c’est une criminelle oui, est-ce une méchante ? Moui-non-ça-depend-du-moment…. Disons qu’elle n’est pas animée d’intentions maléfiques, elle vole pour son plaisir, par pur goût d’esthète et par défit, une sorte d’Arsène Lupin au féminin. Elle ne manque pas d’argent, n’a pas particulièrement d’ennemis et n’est forcée à rien. Elle se retrouve souvent dans une situation d’antagoniste avec Batman à cause de leurs rôles respectifs de criminel/justicier, bien que des fois coopérant quand le besoin s’en fait sentir, et ont même plusieurs intrigues amoureuses, renforçant leur relation amour/haine.
C’est un personnage intéressant et complexe, avec des motivations pas bien claires, très changeant et sûrement le mieux écrit avec le Joker.

En plus du bon coté pour qui veut en faire un film, il y a déjà beaucoup de matériel pour travailler sur son origine, Voleuse Professionnelle dans le comics, Riche Femme d’Affaire dans le dessin animé des années 90, Folle Vengeresse chez Tim Burton, sans parler de toutes les réécritures du personnage dans les comics. ET IL Y EN A DU MATOS AVEC ELLE !! Elle est présente depuis les tout débuts de Batman, donc les bases de travail ne manquent pas!

Encore une fois voilà un projet qui sur le papier ne pouvait qu’être bon, mais si c’était un bon film ça se saurait et je ne serais pas en train d’écrire un article dessus.
Sans plus attendre voyons donc pourquoi ce chat au lieu de retomber sur ses pattes, s’est vautré dans son caca de la pire des manières ; en nous attaquant à Catwoman !

Personnages : Le rôle de Catwoman a été attribué à Halle Berry, sortant avec succès des deux X-mens et auréolé d’un Oscar pour « L’Ombre de la Haine », c’est déjà pour moi la première erreur de ce film, mettre quelqu’un de déjà très célèbre dans un rôle du super héros. Un film de super héros a pour but de mettre en valeur le héros, un personnage que nous connaissons déjà et c’est pour lui qu’on se déplace. Son acteur doit savoir lui laisser sa place, passer derrière son personnage pour que nous reconnaissions le héros et lui doit le magnifier. Un visage célèbre ne se cache pas derrière le masque du héros, on ne voit que ça et donc nous n’y croyons pas, ce n’est pas le super héros que nous voyons devant nous, mais un acteur célèbre déguisé. Les exemples ne manquent pas, Clooney en Batman, Edward Norton en Hulk, Ben Affleck en Daredevil ou Nicolas Cage en Ghostrider. Encore pire, prendre une actrice qui a déjà joué une super héroïne. Halle Berry c’est Tornade dans X-men, elle s’était faite connaître par ce rôle et je ne me souviens que de ça. Donc dans ce film, je regarde Tornade déguisée en Catwoman, bonjour le mindfuck. (Et ce qui en plus donne deux bons arguments sur pourquoi Ben Affleck ne doit pas jouer dans le prochaine Batman.)

Pour le reste du cast, nous avons Benjamin Bratt dans le rôle de Ken…Pardon de l’inspecteur Tom Lone, ayant joué dans Planète Rouge et Demolition Man, Sharon Stone qu’on ne présente plus dans le rôle de la méchante Laurel Hedare, de Lambert Wilson dans le rôle du Merovin…euh…non ça c’est lui qui pas compris qu’il avait changé de film, et qui devait donc incarner Georges Hedare.

Je suis presque choqué par ce casting, les quatre tête d’affiche sont des gens plus que compétents, ce sont tous de très bons acteurs, c’est du jamais vu depuis le début de mes critiques. Wahou…

Enfin bon, apparemment ça ne suffit pas pour faire un bon film…

Le Film : Catwoman a été réalisé par Pitof (Parce que avoir un vrai nom c’est trop mainstream), réalisateur français, principalement connu pour avoir réalisé Vidocq et être un pionnier des effets spéciaux numérique en France, la majeure partie de sa carrière a été d’être le directeur des effets spéciaux sur beaucoup de films. Il a souvent collaboré avec Jean-Pierre Jeunet, sur Delicatessen, La Cité des Enfants Perdus et Aliens Resurection, ce qui va beaucoup se voir, car il a recouvert tout le film avec une espèce de filtre numérique jaune-orange qui rend un effet très lisse sur la peau de tous les acteurs, intriguant au début et devient de plus en plus dérangeant au fur et à mesure du visionnage. En fait ça va même s’y résumer, il colle du numérique partout où il le peut, que ce soit utile ou pas. Ce ne sont pas de mauvais effets, je trouve en effet que le film a plutôt bien vieilli par rapport à beaucoup de productions de l’époque, mais la plupart sont superflus et gênent la visibilité.

Après un TRÈS long générique qui pompe tellement sur celui de la Momie qu’on se demande si on ne s’est pas trompé de film, on est donc introduit à notre héroïne principale Patience Phillips…. Oui Patience Phillips, pas Selina Kyle, ça commence bien… En fait on va faire simple, vous voyez tout ce qui peut avoir trait au personnage d’origine ? Vous pouvez le foutre à la poubelle, l’héroïne n’a rien à voir avec la Catwoman des comics, l’action ne se passe pas à Gotham City et il n’y a aucune référence à l’Univers de Batman. Le logo DC n’apparaît même pas au début du film et ils ne sont pas dans les crédits à la fin (oui oui j’ai vérifié), je ne sais même pas comment c’est possible. Donc, au lieu de travailler sur du matériel existant pouvant servir à écrire une histoire qui risquerai de plaire aux fans, ils ont décidé de partir sur un tout nouveau personnage et de laisser bosser 3 scénaristes dessus (On sait que c’est toujours une bonne idée), et d’appeler le personnage Patience Phillips. J’adore quand on résume le personnage à son nom plutôt que de perdre du temps à développer sa personnalité. Car oui Patience est une gentille jeune femme, réservée et timide, qui laisse tout le monde lui marcher dessus en fermant sa gueule sans jamais oser dire quoi que se soit.

Bon très bien, vu que les gens qui ont écrit ce film n’ont pas envie de faire d’effort, je ne vais pas en faire non plus et appeler chaque personnage du film par son seul trait de personnalité, Lambert Wilson sera donc Ordure, Sharon Stone sera Méchante et Benjamin Bratt sera Fantasme.

_

Le mot de la fin de Petit Kao: Encore une fois, un article coupé en deux parce qu’Evguen ne fait pas dans le minimalisme! Remettez vous de vos émotions et on enchaine avec la suite et fin de cette chronique d’ici quelques jours! Un peu de…patience! *badum tshhh*

[EVV Hors-Serie] Top #1 – 2/2

Par défaut

EVV-logo2

Le petit mot de Petit Kao: Nous voilà de retour avec la suite et fin du Top 10 des suites qui furent meilleures que leurs films d’origine. Le Top 10 SMFO… Non, ça ressemble trop à un croisement entre le club à donjon et le parti politique. Et je dis encore n’importe quoi. Je laisse donc la parole à mon confrère avant que ça ne parte trop en sucette…

_

_

Bon nous sommes à la moitié du classement, les films dont j’ai parlé jusque là ne sont pas obligatoirement les plus connus de la Terre, mais méritent d’être célébrées comme les œuvres magnifiques qu’elles sont, être remises en lumière pour être découvertes et redécouvertes. Les 5 suivants, eux, on rentre dans la crème de la crème. Ils sont cultes de chez cultes, et ne pas les avoir vu relève presque de la faute de goût !

 _

Numéro 5 :

THE DARK KNIGHT

evv-batman

Prenant à contre pied la mode des films de super héros qui tentèrent tous de coller le plus possible à l’Univers du comic book, Christopher Nolan ressort la franchise Batman, mise à mal par Joel Shumacher dans un film dont on ne va pas citer le nom.
L’univers de Batman Begins est réaliste, sombre et rend complètement son humanité à Batman, en lui retirant son statut de super détective/scientifique/athlète/ingénieur/ninja/génie increvable, pour en faire un être humain normal, ayant juste accès à un technologie que nous n’avons pas, bien qu’en gardant le coté ninja. Le film est un grand succès et la suite est prévue.

Et c’est là que le chef d’œuvre apparaît : The Dark Knight. Nolan expurge tout ce qui aurait pu faire comic book dans le scénario pour faire du réalisme pur. Travaillant sur le statut de justicier qu’est Batman et non dé héros, de la vacuité de sa croisade contre le crime, les criminels apparaissant au fur et à mesure qu’il les arrête, mettant en avant le courage des hommes qui combattent le crime en plein jour et avec la loi, sous les traits du Chevalier Blanc : Harvey Dent.
Un film déjà très intellectuel pour un blockbuster de super héros mainstream qui est bien entendu sublimé par le Joker, joué par le regretté Heath Ledger, dont les superlatifs manquent pour qualifier la performance. L’incarnation du chaos, sans but autre que la destruction et le mal à l’état brut. Le génie de Nolan dans l’écriture de ce personnage est de ne pas lui donner d’origine, il apparaît et c’est tout. Comme une maladie apparaît après qu’un vaccin ai été trouvé pour la précédente, bien pire et bien plus virulente. Posant même une question dérangeante…Si Batman n’était pas apparu, le serait il lui ?

Superbement écrit, magistralement réalité, posant de vraies questions, amenant une réflexion par des personnages complexes et une intrigue incroyable, ce film est une perle qui restera pour longtemps dans l’histoire du cinéma.
Le troisième volet, The Dark Knight Rises, objectivement inférieur, reste quand même un bon film, même si il fait pale figure à coté de son prédécesseur.

_

Numéro 4 :

STAR WARS : EPISODE 5 

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE

evv-sw

Bien sur que je devais en parler, comment éviter de pouvoir parler d’un des plus grands chefs d’œuvres de la science fiction, la saga spatiale la plus épique et la plus célèbre de l’Histoire et bien sur de son meilleur film.
Georges Lucas réussit déjà un carton en 77, décidément une très bonne année pour la culture, avec un film ayant un budget assez modeste mais qui va rapporter largement plus : Star Wars. Bien entendu, il obtient l’argent pour faire la suite, mais suite à des ennuis de santé, ne s’occupe que du scénario et laisse la réalisation à un homme bien plus compétent, Irvin Kershner (Le premier qui gueule on reparle de la prélogie!)
Et Kershner nous réalise un exploit, il fait mieux que Un Nouvel Espoir, à tous les niveaux, images, direction d’acteurs, continuité, rythme, suspens, tout.

Je vous mets au défi de trouver une seule scène ce film qui ne soit pas culte, un seul moment qui ne soit pas mémorable, la moindre réplique inutile, tout y est génial, ce film est juste parfait !
Tellement parfait que bon nombre de ses répliques sont restés dans l’inconscient collectif et qui sont connus même des gens qui n’ont pas vu le film (Ce qui pour moi est une cause de rupture sans préavis et à tort exclusifs de la partie opposée).

Je ne sais même pas quoi dire de plus sur ce film, hormis répéter qu’il est génial et parfait. Je suis trop un fan boy sur ce coup donc je vais passer direct au numéro suivant…Quoi que non…Je vais aller re-regarder l’Empire Contre Attaque pour la millième fois et je reviens !

_

Numéro 3 :

ALIENS

evv-aliens

Et insistons bien sur le « S », car oui il n’existe pas de Alien 2 et sûrement pas le nom français, Alien le Retour. En 1979, Ridley Scott réalise un film de science fiction à petit budget et avec une brochette de joyeux inconnus, hormis John Hurt et Ian Holm, qui allait créer la créature extraterrestre la plus connue (Avec l’autre là, celui qui veut toujours vous taxer votre téléphone), le xénomorphe ! Oui car ça s’appelle un XENOMORPHE, Alien, ça veut juste dire Étranger en anglais ! Voilà, comme ça vous passerez plus pour un con quand vous vous direz fan du film.

Bref, revenons à nos moutons, jouant sur les codes de l’horreur et du slasher, Scott crée une ambiance glauque et pesante, ne révélant que très peu de choses sur la créature, la montrant le moins possible et réussit donc le coup de maître de palier le manque de fonds par de l’inventivité. (Hein Ridley, contrairement à Prometeus quoi…)
Pas besoin de préciser que le film est un succès mondial et devient totalement culte, encore mieux, c’est un film qui a très bien vieilli et qui se regarde encore avec plaisir même aujourd’hui.

Presque 10 ans plus tard, James Cameron reprend le projet et réalise la suite sobrement intitulé AlienS (Oui car cette fois il y en a plusieurs). Et comme dans chaque chose que réalise Cameron, il y ajoute du GRANDIOSE ! Il renouvelle complètement l’esprit du film en y ajoutant une grande dose d’action, tout en gardant l’esprit dangereux et menaçant des créatures.
Il y a une excellente gestion des attentes du public, vu que l’on doit patienter jusqu’à la fin du premier acte, soit plus de 20 minutes pour voir le premier petit bout de xénomoprhe, tout en rendant hommage au film précédent, laissant une trace de Ripley pendant un temps.

Le grand nombre de créatures présentes ne donne pas une impression de surenchère, mais au contraire accentue la tension autour des personnages perdus dans un grand espace et entouré de nombreux ennemis.
Enfin, il ajoute beaucoup d’éléments sur le background des xénomoprhes comme les reines, le lien psychique entre eux, l’esprit de ruche et bien d’autre choses qui sont devenus la base de leur mythe.

Aliens est la preuve que tout ce que James Cameron touche se transforme en or, il y crée le parfait mélange entre horreur, action et science fiction. Il est encore aujourd’hui considéré comme le 2e meilleur Film d’Action de tous les temps, 4e meilleur Film de Science Fiction, donc il mérite bien d’avoir la troisième place de ce classement !

_

Numéro 2 :

LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND 

evv-bbt

Pardon ? Comment ? Qu’est ce qu’il raconte ? Mais c’est pas une suite, Le Bon, la Brute et le Truand ! Arrête de boire Evguen !
Et si, les amis, le Bon, La Brute et le Truand n’est pas un seul film, mais c’est le troisième volet de la Dollar Trilogy, avec « Pour une Poignée de Dollars » et « Et pour quelques Dollars de plus ». Je dois avouer que je triche pas mal avec celui ci, car premièrement c’est le troisième film de la saga, et qu’en plus c’est plus un prequel aux deux autres films qu’une suite. Mais bon dieu on s’en fout complètement !
Sergio Leone, le grand maître du Western signe avec ce troisième volet juste le meilleur Western de tous les temps, en concurrence directe avec un autre des ses films « Il était une fois dans l’Ouest. »

Tous les codes du Western Spaghetti y sont repris et magnifiés, les personnages toujours bordeline entre le bien et le mal, les chevauchées dans les grandes plaines, les longues focales sur les paysages désertiques à perte de vue (Pour info pas besoin d’aller aux États-Unis pour voir les paysages de ces films, ils ont quasiment tous été tournés en Italie et en Espagne), les musiques toujours juste de Enio Moricone, la tension à couper au couteau lors des scènes de duels, les ponchos et surtout les gueules. Car Leone aimait les acteurs à gueule, loin des prototypes de minets Hollywoodiens, créant donc la carrière de Clint Eastwood avec son regard froid et sa mâchoire si serrée, Lee Van Cleef et ses yeux de serpent, Charles Bronson, avec son visage buriné et sa moustache.

Tout ce qu’il y a eu dans ce film resté culte est devenu des éléments inoubliables de la pop culture, pourtant ce film est sorti en 1966…
Que seraient les concerts de Metallica sans la musique du cimetière de Enio Moricone, ou celle du duel qu’on a tous essayé pitoyablement de rechanter en yaourt, et cette phrase vous vous en souvenez .
« Dans la vie, il y a deux types d’Hommes. Ceux qui ont le flingue et ceux qui creusent. Toi, tu creuse… »

Oui oui, ça vient bien de là….

Vous voulez un truc encore mieux ? Bien que les films sont liés et rentrent dans la même continuité les uns avec les autres, vous pouvez regarder n’importe quel film de la Dollar Trilogy dans l’ordre que vous voulez sans avoir le moindre souci de compréhension, car Leone les a pensé pour pouvoir chacun ternir comme un film indépendant. Ça c’est du grand art…
Plus illustre représentant d’une époque et d’un genre aujourd’hui décédé : le Western Spaghetti, le Bon la Brute et le Truand, garde l’image d’un époque où l’on avait le sens du grandiose et racontant des histoires simples, mais pourtant mémorables, dans l’Ouest Sauvage….

_

NUMERO 1 :

TERMINATOR 2 – Judgment Day

evv-terminator

Si il y a bien un film qui représente la quintessence d’une suite qui explose complètement son film d’origine au point de devenir le seul et unique souvenir de la franchise, c’est bien Terminator 2, encore une fois avec James Cameron aux manettes. Sorti en 1984, Terminator est le plus grand succès cinématographique de l’année, avec un budget de « seulement » 6 millions de dollars, le film en rapportera 80 et propulsera la carrière naissante de James Cameron. Son style est déjà extrêmement présent, prendre une histoire simple, un robot du futur vient tuer une jeune femme dans le passé pour qu’elle ne puisse pas donner naissance au leader de la rébellion contre la dictature des machines, et en faire un film mémorable (Je déconne pas, allez chercher tous les films de Cameron et trouvez moi ceux dont le scénario ne puisse pas être résumé en une ligne). Et attention, ce n’est pas un reproche, c’est même à ça que l’ont peut reconnaître un grand.
La petite histoire raconte que James a eu l’idée du design du Terminator après un cauchemars où il était poursuivit par un robot squelettique et qu’il le dessina dès son réveil.

Le film lança aussi la carrière de Arnold Schwarzenegger, déjà connu pour Conan, mais qui après ce film va devenir la méga star d’action que l’on connaît, et deux légendes pour le prix d’une deux ! Très bonne idée aussi de ne pas lui avoir donné beaucoup de lignes de dialogue, tout ceux ayant déjà entendu Arnold en VO au début de sa carrière peuvent comprendre.

7 ans plus tard, Cameron réalise la suite de son premier grand succès, et ce coup ci on lui donne un budget pharaonique de 102 MILLIONS DE DOLLARS, le plus gros budget alloué à un film à l’époque (Ce qui deviendra une habitude chez lui), et vous savez ce que peut faire cet homme si vous lui donnez assez de moyens, de la magie !

Premièrement, il a l’idée d’inverser les rôles principaux, le méchant du premier film devient le gentil, l’inquiétant Terminator qui poursuivait Sarah Connor devient celui qui va la protéger elle et son fils, toujours avec sa tête inquiétante. Pour lui opposer un homme qui peut presque concourir avec Willem Dafoe dans un concours de tête à faire peur : Robert Patrick.
La frêle et terrifiée Sarah Connor, devient une montueuse badass qui ferait passer Michelle Rodrigez pour une mignonne petite fille.
Il lance la carrière d’Edward Furlong, qui n’en fera rien de bien et c’est dommage, quand on sait ce qu’il peut faire quand il a envie, regardez American History X pour voir ce que je veux dire.

Cameron, en maître des effets spéciaux qu’il est, ajoute des effets numérique qui ont très bien vieilli encore même aujourd’hui, 22 ANS APRES LA SORTIE DU FILM, alors on a aucune excuse pour faire de la merde de nos jours.

Il ajoute un propos bien plus profond au scénario, en le faisant passer d’un simple film de poursuite à une fresque désespérée sur la vacuité de la quête humaine vers la technologie, notre dépendance de plus en plus grande envers les machines ainsi que la dislocation des liens sociaux entre les gens. Il y rajoute en plus une grande réflexion sur le destin, si l’on peut choisir sa voie et sa vie ou s’y l’on est prédisposé à accomplir son futur sans aucune chance d’y échapper.
Enfin, et c’est vraiment rare pour un film d’action, une utilisation très intelligente du concept de voyage dans le temps, qui arrive à éviter tous les clichés, les écueils et toutes les conneries de paradoxe temporel, montrant qu’encore une fois, CE N’EST PAS SI COMPLIQUE d’avoir un scénario qui se tient, même pour un film de divertissement à grand public.

Ce film n’a aucun défaut, l’enchaînement des scènes est très fluide et varié, avec de la terreur, de l’action absolument épique, un peu de comique justement dosé, des scènes plus calmes avec des sentiments, de la réflexion et sans ce besoin de nous vendre du cul pour faire du fan service.
Terminator 2 est en fait tellement bon qu’il éclipse complètement le 1er, moi même, j’ai vu le 2 en premier et je n’ai vu le 1 que bien des années plus tard, et sans que ça ne m’ait jamais gêné. La transition et l’explication entre les deux se faisant de manière très fluide et des explications concises, bien intégré dans les dialogues pour que personne ne se sente perdu.

Sur-récompensé, Sur-aimé, Sur-culte, c’est le meilleur film d’action de tous les temps, nerveux, intelligent et bien fait. Plus qu’un simple film de divertissement, il éclate juste son prédécesseur et ne sera jamais oublié dans l’Histoire du Cinéma, Terminator 2 est la meilleur suite jamais réalisé et mérite bien sur sa première place de ce classement.

_

CONCLUSION

Voilà voilà, vous venez de lire un petit classement de films d’anthologie, si vous n’en connaissez pas regardez les, si vous les connaissez regardez les, si vous n’avez pas d’yeux votre vie est merdique et je ne peux rien faire pour vous.

Une question m’est venue en faisant ce top, c’est qu’il y a un patern qui apparaît pour tous ces films, hormis X-men 2, The Devil’s Rejects et The Dark Night, tous ces films, ainsi que leurs suites ont été réalisés durant les années 70 et 80, et pourtant sont tous resté dans les mémoires. Pourquoi donc alors que de plus en plus de ces films sortent, ne restent ils pas eux ? Un réflexion intéressante, à développer…