Doing what you like

Par défaut

Au fil des années, j’ai énormément évolué, sur tout un tas de points, et notamment celui de la parentalité.
Pendant très longtemps, notamment la période adolescente, j’étais furieusement contre l’idée d’avoir des enfants, je trouvais ça nul et inutile. J’estimais que le concept d’imposer la vie à quelqu’un, pour qu’il ou elle subisse ce que j’ai pu endurer durant toute mon enfance, était un concept cruel. Et puis j’ai grandi. Et je me suis rendu compte que je devais réaligner mes idées et mes éventuelles attentes sur cette question.

Il est toujours hors de question que j’enfante de mon corps. Et j’ai fait mon deuil, il y a bien longtemps déjà, concernant le fait d’avoir biologiquement une descendance.
Pour la parenthèse, c’est un point pivot dans la transition, d’admettre que peut-être, il n’y aura pas d’enfant de son propre sang. Même si la technologie a fait des progrès et tout ça, l’accès à la grossesse peut être excessivement complexe pour les personnes trans. Et il faut savoir mettre un tas de choses de côté durant le processus. C’est la fin de la parenthèse, je retourne vous raconter ma vie.

Mon âge avançant, et ma vie évoluant, je prends conscience, lentement mais sûrement, que l’idée d’avoir un enfant n’est pas si repoussante que cela. Juste, pas dans le sens le plus « biologique » du terme.
Je deviens peu à peu adulte, et j’essaye d’être en paix avec ça. Parce que c’est terrifiant, et inattendu. L’horloge et le calendrier commencent à me rattraper, en quelque sorte. Et les envies qui vont avec.

Je souffre depuis plusieurs années de mon célibat, comme la plupart de mes proches le savent, mais ma douleur trouve ses origines différemment avec le temps qui s’écoule. D’abord c’etait l’absence de tendresse, puis l’absence de contact physique, comme j’en ai parlé il y a quelques semaines, mais à présent, c’est la frustration de ne pouvoir évoluer comme je le souhaiterais.

J’ai furieusement envie, et peut-être aussi besoin, de me poser et d’avoir des projets de vie, sur le long terme. J’en ai ras le bol de me planquer derrière le fait que mon espérance de vie est plus courte que la majorité, parce que ça ne devrait pas m’arrêter d’avoir des ambitions. Certes je ne passerais peut-être pas la retraite, mais ma fin n’est pas non plus pour demain matin. Et j’ai cette attente presque viscérale que de pouvoir encadrer mon quotidien avec un genre de routine familiale.

Bien évidemment, je ne vais pas me précipiter vers la première personne un peu jolie venue, et lui dire de me faire des enfants, ce n’est ni le but ni la démarche souhaitée. Simplement, je souhaite de tout cœur trouver mon âme sœur, s’aimer pour la vie, et construire un avenir ensembles. Que ce soit via l’adoption, être beau-parent, ou grâce à l’aide de la médecine, les possibilités sont multiples.

J’ai cette envie, possiblement égoïste, d’inculquer à un être vivant des principes, une éducation, des valeurs et une certaine force de caractère. Et je me berce peut-être très naïvement, de l’illusion que je suis capable de faire des grandes choses pour cet·te enfant, l’accompagner sur tout un tas de plans, la·e soutenir, lui procurer mon amour de parent.

J’espère sincèrement que cette envie s’accomplira, en temps et en heure. Mais je me sens enfin prêt à être un adulte responsable. Ne reste qu’à la vie de m’apporter les bonnes opportunités sur mon chemin, pour réaliser ces souhaits.

Je vous embrasse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.