Journal de Vitamine T #1

Par défaut

Bien le bonjour !
Suite à mon appel à témoins qui s’est rapidement transformé en superbe shitstorm des familles, j’ai décidé de rater la date anniversaire afin de laisser un peu le temps à cette thématique de refroidir, et de me baser principalement sur mon vécu, histoire de ne pas exotiser qui que ce soit si ce n’est moi. Malgré le méchant sous entendu comme quoi j’organisais un freak show, moi j’aimais à me dire qu’entre monstres, c’est plus sympa à plusieurs. Mais passons, parce que la médisance a ses propres limites, et que je suis plus mature que ça. Ah et je voulais néanmoins remercier les quelques personnes à avoir bravé la tempête pour m’envoyer leur témoignages, je ne m’en suis pas servi au sens le plus strict du terme, mais c’etait un bon post-it de départ, donc merci à vous !

Aujourd’hui donc, cela fait plus d’un an et demi que je suis sous traitement hormonal de substitution. Une fois les confettis balayés, j’ai décidé de faire un petit retour sur tous les changements physiques que j’ai rencontré jusqu’ici. Des plus évidents comme ceux auxquels on ne pense pas vraiment. Du surprenant, de l’improbable, du classique. Bref, je vais les énoncer de bas en haut, par rapport à mon corps, parce que c’est toujours en partant du bas qu’on remonte mieux la pente ! Et cette allégorie sonnait vachement mieux dans ma tête tiens.

Zone basse

Ça peut paraître con, mais j’ai vraiment vu mes pieds changer. Une des idées les plus répandues, voire attendue, c’est que la testo fait grandir les pieds, parce que les cartilages s’épaississent et tout ça. Alors, faisant moi même un 43 fillette dès le départ, j’avoue que ça m’aurait emmerdé. En revanche, j’avais des pieds patates, plutôt ronds, sans la moindre aspérité, et à présent ils se sont affinés, voire dessinés. Les veines ressortent vachement, la zone avant les orteils est plus anguleuse, bref, je ne remplis presque plus mes rangers dans le sens de la hauteur. Et ça a même altéré ma démarche, puisque j’ai à l’origine les pieds plats, ceux ci s’étant amincis, mon généraliste et moi avons pu nous rendre compte que j’avais tendance à mordre vers l’intérieur du pied, et du coup j’explose mes baskets bien plus vite, ce qui est en soi, assez nul.

Mes mollets se sont également un peu plus dessinés, il faut savoir que c’est une de mes plus grandes fiertés, ils sont massifs, au point que je ne rentre pas dans la plupart des modèles de bottes, ce qui est naze ça par contre. Mais, même sans forcément les contracter, ces deux blocs sur mes jambes commencent à laisser paraître la ligne de séparation entre la fin du mollet et la jambe, ce qui me met particulièrement en joie.

Zone intermédiaire

On parle souvent de la pilosité croissante comme effet principal de la testo, mais là où on ne m’avait pas prévenu, c’est que ça pousse à des endroits aléatoires. C’est à dire que les endroits pré-existants ne se contentent pas d’en fournir plus, mais la pousse des poils démarre également sur des zones vierges initialement. Genre, l’intérieur des cuisses. Franchement celui là je ne m’y attendais pas spécialement, mais ça me fait sourire parce que c’est comme du poil nouveau né, il est super doux tout en étant déjà très épais.
Mais sinon, comme convenu, là où il était déjà présent, il ne fait pas semblant non plus. Mes cicatrices se voient vachement plus du coup, heureusement que je n’en ai pas honte.

Un effet qui en revanche ne m’avait pas été annoncé et qui est un de ceux qui m’a le plus étonné, attention on va parler intimité, mais c’est l’odeur de mon pipi. Je me rappelle distinctement d’un matin réveil où, allant directement faire mon business aux toilettes après m’être jeté du lit, j’ai dû plisser le nez et renifler frénétiquement quelques instants en quête de l’identification de cette odeur inconnue.
Spoiler alert: ça venait de moi, et je ne m’y attendais vraiment pas.
C’est assez amusant de constater que l’odeur corporelle passe réellement par le taux hormonal. Je prends un peu d’avance sur la zone suivante mais, la transpiration aussi change de « tonalité olfactive », plus renforcée, pas forcément plus désagréable, seulement différente, moins légère. C’est difficile à expliquer je dois l’avouer. Mais vous avez l’idée générale. Et je fais partie de ces personnes qui ont un pif tel, que toute odeur est fortement attachée à son origine. Du coup, si les gens ont une odeur rattachée à leur identité, quand la mienne s’est altérée, ça a été un choc, et il m’a fallu un certain temps d’adaptation. J’ai même préféré changer de marque de déodorant, pour réellement faire une distinction, à la fois mentale, et à la fois dans mon nez.

Et je vais m’arrêter là pour la zone intermédiaire, parce que s’il y a eu d’autres changements effectifs, je ne souhaite pas en parler, par préservation de mon intimité réelle. Les forums sont là pour ça si la curiosité vous démange, car les réponses ne seront pas ici aujourd’hui.

Zone du Buste

Là encore, des poils en veux tu en voilà. Même si tu n’en veux d’ailleurs pas, personne ne t’as demandé ton avis. Genre sur les épaules, ou dans le dos. Au secours.
Mais sinon j’attendais de pied ferme les muscles sans rien bosser particulièrement, comme on peut le lire dans un post sur trois sur les groupes FTM, sauf que c’est un gros mensonge. Enfin, en ce qui me concerne particulièrement. J’ai l’impression que mes épaules ont légèrement bougé, mais c’est subtil, j’ai aussi très légèrement perdu en souplesse latérale, j’ai un peu plus de mal à me retourner en étant debout par exemple, mais c’est peut-être juste parce que je suis gros, bref, mystère.

En revanche, j’ai noté que la texture de ma peau a très légèrement bougé. Très légèrement, mais un peu quand même. En fait, suite à une méchante brûlure au soleil de quand j’étais enfant, j’ai gardé un espèce de « grain » de texture sur la peau au niveau des épaules. Et avec la testostérone, j’ai remarqué que mes bras auparavant tout doux, commençaient à doucement reproduire cette texture. J’ignore encore jusqu’à quel point ça devrait se rejoindre, pas trop j’espère, mais cela reste un détail amusant.

Ah j’allais oublier, j’ai pas mal perdu de hanches ! Mais le gras n’a pas disparu, il s’est juste déplacé. Nul. Du coup j’ai moins de formes sur les côtés, mais j’ai gagné de la bedaine, et l’ensemble est descendu très légèrement. Je vous épargne les photos comparatives mais, si mon gras de ventre était avant disséminé tout autour du bassin, maintenant le tout s’est concentré vers l’avant, et donc, vers le bas. Joie. Pas merci Newton.
J’ai également un peu fondu au niveau des fesses, je le sais parce que je flotte dans tous mes pantalons qui auparavant épousaient parfaitement le rond de mon fessier, et maintenant, ce n’est pas plat non plus, mais c’est moins rempli. Et c’est un peu chiant parce que je ne comptais pas en racheter dans l’immédiat. Tant pis, on fera avec.

Zone du Visage

Outre l’évident début des hostilités concernant la barbe et son éventuelle vitesse de pousse plus ou moins inégale, il y a clairement un changement visible sur ma face. Plusieurs en fait. Le premier, et celui qui me génère une quantité non négligeable d’angoisse, c’est la ligne des cheveux qui recule. Je vous ai mis ci-dessous deux photos ayant deux ans et demi d’écart, et des pattes se sont clairement dessinées au fil du temps, entre le front et les tempes (si quelqu’un connait le nom exact?).
J’ai également longtemps trouvé que mon nez avait changé, je trouvais qu’on aurait plus dit une patate écrasée qu’avant. Mais en farfouillant mon dossier photo, il s’avère que la patate qui me sert de pif n’a au contraire pas bougé depuis mes 3 ans. En revanche, j’ai l’impression que l’arête surplombant mes narines s’est un peu plus dessinée. Mais ça vient peut-être juste de la luminosité des photos, ou du fait que je ne me scrutais pas autant sous toutes les coutures avant d’entamer ma transition. De la même façon, j’ai l’impression que ma mâchoire ainsi que mon menton se sont subtilement renforcés, mais là aussi, c’est subtil.

Du reste, mes cheveux poussent toujours beaucoup trop vite, et ma barbe est très capricieuse dans ses décisions de zones de repousse, avec des creux distinctifs se formant au fur et à mesure. Mais tout ça n’est que le début, après tout, un an et demi ce n’est pas beaucoup.

COUCOU FUTURE CALVITIE.

CONCLUSION

La testostérone, et le traitement hormonal en général, ce n’est pas à la carte, bien malheureusement. On ne choisit pas les effets qu’on désire pour esquiver les effets nuls, ou simplement que l’on ne souhaite pas pour soi.
Je ne veux pas faire l’oncle relou et moralisateur à vous dire « les hormones c’est sérieux, faisait pas n’importe quoi ». Mais en vrai, ne prenez pas ça à la légère, y’a de vrais impacts sur le corps, en interne, que je suis incapable de mesurer à mon échelle. Donc gerez pas ça seul·e, mais de préférence avec un médecin, même un généraliste ça fait le job. Juste, pas trop à la sauvage, parce que ça peut mettre votre vie en danger. Mais je ne suis pas là pour juger après tout.

Bref. Prenez bien soin de vous, et à la prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.