Unending Masquerade

Par défaut

Attention, le contenu de ce billet, comme tous les autres en vrai mais pour une fois je le précise, n’engage que moi. Vous allez le droit d’être en désaccord, mais je vous remercierais de ne pas faire une levée de torches ou toute autre forme de tentative de me brûler sur la place publique. C’est un point de vue très personnel, et je conçois qu’on ne le partage pas, mais je n’attaque personne à titre individuel. Je souhaite cependant ne pas blesser qui que ce soit dans la foulée. Merci de votre attention. 

___

Comme vous le savez probablement, je connais beaucoup de monde, et parmi cette foultitude de gens de tous les horizons, y’a un certain nombre de personnes poly-amoureuses. Et en tant que monogame, y’a un certain nombre de choses qui me gênent dans le polyamour, mais pas exactement les points qui vous viennent immédiatement en tête, à mon humble avis. Vous allez le constater rapidement.

Le polyamour à la base, c’est une libération des possibilités en terme de relations amoureuses avec d’autres gens, et conséquemment, la multiplication de celles ci. Sur le papier, c’est chouette. Sauf que, y’a énormément de dérives qui découlent de ce mode de vie là. Et oui, je spécifie bien « mode de vie », mais je reviendrais là dessus un peu plus loin.

En premier lieu, celui que j’ai le plus constaté, c’est cette volonté de conversion de son entourage. Entre la promotion et la propagande, la ligne est assez mince. Ça doit venir de mon passif avec les mouvements d’ordre religieux, mais je suis franchement méfiant face au prosélytisme.
En ce qui me concerne, je suis très à l’aise avec ma propre façon d’envisager les relations, et je n’aime pas l’idée de devoir « partager » mes éventuels compagnons de route avec d’autres gens. Ce qui vous apparaît probablement comme un délire de « posséder » l’autre, n’est pour moi qu’une simple histoire d’exclusivité intime.
Je n’ai pas de problème avec le fait de savoir que d’autres ont connu mon aimé·e avant moi, et potentiellement après moi. C’est juste en même temps que moi que ça me gêne profondément.

La conception monogame d’un couple n’est pas une prison, c’est avant tout une question de communication et de respect mutuel. Vous allez me dire « comme chez les polys du coup ». Ce à quoi je répondrais oui, mais dans tout type de relation en fait, même simplement amicale ou professionnelle, mais on rate mon point. Si pour vous, s’offrir corps et âme à une seule et même personne est une description du dernier cercle de l’enfer, alors la monogamie n’est pas pour vous.
Au même titre que me dire que quelqu’un d’autre pose les mains sur mon ou ma partenaire, alors que je suis absent, ou même présent, m’est intolérable. Pas parce que la personne m’appartient, mais parce que c’est un manque total de décence si cela vient de l’extérieur, de quelqu’un cherchant à s’immiscer dans mon couple. Et parce que c’est une trahison si l’initiative est à la personne qui partage ma vie.

Un autre point qui me semble important, dans le cas de figure d’un couple hétérosexuel, c’est que le garçon n’est pas automatiquement l’incarnation du mâle patriarcal oppresseur sous prétexte que le couple est monogame. Déjà parce que chaque couple a ses propres codes de fonctionnement, et aussi parce qu’il n’y a pas besoin d’être un couple pour être effectivement un gros sac oppresseur. J’estime qu’à moins d’une souffrance réelle, physique comme émotionnelle, nous n’avons pas à nous immiscer dans l’intimité d’un couple qui n’est pas le nôtre.

Alors oui, je conçois que lorsqu’on est effectivement poly, le découvrir peut être une sacrée révélation et on ressent le besoin de se dire que c’est fait pour tout le monde parce que c’est révolutionnaire. Sauf qu’en fait, absolument pas. Y’a des gens à qui ça conviendrais réellement et qui sont dans le déni, mais y’a aussi des gens très heureux avec une seule personne à la fois. Et si je parlais plus haut de « choix » c’est tout simplement parce que, il y a une décision qui est prise à un moment donné. On ne lutte pas férocement contre son identité, on décide simplement de se limiter ou non en terme de quantité, selon son ressenti et ses éventuelles envies. Il n’y a pas de besoin de forcément prendre des snacks en extra, il n’y a juste qu’une volonté de s’abstenir ou pas. Si je peux tenir des années sans la moindre fanfreluche sans faire de combustion spontanée, je ne vois pas pourquoi d’autres se planquent derrière une histoire de nécessité, alors qu’il ne s’agit là qu’au mieux une envie sincère de diversifier, au pire une absence totale de maîtrise de soi.

Egalement, on ne subit pas de discrimination au sens propre du terme lorsqu’on est poly, juste de l’incompréhension et d’éventuelles remarques désobligeantes. Mais personne n’ira te casser la gueule parce que tu as trois petites-amies. C’est un inconfort, pas une haine féroce et dangereuse pour ton essence profonde.

Bref, je suis un peu parti dans tous les sens, mais je tenais à revenir sur quelques éléments très importants, et surtout nécessitant moins de mots.

► Je n’ai rien contre le polyamour. C’est face aux dérives de ses partisans que je suis gêné.

► Il y a une importante distinction entre choisir qu’on a des limites moins strictes que les autres, et interdire les autres d’avoir des limites plus strictes que les siennes.

► Si la monogamie n’est pas pour toi, n’empêche pas les autres de la vivre si cela leur convient. Ce n’est pas parce que l’on n’aime pas quelque chose qu’on doit forcément essayer d’en écœurer les autres.

► Le consentement ça fonctionne dans les deux sens. Ne forcez la main de personne pour tester absolument le polyamour, surtout si ce n’est pas leur conception du bonheur.

Ma conclusion sera donc : la monogamie, c’est chouette aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s