Make a home down there

Par défaut

« Je ne suis pas raciste, j’ai un ami noir. »

Ah, ce fameux ami noir, ou ami de n’importe quelle minorité visible d’ailleurs. Ce procédé de se dégager des accusations grâce à ses fréquentations porte un nom : la caution morale.

Définissons un peu grâce au dictionnaire le Gros Michel :
Caution, nom féminin du latin cautio (la prudence).
Garantie morale, soutien donnés par quelqu’un, une institution, une autorité ; personne apportant cette garantie. Ex: Agir avec la caution du gouvernement.
La caution morale est donc ici, un individu qui se porte garant des propos d’un locuteur, dans le sens où, cet individu assure l’exactitude et le bon sens des mots dudit locuteur.

Et aujourd’hui, on va essayer de se placer du côté de la caution, et non pas de celleux qui s’en servent.

Ne croyez pas qu’ils sont invisibles, ces gens du quotidien qui se servent de leurs proches comme d’une excuse pour faire passer leurs propos les plus limites auprès des gens avec qui ils conversent. Parce qu’on vous voit, en vrai, on ne dit rien, mais on sait.
Et c’est plus d’une fois qu’on a pu me rapporter qu’untel aurait tenté de se dégager d’accusations de LGBTphobie, sous couvert que nous étions amis. Sauf que moi, je ne cautionne absolument pas. Et je suis loin d’être le seul.

Je sais qu’on dit toujours de laisser la parole aux concernés. Mais rendez vous compte que si même les concernés parviennent à sortir des énormités, soyez assurés que les non-concernés ont un potentiel de bêtise encore plus titanesque.
Attention cependant, je ne dis pas qu’il faut arrêter de débattre des sujets qui ne nous concernent pas, mais au contraire, le faire avec humilité, et se remettre en question quand on pointe du doigt nos erreurs, et non pas se braquer et camper sur ses positions. Parce que c’est souvent lorsque l’on est poussé dans nos retranchements que l’on fait alors appel à la caution morale.

Le problème étant, que c’est non seulement blessant pour la personne qu’on invoque alors, mais c’est aussi particulièrement irrespectueux. A la fois pour la personne concernée, comme pour nous-mêmes.
On ne peut pas justifier tout et n’importe quoi sous couvert d’être ami.e avec des minorités. C’est là une question de respect, et de décence.

De la même façon qu’un misogyne peut avoir une compagne, un.e raciste peut avoir des amis racisés, et ainsi de suite pour toutes les spécificités hors du carcan blanc cis-hetéro valide. Sans compter que au sein des communautés, les problèmes ne se recroisent pas forcément, et on peut ainsi cumuler. Il y a des homos misogynes, des lesbiennes racistes, des trans validistes, et toute la fanfare qui s’en accompagne.

Et j’ai le sentiment qu’il y aurait encore bien des choses à dire sur le sujet, mais je vais m’arrêter là pour deux raisons : je voudrais publier avant 2h du matin, et je voulais rester simple et accessible. Disons que c’est un premier pas, comme un avant goût qui, je le souhaite sincèrement, nous poussera à y prêter plus d’attention, et à nous eveiller sur la question.

En conclusion: les minorités ne doivent pas vous servir d’excuse. Et être issu d’une minorité ne vous octroie pas tous les droits non plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.