Premiers pas dans ME : Andromeda

Par défaut

Bonjour aux gens qui jouent, et aussi aux gens qui ne jouent pas, mais cet article devrait moins les intéresser. Le titre vous avance déjà un peu sur le contenu de ce billet, parce qu’aujourd’hui je tire des conclusions hâtives sur Mass Effect Andromeda à peine quelques jours après sa sortie en Europe. Je n’ai, au moment d’écrire ceci, que 15h de jeu, et je vais faire en sorte de ne rien divulgâcher, parce que ce n’est pas dans ma ligne éditoriale habituelle, et parce que je déteste les spoilers.

Cet article sera donc une succession d’impressions personnelles classées en trois catégories : Positives, Négatives, et Anecdotiques (ou inclassables); et finira sur une petite conclusion générale. Voilà. Comme c’est un premier ressenti du jeu, l’article devrait être plutôt court (whoopsie).

Heeeeeh j’ai comme un doute soudainement.

Les points chouettes !

▲ La possibilité de sauter grâce au jet-pack
Ça a l’air stupide dit comme ça, mais dans les autres c’était chose impossible, et par moments, c’était rageant de devoir faire tout le tour pour atteindre un endroit inaccessible ou juste un peu haut.

▲ Un système de sauvegardes plus large
Moi qui suis un taré de la sauvegarde, j’ai beaucoup de mal avec les sauvegardes automatiques, et je suis toujours angoissé lorsque je ne peux pas faire de save manuelle. Fort heureusement, le jeu prends mon inquiétude en compte, et non content de me laisser avoir 12 sauvegardes différentes pour un seul perso, il offre aussi plusieurs sauvegardes automatiques, et propose de choisir entre différents points clés de retour en arrière. Au contraire des précédents épisodes où chaque save auto écrasait la précédente, ici, il s’en accumule toujours au moins deux ou trois différentes, et c’est bien pratique.

▲ Les combats
Le système des combats a été entièrement refait. Bon la base est toujours là : viser & shooter, évidemment. Mais grâce au jet-pack et aux différentes façons d’esquiver et de se planquer, les combats deviennent un peu plus dynamiques que juste foncer dans le tas et espérer survivre en martelant la même touche. Egalement, le panel des compétences où maxxer ses points est bien plus ouvert qu’avant, permettant vraiment d’optimiser son personnage comme on préfère le jouer.

_

Les points vraiment nazes.

▼ Le scan des planètes
Pour ceux qui ont fait la première trilogie, vous savez que c’est un incontournable de la licence. Répétitif voir aliénant (Mass Effect 2 je hurle ton nom), que vaut la version d’Andromeda ?
Et bien à chaque déplacement entre les planètes, il y a une animation plutôt léchée visuellement. Si au début on se dit que oulala c’est super joli, à la dixième de suite, ça gave déjà. Je suis du genre à optimiser mon temps et faire des sessions uniquement à scanner des systèmes. Et j’ai l’impression de perdre un temps fou avec ces foutues animations chatoyantes, qui au final bouffent un temps précieux, donc on s’en cogne que ça soit joli.
Mais du reste, le scan est simpliste et prends 8 secondes, donc c’est cool, mais les animations en prennent au moins 12. Donc c’est pas optimal.

▼ Le Crafting
Il est assez bordélique, j’ai mis beaucoup trop de temps à comprendre comment ça fonctionnait. Ce n’est en soi pas très complexe, mais c’est mal rangé, et un bouton pour avoir plusieurs types de classement ne serait pas de trop.

▼ L’inventaire
J’ignore encore s’il est extensible par l’achat d’améliorations, mais 50 emplacements, c’est peu. Il faut donc apprendre à voyager léger, et c’est pas trop mon truc. Donc adieu le sac rempli d’armures différentes, il faudra se contenter d’en emporter une ou deux maximum, une arme de rechange et les compos. Le reste ça part à la revente. Cependant, je note l’effort d’un bouton « vendre tout mon bazar inutile » chez les marchands.

▼ Le nomade
C’est un digne successeur du Mako, que je qualifiais à l’époque de parfait croisement entre une savonnette et un jouet Kinder.
Le Nomade donc, est un brin plus maniable, il est même améliorable, mais la prise en main initiale n’en est pas plus aisée que pour le véhicule terrestre du premier Mass Effect.
Ce n’est pas vraiment un point « négatif », mais je ne suis pas forcément super jouasse de passer ma vie à conduire tank avec la tenue de route d’une voiture de karting.

▼ La création de Personnage.
Elle n’est pas aussi complète que dans les autres Mass Effect j’ai l’impression. Par exemple je n’ai pas réussi à régler la grandeur des yeux de mon héroïne. Ça semble débile dit comme ça mais du coup elle a l’air asiatique bien malgré elle. Ce n’est pas tant un problème en soi, mais je n’ai pas réussi à faire exactement ce que je voulais, malgré 45 minutes passées sur cet écran là.

_

Les points plus anecdotiques

◄ Le jeu est super exigeant
Même si mon PC n’est pas une foudre de guerre, il n’a même pas deux ans, du coup que le jeu soit aussi violemment gourmand, ça m’embête un peu. Bon ça tourne hein, mais en « moche » quoi.

◄ La roue des dialogues
Le principe de réponses iconiques de la trilogie ME d’origine a été entièrement repensé, et je dois avouer qu’il m’a fallu un certain temps d’adaptation pour m’y habituer. J’ai joué avec un petit post-it à côté de moi pour ne pas me planter dans la correspondance entre les symboles et le « ton » de mon perso.

◄ Les bugs graphiques.
J’ai vu passer des dizaines de critiques énervées de gens mécontents concernant les glitchs et les foirages visuels de Andromeda. Je n’en ai pour ma part constaté que quelques uns, mais ils sont pour la plupart assez rigolos, donc ça ne m’a pas empêché de m’immerger dans le jeu. Il y a juste des PNJ qui se mettent à courir sans raison, ou mon perso qui descend l’escalier comme si elle venait de fanfrelucher avec un éléphant, ou d’avoir les yeux qui se révulsent soudainement alors qu’elle est en train de parler. Rien de bien méchant jusque là, rien de bien gênant pour le gameplay surtout, juste cette impossibilité de mettre en pause pour ne pas rater un dialogue parce que je m’étouffe de rire.

◄ L’héroïne elle-même
Comme dans tout jeu vidéo qui se respecte, on peut choisir d’entrée si on veut jouer une fille ou un garçon. J’ai donc choisi la nana, et j’ignore si c’est la même chose pour son frère, mais elle est super awkward socialement. Elle passe son temps à dire des conneries et à draguer maladroitement. C’est aussi drôle que gênant. Mais en même temps je me sens plus proche d’elle, parce que dans la vraie vie, je suis moi aussi très nul pour faire du charme.

_

Pour finir :

Si le jeu démarre assez vite, et l’on est lancé très rapidement dans l’action sans trop avoir le temps de réaliser ce qu’il se passe, il me semble néanmoins trop tôt pour tirer des conclusions sur la qualité du scénario.

Jusque là j’apprécie grandement le jeu, et j’en savoure une grande partie malgré de gros points à améliorer extrapolés ci-dessus.
Le jeu s’annonce plein de potentiel, et j’espère que sa conclusion sera aussi grandiose qu’on nous l’a promis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.