Life couldn’t get much sweeter

Par défaut

Comme vous le savez peut-être, tous les dimanches, je me rends au Café des Moines pour le karaoké hebdomadaire. Et l’équipe en charge d’animer ledit karaoké, fait aussi des événements ponctuels dans ce même bar. Et donc hier, avait lieu l’élection de Mister Moines, faisant suite à Miss Moines à la mi décembre dernier.
Bon, je vous spoile un peu l’article, mais j’ai gagné le glorieux titre de Mister Café des Moines, ainsi que la superbe ceinture du vainqueur confectionné par l’équipe d’animation en charge de la soirée (Rick Huntertainment).

Du coup, avant de donner mes impressions, je vais vous faire un détail des épreuves de la soirée.

_

#1 : Va mettre une culotte !
Il s’agissait d’exposer son plus beau dessous, anonymement, à la vue de tous, mais surtout du jury prestigieux (composé notamment des candidates et lauréates de Miss Moines, et quelques extras). J’avais donc judicieusement choisi un boxer Jurassic World assez badass, qui as beaucoup plu, et que voici :

Agrougrou

Agrougrou

_

#2 : He’s got the look
Un classique défilé pour présenter son costume, j’étais un espèce de croisement entre un scout, un enfant de chœur, coiffure à la sortie des jeunesses hitlériennes, et un bras en écharpe parce que j’ai une tendinite. Le tout avec une grosse croix autour du cou, et une bible massive faite maison, qui renfermait en vrai un traité sur les serial-killers.

_

#3 X Factor
Il s’agissait de faire preuve d’un talent particulier. Histoire d’être sûr que personne n’ait le même, j’ai choisi de mettre mon poing dans ma bouche de manière violente, ça a marché parce que les gens étaient plutôt impressionnés, et plusieurs m’ont, après coup, demandé comment j’avais découvert ma particularité.
Les autres ont dans le désordre, fait une gorge profonde un peu faiblarde (no offense), une choré improbable, un très classieux tourné de nippies (les cache-tétons), une imitation très convaincante de Renaud, et un cul sec de pichet de bière.

_

#4 & #5 Sixième Sens
Deux épreuves consécutives, avec dégustation de trois bières à reconnaître, où j’ai un peu galéré parce qu’avec un seul bras c’était délicat d’écrire et de boire en même temps, donc j’ai mis un peu au pif, mais apparemment c’était à peu près ça. Y’en a qu’une dont j’étais sûr, et les deux autres c’était une chance sur deux quoi.
L’autre c’était un blind-test de plusieurs morceaux. J’ai mis en gras ceux que j’ai reconnu.
Madonna – Vogue
Le générique de Monk
Genesis – Jesus He Knows Me
une chanson extraite des 12 Apôtres – Pascal Obispo
Tori Amos – Crucify
Je crois qu’il y avait un 6e mais j’ai déjà oublié.

_

#6 Profession de Foi
Il fallait expliquer pourquoi l’on méritait de gagner, de façon préparée ou improvisée, au choix du candidat. Sur les six candidats, seuls moi et Benjo (terminant premier dauphin) avions préparé à l’avance. Je vous pose ci dessous un extrait de mon discours, où j’ai préféré jouer la sincérité que la lettre de motivation amusante. Même si j’ai inséré un peu d’humour quand même, faut pas déconner. (j’ai changé les prénoms par contre pour préserver l’anonymat de mes potes)

>>> Je tenais à concourir ce soir pour une raison très précise. Certes je n’ai pas le charisme de Michel, ou l’esthétique de Bobby, ou encore l’audace de Kevin. Je ne chante pas Let it Go comme Chantal, et je ne gagnerais probablement pas ce soir la ceinture tant convoitée, même si je soupçonne que la plupart des participants espèrent gagner le mois de consos.
Ce n’est même pas de la fausse humilité, mais une simple conscience d’une certaine réalité.
Mais je tenais simplement à dire, pour rester simple, que le seul fait de pouvoir concourir ce soir, est une sorte de victoire personnelle sur la vie, et que ça me tenait du coup beaucoup à cœur.
[Mots de remerciements à l’équipe, le bar, les copains du dimanche.]

_

20170217_113329

I WON, BICHES.

Enfin, et seulement enfin, c’était l’annonce des résultats. A mesure que mon prénom ne tombait pas, ma panique montait. Et quand le premier dauphin a été annoncé, que ce n’était pas moi, ce qui signifiait que j’avais gagné, ma joie a explosé. Et j’ai pleuré comme un enfant. Et mon frère Leo m’a pris dans ses bras et m’a dit combien il me félicitait et combien je lui avais apporté encore plus d’honneur qu’il n’espérait.
Beaucoup m’ont exprimé combien ils étaient fiers de moi. Notamment Marianne, moitié du binôme en charge de l’orga, qui était contente que j’ai gagné, parce que deux ans en arrière quand j’ai commencé à venir au karaoké, j’étais une boule d’angoisse et de timidité, et jamais je n’aurais osé ne serait-ce que me présenter à un concours de « beauté ».

Parce que c’est ça qui m’a fait irradier de joie, même si pour beaucoup c’est juste une animation de bar rigolote ou un peu beauf, pour moi c’est une consécration. C’est hyper symbolique d’avoir gagné un concours dans la catégorie homme. D’être publiquement reconnu en tant que tel, sans que personne ne trouve à y redire.

Donc voilà. C’était ma minute gloire personnelle, désolé pour le pavé de 20 km hyper ego-centré. Merci de votre attention !

 

Publicités

Une réflexion sur “Life couldn’t get much sweeter

  1. Poutchy

    CHANTAL ?! Realy Dude ? XD

    Blague a part, je suis excessivement fière de toi et de cette victoire, j’ai couiné fort en voyant la photo et j’aurais aimé etre là pour te serrer dans mes bras moi aussi <3

    Je t'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s