It’s not gonna happen

Par défaut

no-intimacy

Aujourd’hui, on écarte les jeunes yeux de cet article, parce qu’on va parler de fesses! Bon, pas tout à fait en vrai. Mais on va parler de mon rapport à ce sujet. Allons-y, c’est parti !

Pour être tout à fait honnête, la sexualité, c’est quelque chose de délicat pour moi. Outre le fait que je n’ai pas d’activité fréquemment de ce côté là, plus le temps avance, et plus je suis mal à l’aise avec le sujet.

Je ne m’auto-proclame pas ace (asexuel), mais je soupçonne d’être dans la zone grise, pour deux raisons principales. En premier, parce que je supporte assez mal d’entendre parler de la sexualité des autres. Et en second parce que si j’ai effectivement des envies, des pulsions, elles ne sont jamais ciblées. Ce n’est pas extérieur, ça vient uniquement de moi. Et si soudainement une personne que j’apprécie me dit « viens on fait des fanfreluches! », je vais sûrement préférer me resservir une deuxième tasse de café, en tremblant comme un blender.

Je me suis souvent dit que si je n’aimais pas, mais alors vraiment pas, entendre parler des aventures des autres, c’était par jalousie de ma part. Mais le sentiment n’est pas là. Ça me met simplement très mal à l’aise. Le pire étant quand je suis dans une situation où j’entends des gens fanfrelucher. Je ne sais pas où me mettre, je n’arrive pas à garder le fil de la conversation, et j’ai juste envie de partir loin du bruit. Il m’est déjà arrivé d’être coincé dans un lieu où des gens faisaient du bruit dans la pièce à coté, et de me mettre à silencieusement pleurer de longues minutes, par sentiment d’être pris au piège.

Et plus les années avancent, et plus c’est pire. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai une mauvaise relation avec mon propre corps, ou si c’est parce que je ne supporte plus la pression implicite de la société selon laquelle il faut impérativement avoir des rapports pour être normal. Parce qu’on m’a déjà fait comprendre que de ne pas vouloir entendre parler de la vie sexuelle de tes potes, c’est bizarre.

Alors certes, je dis souvent que je me sens seul. Mais c’est à moitié mentir. Pas que je ne me sente pas seul, mais parce que les gens comprennent que j’ai des besoins à assouvir. Et ce n’est pas les besoins que les gens pensent. Moi j’en veux, des bisous et des câlins, mais pas beaucoup plus loin.
Si j’ai effectivement des envies sur la question, je n’ai pas nécessairement envie de les mettre à exécution. Je ne sais pas si je suis très clair?

Les rares fois où j’ai été dans une situation intime, mon objectif c’était de faire plaisir à ma partenaire, et je me laissais entraîner dans le jeu de recevoir. Mais ce fut rarement une expérience agréable. Parce que je ne supporte pas de perdre le contrôle, parce que j’ai du mal à être touché. On m’a demandé si c’était parce que je ne m’autorisais pas à prendre ma part de gâteau, parce que je ne porte pas un amour fou à mon corps. Je pense que ce n’est pas ça. Je pense juste que je n’aime pas ça. Je préfère plutôt offrir du gâteau que d’en manger. C’est subtil mais c’est différent.

D’autant que, j’en parle plusieurs fois au dessus, mais j’ai effectivement un rapport conflictuel avec mon corps. Ça va mieux depuis quelques mois, mais de temps en temps je prends un rappel à l’ordre, comme quoi mon apparence physique ne correspond pas à ce que l’on attend d’un garçon lambda. Parce que je ne suis pas cisgenre. Parce que j’ai des morceaux en trop et des morceaux en moins. Et c’est douloureux à entendre. J’arrive à peine à passer outre au quotidien, mais me le prendre dans la gueule dans un cadre intime, c’est vraiment délicat.
J’ose espérer tomber un jour proche sur quelqu’un qui comprendra tout ça. Et qui ne fera pas juste « avec », mais qui m’aimeras tel quel. Parce que je ne suis pas qu’un corps.

_

Mais bref, pour résumer, parce que cet article est un sacré pêle-mêle d’informations en vrac, oui je veux une relation amoureuse, non je ne veux pas entendre parler des détails de votre vie intime, peut-être voudrais-je manger du cake, mais il va me falloir beaucoup de temps et de confiance avant de me livrer entièrement. Et en attendant, les câlins c’est vachement bien.

Merci de votre écoute. Le bisou, et à très vite!

Publicités

2 réflexions sur “It’s not gonna happen

  1. Le yaoiste masqué

    Hum, je préfère aussi les câlins et l’intimité intellectuelle aux gâteaux, que ce soit en faire pour offrir ou manger soi-même. Même si je n’ai aucun mal à parler sexe (ça m’amuse), c’est aussi une manière pour moi de se défendre par rapport à quelque chose de sensible et certainement conflictuel dans ma tête.
    J’me suis y’a pas longtemps posé la question aussi de l’aspect asexuel ou pas de ma personnalité, et je crois que je n’ai jamais réussi à définir celle-ci, par rapport à ce que j’en pense, ce que je fais, ce que je dis, ce que j’aime regarder/lire/écrire, etc.
    Du coup, je vais pas te dire « je te comprends à 100% » parce que ce serait certainement faux, mais je comprends au moins un peu ! Et au final, il n’y a aucune pression à ressentir par rapport à sa sexualité… Quitte à être niaise (de temps en temps !), l’amour avant tout, les détails et l’équilibre du couple et des personnes qui le composent s’appuie là dessus, et non sur l’échange de gâteaux.

  2. tuttykroa

    Je ne suis ni « ace » ni « zone grise » (j’aime beaucoup ce terme) et, d’après une info facebook delamorkitutavu, je fais partie des filles qui parlent le plus de c*l (bon, je l’avoue, ce n’est pas 100% du temps, 50/70%…) MAIS !
    Je comprends comprends ton rapport à la sexualité.
    Il est vrai que le monde qui nous entoure (média télé, internet, magazines « féminins » (Comment être une bombe au lit en 5 leçons) ou tout simplement ses proches) nous force presque à avoir une sexualité débridée ou autre.
    Il n’est pas normal qu’à notre époque on nous force à manger ou donner du gâteau, pour garder ta métaphore, comme on le fait.
    Chacun devrait vivre ce pan de notre vie comme on le sent ! Personne ne devrait se demander s’il est normal de ne pas avoir envie de manger toute la tarte et pas seulement quelques fruits de temps en temps.

    Je te trouve courageux de parler de ton rapport à la sexualité aussi ouvertement que tu le fais !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.