One sweet day

Par défaut
GENRE t'es content de bosser en caisse tu sais.

GENRE t’es content de bosser en caisse tu sais.

Sur une idée de Topie, je me permets aujourd’hui d’aborder le souci d’une technique commerciale toute conne qui fait pourtant vachement de dégâts chez les personnes transgenres et/ou fragiles. Il s’agit de celle consistant à genrer les salutations.

Quand vous passez à la caisse d’un magasin, quel qu’il soit, vous entendrez quasiment toujours « bonjour/bonsoir Monsieur/Madame ». C’est une directive assez fréquente qui consiste donc à « personnaliser » l’accueil. Et le problème c’est que ça ne personnalise rien du tout, enfin, à mon sens. Et avant d’aborder plus en détail, je vais poser ici un point de vocabulaire.

*jingle musical* Le choix des mots! Avec petit Kao!

On parle de passing, ou cispassing, pour designer le fait de passer visuellement d’emblée pour une personne cisgenre, et non transgenre. Donc effacer les petits details comportementaux, vestimentaires, physiques, et autres cibles de choix des gens trop intrusifs quant à notre assignation de naissance.
Je vais prendre un exemple. Je suis une personne AFAB (assignée fille at birth [à la naissance]), mais je suis quand même un garçon. L’apparition de pilosité faciale m’assure un meilleur cispassing, mais ma voix a tendance à « trahir » mon insuffisance hormonale naturelle.

*jingle musical le retour* C’était le choix des mots! Avec Petit Kao!

Donc, le problème avec cette technique foireuse commerciale, c’est que cela peut blesser les personnes qui n’ont pas nécessairement un parfait cispassing. Parce que se faire rappeler à l’ordre concernant son assignation de naissance, c’est vraiment pourri.
Certes sur mon extrait de naissance il y a écrit « fille », mais y’a aussi écrit 3,2 kilogrammes et 51 centimètres*. Beaucoup de choses ont changé depuis, ne pensez-vous pas? Se baser sur l’avis d’un médecin tellement neuneu qu’il a déclenché ma maman parce qu’il était de mariage le weekend**, moi j’suis pas convaincu.

Mais voila. Je sais que la plupart du temps les gens sont obligés par leur patron.ne à genrer le bonjour, mais dans un monde idéal les patrons seraient suffisamment intelligents pour comprendre que y’a des gens qui ne portent pas en évidence leur genre sur leur tronche. Et de ce fait, suffisamment intelligents pour arrêter cette pratique à la con, qui ne fidélise pas spécialement les gens qui s’en balancent parce qu’ils ne se posent pas la question une seule seconde, et qui blesse sérieusement les personnes déjà fragilisées par des années de dysphorie.
(dysphorie: pas de jingle ce coup ci, Wikipedia l’explique bien mieux que moi)

Voila. C’est tout pour aujourd’hui!

_

*: J’en sais rien, j’ai pas les chiffres exacts sous les yeux pour verifier 
**: Veridique, je suis né un vendredi.

Publicités

Une réflexion sur “One sweet day

  1. Moi ce que je comprends pas, c’est que les gens ressentent la nécessité de changer la façon de s’adresser à toi (moi, nous; c’est un « toi » général) de monsieur à madame quand le passing marche plus. Je sais pas, si la personne t’a pas repris quand tu as dit « monsieur », c’est peut-être que « monsieur » lui convient…?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.