One sweet day

Par défaut
GENRE t'es content de bosser en caisse tu sais.

GENRE t’es content de bosser en caisse tu sais.

Sur une idée de Topie, je me permets aujourd’hui d’aborder le souci d’une technique commerciale toute conne qui fait pourtant vachement de dégâts chez les personnes transgenres et/ou fragiles. Il s’agit de celle consistant à genrer les salutations.

Quand vous passez à la caisse d’un magasin, quel qu’il soit, vous entendrez quasiment toujours « bonjour/bonsoir Monsieur/Madame ». C’est une directive assez fréquente qui consiste donc à « personnaliser » l’accueil. Et le problème c’est que ça ne personnalise rien du tout, enfin, à mon sens. Et avant d’aborder plus en détail, je vais poser ici un point de vocabulaire.

*jingle musical* Le choix des mots! Avec petit Kao!

On parle de passing, ou cispassing, pour designer le fait de passer visuellement d’emblée pour une personne cisgenre, et non transgenre. Donc effacer les petits details comportementaux, vestimentaires, physiques, et autres cibles de choix des gens trop intrusifs quant à notre assignation de naissance.
Je vais prendre un exemple. Je suis une personne AFAB (assignée fille at birth [à la naissance]), mais je suis quand même un garçon. L’apparition de pilosité faciale m’assure un meilleur cispassing, mais ma voix a tendance à « trahir » mon insuffisance hormonale naturelle.

*jingle musical le retour* C’était le choix des mots! Avec Petit Kao!

Donc, le problème avec cette technique foireuse commerciale, c’est que cela peut blesser les personnes qui n’ont pas nécessairement un parfait cispassing. Parce que se faire rappeler à l’ordre concernant son assignation de naissance, c’est vraiment pourri.
Certes sur mon extrait de naissance il y a écrit « fille », mais y’a aussi écrit 3,2 kilogrammes et 51 centimètres*. Beaucoup de choses ont changé depuis, ne pensez-vous pas? Se baser sur l’avis d’un médecin tellement neuneu qu’il a déclenché ma maman parce qu’il était de mariage le weekend**, moi j’suis pas convaincu.

Mais voila. Je sais que la plupart du temps les gens sont obligés par leur patron.ne à genrer le bonjour, mais dans un monde idéal les patrons seraient suffisamment intelligents pour comprendre que y’a des gens qui ne portent pas en évidence leur genre sur leur tronche. Et de ce fait, suffisamment intelligents pour arrêter cette pratique à la con, qui ne fidélise pas spécialement les gens qui s’en balancent parce qu’ils ne se posent pas la question une seule seconde, et qui blesse sérieusement les personnes déjà fragilisées par des années de dysphorie.
(dysphorie: pas de jingle ce coup ci, Wikipedia l’explique bien mieux que moi)

Voila. C’est tout pour aujourd’hui!

_

*: J’en sais rien, j’ai pas les chiffres exacts sous les yeux pour verifier 
**: Veridique, je suis né un vendredi.

Running to the sea

Par défaut

giantearbud

Tous ceux qui me connaissent un minimum savent que je ne jure que par les gros casques audio. Mais ce n’est pas tant qu’une question de préférence, y’a tout un tas de raison qui font que je ne porte que ça, et comme j’ai pas d’idée d’articles ces jours ci, je saisis cette opportunité de sujet pour vous en parler un peu.

Ce qu’il faut savoir avec ces casques, c’est que même le baladeur éteint (oui je dis encore baladeur), on est quand même pas mal coupé du bruit environnant, quand ledit casque est de qualité, à savoir un minimum insonorisé.
Et de ce fait, entendre bien moins les sons alentours permet de mettre sa musique moins fort. Parce que j’ai largement passé l’âge de faire profiter de mes goûts douteux dans les lieux publics, si réellement il y a un âge pour ça. Mais qui dit écouter moins fort, dit préserver ses oreilles sur le long terme, et c’est quand même pas si nul que ça comme argument.

Ensuite je n’aime pas les écouteurs, pour deux raisons. La première c’est que mes oreilles sont foutues de telle manière que ça ne tient pas plus de 8 seconde. La seconde c’est que c’est désagréable à porter, je n’aime pas mettre des choses dans mes oreilles, et ça fait mal au delà de la première minute. Et puis ça ne filtre rien du tout, ni les bruits des autres vers vous, ni votre musique vers les autres. Et si j’ai envie d’écouter le générique de Pokemon avec ma meilleure poker face dans le tram, je n’ai pas envie que ça se sache parce que mes écouteurs sont de mauvaise qualité.

Par contre, y’a quand même un défaut majeur aux casques. Un coup sur deux les gens te parlent dans la rue, tu leur fais signe de se taire une demi seconde le temps de soulever une oreille, et ils continuent à parler malgré tout.
L’autre fois sur deux, les gens partent du principe que tu ne les entends effectivement pas, et se permettent de te toucher pour attirer ton attention. Et ça ça craint, parce que le consentement ça passe aussi par ce genre de « détails ».

Peut-etre que je n’ai pas envie de communiquer? Peut-être que non j’ai pas de clope a te filer? Peut-être que j’veux juste rentrer chez moi en vie et que tu interromps ma route?
Dans tous les cas: ne touchez pas les gens que vous ne connaissez pas, jamais. Du moins pas pour ce genre de cas. Si c’est pour les empêcher d’se faire éclater par un bus ou parce que leurs clés sont tombées, j’veux bien. Mais ne vous offusquez pas de la surprise alors exprimée.

Bref. Les casques c’est mieux que les écouteurs. Et j’me suis encore perdu en route, tant pis.

I’m feeling untouchable

Par défaut

Il est actuellement 5h du matin, et j’ai conséquemment tout plein de temps pour réfléchir à tout un tas de trucs. Notamment à l’actualité, même si ce n’est pas mon sujet de prédilection.
Mais bref, comme chacun doit déjà le savoir, à Orlando, aux Etats-Unis, un mec est entré dans une boite gay, le Pulse, a tué 50 personnes et en a blessé 53 autres. Ainsi, la communauté LGBT+ du monde entier est en deuil, moi y compris.

Mais certains éléments de cette affaire m’ont mis très en colère. Un détail en particulier. Celui qui essaie de nous faire croire que le tueur était « secrètement » homo, parce qu’il a été croisé sur une appli de rencontre gay ainsi qu’aperçu plusieurs fois dans le bar où la tuerie massive a eu lieu.
Et j’ai pu lire ici et là des gens qui croient fort à cette théorie, peut-être parce qu’elle invalide la partie homophobe de cet infâme événement. J’ai aussi pu constater que les politiques français ont fait des pirouettes et des arabesques dignes des Jeux Olympiques pour qu’à aucun moment il ne faille parler de personnes homosexuelles ou transgenres, les victimes du massacre donc. Sans même extrapoler sur la récupération indécente par des partis ou personnes politiques, et qui souhaitaient exprimer leur « immense chagrin » concernant la tuerie d’Orlando. Mais allez bien vous faire cuire le cul putain. La manif pour tous qui milite activement CONTRE les droits des personnes LGBT+, qui se permet de tweeter combien elle est avec les familles des victimes? Ça m’a foutu une nausée dingue.

Mais je m’éloigne encore de mon point du jour et j’essaie réellement de rester le plus calme possible, et croyez moi, ce n’est pas évident.

Ce dont je voulais parler aujourd’hui, c’était donc la fameuse « sexualité secrète » du tireur, ainsi dévoilée au grand jour. Moi je n’y crois pas un seul instant. Outre le fait que ça défie toutes les lois de la logique, mais surtout parce que ça détourne l’attention du véritable problème: c’est un acte clairement LGBTphobe. Pardonnez moi d’employer de suite les « grands mots »… Mais on passe bien trop de choses sous silence ces temps ci. Et enlever le caractère d’homophobie de l’affaire, c’est balayer sous le tapis que l’homophobie, c’est pas juste des insultes et des bousculades dans la rue. L’homophobie et la transphobie tuent des gens, pour de vrai. Et on bouillonne tellement dans un climat qui laisse la porte ouverte à cette haine gratuite et disproportionnée, que viendra un moment où ça va nous péter à la gueule. Et spoiler alerte: ça a déjà commencé.

Pour finir, et vraiment, je vais réussir à étayer mon propos sur la prétendue homosexualité refoulée du tireur, je voudrais mettre en lumière un détail crucial. La police américaine a déclaré que le gars était « organisé et lourdement armé ». Donc le fait qu’il ait été aperçu plusieurs fois dans le club et sur des applications de rencontre gay, pour moi ça crie repérage. Ça ne serait malheureusement pas la première fois qu’une personne avec l’intention de « casser du pédé » traîne sur ce genre d’applis. Parce que, comment trouver aussi facilement une future victime qu’en rodant sur son terrain habituel? Même si en se baladant dans les rues de façon aléatoire on va forcément croiser quelqu’un qui apparaît comme potentiellement homosexuel, les pêcher sur leurs sites de rencontre est clairement plus rapide et plus efficace, et le prétexte du rendez-vous les aura mis suffisamment en confiance pour leur casser la gueule avec plus d’aisance.

Donc non, le tireur d’Orlando, Omar Mateen de son identité complète, n’était pas secrètement gay, il n’était pas non plus un fou, un dégénéré, ou quelqu’un de malade. Il n’aura pas le privilège de la pathologie mentale ou psychique pour excuser son acte immonde.
C’était juste un gros sac à merde dangereusement homophobe.

Merci de votre attention.

E3 2016

Par défaut

Derrière ce titre sobre mais évocateur, je m’apprête à vous livrer à chaud mon ressenti sur cette édition 2016 de la Electronic Entertainment Expo (E3) qui se tient tous les ans à Los Angeles.
Pour les moins aguerris d’entre vous, il s’agit du plus gros salon de jeux vidéos au monde, où toutes les grosses entreprises viennent faire des conférences pour annoncer leurs sorties sur l’année qui suit.

Cet article sera probablement rapide et un peu bâclé, mais il faut que je l’écrive tant que j’ai encore tout en tête et les yeux pleins d’étoiles vidéo-ludiques. Nous allons donc procéder par ordre inversé, à savoir, dans mon top 5 personnel, du « un peu attendu » au « j’en peux plus j’hypothèque ma grand mère si il faut ».

_

[Numéro 5] Fe (Electronic Arts). <Date Inconnue>

Fe-screen01

Un jeu indé tout mignon, basé sur l’exploration et la musique. On ne sait pas beaucoup de choses au sujet de ce jeu, si ce n’est qu’on n’est pas spécialement pris la main, et qu’il faudra prendre des initiatives pour avancer plus loin dans la forêt. On joue une petite créature mignonne, et on apprivoise son environnement grâce à des sonorités uniques pour chaque créature et plantes (si j’ai bien compris). Mais gare aux méchants silencieux qui veulent silencer la forêt.

_

_

[Numéro 4] ReCore (Microsoft). <13 Septembre 2016>

recore01-screen

Mes souvenirs de celui ci datent en grande partie de l’année dernière, donc excusez si je dis n’importe quoi. Le titre s’est montré assez discret, et nous n’avons eu droit qu’à quelques minutes de vidéo sur ReCore. Je sais seulement qu’on joue une jeune femme dans un monde dévasté peuplé de créatures mécaniques. Je me souviens qu’il y avait une histoire de genre de boule d’énergie dans lesdites créatures, et que la nana pouvait les déplacer vers d’autres créatures « vides », façon transfert d’âme. Et dans le rapide trailer on la voit avec toute son équipe de pokémons. Bref ça a l’air super chouette, et c’est un jeu d’action/aventure semble-t-il.

_

_

[Numéro 3] Detroit : Become Human (Sony). <Date Inconnue>

detroitBH-screen01

Il s’agit du dernier né du studio Quantic Dream. Les gens derrière Heavy Rain, Beyond Two Souls et Fahrenheit. Vous savez? Ces jeux du genre « film interactif » bourrés de QTE que tout le monde déteste mais que moi c’est totalement ma came? Bah voila. C’est le prochain bébé de David Cage. Le pitch tourne autour d’androïdes et de décisions qui changent le cours de l’histoire interne au jeu. Plein de possibilités, à vous de décider, et d’en assumer les conséquences. Bon même si dans la phase de semi gameplay qu’on a aperçu, le personnage que vous incarnez (un androïde) a l’air un peu neuneu, mais passons. Si ce jeu suit le même délire que les autres jeux de cette boite, y’a de fortes chances pour que vous n’incarniez pas seulement le robot neuneu.

_

_

[Numéro 2] Mass Effect : Andromeda (EA) <1er Trimestre 2017>

MEandro01

Bien sûr. BIEN SÛR que j’allais en parler. Bon, on ne sait pas grand chose pour le moment. Si ce n’est que le jeu se déroule loin de Shepard et son équipe, dans une autre galaxie, et que le pitch c’est que l’alien c’est vous. De nouvelles races à découvrir, de nouveaux environnements à explorer, bref, l’espace dans toute sa splendeur. Mais outre des jolies promesses, pas un pet de gameplay, vaguement la tronche d’une extraterrestre moins jolie que Liara, et une héroïne femme. Mais je soupçonne Bioware de nous laisser le choix du genre que l’on veut incarner, parce qu’après tout, ils sont réputés pour leur inclusivité. Ça change du trentenaire blanc mal rasé, qu’on a aperçu dans les 3/4 des jeux vidéos annoncés par tous les studios durant l’E3…

Mais du coup, si le prochain Mass Effect n’est pas numéro 1, malgré l’entre-aperçu du retour du Mako, qui donc l’a détrôné dans mon petit cœur en mousse..?

_

_

[Numéro 1] Horizon : Zero Dawn <1er Mars 2017>

HorizonZD01-screen

OUAIS PUTAIN OUAIS. Le jeu qui m’a juste totalement HYPÉ l’an dernier, et qui refait surface cette année encore, avec de nouvelles images, du gameplay qui casse des poutres, et une direction artistique aux petits soins.
Dans Horizon donc, on incarne Aloy, jeune femme aux cheveux roux flamboyants, qui doit laisser sa tribu derrière elle pour partir découvrir les secrets du monde qui l’entoure, quitte à sacrifier du monde en route.
Dans cet univers post-apocalyptique, où la nature a repris ses droits et l’humanité est repartie de zéro, on fait face à un environnement hostile, où les machines se sont réveillées de sorte qu’elles sont les animaux sauvages de ce futur. Bon, une fois mortes on peut pas les bouffer, mais par contre elles permettent de récupérer du matériel à crafter pour aller chasser les petits lapins ces bâtards de cerfs. Et ça, c’est plutôt cool.

_

Voilà! C’est tout pour cette année. Y’a principalement eu des reboots de licence (y compris Crash Bandicoot ou Skyrim HD, la grosse blague), et des jeux avec des zombies, et je déteste tout particulièrement les zombards.

Mais bref. Ah et sinon l’annonce de custom de manette de xboite sur commande, c’est plutôt cool. Avec des milliasses de possibilités d’associations de couleurs si possibles pas raccords, et de petits détails tout choupis genre graver son nom sur le pad, moi j’aime bien. Mais j’ai peur que ça ne concerne que la Xbox One, et pas la 360.

xboxbuildyourown01

De toute façon, vu ce qui as été annoncé, mon cœur va pencher vers la Playstation 4.

Voilou! Le bisou.

Scream for me

Par défaut
Y'a tellement des trucs plus fun à faire avec une corde...

Y’a tellement des trucs plus fun à faire avec une corde…

Quand j’étais adolescent, je n’avais pas ou peu d’amis. Que ce soit au collège ou la période cumulée lycée/apprentissage. Et je ne rêvais que d’une chose: faire partie des gens populaires constamment entourés.
Bon, j’apprendrais plus tard qu’ils devaient sûrement être à peu près aussi malheureux que moi, avec leur gloire éphémère et leurs amis plus parasites qu’autre chose. Mais là n’est pas vraiment le sujet.

Aujourd’hui, bien des années plus tard, je peux affirmer sans trop me planter que je suis bien entouré, aussi bien en qualité qu’en quantité. Comme si j’avais cherché à compenser quelque chose, mais il faut bien reconnaître que je connais énormément de monde.

Mais toute bonne chose peut avoir un revers de médaille. Et la popularité n’y fait pas exception. Parce que, pour chaque événement social que je décide d’organiser, il me faut prendre en compte tout un tas de paramètres, et notamment celui des divergences d’opinions. Si j’apprécie tous mes amis à doses plus ou moins équivalentes, eux ne sont pas forcément copains entre eux. L’ami de mon ami est potentiellement un ennemi donc.

Et le fait de connaitre autant de monde a ce côté énervant, qui est de devoir gérer les guerres entre individus. Tu auras beau les aimer tous très fort, s’ils ont décidé qu’ils voulaient se mettre sur la gueule, ils vont le faire quand même, et il n’y a rien que tu puisse faire pour les en empêcher.

Et je suis fatigué. Fatigué de vous voir vous taper dessus mutuellement alors que j’essaie tant bien que mal de vous séparer. Je suis fatigué de voir mon fil facebook prendre feu tous les quatre matins. Fatigué de devoir retenir qui déteste quelle personne, pour éviter les bagarres inutiles.
Fatigué de devoir choisir qui je préfère, pour l’inviter à mon anniversaire.

Parce que très concrètement je n’ai pas, ni l’envie ni l’intention, de choisir. Mais l’absence de choix résulte aussi de conséquences. Et à la fin, je n’ai pas envie d’être tout seul.

Je ne possède pas la solution, et cet article n’est pas là pour vous l’exposer. Il n’est là que pour expulser mon ras-le-bol généralisé.

Ne m’obligez pas à choisir, s’il vous plait.