Epitaphe #2

Par défaut

Elle était le petit miracle de Noël, nous avions encore tant d’amour à lui offrir, mais dans la soirée d’avant hier, Nalt s’est malheureusement effondrée, soudainement sans vie. On ne saura jamais vraiment ce qui l’a emportée, mais on se souviendra du temps précieux, bien que trop court, passé en sa compagnie.

Je tiens à remercier Julie pour m’avoir grandement aidé au moment de sa mort, ainsi que Sainte Alixe et ses parents, pour le déroulement de sa mise en terre. Elle sera heureusement bien entourée, puisque les esprits d’autres lapins seront à ses côtés pour toujours.

Naltchik
? – 21 Janvier 2015

Nalt-lapin01

Publicités

Make a wish.

Par défaut

Bonjour à tous,

Comme vous l’avez peut-être constaté, les mises à jours ces derniers temps se sont faites assez rares. Il y a bien sûr une raison légitime derrière cette absence. En revanche, je n’extrapolerais pas plus que ça, contrairement à ce que certains auraient pu espérer. J’ai appris à la dure que ma vie privée n’avait pas forcément sa place étalée ici. Conséquence de quoi: je n’en parlerais pas aujourd’hui.

Certains d’entre vous sont bien évidemment au courant d’à quel registre appartiennent les bricoles qui me sont arrivées brutalement dessus dernièrement. Je vous serais donc reconnaissante de ne pas en faire mention.

Si je vous écrit ces quelques lignes aujourd’hui, c’est donc pour vous prévenir qu’il n’y aura, à priori, pas de grosse mise à jour pendant quelques temps. Mais qui sait? L’inspiration me frappera peut-être pendant cette période de douleur. On ne sait jamais vraiment avec elle.

Bref, je vous souhaite donc à tous, une bonne semaine, et rendez-vous la prochaine fois, dans un temps assez incertain.

En périodes difficiles, consolons nous avec des bébés lapins.

En périodes difficiles, consolons nous avec des bébés lapins.

No matter what you do.

Par défaut

Bonjour à tous, et bienvenue en 2015. J’espère que votre passage du nouvel an s’est fait en grand. J’ai pour ma part fait la fête pendant plus de 24h non stop, et après quelques jours de repos bien mérités, me revoilà pour vous narrer mes inepties, une année encore.

Je me suis rendue compte d’un truc, enfin, je l’avais déjà plus ou moins remarqué auparavant, mais ça m’a vraiment frappé en ce début de nouvelle année. A chaque soirée que je fais, dès qu’il y a un peu de monde, j’ai très (trop?) souvent ces instants de flottement, où je prends du recul sur la situation qui m’entoure. Et je me rends compte que tout le monde semble très heureux, plus ou moins bien accompagné, et je me trouve au milieu de tous ces gens, à faire semblant.
Je souris, je ris avec eux, je raconte des anecdotes amusantes, je fais la fête. Mais dans mon fort intérieur, j’ai juste envie de rentrer chez moi, et de pleurer jusqu’à m’endormir d’épuisement.

Et je voudrais tellement pouvoir vous dire que moi ça va mieux, que maintenant que j’ai une vague sécurité financière, ça va beaucoup plus simplement dans la vie. Alors c’est vrai, mais seulement en partie. On comble pas un gouffre émotionnel avec de l’argent, à mon grand regret.

Et je voudrais également finir cet article sur une note positive, histoire de pas trop inquiéter les gens, histoire de pas me faire engueuler d’encore écrire des trucs larmoyants avec des violons à l’arrière plan. Mais pour une fois, et c’est chose rare, j’ai pas envie de me forcer. J’ai pas envie de faire semblant. J’en ai marre de répondre « ça dépend des jours » à la question « ça va? ». Parce que c’est juste une histoire de se voiler la face certains jours, plus fort que les autres jours.

Et je ne parviens même pas à conclure cet article correctement. Tant pis.