Les Revenants (Saison 1).

Par défaut

Je sais qu’on crache souvent sur le cinéma et les productions françaises et pas forcément sans raison; c’est donc pour cela que je suis totalement passée à côté de la série « Les Revenants », diffusée sur Canal+ fin 2012. Ah, oui, j’avais même pas fait gaffe que ça commençait à dater en fait… Mais de toute façon j’ai pas de télé alors j’aurais pas pu être au courant plus tôt. Bref, trêve de n’importe quoi, donnons une forme à cette chronique s’il vous plait.

lesrevenants_title

Le pitch: Dans une petite ville de montagne française, située près d’un barrage, des personnes mortes depuis plus ou moins longtemps réapparaissent mystérieusement, en pleine forme, et comme si de rien n’était. Ces personnes vont alors tenter de reprendre le cours de leur vie, au sein des vivants. Mais d’étranges phénomènes tels que des coupures d’électricité ou des éviers qui débordent vont venir chambouler cette ville, au final pas si tranquille.

Les personnages: On suit plusieurs familles ou petits groupes de personnes, aux destins croisés voire même entremêlés. Il y a la famille Séguret, dont la fille Camille est morte dans un accident de bus quelques années plus tôt. On suit également Adèle et son futur mari, ainsi que leur fille; également Toni, le responsable du pub du coin. Et pour terminer, ma petite préférée, Julie Meyer, une infirmière apparemment sans famille. Tout ce petit monde, ainsi que les revenants, vont se croiser, se heurter, bref, faire un bon gros sac de fève histoire de laisser avancer le scénario.

Construction: Chaque début d’épisode introduit l’histoire, généralement assez tragique, d’un des personnage, avec un effet assez classique de « avant/maintenant », dans l’ensemble assez bien fichu. Puis l’épisode se déroule tout seul, voguant d’un personnage à l’autre, afin de diversifier les points de vue, et laisser se développer l’intrigue.

Pourquoi c’est bien: Alors oui, au début, ça peut surprendre, je sais pas pour vous mais moi j’ai perdu l’habitude de regarder des trucs en français, mais très rapidement on prend le pli.
L’ambiance est à la fois tendue et pesante, elle dérange un peu, mais l’ensemble reste agréable à regarder. Notons également que la bande son, collant parfaitement à l’ambiance, a été réalisée par Mogwaï, je sais pas qui c’est mais ça parlera surement à certains d’entre vous.
Si le rythme est quant à lui assez lent, on est loin d’un « Maison Close » où on se faisait royalement chier, non, ici on prend le temps, mais c’est pour mieux savourer.
On s’attache vite à certains protagonistes, et on adore en détester d’autres et les voir souffrir au moins quelques minutes. Je ne vais pas vous le cacher, tout le monde en prend plus ou moins pour son grade au cours de cette première saison. Donc attachez vous à vos petits cœurs en mousse, c’est un véritable roller-coaster émotionnel.
Egalement, on ne tombe au final qu’assez peu dans des gros clichés comme on en a l’habitude, au contraire, j’ai noté quelques surprises scénaristiques, que je n’avais pas forcément devancé.

Argument.

Argument.

Pour conclure: Si vous décidez de vous lancer dans cette série, gardez un esprit ouvert, moi j’y suis allée en laissant mes aprioris dans l’entrée, et j’ai au final dévoré la première saison en une nuit. En plus j’ai même bien fait de découvrir si tard, puisque la saison 2 arrive dans quelques mois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.