[EVV #11] Catwoman (2004). 1/2

Par défaut

EVV-logo2

Le petit mot de Petit Kao: Bonjour à tous, et bienvenue dans ce nouvel épisode de « Evguen a vu pour vous [encore un film de merde] ». Après de longs mois de silence dû au fait que j’avais une flemme sans bornes de corriger ses chroniques, le revoilà à nouveau à l’assaut d’une énième daube cinématographique, que j’ai personnellement vu, et dont la vision d’Ev m’a particulièrement enchanté. Accrochez vous à vos chaussettes, c’est parti!

_

Bonjour ! Je suis Evguen et je regarde pour vous des films que personne ne devrait voir. Question ! Qu’est-ce qui arrive quand on met un homme compétent, avec un casting constitué de bons acteurs, pour faire l’adaptation d’un personnage de comic books avec un histoire facile à transposer et un budget suffisant pour faire quelque chose de bien ? UNE GROSSE MERDE !  ET ELLE S’APPELLE CATWOMAN !!

catwoman_poster-large

En 2004, la mode des films de super héros était déjà bien repartie et connaissait déjà ses premiers grands succès, ainsi que ses premiers grands échecs. Le bon coté de cette période où on ne savait pas trop quelle était la bonne recette pour qu’un de ces films marche, plus comme maintenant, c’est que les concepts et les idées pullulaient. De cette soupe d’idée en est sortie une plutôt intéressante sur le papier, sortir un film qui parlerai d’un personnage secondaire d’un grand héros de comic books sans en être un spin-off, mais juste la base toute seule d’une nouvelle licence. Et avouons le : l’idée est originale, encore inédite. Le choix s’est porté sur Catwoman, personnage des plus intéressant de l’univers de Batman, que personne n’osait encore ressusciter, le traumatisme de Batman et Robin étant encore trop présent dans les esprits, qui est un peu le 11 septembre des fans du héros.

Catwoman est en effet quelqu’un d’intéressant à porter au grand écran, personnage féminin le plus populaire de cet univers, forte, indépendante, et ambiguë. Pour ceux qui ne connaissent pas, Catwoman est Selina Kyle, une voleuse de bijoux professionnelle ayant une grande passion pour les félins et les chats en particulier. Catwoman est un des meilleurs exemples de anti-héros, c’est une criminelle oui, est-ce une méchante ? Moui-non-ça-depend-du-moment…. Disons qu’elle n’est pas animée d’intentions maléfiques, elle vole pour son plaisir, par pur goût d’esthète et par défit, une sorte d’Arsène Lupin au féminin. Elle ne manque pas d’argent, n’a pas particulièrement d’ennemis et n’est forcée à rien. Elle se retrouve souvent dans une situation d’antagoniste avec Batman à cause de leurs rôles respectifs de criminel/justicier, bien que des fois coopérant quand le besoin s’en fait sentir, et ont même plusieurs intrigues amoureuses, renforçant leur relation amour/haine.
C’est un personnage intéressant et complexe, avec des motivations pas bien claires, très changeant et sûrement le mieux écrit avec le Joker.

En plus du bon coté pour qui veut en faire un film, il y a déjà beaucoup de matériel pour travailler sur son origine, Voleuse Professionnelle dans le comics, Riche Femme d’Affaire dans le dessin animé des années 90, Folle Vengeresse chez Tim Burton, sans parler de toutes les réécritures du personnage dans les comics. ET IL Y EN A DU MATOS AVEC ELLE !! Elle est présente depuis les tout débuts de Batman, donc les bases de travail ne manquent pas!

Encore une fois voilà un projet qui sur le papier ne pouvait qu’être bon, mais si c’était un bon film ça se saurait et je ne serais pas en train d’écrire un article dessus.
Sans plus attendre voyons donc pourquoi ce chat au lieu de retomber sur ses pattes, s’est vautré dans son caca de la pire des manières ; en nous attaquant à Catwoman !

Personnages : Le rôle de Catwoman a été attribué à Halle Berry, sortant avec succès des deux X-mens et auréolé d’un Oscar pour « L’Ombre de la Haine », c’est déjà pour moi la première erreur de ce film, mettre quelqu’un de déjà très célèbre dans un rôle du super héros. Un film de super héros a pour but de mettre en valeur le héros, un personnage que nous connaissons déjà et c’est pour lui qu’on se déplace. Son acteur doit savoir lui laisser sa place, passer derrière son personnage pour que nous reconnaissions le héros et lui doit le magnifier. Un visage célèbre ne se cache pas derrière le masque du héros, on ne voit que ça et donc nous n’y croyons pas, ce n’est pas le super héros que nous voyons devant nous, mais un acteur célèbre déguisé. Les exemples ne manquent pas, Clooney en Batman, Edward Norton en Hulk, Ben Affleck en Daredevil ou Nicolas Cage en Ghostrider. Encore pire, prendre une actrice qui a déjà joué une super héroïne. Halle Berry c’est Tornade dans X-men, elle s’était faite connaître par ce rôle et je ne me souviens que de ça. Donc dans ce film, je regarde Tornade déguisée en Catwoman, bonjour le mindfuck. (Et ce qui en plus donne deux bons arguments sur pourquoi Ben Affleck ne doit pas jouer dans le prochaine Batman.)

Pour le reste du cast, nous avons Benjamin Bratt dans le rôle de Ken…Pardon de l’inspecteur Tom Lone, ayant joué dans Planète Rouge et Demolition Man, Sharon Stone qu’on ne présente plus dans le rôle de la méchante Laurel Hedare, de Lambert Wilson dans le rôle du Merovin…euh…non ça c’est lui qui pas compris qu’il avait changé de film, et qui devait donc incarner Georges Hedare.

Je suis presque choqué par ce casting, les quatre tête d’affiche sont des gens plus que compétents, ce sont tous de très bons acteurs, c’est du jamais vu depuis le début de mes critiques. Wahou…

Enfin bon, apparemment ça ne suffit pas pour faire un bon film…

Le Film : Catwoman a été réalisé par Pitof (Parce que avoir un vrai nom c’est trop mainstream), réalisateur français, principalement connu pour avoir réalisé Vidocq et être un pionnier des effets spéciaux numérique en France, la majeure partie de sa carrière a été d’être le directeur des effets spéciaux sur beaucoup de films. Il a souvent collaboré avec Jean-Pierre Jeunet, sur Delicatessen, La Cité des Enfants Perdus et Aliens Resurection, ce qui va beaucoup se voir, car il a recouvert tout le film avec une espèce de filtre numérique jaune-orange qui rend un effet très lisse sur la peau de tous les acteurs, intriguant au début et devient de plus en plus dérangeant au fur et à mesure du visionnage. En fait ça va même s’y résumer, il colle du numérique partout où il le peut, que ce soit utile ou pas. Ce ne sont pas de mauvais effets, je trouve en effet que le film a plutôt bien vieilli par rapport à beaucoup de productions de l’époque, mais la plupart sont superflus et gênent la visibilité.

Après un TRÈS long générique qui pompe tellement sur celui de la Momie qu’on se demande si on ne s’est pas trompé de film, on est donc introduit à notre héroïne principale Patience Phillips…. Oui Patience Phillips, pas Selina Kyle, ça commence bien… En fait on va faire simple, vous voyez tout ce qui peut avoir trait au personnage d’origine ? Vous pouvez le foutre à la poubelle, l’héroïne n’a rien à voir avec la Catwoman des comics, l’action ne se passe pas à Gotham City et il n’y a aucune référence à l’Univers de Batman. Le logo DC n’apparaît même pas au début du film et ils ne sont pas dans les crédits à la fin (oui oui j’ai vérifié), je ne sais même pas comment c’est possible. Donc, au lieu de travailler sur du matériel existant pouvant servir à écrire une histoire qui risquerai de plaire aux fans, ils ont décidé de partir sur un tout nouveau personnage et de laisser bosser 3 scénaristes dessus (On sait que c’est toujours une bonne idée), et d’appeler le personnage Patience Phillips. J’adore quand on résume le personnage à son nom plutôt que de perdre du temps à développer sa personnalité. Car oui Patience est une gentille jeune femme, réservée et timide, qui laisse tout le monde lui marcher dessus en fermant sa gueule sans jamais oser dire quoi que se soit.

Bon très bien, vu que les gens qui ont écrit ce film n’ont pas envie de faire d’effort, je ne vais pas en faire non plus et appeler chaque personnage du film par son seul trait de personnalité, Lambert Wilson sera donc Ordure, Sharon Stone sera Méchante et Benjamin Bratt sera Fantasme.

_

Le mot de la fin de Petit Kao: Encore une fois, un article coupé en deux parce qu’Evguen ne fait pas dans le minimalisme! Remettez vous de vos émotions et on enchaine avec la suite et fin de cette chronique d’ici quelques jours! Un peu de…patience! *badum tshhh*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.