Comment entretenir ses jouets.

Par défaut

En janvier 2010, j’écrivais ici même un petit guide concernant l’usage du lubrifiant. Cinq ans plus tard, à quelques mois près, je me suis dit qu’il était éventuellement temps d’élargir mon champ d’informations, et de vous rédiger un autre guide, non exhaustif bien évidemment, sur l’entretien des sextoys.
N’en possédant pas personnellement, mais étant quand même pas mal intriguée par le sujet, j’ai décidé d’élargir ma palette de connaissances, avec l’aide des internets, et notamment de ma maman. J’ai en effet la chance d’avoir des parents auprès de qui je peux obtenir des réponses sur tout un tas de sujets, et en particulier concernant la sexualité, et plein d’autres trucs qui y touchent de près ou de loin.
Sur cette introduction des moins classiques, commençons.

_

En matière de sextoys, les possibilités sont infinies. Il y a une foultitude de tailles, de couleurs, de formes et de matières. C’est notamment pour cela que je considère qu’offrir un jouet ne doit pas être laissé au hasard ou à la blague potache. C’est en effet un objet personnel, intime, et à moins de connaitre la personne sur le bout des doigts (pun intented), offrir un jouet pour adultes à quelqu’un est rarement une bonne idée.

Mais en règle générale, quelque soit la matière, les jouets doivent être lavés avec de l’eau tiède savonneuse. Il est fortement déconseillé de les faire bouillir, au risque d’endommager l’objet. Egalement, j’ai lu ici et là qu’on pouvait passer ceux dépourvus de moteur, au lave-vaisselle. C’est au final assez peu recommandé, dans la mesure où la javel contenue dans les produits de lavage ne convient pas à toutes les matières, sans même parler des allergies potentielles à ladite javel.
En cas de doute, de l’eau tiède savonneuse, c’est une valeur sûre. Notez qu’il existe des produits nettoyants dédiés à cet usage, présentés sous forme de sprays, ou de lingettes, en cas de coupure d’eau, ça peut toujours servir.
Et en ce qui concerne les jouets dotés de moteur, il suffit de faire preuve d’un minimum de délicatesse, et d’éviter de passer cette partie sous l’eau.

L’astuce de Petit Kao: Certains savons laissent un genre de dépôt un peu collant selon la matière dans laquelle est faite le jouet, on peut ainsi le talquer délicatement, à condition bien sûre de le rincer avant usage.

Une petite mise en garde pour les futurs collectionneurs: Lorsque les jouets sont en contact les uns avec les autres, même ne serait-ce que quelques minutes, ils peuvent s’abîmer selon les incompatibilités des matières. Pour être tout à fait exacte, ils fondent au contact les uns des autres, et cela laisse des genre de marques comme des brûlures, qui sont irréversibles. Les textures « imitation peau » sont notamment les plus fragiles.
Ainsi, pour éviter d’abîmer vos jouets, conservez les individuellement dans des étuis/poches prévus à cet effet. Ou plus simplement dans des gants de toilettes ou des serviettes en coton. Une fois ceux ci emballés, vous pourrez les aligner dans votre tiroir à bonheur, ou votre placard à plaisir, bref, votre espace de rangement particulier. Et cette précaution est aussi utile qu’agréable, puisqu’elle assurera plus de discrétion face aux mains baladeuses indésirables, ou votre personnel de ménage.

/!\ Notez que certaines matières sont incompatibles avec le silicone contenu dans certains types de lubrifiants. Idem pour l’huile, même si vous aimez beaucoup cuisiner, elle abîmera vos jouets. En revanche les lubrifiants à base d’eau sont généralement compatibles avec tous les jouets. En cas de doute, pensez à toujours lire la notice de vos objets.

Pour terminer, sachez que l’utilisation des préservatifs n’est pas obligatoire pour un usage strictement personnel, mais cela facilite le nettoyage ultérieur du sextoy. Et même dans une optique purement individuelle, il est fortement déconseillé de passer de l’avant à l’arrière et inversement. En effet, les bactéries présentes dans le vagoo et dans les fesses sont différentes, et on peut ainsi attraper des petits désagréments, tout seul comme un grand.
Enfin, dans le cadre d’un couple fixe, le choix reste très personnel, mais utiliser le plastique reste fortement recommandé. On est jamais trop prudents.

Ceci conclue mon petit guide personnel du bon usage de l’outillage de chambre.
Et n’oubliez pas: sortez couverts! Fourchette, couteau, cuillère!

Les Revenants (Saison 1).

Par défaut

Je sais qu’on crache souvent sur le cinéma et les productions françaises et pas forcément sans raison; c’est donc pour cela que je suis totalement passée à côté de la série « Les Revenants », diffusée sur Canal+ fin 2012. Ah, oui, j’avais même pas fait gaffe que ça commençait à dater en fait… Mais de toute façon j’ai pas de télé alors j’aurais pas pu être au courant plus tôt. Bref, trêve de n’importe quoi, donnons une forme à cette chronique s’il vous plait.

lesrevenants_title

Le pitch: Dans une petite ville de montagne française, située près d’un barrage, des personnes mortes depuis plus ou moins longtemps réapparaissent mystérieusement, en pleine forme, et comme si de rien n’était. Ces personnes vont alors tenter de reprendre le cours de leur vie, au sein des vivants. Mais d’étranges phénomènes tels que des coupures d’électricité ou des éviers qui débordent vont venir chambouler cette ville, au final pas si tranquille.

Les personnages: On suit plusieurs familles ou petits groupes de personnes, aux destins croisés voire même entremêlés. Il y a la famille Séguret, dont la fille Camille est morte dans un accident de bus quelques années plus tôt. On suit également Adèle et son futur mari, ainsi que leur fille; également Toni, le responsable du pub du coin. Et pour terminer, ma petite préférée, Julie Meyer, une infirmière apparemment sans famille. Tout ce petit monde, ainsi que les revenants, vont se croiser, se heurter, bref, faire un bon gros sac de fève histoire de laisser avancer le scénario.

Construction: Chaque début d’épisode introduit l’histoire, généralement assez tragique, d’un des personnage, avec un effet assez classique de « avant/maintenant », dans l’ensemble assez bien fichu. Puis l’épisode se déroule tout seul, voguant d’un personnage à l’autre, afin de diversifier les points de vue, et laisser se développer l’intrigue.

Pourquoi c’est bien: Alors oui, au début, ça peut surprendre, je sais pas pour vous mais moi j’ai perdu l’habitude de regarder des trucs en français, mais très rapidement on prend le pli.
L’ambiance est à la fois tendue et pesante, elle dérange un peu, mais l’ensemble reste agréable à regarder. Notons également que la bande son, collant parfaitement à l’ambiance, a été réalisée par Mogwaï, je sais pas qui c’est mais ça parlera surement à certains d’entre vous.
Si le rythme est quant à lui assez lent, on est loin d’un « Maison Close » où on se faisait royalement chier, non, ici on prend le temps, mais c’est pour mieux savourer.
On s’attache vite à certains protagonistes, et on adore en détester d’autres et les voir souffrir au moins quelques minutes. Je ne vais pas vous le cacher, tout le monde en prend plus ou moins pour son grade au cours de cette première saison. Donc attachez vous à vos petits cœurs en mousse, c’est un véritable roller-coaster émotionnel.
Egalement, on ne tombe au final qu’assez peu dans des gros clichés comme on en a l’habitude, au contraire, j’ai noté quelques surprises scénaristiques, que je n’avais pas forcément devancé.

Argument.

Argument.

Pour conclure: Si vous décidez de vous lancer dans cette série, gardez un esprit ouvert, moi j’y suis allée en laissant mes aprioris dans l’entrée, et j’ai au final dévoré la première saison en une nuit. En plus j’ai même bien fait de découvrir si tard, puisque la saison 2 arrive dans quelques mois.

[EVV #11] Catwoman (2004). 2/2

Par défaut

EVV-logo2Le petit mot de Petit Kao: Nous voilà donc de retour pour la suite et fin de cette chronique sur Catwoman. C’etait il y a seulement quelques jours qu’a été publiée la premiere partie, souvenez vous…

[Précedemment: Bon très bien, vu que les gens qui ont écrit ce film n’ont pas envie de faire d’effort, je ne vais pas en faire non plus et appeler chaque personnage du film par son seul trait de personnalité, Lambert Wilson sera donc Ordure, Sharon Stone sera Méchante et Benjamin Bratt sera Fantasme.]

Donc Patience travaille comme artiste publicitaire pour la compagnie de cosmétique Hedare Beauty (Insérez ici une blague sur n’importe quelle grande entreprise de beauté), dirigé par Ordure et Méchante. Méchante étant l’ancienne mannequin phare de la compagnie depuis 15 ans (Mais bien sûr) et qui va être remplacée car elle a atteint l’age fatidique de 35 ans, pour le lancement de leur nouveau produit Beauline. Ordure convoque Patience dans son bureau car elle a foiré quelque chose sur une de ses maquettes et nous montre que c’est une grosse ordure en la pourrissant pendant 5 minutes, lui donnant jusqu’à minuit le lendemain pour rattraper la bourde sinon elle est virée. On en est à 10 minutes depuis le début du film, TRES long générique compris, en gros c’est un des premiers actes les plus court que j’ai vu.

Elle rentre chez elle et n’arrive pas à dormir car de MÉCHANTS METALLEUX font la fête trop fort en face de chez elle et ne veulent pas baisser le son. Le lendemain, sans aucune raison, elle essaye de secourir un chat coincé sur une corniche en SORTANT PAR LA FENETRE ET SE PERCHANT SUR UNE CLIMATISATION EN MANQUANT DE TOMBER DANS LE VIDE?!?!? DE WHAT ?!?

Ok, je ne vais même pas essayer de me pencher sur la santé mentale de cette femme car c’est le moment où arrive Fantasme dans le film. Bon le personnage de Fantasme est très simple, insérez à l’intérieur de cet homme tous les fantasmes de l’homme parfait vu par les midinettes fans de comédies romantiques, il est beau, gentil, patient, galant, drôle, bon flic, n’a pas de vices, s’occupe d’enfants dans les écoles sur son temps libre, pardonne tout, est très courageux, etc…
En résumé cet homme n’existe pas, il n’a absolument rien d’humain, il est pour les femmes ce que les actrices de pornos sont pour les hommes.
Donc Fantasme qui passait par là, vient secourir Patience pensant qu’elle veut se suicider, après une rapide explication, Patience s’enfuit car elle est en retard au boulot, faisant tomber son porte feuille (Sérieux, référence Cendrillon en prime?), ce qui va donner une excuse à celui ci pour la retrouver.

A son taff, on est introduit à deux autres personnages secondaires que je vais appeler, Gay et Juive, qui ne sont que deux insupportables comic-relief, car c’est tout ce qui manquait à mon bonheur, Gay ayant au moins la politesse de disparaître quelques scènes plus tard, mais Juive va rester là jusqu’au bout du film pour nous casser les couilles.

Patience va travailler toute la journée pour terminer ses nouveaux dessins, mais ne va pas trouver de coursier au milieu de la nuit pour la porter à Ordure et va donc décider de les lui porter elle même à l’usine où l’on fabrique Beauline pour une raison connue d’elle seule.

Dans la fameuse usine, se trouve un scientifique (Joué par Methos de la série Highlander), Méchante et deux homme de mains. Le scientifique à des remords car la crème Beauline DÉTRUIT LE VISAGE de celles qui arrêtent de s’en servir comme de l’acide, ce dont Méchante en a rien à foutre (Et ce qui va rendre le twist de fin totalement inutile)…. OOOOOOOOOOOOHHH !! STOP STOP STOP LA !!! C’est ça le scénario ?!? C’est ça les méchants du films et leur plan ?!? Une méchante entreprise de cosmétique créé une crème qui détruit la peau de ceux qui s’en servent mais veut la sortir sur le marché quand même pour se faire un max d’argent ?!? C’EST UN PUTAIN DE BLAGUE ?!? C’est pas le scénario d’un film ça ! C’EST UN EPISODE DE TOTALLY SPIES !

Dans le monde réel, si tu sors un machin comme ça dans le commerce, tu te prend un monstrueux procès dans la gueule, tu perds des millions en dommages et intérêts et ta réputation est tellement détruite que tu fais faillite. ALLÔ ! Il y a des adultes qui regardent vous savez ? Ils avaient quel age les scénaristes ?

Promis, je suis du camp des gentils!

Promis, je suis du camp des gentils!

Patience, entend donc tout ça et se fait repérer, les hommes de mains la poursuivent en lui tirant dessus, mais elle réussit à s’échapper dans des canalisation, je ne sais trop comment. Les méchants déversent alors des millions de litres d’eau sortis de leur cul de je ne sais où qui expulsent Patience dans l’océan, ce qui apparemment la tue.
Quelques instants plus tard elle apparaît sur un tas de déchets où elle est entouré d’une centaines de chats numériques (car oui même les chats sont numériques dans ce film), et le chat du début va lui roter un truc à la gueule ce qui va lui rendre la vie. Patience ressuscite donc avec des super pouvoirs, car Catwoman est bien connue pour en avoir, je les listerai en les soulignant au fur et à mesure. Les deux premiers sont une super ouïe et une super vue qui lui permet de zoomer très loin ou sur de très petites chose…Je suis pas un spécialiste, mais je ne pense pas que les chats peuvent faire ça…
Bref, elle rentre chez elle et se réveille en dormant sur un placard….Parce que…Les chat… aiment dormir…sur des placards…

Elle retourne au travail, se fait engueuler par Ordure car elle n’a pas rendu ses dessins à temps et de manière totalement contraire à sa personnalité va l’envoyer chier de la plus puissante des manières et démissionner sous les applaudissement de ses collègues. Se demandant deux secondes plus tard ce qu’elle venait de dire, sa vraie personnalité revenant au galop.
Sans attendre un instant elle va aller demander des explications à une vieille dame à chats, à qui appartenait le fameux matou du début. Elle va lui révéler qu’elle est Catwoman, et qu’elle a reçu son pouvoir venu des chats de l’ancienne Égypte et que à chaque génération il y a une Catwoman, qui va recevoir des grands pouvoir et connaître une liberté qu’aucune autre femme ne connaît. Elle sait tout ça comment ? Parce que c’était une historienne qui a voulu publier sa théorie qui a été refusé par la communauté des scientifiques car composée d’Hommes et que les Hommes ne peuvent pas accepter d’une femme soit plus forte qu’eux…

Alors Madame, deux chose :
-1 : Une femme par génération qui reçoit de grand pouvoirs, c’est le scénario de Buffy Contre les Vampires
-2 : Ta théorie n’a pas été refusé car de Grand Méchants Homme ne peuvent pas accepter une femme qui reçoit de grands pouvoirs venus des chats. C’EST PARCE QUE C’EST COMPLÈTEMENT DÉBILE ! N’importe quel homme ou femme entendant ta théorie, va te dire d’arrêter la drogue ou appeler un psy ! Et le fait que tu sois une vielle dame vivant avec 50 chats n’aide pas pour la crédibilité.

Et pour étayer ses dires, elle va lancer de l’herbe à chat à Patience qui va commencer à frénétiquement se la frotter sur le visage…
Car oui, le fait de devenir Catwoman va lui donner tout les comportements d’un chat, elle feule en présence de chiens, miaule devant Fantasme, dors sur les meubles, boit que du lait et mange que du poisson… au point où on en est on se demande pourquoi elle ne se lèche pas les parties… Encore une fois, qui a écrit ça ? Qui a trouvé que c’était une foutue bonne idée ? Depuis quand les gamins de huit ans écrivent les scénarios des films ?

Enfin, durant la nuit, les Grands Méchants Metalleux font encore la fête, mais cette fois les choses ne se passent pas comme ça. Patience défonce la porte d’entrée (Super Force) et met une branlée aux gens présents pour leur méchanceté.
Elle revient chez elle et se coupe les cheveux toute seule avec deux paire de ciseau à la manière de Edward aux Mains d’Argent, réussissant parfaitement une coupe courte et stylé, parce que…les chats sont de bons coiffeurs ? (Super pouvoir de coiffeur)
Elle vole la moto d’un métaleux et part braquer la bijouterie où elle avait vu un collier qu’elle aimait bien, elle tombe sur d’autres braqueurs qui étaient déjà là. Elle arrive à esquiver leurs balles en courant sur les murs (Super Agilité + Pouvoir de s’accrocher aux murs comme Spider Man), elle leur met la pâtée, car c’est un chat ! (Chat-Patée-Désolé-Je-Sors-Pardon-Familles-Tout-Ca)

Le lendemain, elle se réveille et se rend compte de ce qu’elle a fait, culpabilise et s’empresse de rendre les bijoux volés avec une petit « Sorry » sur le sac et un boite de cupcakes pour les flics. Je ne vais même pas m’attarder sur la stupidité de cette scène pour parler d’autre chose.
Vous reconnaissez rien dans cette histoire ? Une personne pas sûre d’elle, qui va tomber par hasard sur des pouvoirs anciens, qui va changer sa personnalité durant la nuit, pour se débarrasser des gens qui l’emmerdent et réaliser ses désirs, et qui le matin venue va redevenir elle même et regretter les actes de son alter-égo ?

C’EST LE PUTAIN DE SCENARIO DE THE MASK !!! Juste le meilleur et plus célèbre film de Jim Carrey !! Vous pensiez qu’on verrait pas ça ?!? Sérieux, ce scénario « original » est juste la combinaison de pompages totalement éhontés.
Je résume, c’est un croisement en The Mask et Buffy, qui combat un méchant de Totally Spies… le tout greffé à une comédie romantique….Car oui, il y aussi une comédie romantique dans ce film…

Voilà voilà...

Voilà voilà…

Pratiquement une bonne moitié du film est donc utilisée pour nous raconter la love story entre Patience et Fantasme, entrecoupés de discussions chiffons entre Patience et Juive, où celle ci tente par tous les moyens d’être drôle, mais est juste énervante, genre Jar Jar Binks énervante.
Donc on enchaîne les moment ultra cul cul, où ils jouent au basket ball, vont à la fête foraine, au resto et se tournent autour et sans même nous gratifier d’une scène de plumard digne de ce nom.

Sérieusement, qui a envie de voir, au milieu de son film de super héros, une longue et chiante histoire d’amour, surtout avec Fantasme auquel aucun mec ne peut s’attacher ?
Et enfin, après 50 minutes de film nous voyons enfin Catwoman en tenue… Et oh mon dieu que c’est gênant…Même pour un mec…Un pantalon en cuir moulant couvert de griffures judicieusement placés sur son cul et ses hanches, le ventre nu entrecroisé par deux ceintures bling bling, des gants avec des griffes en diamant (me demandez pas où elle les a trouvé), un soutien gorge en cuir et un espèce de masque de chat ridicule et beaucoup trop haut faisant penser qu’elle a une tête gigantesque. Le tour filmé avec des gros plans sur son postérieur et ses seins, avec une sur-couche de filtre numérique sur elle et une musique R’n’B pendant qu’elle marche en roulant du cul…

Ouaip, bravo pour le message sur la liberté qu’elle a gagné, une liberté qu’aucune autre femme ne connaîtra, la liberté de se saper comme une traînée sado-maso, bravo Pitof, bravo. (Super pouvoir de couturier)
Soit dit en passant, la rumeur dit que c’est en voyant la tenue qu’elle devait porter que Michelle Pfiffer a refusé de reprendre le rôle de Catwoman, considérant que le costume est ridicule et dégradant.

Je suis pourtant une femme distinguée.

Je suis pourtant une femme distinguée.

Bref, elle poursuit un des hommes de main dans une boite de nuit, ce qui lui donne l’occasion de danser avec son fouet sur un podium, puis de lui botter le cul pour apprendre qu’il a tenté de la tuer car elle a entendu des secrets qu’elle ne devait pas entendre et qu’elle doit aller à l’usine…Ce qu’elle est censé déjà savoir…

Elle s’infiltre dans l’usine, trouve le scientifique mort, se fait voir, s’enfuit et se retrouve avec le meurtre sur le dos le lendemain dans la presse. La nuit suivante elle va dans le manoir de Ordure pour le confronter, mais se retrouve devant Méchante, qui lui dit ne rien savoir de tout ça mais que son mari a du tout manigancer car c’est en effet une ordure. Effet qui aurait put être intéressant, SI ON L’AVAIT PAS VU DANS L’USINE AVEC LE SCIENTIFIQUE PLUS TÔT DANS LE FILM.
Méchante explique à Catwoman que son mari se trouve au théâtre avec le nouveau mannequin de la boite et lui donne son téléphone pour qu’elle puissent se contacter pour anéantir son plan.

Au théâtre alors qu’elle est en train d’agresser Ordure, elle est interrompu par la police et se retrouve en face à face avec fantasme pour une scène de combat/drague très mal chorégraphiée. Où l’on se rend compte que ça a beau être l’homme parfait, mais qu’il est un peu con, car il ne reconnaît absolument pas la femme avec qui il est en train de sortir, malgré le fait qu’elle fait la même taille, le même poids, la même voix, la même coupe (car le masque ne cache pas ses cheveux), et qu’il ne la cache pas tant que ça d’ailleurs. Je sais que c’est une constante dans les films de super héros, surtout avec le roi du genre Clark Kent et ses lunettes magiques, mais ce cliché est tellement éculé que dans Green Lantern ils font la blague dessus, la copine de Ryan Reynolds le reconnaissant immédiatement et disant que son masque est ridicule. Tu vois ce que tu me fais faire Pitof ? Est ce que tu vois ? TU ME FAIS DIRE DU BIEN DE GREEN LANTERN !!!

ENFIN BREF !! Le lendemain au cours d’une dispute Ordure gifle sa femme mais se fait extrêmement mal à la main alors que celle ci ne réagit même pas sous le coup gâchant d’office la surprise du twist de fin. Et Fantasme se rend finalement compte que Patience et Catwoman ne sont qu’une personne en trouvant une de ses griffes qui traînait dans on appartement. Pendant que Méchante appelle Catwoman pour lui dire qu’elle a trouvé des preuves contre son mari. Arrivé chez lui elle le retrouve mort, couvert de griffure et plusieurs balles dans le corps.

Grande surprise, MÉCHANTE EST UNE MÉCHANTE !!!

_

Je crois que c’est le twist le moins bien géré de l’histoire du cinéma, sans mentir, qui a bien pu croire le moindre petit instant que Sharon Stone n’était pas le grand méchant du film ? Elle était dans l’usine quand ils parlaient du danger Beauline, elle sort des regards maléfiques à tout bout de champ, elle passe tout le film à pourrir son mari, elle utilise ce foutu Beauline tous les jours et c’est elle la grand frustrée de ne plus voir son visage sur toutes les affiches. C’en est presque risible, les méchants de Scooby Doo font preuve de plus de subtilité.

Allez bref finissons en. Patience se fait arrêter par Fantasme qui la met en prison, alors qu’elle lui explique qui est la vraie menace. Il la croit parce que elle lui demande de lui faire confiance, oui oui sans plus de raison de que ça, quand je vous disais que l’Homme Parfait est un peu con. Ou quoi que ça doit rentrer dans la définition du Fantasme de la femme, un mec qui fait ce qu’elle dit sans poser de questions….
Il va confronter Méchante et va se faire tirer dessus comme le boulet qu’il est, sans un cri, ni une goutte de sang (quand je vous disais qu’il est pas humain), pendant que Patience s’enfuit de prison en passant à travers les barreaux comme un chat (Super Pouvoir de Luxation Indolore).

Nous en sommes donc au combat final entre Catwoman et Méchante, dont la peau a été rendue dure comme du marbre à cause de sa longue utilisation de Beauline, dommage que cet effet aussi ai été spoilé plus tôt. Cette scène d’action, j’ai pas grand chose à dire, elle est très chiante et mal chorégraphiée comme toutes les autres dans ce film, Catwoman bat Sharon Stone grâce à ses ongles en diamant et celle ci meurt connement par sa propre bêtise.

Et le film se termine sur Catwoman partant dans le soleil couchant sur un fond de musique R’n’B et monologuant sur le fait qu’elle est libre de faire ce qu’elle veut, le bien comme le mal et que la liberté c’est trop bien, tout ça, tout ça.

Conclusion : Ce film est mauvais. En fait non ce serait un bon épisode de dessin animé pour gamine ou de série pour pré-ado, mais n’a rien à foutre au cinéma. Le scénario n’est qu’un mauvais repompage de chose qui ont déjà marché, les personnages sont tous des caricature n’ayant aucune vraie personnalité ou de motivations bien précises. Il n’y a que deux trame : Catwoman VS Méchante et la love story Patience/Fantasme, et les deux sont tellement vide et étirées sur tout le film qu’il est chiant à en crever alors qu’il ne fait que 1h30.

Les combats et les cascades sont très mal gérées car Pitof a préféré tout recouvrir d’effets numériques plutôt que de laisser travailler ses cascadeurs, alors qu’il avait une équipe plus que compétente pour ça. Et le peu de fois qu’il les a laissé travaillé, il a tout massacré au montage, en lui donnant un rythme tellement rapide qu’on ne voit rien à ce qui se passe et qu’on a mal aux yeux a cause des images qui flashent en permanence.

Enfin, le message est complètement foiré, car Patience ne se libère pas par elle même de son statut de femme faible, mais tout simplement par la magie, en obtenant des pouvoirs. Pire, ses pouvoirs viennent avec une autre personnalité qui est trop opposé à celle de Patience. Ce film copie The Mask, mais dans ce film le Mask n’est que l’expression de tout ce Jim Carrey refoule poussé à l’extrême et avec quoi il finit par fusionner, arrivant à un juste milieu entre sa personnalité d’origine et ce qu’il arrive à libérer en lui. Ici ce n’est pas le cas, Catwoman est une criminelle violente et agressive, Patience est une gentille et honnête fille qui a juste de problèmes de confiance en elle. Et au fur et à mesure la personnalité de Catwoman avale celle de Patience qui disparaît. Rien ne la prédestinait à être une voleuse, ou a vouloir s’écarter de la société pour une soit disant liberté de faire le mal si elle en a envie. Il n’y a pas de fusion des personnalités, à la fin, ne reste que Catwoman.

Et surtout, une femme qui se libère, c’est pas juste s’attifer comme une danseuse du Lido et braquer des banques, une femme qui se libère est une femme qui prouve au monde qu’elle peut faire aussi bien et même mieux que les hommes alors que personne ne la croit. C’est Marie Curie qui prouve qu’il peut y avoir de grandes scientifiques femmes, c’est Simone de Beauvoir qui montre qu’une femme aussi peut être un grand philosophe, c’est même cette saloperie de Margaret Tatcher qui devient le premier Premier Ministre Femme de Grand Bretagne, issue du Parti Conservateur et durant les années 70, oui même elle est un meilleur exemple pour les femmes que pourrait être se film.

Donc suivez mon conseil et préférez toujours l’original à la mauvaise copie, allez voir The Mask.

Je suis Evguen et je regarde pour vous des films que personne ne devrait voir. A la prochaine.

 

Un rapide review des SIMS 4.

Par défaut
"Salut~"

« Salut~ »

Cette nuit, de minuit à 8h, j’ai joué aux SIMS 4. Et puisqu’on m’a demandé un retour, j’ai pris quelques brèves notes pendant ma partie. En voici le résultat quelque peu brouillon, avec principalement les quelques nouveautés que j’ai pu noter, en sachant que je n’ai pas encore totalement exploré le jeu.

Si l’interface a été repensée, elle se prend étonnamment très vite en main, au bout de quelques minutes on en a déjà marre de toutes ces cases de tutoriel à cocher. Écoutes moi bien jeu, j’ai joué à tes prédécesseurs depuis maintenant pas loin de 10 ans, alors arrETE DE ME DIRE CE QUE JE DOIS FAIRE. Mais sinon donc oui, ça se prend facilement en main.

Les nouveautés intéressantes que j’ai pu constater :

♦ La possibilité du multitâche. Comme par exemple engloutir son petit dej devant la télé, danser et discuter en même temps, cuisiner et téléphoner, ce genre de choses.

♦ La fonction recherche dans le mode achat/construction (qui ne sont qu’un seul et même mode maintenant). On connaissait la classification par pièces et par fonction, mais la recherche en tapant le nom potentiel de l’objet, ça c’est nouveau. Et c’est bien.

♦ Il existe un temps d’accélération « caché », une fois que tout le monde dors, le temps passe à environ 20minutes Sim/Seconde. Ne fonctionne cependant que la nuit (ou alors ma version bug). Ça s’active également aussi en journée si tout le monde est au travail, mais pas à tous les coups et j’ai pas su déterminer pourquoi. Ce temps d’accélération est inaccessible manuellement, il faut seulement que les conditions requises soient remplies et il s’active en mode vitesse 3.

♦ La possibilité d’utiliser un test de grossesse dans les toilettes par la maman Sim, qui accélère l’apparition du moodlet (bloc indicateur d’humeur si vous préférez). Et ce moodlet reste constamment actif, vous pouvez donc suivre l’évolution par « trimestre » (jour Sim quoi) de façon plus aisée.

♦ Une interaction « allaiter » de la maman vers le bébé. Moi j’ai trouvé ça choupinou. Le bébé disparaît sous un gros bloc de pixels, c’est déjà moins choupinou, mais bon.

♦ La multiplication des compétences, y’en a plein de nouvelles, ce qui n’est pas négligeable.

♦ Et forcement la nouvelle fonctionnalité d’humeur qui permet de débloquer des interactions nouvelles avec les gens ou l’environnement. Mais là je vous en dis pas plus, ça reste à vous de découvrir et puis c’est trop vaste à expliquer.

_

Les nouveautés mi-figue mi-jaurée :

♦ Ça ça plaira pas à tout le monde, mais ce n’est plus un monde ouvert comme pour le 3, mais un monde avec écrans de chargements (courts), dès qu’on se barre du pâté de maison. Moi ça m’arrange parce qu’on passe d’un temps de sauvegarde de +5min (pour les Sims 3), à un délai d’environ 8 secondes (un peu comme pour le 2).

♦ Les Sims ne grandissent plus tous seuls, il faut obligatoirement cuisiner un gâteau et souffler les bougies/gouter le glaçage (oui oui), pour qu’ils prennent un cran. Sauf pour les bébés. Et les femmes enceintes ne peuvent pas vieillir même si elles ont atteint la fin du cadran. Attention, je sais pas si c’est un bug mais j’ai fait vieillir de deux crans mon Sims en soufflant deux fois sur deux gâteaux à 2 min d’intervalle. Je pense que c’est pas normal, mais j’ai du reload ma sauvegarde quand même. Également, si on ne souffle pas les bougies, j’ignore si le Sim reste bloqué sur le même rang d’age. Ma maman Sim est resté 4 jours sans vieillir alors qu’elle était arrivé à la date.

♦ La difficulté accrue pour les enfants et l’école. Il ne suffit en effet plus de juste se pointer en bonne forme, il faut aussi accomplir des trucs divers comme augmenter ses compétences ou faire un câlin à son papa.

_

Les changements nuls :

♦ La disparition des lave-vaisselles et des piscines. Et des pompiers visiblement, mon alarme incendie avait beau sonner et ma cuisine partir en fumée, j’ai du éteindre les flammes moi-même.

♦ Quand les monsieurs vont aux toilettes, malgré le bloc de pixels habituel, on voit le jet de pipi transparent, j’ai pas trouvé ça très classe.

Mais dans l’ensemble moi j’accroche bien, et j’ai bien l’intention d’y perdre beaucoup trop de temps.
Voilà, c’était un rapide tour d’horizon de ce que j’ai pu constater sur 8h de jeu consécutives. Merci bien et à vous les studios!

[EVV #11] Catwoman (2004). 1/2

Par défaut

EVV-logo2

Le petit mot de Petit Kao: Bonjour à tous, et bienvenue dans ce nouvel épisode de « Evguen a vu pour vous [encore un film de merde] ». Après de longs mois de silence dû au fait que j’avais une flemme sans bornes de corriger ses chroniques, le revoilà à nouveau à l’assaut d’une énième daube cinématographique, que j’ai personnellement vu, et dont la vision d’Ev m’a particulièrement enchanté. Accrochez vous à vos chaussettes, c’est parti!

_

Bonjour ! Je suis Evguen et je regarde pour vous des films que personne ne devrait voir. Question ! Qu’est-ce qui arrive quand on met un homme compétent, avec un casting constitué de bons acteurs, pour faire l’adaptation d’un personnage de comic books avec un histoire facile à transposer et un budget suffisant pour faire quelque chose de bien ? UNE GROSSE MERDE !  ET ELLE S’APPELLE CATWOMAN !!

catwoman_poster-large

En 2004, la mode des films de super héros était déjà bien repartie et connaissait déjà ses premiers grands succès, ainsi que ses premiers grands échecs. Le bon coté de cette période où on ne savait pas trop quelle était la bonne recette pour qu’un de ces films marche, plus comme maintenant, c’est que les concepts et les idées pullulaient. De cette soupe d’idée en est sortie une plutôt intéressante sur le papier, sortir un film qui parlerai d’un personnage secondaire d’un grand héros de comic books sans en être un spin-off, mais juste la base toute seule d’une nouvelle licence. Et avouons le : l’idée est originale, encore inédite. Le choix s’est porté sur Catwoman, personnage des plus intéressant de l’univers de Batman, que personne n’osait encore ressusciter, le traumatisme de Batman et Robin étant encore trop présent dans les esprits, qui est un peu le 11 septembre des fans du héros.

Catwoman est en effet quelqu’un d’intéressant à porter au grand écran, personnage féminin le plus populaire de cet univers, forte, indépendante, et ambiguë. Pour ceux qui ne connaissent pas, Catwoman est Selina Kyle, une voleuse de bijoux professionnelle ayant une grande passion pour les félins et les chats en particulier. Catwoman est un des meilleurs exemples de anti-héros, c’est une criminelle oui, est-ce une méchante ? Moui-non-ça-depend-du-moment…. Disons qu’elle n’est pas animée d’intentions maléfiques, elle vole pour son plaisir, par pur goût d’esthète et par défit, une sorte d’Arsène Lupin au féminin. Elle ne manque pas d’argent, n’a pas particulièrement d’ennemis et n’est forcée à rien. Elle se retrouve souvent dans une situation d’antagoniste avec Batman à cause de leurs rôles respectifs de criminel/justicier, bien que des fois coopérant quand le besoin s’en fait sentir, et ont même plusieurs intrigues amoureuses, renforçant leur relation amour/haine.
C’est un personnage intéressant et complexe, avec des motivations pas bien claires, très changeant et sûrement le mieux écrit avec le Joker.

En plus du bon coté pour qui veut en faire un film, il y a déjà beaucoup de matériel pour travailler sur son origine, Voleuse Professionnelle dans le comics, Riche Femme d’Affaire dans le dessin animé des années 90, Folle Vengeresse chez Tim Burton, sans parler de toutes les réécritures du personnage dans les comics. ET IL Y EN A DU MATOS AVEC ELLE !! Elle est présente depuis les tout débuts de Batman, donc les bases de travail ne manquent pas!

Encore une fois voilà un projet qui sur le papier ne pouvait qu’être bon, mais si c’était un bon film ça se saurait et je ne serais pas en train d’écrire un article dessus.
Sans plus attendre voyons donc pourquoi ce chat au lieu de retomber sur ses pattes, s’est vautré dans son caca de la pire des manières ; en nous attaquant à Catwoman !

Personnages : Le rôle de Catwoman a été attribué à Halle Berry, sortant avec succès des deux X-mens et auréolé d’un Oscar pour « L’Ombre de la Haine », c’est déjà pour moi la première erreur de ce film, mettre quelqu’un de déjà très célèbre dans un rôle du super héros. Un film de super héros a pour but de mettre en valeur le héros, un personnage que nous connaissons déjà et c’est pour lui qu’on se déplace. Son acteur doit savoir lui laisser sa place, passer derrière son personnage pour que nous reconnaissions le héros et lui doit le magnifier. Un visage célèbre ne se cache pas derrière le masque du héros, on ne voit que ça et donc nous n’y croyons pas, ce n’est pas le super héros que nous voyons devant nous, mais un acteur célèbre déguisé. Les exemples ne manquent pas, Clooney en Batman, Edward Norton en Hulk, Ben Affleck en Daredevil ou Nicolas Cage en Ghostrider. Encore pire, prendre une actrice qui a déjà joué une super héroïne. Halle Berry c’est Tornade dans X-men, elle s’était faite connaître par ce rôle et je ne me souviens que de ça. Donc dans ce film, je regarde Tornade déguisée en Catwoman, bonjour le mindfuck. (Et ce qui en plus donne deux bons arguments sur pourquoi Ben Affleck ne doit pas jouer dans le prochaine Batman.)

Pour le reste du cast, nous avons Benjamin Bratt dans le rôle de Ken…Pardon de l’inspecteur Tom Lone, ayant joué dans Planète Rouge et Demolition Man, Sharon Stone qu’on ne présente plus dans le rôle de la méchante Laurel Hedare, de Lambert Wilson dans le rôle du Merovin…euh…non ça c’est lui qui pas compris qu’il avait changé de film, et qui devait donc incarner Georges Hedare.

Je suis presque choqué par ce casting, les quatre tête d’affiche sont des gens plus que compétents, ce sont tous de très bons acteurs, c’est du jamais vu depuis le début de mes critiques. Wahou…

Enfin bon, apparemment ça ne suffit pas pour faire un bon film…

Le Film : Catwoman a été réalisé par Pitof (Parce que avoir un vrai nom c’est trop mainstream), réalisateur français, principalement connu pour avoir réalisé Vidocq et être un pionnier des effets spéciaux numérique en France, la majeure partie de sa carrière a été d’être le directeur des effets spéciaux sur beaucoup de films. Il a souvent collaboré avec Jean-Pierre Jeunet, sur Delicatessen, La Cité des Enfants Perdus et Aliens Resurection, ce qui va beaucoup se voir, car il a recouvert tout le film avec une espèce de filtre numérique jaune-orange qui rend un effet très lisse sur la peau de tous les acteurs, intriguant au début et devient de plus en plus dérangeant au fur et à mesure du visionnage. En fait ça va même s’y résumer, il colle du numérique partout où il le peut, que ce soit utile ou pas. Ce ne sont pas de mauvais effets, je trouve en effet que le film a plutôt bien vieilli par rapport à beaucoup de productions de l’époque, mais la plupart sont superflus et gênent la visibilité.

Après un TRÈS long générique qui pompe tellement sur celui de la Momie qu’on se demande si on ne s’est pas trompé de film, on est donc introduit à notre héroïne principale Patience Phillips…. Oui Patience Phillips, pas Selina Kyle, ça commence bien… En fait on va faire simple, vous voyez tout ce qui peut avoir trait au personnage d’origine ? Vous pouvez le foutre à la poubelle, l’héroïne n’a rien à voir avec la Catwoman des comics, l’action ne se passe pas à Gotham City et il n’y a aucune référence à l’Univers de Batman. Le logo DC n’apparaît même pas au début du film et ils ne sont pas dans les crédits à la fin (oui oui j’ai vérifié), je ne sais même pas comment c’est possible. Donc, au lieu de travailler sur du matériel existant pouvant servir à écrire une histoire qui risquerai de plaire aux fans, ils ont décidé de partir sur un tout nouveau personnage et de laisser bosser 3 scénaristes dessus (On sait que c’est toujours une bonne idée), et d’appeler le personnage Patience Phillips. J’adore quand on résume le personnage à son nom plutôt que de perdre du temps à développer sa personnalité. Car oui Patience est une gentille jeune femme, réservée et timide, qui laisse tout le monde lui marcher dessus en fermant sa gueule sans jamais oser dire quoi que se soit.

Bon très bien, vu que les gens qui ont écrit ce film n’ont pas envie de faire d’effort, je ne vais pas en faire non plus et appeler chaque personnage du film par son seul trait de personnalité, Lambert Wilson sera donc Ordure, Sharon Stone sera Méchante et Benjamin Bratt sera Fantasme.

_

Le mot de la fin de Petit Kao: Encore une fois, un article coupé en deux parce qu’Evguen ne fait pas dans le minimalisme! Remettez vous de vos émotions et on enchaine avec la suite et fin de cette chronique d’ici quelques jours! Un peu de…patience! *badum tshhh*