It’s beyond me.

Par défaut

Cette nuit, un fidèle lecteur m’a demandé si j’avais déjà traité de la dépendance affective dans l’un de mes articles. Sujet vaste et complexe s’il en est, je me suis longuement demandé quelle approche employer sur un sujet que je ne maîtrise pas forcément, en écoutant la BO du Rocky Horror, histoire de bien me ruiner le cerveau.

Je pourrais vous parler d’un morceau de ma vie d’il y a quelques années de ça, mais je me souviens justement que mon papa m’a dit de faire gaffe au fait que j’avais tendance à trop me livrer aussi publiquement sur les internets. Mais puisque bien malgré moi j’ai légèrement vécu la chose, je vais poser mes quelques pensées sur le sujet, en crayons mêlés. Et au lieu de m’attarder sur les causes à l’origine du problème, qui sont autant différentes qu’il y a de porteurs du problème; je vais m’attarder sur le déroulement, en gros, et en généralisé.

Parce que la dépendance affective, au même titre que la dépendance tout court, fait généralement des dégâts similaires sur vous et sur vos proches. Au départ simple distraction pour l’esprit, cela peut très vite prendre des proportions dangereuses. Rapidement, il vous faut votre dosage régulier, et vous ne pensez plus qu’à ça. La personne vous manque, et vous la voyez à tous les angles de rue, dans les voitures qui passent, juste l’espace d’un instant dans le coin de l’œil. Mais ça suffit à vous rendre fou. Votre comportement change, vous devenez obsessionnel, et c’est la pente glissante, où vous vous briserez le crâne au moindre faux pas.
Je parle bien sûr dans les cas « extrêmes » hein, mais il n’est pas rare d’être en manque de la personne au point d’en avoir des « idées noires » (joli terme pour cacher les mots qui fâchent). Disons que le cas extrême c’est quand l’idée devient acte. Mais revenons en à nos crayons.

J’ai évoqué dans les lignes précédentes le cas d’obsession suite à une rupture. Mais il est possible que cette obsession intervienne pendant une relation ou en l’absence même de relation. Sur ce dernier point, les « symptômes » sont similaires à la rupture. En revanche l’obsession durant la liaison, je ne peux que me baser sur ce que j’en ai constaté et non vécu. Et de ce que j’en ai vu, la dépendance finit par prendre le dessus sur la réelle connexion entre les deux personnes, et l’amour se consume plus vite qu’à l’usuelle, afin de laisser place à d’autres émotions moins cool. Du genre la jalousie, la possessivité, le chantage, la paranoïa. Du joyeux donc.

Egalement, il existe deux théories qui se confrontent concernant les relations passées. La première et la plus pratique, c’est qu’une fois la connexion rompue, on parvient éventuellement à faire le deuil de sa relation, comme ça, après un déclic aléatoirement placé dans la durée de temps post-rupture. Bref, on cicatrise et on tourne la page.
Pour ma part, je sais que je fonctionne différemment, une fois qu’une personne est un minimum rentré dans un coin de mon petit cœur en mousse, elle y reste pour toujours. Même si la quantité de souvenirs s’efface, comme une vieille photo qui s’abîme, la personne restera présente jusqu’à la fin. Je suis à la limite de l’incapacité de tourner la page. Il faudrait que je ferme le livre, le range dans l’étagère, et foute le feu à la bibliothèque. Mais ce serait probablement violent comme fuite en avant. Bref.

Là où je voulais en venir avec mes analogies foireuses, c’est que, la dépendance émotionnelle, demeure aussi dangereuse que n’importe quelle autre forme de dépendance. Bon, peut-être pas autant, mais en tout cas, faites gaffe à là où vous rangez vos palpitants, quelqu’un pourrait marcher dessus.

C’’était donc une tentative de billet d’après un sujet imposé. Et il y en aurait eu des choses à dire, mais je voulais faire un article, pas une thèse, d’autant que mon approche est déjà suffisamment bancale pour ne pas y rajouter des éléments trop incertains. Bref. Voilà.
Bisou mes petits choux!

_

543546841654

Une réflexion sur “It’s beyond me.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.