Dressed in nothing.

Par défaut

lemon fish

Salut à tous bande de petits pâtés au jambon.
Je constate avec effroi qu’un certain nombre de jours s’est écoulé depuis la dernière mise à jour. Au moins 10, minimum. C’est intolérable! En fait l’explication est relativement simple: devant cette avalanche de qualitay en matière d’articles depuis quelques temps, avec des vrais sujets et tout ça, je ne me sentais pas le coeur à tout gâcher avec mes inepties. Mais au bout d’un moment, vu que demoiselle inspiration, cette fourbe retourneuse de petit palpitant, ne semble pas décidée à me rendre un brin de visite, il faut bien que je meuble, et autrement qu’en gueulant des noms ikea avec un forfait consonne (…pour meubler, badum tshh).

Quelques nouvelles du front pour commencer. Sachez que j’ai un nouvel ordi, enfin, un vrai de vrai, fonctionnel et performant. Il m’a été confié à l’adoption par le copain de Sainte Alixe, que nous nommerons sobrement Chevalier Bol de Riz. J’espère qu’il saura apprécier la blague, ou tout du moins ne pas être offusqué au point de reprendre le bel objet. Bref, pour résumer Chevalier BdR a fait acquisition d’une nouvelle machine de guerre, et plutôt que de laisser son ancienne tour prendre la poussière, il m’en a gracieusement fait cadeau, ou me le prête à long terme, je ne suis pas bien sûre. Du reste, je remercie encore une fois chaleureusement Kali, pour l’offrande du combo clavier/souris, et ai une pensée émue pour Charlie, mon ancien ordi (pas le portable hein, celui encore plus ancien) qui a vu son écran et ses enceintes recyclées pour l’utilisation de Hubert, ma nouvelle tour (j’ai pas choisi le prénom, c’est le problème avec l’adoption). Du coup je suis particulièrement jouasse, puisque je peux désormais jouer à plus ou moins tous les jeux vidéos que je veux et que je possédais déjà en attente d’un meilleur matos. C’est donc chose faite. C’est aussi une des raisons pour laquelle je suis moins présente ici.

Une seconde raison, et une seconde opportunité de donner des nouvelles/raconter ma vie inutilement, c’est que la wolocation a accueillie une nouvelle wolocataire! Je lui ai pas encore trouvé de surnom rigolo, mais je vous tiens au courant dès que j’ai ça en stock. Je ne peux malheureusement pas vous expliquer les circonstances qui ont amené à son arrivée, et de toute façon ce n’est pas pertinent, mais voilà, encore une, en espérant que ça se passe mieux qu’avec la précédente, visiblement adepte du back-stab bien sale. Bref. Je vais pas m’étaler là dessus.

Mais toujours est-il que voilà, j’ai écrit cet article ce matin après une nuit blanche forcée (longue histoire), et enfin, cet après midi, après une bonne demi heure de négociations, nous en sommes arrivées à renommer ma nouvelle colloc…accrochez vous bien… Colonel Munster. L’explication serait trop longue et croyez moi, j’ai déjà zappé pourquoi exactement. Mais voilà.

Sur ces bonnes paroles, je vais terminer cet article ma foi un peu moins bien que les précédents, mais on fait avec les moyens du bord. L’illustration vous est offerte par Hubert, et son random stock d’images. Voilà voilà!

VAZYLA j’ai pas d’idée de titre moi.

Par défaut

Comme vous le savez peut-être, il me semble que je vous en ai parlé; je suis actuellement en formation de remise à niveau dans les matières générales. Et comme je finis ladite formation vendredi prochain, j’ai donc hier passé un des nombreux test de fin de session, pour voir si j’ai progressé. Et l’épreuve de français comportait une rédac à faire, avec deux thèmes au choix. Le premier était tellement nul que j’ai même oublié ce que c’était, et le second déjà plus inspirant, c’était « Qu’est-ce que l’ennui. Comment y remédier?« . Et forcement, je me suis enflammée (combustion spontanée!). J’étais tellement pourrie dans mon auto-satisfaction que j’ai demandé qu’on m’en fasse une photocopie pour (je cite) « mon usage personnel ». Et la prof a eu un vieux fou-rire « ouais, pour vous quoi. Vous vous sentez toujours obligée de formuler de façon compliquée vous, hein? ». Gros malaise donc. Mais j’ai eu ma photocopie, en voilà donc le résultat.


L’ennui.

_

Vaste sujet qu’est l’ennui, un sentiment désagréable qui se crée suite à une succession d’instants de flottement. Un amalgame de vide entrecoupé de silences, le tout enrobé par le néant.

L’ennui se retrouve le plus souvent au quotidien, pendant toutes ces phases d’attente, ces parenthèses entre deux moments d’activité. Que ce soit avant l’heure fatidique d’un rendez-vous, ou encore avant de s’endormir; l’ennui est partout, omniprésent, constamment sous-jacent, prêt à faire surface à la moindre occasion.

On peut essayer de tromper l’ennui, de tenter de le noyer, mais tôt ou tard on se rend compte avec effroi qu’il savait nager. La réponse à la question de comment s’en débarrasser, semble alors évidente, innovante: il faut rester occupé en toute circonstances, ne pas laisser à cet ennemi des plus fourbes, le moindre espacement dans lequel s’immiscer, s’engouffrer et nous y envelopper jusqu’au dernier soupir d’ennui.

Mais au delà de la dimension d’impossibilité que de rester actif sans une seconde de répit, n’est-ce pas un peu risqué? Car si l’on dit de manière figurative d’un ennui qu’il est mortel; cette interminable quête de l’activité permanente nous pousserait à trouver toujours plus d’idées farfelues, dont certaines auraient à la longue un réel aspect dangereux.

C’est donc pour cela que, faute d’une solution efficace contre ce perpétuel ennui, il nous faut apprendre à cohabiter avec lui, à vivre en sa compagnie. Car le réel secret avec l’ennui, c’est que sans lui, nous aurions bien moins conscience de la valeur des instants mouvementés qui pavent le reste de nos vies.

Encensons l’essentiel.

Par défaut

1302202235659

Des fois, les gens j’ai envie de les attraper par les épaules et de leur hurler C’EST PAS BIENTÔT FINI OUAIS ??
Mais je me retiens, par convention sociale je présume.
Alors je veux bien qu’on soit niais quand on est en couple, c’est généralement de circonstance. Mais putain faut vraiment pas vous sentir obligés de me foutre bien sous le nez votre ô combien j’espère, éphémère bonheur. Des fois je souhaite aux gens que leur couple ne dure pas, histoire qu’ils arrêtent de brandir sous mes yeux leur vie intime. Entre les photos, les statuts et les commentaires, ma timeline FB est polluée par le dégoulinant d’amûr. Ça m’fait gerber. J’ai envie de faire parole de scout, et d’enfoncer mes doigts bien au fond de ma gorge, et de répandre bien bruyamment mon déjeuner sur les cheveux des gens.
J’sais pas, des fois j’ai la sensation que dans « vie privée » les gens ils ont pas bien saisi le sens du mot « privé ».
Et là, vous allez me dire « oh c’est bon t’as fait pareil ». Alors de un, j’te permets pas on se connait pas, et de deux, c’est absolument faux. Je n’ai jamais publié la moindre photo de moi et ma compagne de route du moment, en train de nous lécher mutuellement les amygdales. Je suis même restée très discrète sur cet aspect là de ma vie en règle générale.
Alors non, je ne suis pas totalement opposée aux marques d’affection en public, du moment que c’est DISCRET. Les gens qui peuvent pas s’empêcher de se monter dessus, que ce soit dans les transports en commun ou dans la rue, moi ça m’gêne profondément. J’sais pas, la pudeur, ça vous évoque rien? Nan?
Alors oui, un petit bisou de temps en temps, les mains tenues, les regards entendus, ça c’est mignon. Mais l’énorme roulage de patins sonore, là par contre, je suis déjà moins tolérante. C’est pas mignon, c’est indécent.

En conclusion, si vous voulez exprimer à votre moitié combien il ou elle vous manque si affreusement, bah dites lui en privé, que ce soit IRL, comme en ligne. Moi j’me passerais très bien de vos soudaines poussées d’hormones, merci.

Un dîner presque pas fait. #1

Par défaut

Cet après-midi, je suis passée devant une boutique japoniaise. Me souvenant de mon amour infini pour le café en canette, je suis rentrée. Bon manque de bol ils n’en avaient pas pour le moment. Du coup j’ai quand même jeté un coup d’œil dans les rayons, et je suis finalement repartie avec une préparation pour riz au curry, ainsi que du riz pré-cuit à faire réchauffer. Ça m’intriguait alors il fallait que je me frotte à la réalité de cette barquette de riz mou. Bref.

Je suis donc rentrée chez moi, et après moult aventures sur les Internets, il a commencé à faire faim, j’ai donc dû procéder à la préparation de ce rice curry.
Et quand j’ai ouvert la boite, j’ai regretté de ne pas avoir insisté auprès de la vendeuse et son accent à couper au couteau, pour tenter de comprendre ce qu’elle me racontait. Parce que dans la boite: pas d’instructions, juste des petits dessins et des indications en coréen. Merdalors. J’ai donc écumé le oueb jusqu’à trouver le mode d’emploi… sur Amazon (j’ai cherché un jeu de mot sur celui là, en vain). Bref, pour ceux qui seront un jour confrontés à cette boite jaune au design…particulier, voici donc la marche à suivre.

Avoue, t'as déjà plus faim.

Avoue, t’as déjà plus faim.

1) La boite présente une ouverture facile: forcez donc délicatement avec un objet tranchant jusqu’à obtenir son contenu. Faites simplement attention à ne pas éventrer le sachet qui est à l’intérieur par contre.

Ici, deux options.

A) Porter de l’eau à ébullition dans une poêle (la casserole c’est pour les faibles) et y laisser mariner le sachet NON OUVERT pendant trois minutes.
B) Verser le contenu du sachet sur le riz et envoyer le tout mourir au micro-ondes pendant 1 à 2 min (selon la puissance dudit micro-ondes).

J’ai pour ma part choisi l’option A, parce que j’aime me brûler les doigts.

J'ai des assiettes octogonales, vous êtes tous jaloux.

J’ai des assiettes octogonales, vous êtes tous jaloux.

Concernant le riz pré-cuit, il faut juste brièvement soulever l’opercule et faire réchauffer that motherfucker dans votre micro-ondes préféré. Puis retirer totalement le film plastique, ruiner vos lunettes avec le soudain nuage de fumée, et démouler avec amûr dans une assiette propre.

Pour finir, mélangez sauvagement et dégustez le fruit de votre dur labeur culinaire.

Quel est l'enfoiré qui as vomi dans mon assiette?

Quel est l’enfoiré qui as vomi dans mon assiette?

Une remarque tout de même, j’ai pris la version « doux », et franchement j’ai eu la bouche qui me brûlait pendant bien 5 min après que j’ai fini de gameller. Je me dis que la version « super spicy », ta trachée se liquéfie direct.

Le conseil du petit Kao: C’est encore plus le meilleur si vous agrémentez avec de la vraie barbaque, ou du tofu pour les plus vegan-lapins d’entre vous.

Bon appétit & bonne vaisselle!