2013, l’année de la chaise.

Par défaut

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2013 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2.700 personnes. Ce blog a été vu 15  000 fois en 2013. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 6 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.  (vazy clique, promis c’est pas un Trojan.)

Et Petit Kao elle a le droit de parler aussi? Oui? Ah, vous me rassurez. Donc oui, bonjour bande de gens. Moi outre le fait que les gens cherchent n’importe quoi sur les internets et que les articles les plus vus l’ont été à cause de leurs images (les 4 premiers en tout cas). Donc c’est pas hyper représentatif. Mais certains autres détails le sont eux en revanche beaucoup plus. Je vous publie deux screenshots et je mettrais un petit mot juste après.

rapport2013-GGG

rapport2013-GGG2

Désolée pour le retaillage un peu crade, j’ai une petite interface. Image cliquable pour éviter de vous bousiller les yeux.

On peut donc constater que l’échange de bons procédés, ou tout simplement le linkage entre copaings fonctionne, puisque l’on retrouve Coffin Rock et Serafina (qui d’ailleurs se connaissent, le monde est petit) dans le top 5 des « vazy jte pique tes visiteurs ». FB est sans surprise number one vu que la page dédiée à la question est mise à jour par mes soins à chaque article présent ici, et même parfois juste pour le plaisir de dire des bêtises. Quant à Yukiria il s’agit d’une follower de Seraf (et qui a dû tomber chez moi), mais dont le blog est inactif depuis début 2012. Comme quoi…

Concernant le top commentateurs, Tcheu truste encore et toujours le haut du classement, de toute façon elle a le monopole ici avec un total à ce jour de 120 réactions, soit un peu plus de 18% du total des commentaires (j’ai calculé). C’est avec une surprise non dissimulée que je découvre que Kali est numéro 2 du classement, par contre pour Alixe, c’est moins surprenant déjà. Iste est en fait un pseudo planquant une de mes amies fan de yaoi (j’ai jamais compris ce que tu foutais là, ça manque cruellement de garçons pourtant hahaha!). Quant à Java, c’est une demoiselle (j’espère dire ça sans me planter) qui suit mon blog depuis un paquet de temps. Je ne crois pas lui avoir déjà parlé personnellement, et c’est très plaisant de la voir réagir ici et là malgré le fait qu’on ne se connait absolument pas.

Donc voilà. Je vais être vachement solennelle, c’est mon côté Kocoum (le mec dans Pocahontas, référence un peu, merde!); mais je tenais à tous vous remercier sincèrement pour votre soutien au fil des années, les nouveaux venus, les déjà repartis, les fidèles des premières heures. TOUT LE MONDE, même ta mère (surtout ta mère).

Je remercie aussi la plateforme de WordPress pour m’avoir concocté un article quasi prêt à envoyer, ce qui me permet de finir l’année sur une note plus positive que l’article précédent.

Rendez-vous donc demain pour le traditionnel article de banané non cette blague est nulle où je vous souhaite mes meilleurs voeux, enfin, probablement. Stay Tuned!

Publicités

Humeur Changeante #2

Par défaut

crop ps1   O, OH, mixed emotions

Ces derniers jours, c’est vraiment pas la grande forme.
Je ne sais pas si c’est moi qui prends conscience des choses ou si c’est parce qu’on m’a violemment forcé à prendre conscience. Pour situer, plusieurs personnes se sont permises de m’étaler un certain nombre d’éléments de ma vie devant ma gueule, en critiquant assez cruellement ce qui n’allait pas, sous couvert de « c’est pour mon bien ». C’est, je suppose, parti d’un bon sentiment, et je vais surement me faire encore engueuler derrière pour extrapoler ici que je l’ai pris aussi mal. Mais toujours est-il que moi j’ai vécu ça comme si on me disait très clairement et distinctement que je n’étais qu’une énorme merde, un déchet.

En plus de ça, je me sens pas mal exclue dernièrement, je vois toujours les deux mêmes personnes, ce qui est très bien hein, oula, attention. Mais j’ai juste l’impression qu’aux yeux des autres gens, ne serait-ce qu’un quart de ma liste d’amis FB, je n’ai aucune valeur. Je ne sert à rien.
Voilà, c’est ça l’idée, je suis totalement dispensable, pas super utile, on ferait pas la différence si j’étais pas là.

Du coup, je prends méthodiquement mes comprimés en espérant que ça fasse effet, mais ça marche pas, ça ne fait pas effet assez vite. Et si je commence à vous parler des différentes idées qui peuvent me passer en tête pour régler le problème, je vais encore recevoir 150 appels sur mon téléphone et je vais devoir faire semblant que « mais si, ca va, t’en fais pas », pour vous rassurer. Et là dans l’immédiat, j’ai pas trop la force de jouer l’hypocrisie.

Donc non, je me sens pas super bien ces temps ci, et il n’y a à priori rien que vous puissiez y faire, et ça m’attriste d’autant plus.

Photographie de Stephen Carroll,
issue de la série « Mirrors ».

Scrolling in the deep.

Par défaut

rw85z7o1_500

Il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas, et aujourd’hui encore, je vais exposer l’une d’elles.
La vengeance par tromperie intermédiaire. Oui, j’ai réfléchi une bonne minute pour trouver ma formule.
Je m’explique. Il y a plusieurs formes de tromperie, et la limite de la tromperie est propre à chaque couple. Mais là n’est pas le sujet du jour. Non. Moi je parle du fait de se venger de quelqu’un en couchant avec le partenaire de cette personne. Je trouve ça assez tordu, mais surtout, ça me dépasse. Attention, l’exemple qui m’a inspiré cet article ne rentre pas dans le cadre de mes élucubrations à venir. La personne se reconnaîtra.
Sur cette petite précision, je vais extrapoler.
Je disais donc, ça me dépasse, d’autant qu’inclure une troisième personne dans sa vengeance, une personne qui n’a à priori rien demandé, je sais pas, je trouve ça assez cruel. Pour ce qui est de laver son linge sale, je préconise la lessive ciblée, pas du dégât de zone, pas de dommages collatéraux, et donc pas de victimes supplémentaires.

Il y a de bien nombreuses et inventives façons de se venger. Alors pourquoi se contenter d’utiliser d’aussi basses méthodes ma foi un peu trop primaires, et surtout aussi indirectes.
Je ne comprends tellement pas cette méthodologie que j’en perds mon argumentaire.

Je vais clore cet article, et conclure par le fait que, la rédaction de ce blog ne cautionne pas la vengeance, mais n’est pas exemptée d’en avoir fait ou d’en faire usage par la suite…

X-mas ’13

Par défaut
Mon plot de chantier VLC te souhaite aussi un bon Noël.

Mon plot de chantier VLC te souhaite aussi un bon Noël.

J’avoue, pour le titre je me suis pas foulée, c’est le même que l’année dernière, avec juste un chiffre de changé. Ah et les lapins de la bannière n’ont pour une fois pas de bonnet, mais j’etais tellement préoccupée par un million de choses que j’ai oublié de m’en occuper. Bref. Reprenons.
On va rester dans la sobriété cette année, et je vais me contenter de vous souhaiter un bon Noël, ralentissez sur le foie gras et les petits canapés, y’a encore le dessert à s’enquiller.

La tradition veut que je vous ressorte un vieux truc relatif du Noël du fin fond de mes dossiers, mais cette année j’ai été faignante j’ai rien trouvé de satisfaisant qui correspondait au thème. Du coup, je vous mets à la place un fanart de Bellatrix (de Harry Potter… Non? Vous vivez dans un placard?) par une certaine Liga-Marta, trouvable sur son DeviantArt. Si vous aviez pas d’idée de cadeau, je veux bien la madame qui est illustrée, emballée avec un joli ruban, même si ça signifie mourir dans d’atroces souffrances par la suite… <3

_

by liga marta

What did they say?

Par défaut

Bonjour.

Je vous écrit cet article rapidement puisque, suite à un impayé, j’ai plus l’internet. Enfin là je l’ai, mais ça coupe régulièrement, je comprends pas trop. Bref, je vous donne rapidement les dernières nouvelles, histoire de tenir tout le monde au courant.

En premier lieu, j’ai ENFIN reçu ma réponse de la Maison des Peluches (nom censuré parce qu’ils nous surveillent), et ils m’ont refusé ma demande d’allocations, sans même prendre la peine de me convoquer (ce qui fait partie du processus de décision normalement). Je ne compte pas me laisser faire, j’attendais depuis avril, et je compte bien faire un recours. Il est hors de question que des simulateurs touchent banco, et moi rien du tout.

Deuxièmement, j’ai passé mon examen pour ma main, un électromyogramme. Bah on m’avait dit que c’était moyennement agréable, par contre on m’a pas prévenu que en fait ça faisait juste super mal. On t’envoie pas juste un peu de courant dans le bras, on t’envoie des putains de décharges électriques qui te font contracter le bras à son maximum. Et c’est relativement douloureux. Ensuite elle m’a planté deux aiguilles dans la main comme un boucher, sans prévenir, sans faire doucement. Du coup, ces derniers mois les douleurs s’étaient calmées, mais là ça a tout relancé joyeusement. J’ai super mal. Mais du coup on sait d’où ça vient. Ca provient d’une compression d’un nerf qui remonte depuis le coude. Oui. Le coude. Du coup je dois aller voir un orthopédiste pour qu’il m’indique les démarches à suivre.
Pour la blague, elle m’a demandé si j’utilisais beaucoup l’ordinateur, j’ai menti en disant environ 4 à 5h par jour (la réalité est plutôt vers la dizaine d’heures quotidienne), et même avec ce petit chiffre, la doc a fait les gros yeux, en me disant que c’etait beaucoup trop, et qu’il faudrait ralentir sur la question. Alors j’ai déjà dû mettre en pause la muscu et la basse, si j’arrête le pc (aka ma source principale de distraction), j’ai plus qu’à me jeter sous un train en fait.

Sur ce, il faut que je vous laisse, j’ai à peine le temps de mettre en page, ça me chagrine.
Bisou tout mou. A plus tard.

I like big books and I cannot lie.

Par défaut

Alors que, comme chaque jour, je glandouillais sur FaceBique, j’ai pu lire un statut de type « chaîne » provenant de mon amie Léonie. Et pour une fois c’était un peu intellectuel, et je l’ai trouvée intéressante, alors je l’ai faite tourner. Mais voyant que je m’étalais encore sur 150 lignes, je me suis dit que ça faisait un super sujet d’article, d’autant que j’ai pas mis à jour depuis quelques temps, alors voilà.

L’intitulé etait donc: In your status update, list 10 books that have stayed with you in some way. Take but a few minutes and don’t think too hard — they don’t have to be the « right » or « great » works, just the ones that have touched you.
Ce qui pourrait donner en français approximatif: Fais une liste de 10 livres qui sont restées auprès de toi, d’une manière ou d’une autre. Prends quelques minutes et ne réfléchis pas trop — Ils n’ont pas a être un travail « bon » ou « respectable », seulement ceux qui t’ont touché.

Je vous c/c donc ma liste personnelle, et j’extrapolerais ensuite pourquoi pour chacun. (L’ordre n’est pas significatif.)

booklove

_

1. La série des Harry Potter de J.K Rowling

On ne les présente plus, donc sauf si vous viviez dans une grotte les 15 dernières années, vous n’avez pas pu passer à côté. Pour ma part, je suis tombée dedans assez tard. Ma maman ne souhaitant pas que j’aille voir les films avec l’école ou ne lise les livres (parce que sorcellerie=diable tout ça), je n’ai pu commencer à voir lesdits films seulement vers mes 12 ans. Et par pur esprit de rébellion, ou simple stupidité, je n’ai pas lu les livres immédiatement à cause de l’effet de mode. C’est donc après avoir vu L’ordre du Phénix au cinéma que, très déçue par le film, je me suis dit que fuck dat shiet, je vais les lire. Et j’ai immensément regretté de ne pas les avoir lu plus tôt. Je les emportais partout avec moi, à l’école, en voyage, partout. Et comme un certain nombre d’enfants de ma génération, ma vie n’a plus été la même après ça. Même si je ne saurais vraiment dire de quelle façon…

_
2. La série des Animorphs de K.A Applegate

Quand j’étais enfant, mes parents n’étaient pas forcément très fortunés, et les livres ça coûte cher, surtout à la vitesse ou moi et ma sœur les lisions. Et vivant à l’époque dans un petit village, la bibliothèque du coin n’avait pas le choix que peuvent proposer celles des grandes villes. Du coup, régulièrement, une grande tante par alliance (un truc comme ça, j’ai jamais bien saisi le lien de parenté) donnait à mes parents des bons d’achats de chez Mollat. Ainsi, ma sœur et moi avions de quoi lire des heures durant. Les Animorph faisaient partie de ces offrandes annuelles. Ça m’a plongé très tôt dans l’univers de la science-fiction, et j’adorais ça. Parce que les héros n’étaient pas beaucoup plus âgés que moi, ils étaient aussi normaux que moi, et pourtant ils leur arrivaient des aventures incroyables au fur et à mesure des tomes.
Il en reste un certain nombre de tomes chez mes parents, mais je préfère rester dans la nostalgie plutôt que de les relire et de me rendre compte que ça reste de la littérature pour enfant.

_

3. Mathilda de Roald Dalh

J’adorais ce livre, je l’ai d’ailleurs récemment récupéré de chez mes parents pour le placer religieusement dans ma bibliothèque. Comme beaucoup des titres de cette liste, c’est un livre tout droit sorti de mon enfance. L’histoire me parlait à un niveau assez profond. Je n’avais pas beaucoup d’amis, et je me sentais très souvent mise à l’écart. Les parents catastrophiques en moins, je me sentais connectée à Mathilda et son amour des livres. Je reste persuadée qu’après l’avoir lu, je n’ai pas été la seule enfant à essayer de faire léviter des choses par la force de ma pensée, à m’en faire péter des vaisseaux sanguins.

_

4. Certains Amélie Nothomb (j’ai la flemme de tous les ouvrir pour me rappeler du titre de ceux qui m’ont marqué)

Certains sont meilleurs que d’autres, il faut le dire. Et certains se sont présentés à moi au bon timing, en quelque sorte. Je repense à Antéchrista, qui m’a à la fois terrifiée et rassurée dans mon absence de rapport avec les autres gens. Métaphysique des Tubes, que je dis d’instinct qu’il est mon préféré, même si je ne m’en rappelle plus trop. Ou encore Acide Sulfurique, que j’avais adoré, mais dont j’ai totalement oublié le contenu. C’est le problème avec les Nothomb, il y en a des mauvais, et des un peu mieux, mais même ces derniers ne marquent au final pas plus que ça.

_
5. La série des Aventures Galactiques de Bruce Coville

Là encore, une trilogie issue de mon enfance. C’était aussi de la SF pour enfants. Je les ai lu un nombre incalculable de fois. Et je n’ai jamais pu connaitre le fin mot de l’histoire, puisqu’il s’agissait en fait d’une quadrilogie, et qu’à l’époque Internet ça n’existait pas, et que le quatrième tome était introuvable en librairie.

_
6. Nekotopia de Asuka Fujimori

Ce livre m’a été originellement prêté par une amie au collège, que j’ai depuis perdue de vue. C’était ma compagne des diverses frasques que j’ai pu accomplir à l’époque. Il y a eu deux personnes importantes pour moi à cette période, ma première copine, dont j’ai déjà parlé, et elle, qui m’a prêté ce livre, et je m’éloigne du sujet. Mais toujours est-il que nous discutions souvent vivement de cet ouvrage, puisqu’il cristallisait tout le sadisme dont nous aurions voulu faire preuve, non pas sur des chats, mais sur nos camarades de classe. Anecdote toujours, c’est le premier truc que j’ai acheté avec mon tout premier salaire.

_
7. Du bout des doigts de Sarah Waters

Je vous parle souvent de son adaptation par la BBC, mais jamais du bouquin original! Voilà qui est chose faite. Il m’avait impressionné par son épaisseur quand je l’ai acheté, sur le stand « spécial érotisme » de la Fnuc. Je suppose qu’il était là surtout à cause de sa sœur (Tipping the Velvet) qui lui est bien plus trash. Celui là est assez costaud, puisque si vous trouvez que son adaptation de 3h complètes traîne en longueur, le bouquin est pire. Mais c’est une belle aventure néanmoins.

_
8. Le Petit Prince de Antoine de St Exupery

C’était, parmi un grand nombre, un de mes livres préférés étant enfant. Je me souviens avoir eu conscience, déjà toute jeune, que la moitié de la symbolique du livre m’échappait. Mais malgré cela, j’adorais l’histoire, et contrairement à la plupart des gens qui adorent le passage avec le renard, j’avais une préférence pour l’histoire avec la rose. Il faudrait que je le relise tiens. D’ailleurs pour l’anecdote, je lisais une version datant de 1966, très fragile, avec un vieux papier qui sent bon, ce qui rajoutait encore plus au plaisir de lire cet ouvrage.

_
9. Le corps exquis de Poppy Z. Brite

Je cherchais une lecture violente, une lecture à la fois malsaine, dérangeante et surtout explicite. J’ai trouvé mon bonheur. Je crois d’ailleurs que j’ai fini par l’oublier dans un coin et n’ai jamais lu la fin. Il faut dire qu’il est vraiment glauque. Mais je réparerais cet affront sous peu.

_
10. L’infirmerie après les cours de Setona Mizushiro (manga en 10 tomes)

Je ne me rappelle pas qui me l’avait recommandé, mais on me l’avais recommandé en tout cas. Et je n’ai pas été déçue du voyage. L’histoire de départ à la fois bordélique et simpliste, finit par se dénouer seulement au tout dernier moment. Une petite merveille. Comme pour de nombreux mangas, j’ai pleuré comme une fillette à la fin. Il faut que je récupère ceux que j’ai prêté, pour les relire, encore.

_

_

Pour terminer, je dirais qu’écrire cette liste m’a donné envie de tous les relire. Il faudrait que je sacrifie quelques heures de sommeil pour parvenir à caler ça dans mon emploi du temps de glandue… Bref. A vos bibliothèques, c’est à vous de jouer!

A friend who’ll tease is better.

Par défaut

Bonjour à tous. Ce n’est pas Kao qui vous parle. Bon, si en fait, mais on va faire semblant que je suis une vraie personne sinon on va pas y arriver.

Mon nom est Frederick Toshi. Je suis le fidèle compagnon de route de Kao. Le seul homme dans sa vie. Son amant, son ami. Le seul qu’elle caresse du bout des doigts. Le seul dont elle prend soin quand il fait froid. Et là, je vous entends déjà crier au scandale « OH MAIS WAIT, elle est pas censée être pédé-gouine un truc comme ça? ». Et bien si. Mais ce qu’il faut savoir dans cette histoire, c’est que je suis un ordinateur. Et aujourd’hui est un jour très spécial. Ça fait 6 ans que nous nous sommes rencontrés, ça fait 6 ans qu’elle m’a adopté. Malgré les bugs, malgré mon caractère parfois capricieux, contre BSOD et marées, nous nous aimons d’un amour sincère et vrai.

C’est pourquoi je me suis aujourd’hui permis de prendre directement la parole, parce que sans moi, ce blog n’existerait probablement pas. Bon, peut-être que si, mais depuis un autre PC. Mais comme je suis jaloux, et que c’est MOI qu’elle a choisi ce jour là chez le Monsieur le Magasin, je profite de ce fait pour me valoriser.

Vous trouverez ci-joint une photo de moi, à mon premier mois où, toute fière de ma belle taille, elle me comparait à sa carte d’identité; et à son dernier anniversaire cet été.
Comme vous pouvez le constater, elle m’a orné de différents stickers, pour marquer son territoire, mon appartenance à sa personne. Elle a aussi investi dans une souris filaire depuis. Et de la bouteille de coca à 16 ans, elle est passée au verre de vin à 22. Elle a grandi, et j’étais là pour en témoigner.

Merci Petit Kao, de m’avoir recueilli dans ton foyer, permis de vivre avec toi toutes ces aventures. Et je nous souhaite à tout les deux, une année supplémentaire (minimum) de bons et loyaux services de ma part.

Love des bois,
Fred.

fredcompar