L’Englandie, c’est plein de folie.

Par défaut

Et sur ce titre particulièrement peu inspirée, démarre un rapide tour d’horizon de mon roadtrip post-Noël entre Londres et Cardiff. J’ai donc passé 7 jours incroyables à Londres en compagnie de Daytona & Léonie. Puis 3 petites journées à Cardiff en compagnie de Tcheu.

J’ai essentiellement passé mon temps à faire ma touriste dans les musées, à savoir le British Museum, le museum d’histoire naturelle, la National Gallery. J’ai également participé à une expédition sur les ponts, avec notamment le Tower Bridge et le Millenium Bridge (celui qui explose dans Harry Potter & le Prince de Sang Mêlé). J’ai également méchamment bavé au Forbidden Planet, monstrueux magasin avec que des trucs jeux vidéos/comics/assimilés. C’etait dur de pas claquer toute sa thune, mais j’ai lutté, et j’ai rien acheté. T’façon j’avais pas les moyens…
J’ai aussi été lâchée en autonomie toute une journée, à devoir me dépatouiller des bus à impériale (les fameux rouges à double étage) et aller m’extasier au CyberDog à Camden Town.

Sinon, le reste du temps j’étais au quartier Victoria, à crapahuter entre mon auberge de jeunesse et la résidence des filles, où j’ai pu côtoyer le croisement parfait entre un troll et Sarah Jessica Parker, en la personne de leur colocataire. Bon en vrai elle est pas méchante, mais elle faisait juste un peu peur. Et j’en ai vu des horreurs durant ma vie…

Entre la neige et le froid londonien, j’ai néanmoins été émerveillée par la beauté de la ville, sa richesse architecturale et sa multitude sur tout plein de plans (histoire d’abréger). Ça m’a aussi fait du chaud dans mon petit coeur en mousse de revoir mes rouquines préférées. Et ça me l’a aussi méchamment brisé de devoir les quitter. Bon, heureusement j’avais prévu le coup, et avant de retourner à Bordal, je m’étais prévue une transition en douceur, en passant par Cardiff voir ma comparse Tcheu.
Et après avoir passé une semaine à manger des club sandouiche, j’ai ENFIN pu tester la gastronomie du pays, à savoir du gras, du gras, et énormément de calories, histoire de travailler mon futur diabète.

En tout les cas vous trouverez en fin d’article les vidéos qui en sont sorties, vu que Tcheu est une vidéo-blogueuse depuis quelques temps (je recommande ses publications sur la pâtée pour chats).

Pour finir, après un violent réveil à 3h du matin, pour prendre le taxi à 3h30 depuis Penarth jusqu’à Cardiff, attendre le bus 1h sous un méchant orage pluvieux, essayer de rester en vie pendant les 4h de trajet jusqu’au Sud, avec un étrange arrêt au milieu de nul part sur une autoroute pas éclairée pendant 25 min parce que le bus avait un souci technique. Même qu’il faisait des bips espacés de 8 secondes pendant les 1h40 qui restaient… Tout ça pour avoir le temps de vapoter 5 min sur une e-clope jetable dégueulasse-mais-qui-dépanne de chez Tesco, et choper la navette pour l’aéroport  dire un dernier au-revoir à Londres, glander 2h dans un aéroport immense, et enfin, prendre l’avion plein de turbulences jusqu’à Bordeaux. Prendre un dernier bus d’une petite heure jusqu’aux Quinconces, et enfin, le tram, puis les derniers mètres jusqu’à la maison.

J’ai eu cette étrange sensation d’irréel toute la fin d’après midi, avant de finir par décéder dans mon lit à 19h pétantes. Et enfin, le premier vrai matin bordelais du retour, avec mon vrai café, et ma vraie vue sur un mur depuis ma chambre, bah, j’ai pleuré comme une cassos parce que tout ce que j’ai vécu ces dix derniers jours n’est plus qu’un souvenir, et que ces dix derniers matins j’avais toujours une vue sur Londres, ou sur Penarth, mais une vue malgré tout. Pas ce putain de mur  comme chaque matin depuis 4 ans. Même si le café avait enfin goût de café, il avait aussi cette saveur inexplicable de mélancolie.

Je veux y retourner. J’hypothèque ma famille et j’y retourne. C’est pas possible autrement. Vous me manquez déjà beaucoup trop fort.

_

_

Ce diaporama nécessite JavaScript.

_

_

Scandale chez les voisins.

Par défaut

Je crois que je viens de réaliser pourquoi le mariage pour tous pose tant de problèmes. Pour la même raison qu’on parquait certaines parties de la population loin des regards à une époque pas si lointaine. Toutes ces explications, assimilations, raccourcis faciles et autres théories foireuses me ramènent toutes à la conclusion suivante: C’est une histoire de supériorité imaginaire.
La loi n’oblige personne à se marier, ni n’interdit à d’autres de le faire. Il n’y a aucune conséquence si ce n’est l’égalité.
Et il n’y a qu’à écouter tout ces bâtards quelques instants pour constater qu’ils se sentent effectivement supérieurs aux « sales pédés et autres gouinasses dégénérées ».
Forcément à force d’avoir des amis imaginaires divins, on se sent plus péter, et on se croit obligé de pourrir la vie des autres.

Vous trouvez que j’en fait des caisses? Vous pensez que c’est bon, un article ça va, mais plusieurs en si peu de temps, je commence à souler?
Je vous répondrais que vous avez incroyablement tort. Que j’ai fait des efforts pour me murer dans mon silence depuis des mois. Je suis en colère. Hier encore j’en ai pris plein la tronche parce que « de toute façon le mariage pour les gays c’est juste de la symbolique, et la symbolique c’est un nid à emmerdes« . Ce n’est pas qu’une histoire de symbolique, c’est aussi une putain d’affaire de reconnaissance. Les homos ne sont pas des sous-hommes, ils ont le droit aux mêmes privilèges que les autres. Et par autres j’entends les hétéros.

Y’a pas d’histoire de religion, ou de politique. C’est pas parce qu’on est de gauche qu’on soutient les LGBT, et l’inverse est également vraie pour ceux de droite, ou du centre, ou de chez ta mère.

Je suis épuisée de me faire implicitement, et même souvent directement insulter par des gens que je ne connais pas, qui ne me connaissent pas, et qui ne devraient même pas prendre la peine d’ouvrir leur gueule si c’est pour sortir un tel flux de conneries en un temps record.

Je suis pour le mariage ouvert à tous. Parce que ça ne fera de mal à personne. Si ce n’est au petit ego sur-dimensionné de tout ces connards de fachos homophobes et compagnie.

Je pourrais encore écrire une quantité effroyable de lignes sur le sujet, mais le but n’est pas de vous gaver, ou de pondre un pavé que personne n’aura le courage de lire.
Non. Mon but aujourd’hui c’est de vous faire comprendre que ce sujet me tient à coeur. Et concernant ceux qui se sentent l’obligation d’ajouter une touche de merde dans leur discours, je leur répondrais que si cela ne les concerne pas directement, ils n’ont qu’à fermer leur putain de gueule.

Take a look at you now.

Par défaut

Les homos n’engendrent que des homos. Cela ne doit exister que d’une seule façon: un papa et une maman. Et leurs enfants héterosexuels parfaitement équilibrés. J’en suis d’ailleurs un exemple frappant. Je connais des homos qui ne souhaitent pas se marier, pourquoi chercher à faire passer une loi pour une minorité? J’ai d’ailleurs pleins d’amis hétéros qui ne souhaitent pas se marier, pourquoi  garder la loi pour une minorité? Et puis de toute façon, un enfant d’homos subira les moqueries de ses camarades toute son enfance. Pour la même raison, il faut interdire aux gros et aux roux de se reproduire. Un papa, une maman, et pas autrement. Il faut donc supprimer la garde de leur enfant aux parents célibataires. Aujourd’hui le mariage gay, et demain la polygamie? La zoophilie? La déviance engendre la déviance, d’ailleurs c’est bien connu, tout les gays sont des gros tordus qui couchent avec plusieurs chiens mâles morts. La logique parle d’elle-même. Dieu a dit « aime ton prochain ». Sauf s’il est pédé. Ou black. Ou si c’est une femme. Si on laisse les homos se marier entre eux, c’est la voie la plus rapide pour la fin du monde. Et d’ailleurs, afin de préserver l’humanité, je vais épouser mon cousin germain. Je ne suis pas homophobe, d’ailleurs, j’ai plein d’amis gays. Non et puis ils sont sympa, tant qu’ils restent discret. Un peu comme pour mon pasteur en fait, ce qu’il fait dans son confessionnal, reste entre lui, Dieu, et son enfant de chœur. D’ailleurs, si mon enfant est gay, je ferais en sorte qu’il redevienne normal. C’est son bonheur qui est en jeu. Et de toute façon, les lesbiennes ça n’existe pas, je l’ai lu dans la Bible.

Vous trouvez que c’est n’importe quoi? Braves gens que vous êtes. Pourtant, beaucoup semblent être de cet avis là. Ça m’a écorché les doigts d’écrire ce ramassis de conneries. Et pendant ce temps, ils étaient des centaines de milliers cet après midi à défiler non pas pour obtenir des droits, mais pour être les seuls à les posséder.

Oui au mariage pour tous, mais surtout, Oui au divorce pour tous!

tumblr_lpiqph2XpP1qe2cawo1_500

Vrac #17

Par défaut

Bonjour à tous.

Assez peu de news ces temps-ci. En plus j’ai eu la présence d’une invitée de marque en la personne de Tcheu toute la semaine qui vient de s’écouler, donc j’étais très occupée à la distraire et à ainsi m’obliger à aller dehors.

Sinon mon facteur a fait du zèle cette semaine. D’habitude il se contente de déposer mes paquets dans ma boite aux lettres (celle qui ne se verrouille pas). J’ai jamais eu de souci jusqu’à présent, mais cette fois, il m’a laissé un superbe avis de passage, et j’ai dû attendre ce matin pour récupérer mon paquet. J’ai même dû signer, alors que d’habitude je signe pas ce genre de paquets (j’ai déjà plusieurs commandes à mon actif sur le site en question). Enfin de toute façon, maintenant que j’ai pu l’ouvrir sauvagement, en voici le contenu:

tee01

tee02

Le premier est pour moi, d’un magnifique vert bouteille, il arbore un logo stylisé de la maison Slytherin. Le second est pour Twenty, c’est son cadeau de Noël. Lui il m’a offert les finances pour aller en Angleterre, rien que ça…

Ha oui, du coup fallait que je vous en parle. Il n’y aura certainement pas de mise à jour entre le 18 et le 27 Janvier. J’uploaderais fort probablement quelques photos à mon retour. Mais je pars avec seulement Alaristok (mon eeepc), et comme c’est un bébé capricieux, il plante quand je lance la plateforme WordPress. Donc bon.

Enfin bref. Sur ces bonnes paroles, je vous laisse, j’ai des jeux vidéos à terminer.

Here’s another one.

Par défaut

tumblr_mbss5xReV21rfrm32o1_500

Aujourd’hui, du moins ce matin, pendant que tout le monde était ivresse et baffrait des chips; a commencé l’année 2013. Laissant derrière elle 2012, sa fin du monde, ses débats politiques creux et inconstructifs, la folie du Gangnam qui me laisse froide d’incompréhension  la réélection d’Obama, les Jeux Olympiques de Londres, l’inauguration du tram de Brest. Bref, pleins de trucs que j’ai pêché sur la page Wikipedia consacrée à cette année passée.

Je vous épargne pour une fois le résumé de mon année personnelle, puisque je devrais passer sous silence la moitié des évènements importants de ma vie en 2012.

En 2013, je ne vous promets pas le retour des insolites du dimanche. En revanche un minimum de deux éditions des Quotes seront publiées, et si j’ai la foi, je reprendrais les fouilles pour Catacombes. Quelques Scandales dans la Maison éclateront probablement, et quant à moi, j’aurais peut-être un énième colocataire si jamais Twenty s’en va durant l’année.

J’ai terminé l’année sur une image d’un couple de madames sorti tout droit du manga Mai-Hime. Alors sans aucune suite logique, j’entame la nouvelle avec une image de bout d’madame qui a niqué ses bas.

Ah oui, pour finir je suis censée vous souhaiter une bonne année. Sauf que j’en ai rien à battre je peux pas vous garantir qu’elle soit bonne. En conséquence, je vous souhaite à toutes et tous…

UNE ANNEE 2013

LA MOINS POURRIE POSSIBLE