Le meule est bourré.

Par défaut

Alors que je reviens de Narnia, j’ai eu la chance exquise de revenir dans un train, comment dire…plein? bondé? debordant?

C’etait juste insoutenable. Il y avait plus de gens que de places assises, et la SNCF a quand meme vendu ses billets en le sachant pertinemment. J’ai discuté avec une dame dans le couloir, qui me disais que ce n’etait pas la premiere fois que cela lui arrivait.

Pour vous donner une idée de la chose, vous voyez le bout de couloir où il y a les toilettes dans les petits trains de regions? Oui, pas les larges TGV, non, les petit intercités de merde là. Bref, cet espece d’espace de 2m² mal agencé en forme de T, avec des escaliers de chaque coté, et deux portes coulissantes pour finir de cercler le tout.

Nous etions à la fin 8 dans ce micro-espace, avec une quinzaine de valises et sacs divers, parce que bien sur, les connards assis ont laissé leurs bagages dans le couloir, sinon c’est pas drole. 2h30 dans ce putain d’espace clos, avec un connard toutes les 5 minutes pour nous bousculer parce qu’il a pas pensé a faire son caca avant de prendre son fucking train. Et plus le temps avançait, plus les gens et les bagages se rajoutaient.

Et j’ai payé pour ça, et cher en plus, sinon, c’est pas drole.

C’etait tellement le bordel, qu’arrivés à Bordeaux, tout les voyageurs ont été invités a descendre pour prendre un autre train, plus grand et plus spacieux. Par contre moi, je pouvais crever, de Toulouse en passant par Marmande et Agen, jusqu’a mon Bordeaux. Putain.

C’etait juste atroce. On respirait mal, il faisait super froid, on etait ecrasés par les bagages, et coincés debout, dérangés par les baltringues qui allait aux chiottes, et comble, il y avait dans mon carré VIP une petite fille (la pauvre) qui n’arretait pas de pleurer (forcement).

Pour finir, le train a eu plus d’une demi heure de retard, histoire de bien en rajouter une couche.

Je vous ai pris quelques photos pour illustrer le tout. La double c’etait au début, quand on etait encore 4, et que les gens se sont gentiments ecartés pour la photo. A partir de la 1ere heure passée, je me suis retrouvée encastrée contre la porte, photo 2, et enfin derniere photo, quand c’etait le bordel complet a la fin, 5 personnes presentes sur la photo (si si), moi en 6, et les deux derniers encastrés sur le bout de couloir de gauche, hors champ.

_

_

_

_

Pour finir, le titre vient d’une replique sortie ce week end, quand j’ai voulu dire « le moule est beurré », merci cerveau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s