Bilan 2011.

Par défaut

Sur ce titre plutot sobre, et sur une idée inspirée de Seraf, petit bilan de l’année qui vient de s’écouler. Je suis malgré moi obligée de relire mes posts de 2011 parce que je n’ai aucune foutue idée de ce que j’ai bien pu glander cette année.

Au début de cette année, la wolocation recevait en son sein trois membres: Sainte Alixe, Ada-les-bons-coudes, et moi-même, Petit Kao. Ah, et aussi Sookie le rat, qui était encore des notres. Avec également Vinyl-carpette-lapin. Je bossais alors dans une boulangerie industrielle dont je tairais le nom. Et c’etait assez horrible. Ma boss était la crise de la quarantaine incarnée. Prenant conscience que sa vie c’etait de la merde en boite, elle se vengeait allègrement sur moi et mes collegues. Collegues qui d’ailleurs ne pouvaient se piffrer. C’etait pas forcément drôle tout les jours, surtout que j’etais sur-exploitée a base de « tu fais ptet 25h sur le contrat, mais tant que t’as pas fini ton taff, j’en ai rien a battre que tu debauches chaque jour avec 4h de retard non payé ».

C’est aussi en ce meme début d’année que j’ai commencé a me grimer en garçon, avec suffisament d’entrainement pour desormais tenir toute une soirée avec ma ceinture thoracique, qui m’écrase les boobs, et m’empeche de respirer correctement. J’avoue y avoir pris goût, et le fait de me sentir limite plus à l’aise en petit garçon qu’en petite fille, m’a fait me poser de serieuses questions, qui sont encore aujourd’hui sans réponse.

Coté population de l’appart, Morga’mazone et Charlotte-aux-franges étaient également de la partie, mais cette derniere n’est resté que quelques temps, et depuis, plus aucune nouvelle, les gens sont décidement étranges. Morgane elle, est toujours la bienvenue si elle décide de descendre nous rendre visite, à nous, humbles bordelais.

En mars, Sookie rendait son dernier souffle, et nous lui avons meme fait une petite ceremonie d’adieu, et sa tombe demeure encore écrite sur le pont de pierre. J’avais voulu lui faire un enterrement viking, mais on a pensé que foutre le feu a une boite a chaussures au bord de la Garonne risquait de nous attirer des ennuis. Alors nous l’avons simplement laché du haut du pont, regardant la petite boite voguer au loin, les yeux plein de larmes. Peu de temps apres, je perdais mon travail. Super moral donc.

En avril, Bob Saget le canapé rejoignait la wolo-crew, et deviendrait bien plus tard, le terrain de jeu de Verkho-lapin, lui aussi arrivé en Avril.

En mai, Alixe quittait la woloc’, plutot brusquement, et presque de maniere déloyale. Mais nous sommes aujourd’hui en bons termes, alors je ne vais pas m’étendre. Mais une de perdu et une autre de retrouvée, car ce mois là, je faisais la connaissance de Maud, qui elle, me lit depuis pas loin de 5 ans.

En juin, je me décidais a creer un tumblr pour follow. Je n’ai aucun regret. Je tombe tres vite dans l’engrenage des fanfictions, et je n’en suis toujours pas sortie, parce que j’en trouve toujours quelques unes de qualitay, du coup, je ne decroche jamais, et ma liste a lire est longue comme le bras, je suis foutue. Mi-juin, je me tapais une bonne dose de dépression a base de problemes d’argent qui commenceait à devenir ingerables, de remises en question quant à l’avenir, et au passé aussi. Je tombais également dans l’engrenage Mass Effect, histoire de m’evader un peu, et comme j’etais en panne de thunes, je ne pouvais plus jouer à WoW, il me fallait donc une issue de secours, sinon c’etait, pan, ma cervelle sur le mur. La Gay Pride est heureusement venue egayer quelques jours dans ce mois un peu trop glauque.

En août, je reprenais WoW, grâce à la generosité d’une ancienne compatriote de guilde (j’ai changé de guilde depuis). Mon avenir lui, commenceait a se debloquer, j’avais trouvé mon futur actuel travail, mais la santé decidant de deconner, on m’a suggéré un petit séjour par la case hopital, que j’ai refusé d’ailleurs.

En octobre, on m’annonçait enfin mon diagnostic, et meme si c’etait loin d’etre un scoop, la nouvelle fut dure a digerer. La semaine qui a suivi, pour le peu que je m’en rapelle, a été tres dure, surtout au travail, où j’avais constamment envie de m’enfermer dans les chiottes et pleurer.

Pour novembre et decembre, rien de bien specifique ne me revient en mémoire.

Pour résumer, une année pas forcément geniale, beaucoup de questionnement personnel, de déprime severe, de soucis de santé, de problemes financiers assez violents. Mais 2011 c’etait aussi quelques rencontres interessantes, comme Maud ou Minolat, et un ancrage de certaines relations, comme avec Ada, Selene ou Clémence.

Une année plutot mitigée donc, j’ai plus de souvenirs douloureux que joyeux, mais bon, ma mémoire n’est pas forcement une source fiable.

Voila, cet article est plus pour moi que pour vous, mais merci d’avoir lu (pour ceux qui l’ont fait) jusqu’au bout. Je me souhaite une année 2012 meilleure, pas forcément bonne, mais moins pourrie ce sera déjà pas mal du tout.

Sur ce, à le plus.

Publicités