Watch it.

Par défaut

Cette semaine, un DO WANT! que j’aimerais bien en avoir aussi, parce que c’est juste trop cool.

Une montre post-it pour arreter de s’ecrire sur la main. Pour ma part j’ecris generalement sur l’avant bras, parce que ca s’efface moins facilement. Ces petites choses me seraient donc d’une utilité particuliere. Trouvable par bloc de 100 au prix aberrant de 9,80e. Chez Pa-Design.

_

_

_

_

[EVV#5] Conan, le Barbare.

Par défaut

 Le mot de Petit Kao: Evguen vous presente cette semaine un film de garçons, ou alors de filles qui aiment la violence, et les muscles, et le sale, et le…bref, des filles quoi. Pour ma part je n’ai aucunement l’intention de voir ce film, magie des critiques des copains, ca me permet de pas voir de films en connaissance de cause. Sur ce, je vous laisse decouvrir la critique du film Connard le Babar (un truc du style, je sais pas je l’ai pas vu), avec le mec de Game of Thrones dedans, le premier gars à avoir prouvé que porter du khôl, c’est super viril.

_

Conan

_

_

_

_

Cette semaine, ça va sentir l’homme, la sueur, la testostérone, le foutre, le cuissu, le burné, le pwal, la peau de bête, la grosse épée, le grosbill le sauvage, le bourrin LE MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALE Quoi !

En gros, amis du raffinement de la finesse et des soirée thé-petits gâteaux, vous pouvez rentrer chez vous, car nous parlons de Conan le Barbare !

Conan le Barbare peut être considéré comme le premier héros de héroïque fantasy moderne. ET ON VIENT PAS PINAILLER SUR QUI EST SORTI PLUS TOT OU AVEC LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE !! C’est Wikipedia qui le dit et si wikipedia dit que les cochons volent, LES COCHONS VOLENT !

Sinon cette charmante montagne de muscles est un héros inventé par Robert E. Howard en 1932 et il a été décliné sous en tas de trucs et de médiums les plus divers et variés, livres pour commencer, puis comics book, dessins animés, films, série TV, jeux de rôle, jeux vidéos, jeux de plateaux, figurines, strings, visiophones, peintures rupestres, hallucinations, télépathies, holocrons et surtout popularisé à l’écran par Mr Muscles Himself, Arnold Schwarzenegger !

C’est même le rôle qui l’a vraiment popularisé, deux fois il porta la grosse épée et le pagne en 1982 et 1984 dans Conan le Barbare et Conan le Destructeur, deux films devenus cultissimes et étant représentatifs d’un genre.

Et bien cet été est sorti le remake, modestement appelé CONAN un truc plein de promesses si on en jugeait une bande annonce bien musclée et que j’ai enfin pris le temps de regarder. Enfin bon, j’aurai autant bien pu grappiller quelques heures de sommeil plutôt que de me taper ce truc.

Concours de Biscottos!

Synopsis :

Conan, fils d’un chef Barbare cimmérien voit son père tué sous ses yeux étant enfant par Khalar Sing, un méchant guerrier voulant rassembler les morceau d’un masque magique qui lui conferera un pouvoir quasi divin. Devenu adulte et monté pur muscle, il a l’occasion de l’affronter de nouveau et de protéger la prêtresse Tamara que celui ci veut sacrifier. (Oui je sais c’est réducteur, mais c’est du Conan, pas du Truffaut)

Personnages :

 Reprendre le pagne (Pas lavé parce que c’est pour les gonzesses) de Conan après Schwarzenegger n’est pas évident du tout tellement ce personnage reste collé à la peau de Gouvernator et donc le rôle à été refilé à Jason Momoa, une star montante dans le rôle des gros bourrins. Début dans Alerte à Malibu, confirmation dans Star Gate Atlantis et surtout explosion dans la première saison de Game of Throne dans le rôle du très viril Khal Drogo. Grand, beau, musclé, hawaïen, une mec que je ne vois pas trop jouer dans un film d’auteur mais qui peut faire un très bon héros de films d’actions.

Le méchant Khalar Sing est joué par Stephen Lang, le méchant général de Avatar, un CV assez sympa, des allez retours entre le TV et le ciné, des rôles dans les Chèvres du Pentagone, Public Ennemi, les séries New York (Law and Order).

La prêtresse Tamara, la copine de Conan est joué par Rachel Nichols, aie ; GI Joe, Star Trek le Remake, Amityville le Remake, d’accord…Un CV qui parle tout seul…

La fille du méchant, Marique, est campée par une méconnaissable Rose McGowan dont le CV ne se présente plus. Ex-copine de Marylin Manson, la moitié de la série Charmed, Boulevard de la Mort, Planete Terreur, une nana qui n’a depuis longtemps plus rien à prouver à personne.

Présence à noter de Saïd Taghmaoui qui est le second rôle arabe de service de ces dernières années.

Et enfin un second rôle qui a son importance et qui donne son cachet à un casting qui parle de Barbares, c’est le père de Conan, Corin joué par l’immense Ron Perlman, qui restera à jamais l’acteur qui a la meilleure gueule de méchant ou de bourrin de la création et à qui on rend de plus en plus hommage ces dernières années en lui donnant des rôles où il montre aussi qu’il a des sentiments et qui lui permet de montrer son talent. Et ce père-mentor de Conan est un superbe cadeau qu’on lui a fait.

Et c’est ça qui est étonnant c’est que le casting est assez bon, une équipe expérimentée dans le genre et en effet ce ne sont pas eux qui font du mal.

"Je suis cerné par un film de merde!"

Scénario :

 Bon d’accord tenter de faire une analyse un tant soit peut critique du scénario de Conan c’est un peu comme réfléchir sur les influences musicales d’un morceau de Rebecca Black.

Donc en gros un gros sorcier méchant des temps anciens a créé un masque magique super bourrin fait avec des os de nécromants et du sang de vierges sacrifiés, du très classique. Donc le gros méchant sorcier domine le monde jusqu’à ce que ça fasse chier tout le monde et que toutes les tribus cimmériennes se lient pour lui pourrir la gueule, dégommer son masque, le réduire plein de morceau et en garder un chacun, rétablissant un peu de calme de foutoir. Bien entendu quand on bousille un masque magique démoniaque, on sépare les morceaux et on les garde souvenir au dessus de la cheminé pour que le futur gros méchant puisse venir les rassembler. Les foutre au feu pour les réduire poussière pour garantir qu’il ne soit pas reconstruit c’est pas logique…Mais bon c’est des barbares et si ils étaient logique il n’y aurait pas eu ce film…………………………………………………………………….Oui ils sont vraiment cons ces barbares.

Ce truc est censé être en os humains!! Des Humains de quelle planète?!

On arrive donc sur la naissance de Conan avec une césarienne homemade par Papa à coup d’épée (la classe internationale) en plein champ de bataille parce que maman barbare est en train de crever et veut voir son fils pour la seule et unique fois. Çà commence en finesse.

Puis on zappe à l’enfance de Conan où l’on nous montre que c’est déjà un furieux boucher avant même la puberté. On a droit ensuite à l’entraînement de Conan par son père et le forgeage de son épée avec les secrets de la forge sumérienne : Attention attention, c’est technique, il faut…Chauffer et tremper le métal plusieurs fois et le travailler longtemps pour obtenir une bonne épée…

Euh….Oui…Très bien….C’est comme ça que tout le monde fabrique une épée non ?? Putain tu m’étonne qu’ils vivent dans des huttes en plein dans la steppe…

Enfin on a le débarquement du grand méchant Sing qui arrive avec une grosse armée et une pelleté d’acolyte qui ont traînés un peu trop prés de Tchernobyl vu la gueules de mutants que tout le monde se paie. On devine bien vite qu’il est pas venu prendre le thé mais chercher le morceau de masque qui est comme par hasard en possession du père de Conan. Il nous fait une bonne scène de méchanceté et de torture pour faire parler le fameux Corin qui comme tout bon barbare qui se respecte ne dit pas un mot. Finalement débarque Marique, la très creepy fille de Sing, encore gamine pour le moment qui trouve le morceau de masque à l’odorat. Çà valait bien la peine de perdre du temps à torturer papa….

Une fois le morceau retrouvé, le masque est reconstitué, car oui c’était le dernier morceau, comme par hasard. Et pour féter ça et prouver qu’il est vraiment trop trop méchant, il tue le père de Conan devant le gamin impuissant et d’une manière bien sale en plus. Là c’est sur Conan, il a les boules, il a les glandes, les crottes de nez qui pendent.

On est projeté quelques années plus tard, Conan est devenu le colosse qui transpire la testostérone par tous les pores de sa peau, traîne avec des pirates au grand cœur et libère des esclaves durant son temps libre. Pendant qu’il se biture dans un bar, il reconnaît un des acolytes de Sing qui traînait par là, va lui pourrir la gueule dans la prison dont il est le chef et obtient enfin des infos sur le méchant sus-cité. Alors il est devenu encore plus puissant que dans l’enfance de Conan, est à la tête d’une immense armée et se fait même appeler le Seigneur Noir. Et Conan n’a jamais entendu parler de lui…En plus de 10 ans…Pourquoi pas…

Et c’est qu’en plus le sous fifre est bavard, il révèle que le méchant se trouve dans le Temple Caché de Machin Chose où il peut trouver enfin la descendante du créateur du Masque pour pouvoir lui redonner son pouvoir. Il lui dit même où et quand exactement lui tendre une embuscade pour le vaincre. Et ben dit donc il en sait des choses le clampin qui n’a pas parlé à son patron depuis des mois….

"Lady Gaga! Prends garde a toi!"

A partir de là le scenario est fini, Conan envoie bouler ses compagnons pirates pour aller affronter l’armée ennemie au grand complet à lui tout seul et bien sur la garde rapprochée de Sing devenue encore plus laide que la dernière fois qu’on les a vu, ainsi que Marique qui s’est faite agresser par les conseillers image de Marylin Manson et Lady Gaga. Et c’est parti pour la boucherie sans aucune logique, Conan étant super invincible et une course poursuite à travers un pays qui ne doit pas être plus grand que le Luxembourg. En effet Conan est à pied ou a cheval, le méchant quand à lui se trimbale avec une armée entière et c’est lent. Pourtant on se tape sur les trois jours que doit durer l’histoire entre le Temple Perdu, quatre ville, le palais du méchant, un désert, des montagnes, des voyages en mer.

Et bordel, IL A MIT 10 ANS A RETROUVER SA DESCENDANTE A LA CON SUR UN SI PETIT TERRITOIRE ?

Surtout pour se pifrer une prêtresse aussi inutile que insupportable qui théoriquement sait se battre mais seulement que quand il s’agit de taper sur Conan et oublie tout quand il s’agit d’un ennemi, bien entendu.

Et je ne pense pas faire de gros spoiler en vous disant que Sing va capturer la prêtresse, réussir à réactiver son masque(qui soit dit en passant n’a aucun pouvoir visible hormis d’être moche) et que le tout va se terminer par un gros combat où Conan met une grosse peignée à tout ce beau monde. Le pire c’est qu’il garde même pas la gonzesse à la fin. Il préfère partir au soleil couchant sur son cheval avec sa grosse épée. Voilà fin, originalité ? Pas vraiment au rendez vous !

Réalisation :

Alors là on a vraiment le droit à du gros festival dans le n’importe quoi. Alors qui est le tocard qu’on a chargé de réaliser ce machin ?

Marcus Nispel, un gars qui à moins de dix films à son actif dont déjà les remakes de Vendredi 13 et Massacre à la Tronçonneuse et dans ses œuvres perso, il y a Benjamin Gates et Pathfinder, on reste donc dans les films nominés pour la Palme d’Or à Cannes quoi.

Des décors en carton pâte de la plus belle réalisation si nous étions dans le Conan d’origine ou dans un film de série Z mais inqualifiable pour une production de 2011. De la récup de décors de toutes les dernières grosses production de ces dernières année qui enlève toute tentative de logique que le scenario essaye de conserver. Sachant que certain ont l’air d’être récupéré sur les séries Hercule ou les Contes de la Crypte, c’est dire…

Continuons, les maquillages, on est censés êtres dans un monde d’humains alors pourquoi est ce que tant de personnages ont l’air d’orcs, de Huruk-Ais, de Trolls et d’autres monstruosités, avec des dents pointures, des fronts d’australopithèque, des pupilles de vampires et compagnie. Non mais sérieusement ? Quelle est la justification de toutes ces difformités ? J’ai déjà émis un hypothèse plus haut, mais hors délires, ça sert à quoi ? Genre aussi, la gamine Marique là, gamine elle est physiquement, juste un peu flippante, devenue adulte, elle se tape un look super weirdo tout juste sortie du clip de Beautifull People de Marylin Manson avec l’aide du styliste de Pinhead de Hellraiser, pareille sans la moindre justification ou explication que de faire du moche pour le plaisir.

I'm ugly and I know it!

Et quand on se penche vers les effets spéciaux on en est à se pisser de rire, Conan se fritte des momies ressemblant comme deux gouttes d’eaux à celles du film éponyme invoqués toujours sans aucune raison. On a aussi le gros poulpe dont on ne voit que les tentacules parce que ça coûtait apparemment trop cher de faire un corps entier ou alors les graphistes ont du tous êtres payés à mi temps.

Surtout par rapport au fameux masque, vu comment on nous les brise tout le long du film avec son fameux pouvoir qui se résume à se mettre à bouger et se transformer en un casque pour le grand méchant sans avoir le moindre petit pouvoir. Pire encore on nous ressert le gros cliché usé jusqu’à la corde du méchant qui sert de mur porteur à la forteresse du combat final. Oui oui, le fameux temple où se passe la scène finale, la Grotte du Crane, en forme de crane (Oui oui on ne rêve pas) qui se met à s’écrouler quand Conan finit par tuer Sing qui se barre en vrille sans toujours aucune raison. Les mecs, franchement, MÊME DANS LES JEUX VIDEOS ON A ARRETÉ CE TRUC…

Enfin arrivons en au truc le plus mal foutu de tout ce film, oui j’ai gardé le meilleur pour la fin. Le bourrinage super sanglant qu’est ce machin du début à la fin. Du sang, des trippes, de boyaux et des organes à ne plus savoir qu’en faire. Il n’y a que ça, tout le temps, du début à la fin, à toutes le scène à chaque combat, il n’y absolument que ça. Le réalisateur n’a travaillé que ces scènes. Alors oui c’est mine de rien, ces scènes là ne sont pas laides du tout (enfin pour les amateurs de gore dont je fais partie). Mais c’est pas le thème quoi.

On est pas dans un Vendredi 13 où le seul but est bel est bien une boucherie avec le plus de morts différentes possibles. On est dans Conan, un héros mystique et épique , chose qu’on ne retrouve pas du tout dans aucune de toutes ces scènes. On démembre, on charcute, on défouraille à tour de bras, sans aucune finesse, ni âme. Même si ce n’est pas dénué d’esthétique par moment, ça reste surtout un gros fouillis bien sanglant.

Au Final :

La dernière décennie nous a donnée sa floppée de remake ratés, Freddy, la Dernière Maison sur Gauche, Zombie, Amityville, la Colline a des Yeux, Massacre à la Tronçonneuse (Ah tiens, le même réal), Prédator, ect…

Prix de chefs d’œuvres des plus grands du genre, Carpenter, Craven, Argento, Cameron, Milius (le Premier Conan) et bien d’autres. Quand ces génies créaient des films avec des moyens et des budgets qui sont risibles par rapport à ce qu’on peut faire à l’heure actuelle. Ces gens là étaient des magiciens, ils nous ont créé des personnages que nous n’oublierons jamais, pour le meilleur et pour le pire. (Tout dépend de vos rêves la nuit). Maintenant il a aussi un grand nombre de jeunes réalisateurs, qui ont grandi comme nous avant ces films et qui ont voulu leur rendre hommage en les reprenant et le remettant au goût du jour.

Mais quand nous avions affaire à des artistes dans les années 80 pour qui tout ceci passait par la prise de risque, du travail très dur, de longues années pour réussir, là nous avons surtout des producteurs avides de tunes qui donnent ces films à des jeunes gars trop heureux de reprendre ces films, la liberté en moins.

ET BIEN C’EST DE LA MERDE !!! ET REVER DE RETOURNER UN FILM NE JUSTIFIE PAS DE FAIRE LA PUTE AUPRES DE FINANCIERS D’HOLLYWOOD QUI VEULENT SE FAIRE DU FRIC SUR LE DOS DE CHEF D’OEUVRES !!!

Alors par pitié que John Milius foute la paix aux héros des années 80 et qu’il aille faire mumuse sur des daubes genre Benjamin Gates. C’est les films de notre enfance merde, foutez leur la paix !

PS : Je tiens à préciser que j’ai réussi à pondre cette critique sans jamais caler la blague de Connard le Barbant…Et MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERDE !

Step to the music.

Par défaut

Aujourd’hui dimanche, une photo d’archive. Un vieil homme croisé a un arret de tram, avec des prises jack en guise de flubulu decoratifs de cou. NORMAL. On voit meme mes doigts parce que c’est pris en douce. Youpi.

[EVV#4] Green Lantern.

Par défaut

Le mot de Petit Kao: Cette semaine, du vert, plein, histoire de remplir le quota obligatoire dû au titre de ce blog. On se refait pas… Evguen nous fait le plaisir de nous massacrer un autre film de super-heros, c’est un peu son boulot, et cette semaine ce sera Green Lantern, que je n’ai d’ailleurs pas vu, et apparemment, je ne rate pas necessairement un chef d’oeuvre meconnu.

_

_

_

_

Green Lantern


Photoshop vendu séparement.

Pour cette semaine je suis allé me pencher du coté de la concurrence, donc de chez DC et j’ai regardé Green Lantern. Personnellement je suis un gars pur de dur de la Maison Marvel, chez qui j’ai toujours trouvé les personnages plus fouillés, les intrigues plus intéressantes et se trimbalant moins de gros clichés. Quand t’es petit, Superman c’est bien, mais quand tu atteint la puberté, des mecs comme Wolverine ou Iron Man te parlent plus. (Je sais pas pourquoi, mais je sens que je vais pas me faire que des amis là…)

Chez DC, la tradition de vendre ses licences est bien plus ancienne que chez Marvel, surtout grâce à ses deux mastodontes de compétitions que sont Batman et Superman. La toute première apparition du Super Homme sur un écran date d’un dessin animé de quand même 1941. Il faut avouer que c’est old school. Quand à Batman, il est le premier à déflorer le petit écran avec acteurs en 43. Et ces deux regardent de très loin tous les autres super héros du haut de leur piédestal. Ils ont eu le plus d’adaptations possibles et imaginables que tous les autres réunis. Tiens un jour j’écrirais un article consacré à l’historique des adaptations de super héros… Mais là revenons à nos moutons, je commence à digresser.

On parlait de Green Lantern donc, personnage que je ne connais quasiment pas hormis en ayant maté la Ligue des Justiciers quand j’étais petit. J’ai essayé de faire des recherches sur le comics book et j’ai gagné une migraine. Premièrement Green Lantern est une série qui date des années 40, et oui chez DC on donne dans la confection de slips et de collants depuis un moment. Le problème c’est qu’au lieu de ne pas faire vieillir le personnage comme chez tout le monde, eux ils ont pas arrêté de changer de protagoniste. Ils ont été au moins à 5 porter le costume vert, sans compter les adaptations plus ou moins foireuses. Et pour ne rien rajouter au merdier ambiant, quand DC veut expliquer la fin d’un trame scenaristique douteuse, modifier le passé du personnage ou faire disparaître un grand n’importe quoi (Genre les Bat-chien, Super-chat et autre ménagerie des années 60-70. Et si vous pensez que je me fous de vous, faites quelques recherches pour voir.) Donc oui, merde donc, qur quand ils veulent s’en débarrasser, il utilisent à outrance la pirouette de la dimension parallèle, du rêve ou de l’hallucination. ALORS IMAGINEZ LE BORDEL POUR S’Y RETROUVER OU COMPRENDRE QUOI QUE SE SOIT !!

Donc avant de crever d’un attaque cérébrale, je vais me contenter de m’en tenir au film et aux quelques infos générales que j’ai trouvé sur la Lanterne sus-citée.

Synopsis : Depuis la nuit des temps le Corps des Green Lantern protège l’univers grâce au pouvoir de la Volonté (Pitié…). Chacun des membres du Corps reçoit une Bague et une Lanterne, pouvant créer des objets d’une puissance équivalente à la volonté de son porteur. Les annaux choississent ceux qui sont digne de les porter, ceux qui ne connaissent pas la peur.

Quand le plus brave des Green Lantern, Abin Sur est tué par un puissant ennemi dont le pouvoir vient de la Peur (C’est vraiment trop débile à ecrire), l’anneau passe à un terrien, Hal Jordan, pilote d’essai casse cou qui va se retrouver avec la responsabilité de devoir protéger la Terre et même tout l’Univers (Rien que ça oui oui).

Who putain de dieu c’est tout un programme, et le pire c’est que c’est déjà l’idée de base de l’histoire dans le comics. On se demande pourquoi j’aime pas DC…

Personnages : Le premier rôle à été confié à une autre machine élevée spécialement pour être un héros de films bancables, Ryan Reynolds, lire le CV de ce gars c’est comme mater la DVDteque du classique teenager américain attardé qui n’a jamais découvert que le cinéma ça existe pour de vrai. Dans la catégorie films de super héros il a déjà figuré dans de grand chefs d’œuvre, genre X-men : Wolverine (Je ne redirais pas ce que j’en pense), Blade Trinity, ou comment saccager deux bons films en pondant une daube sans nom en guise de fin de trilogie. Je vois aussi qu’il y a un projet de lui faire jouer le rôle de Deadpool dans une adaptation du perso pour 2014. Vu comment, il a massacré le perso dans Wolverine, je prie pour que le projet soit abandonné. Bordel, il n’y avait rien de mieux sur le marché ou quoi ? Ce type à une tête de débile à moitié mongolien, il joue avec la finesse et la subtilité d’un parpâing balancé dans un magasin de vitres et il n’arrive pas à s’empêcher de cabotiner à tout bout de champ en faisant son sourire « T’a vu je suis sexy et cool » toutes les 30 putains de secondes et peu importe le film où il joue !!!!!

Cooking Time! Aujourd’hui: le Cake.

Bon qui d’autre ?

Peter Sarsgaard (je me demande si il y a lien de parenté avec l’acteur qui joue Eric dans True Blood) dans le rôle du méchant Dr. Hector Hammond , un habitué des seconds rôles avec quelques perles à son actifs comme Garden State, Jarhed La fin de l’Innoncence ou Flight Plan.

Dans le rôle de la petite copine qui ne sert à rien à part ralonger le temps de film, Blake Lively, une pièce rapportée de Gossip Girl, qui joue donc la copine useless Carole Ferris.

Et enfin dans le rôle du Leader des Green Lantern, Sinestro (Intente un procès à tes parents gars) Mark Strong, le père mafieux de Kick Ass, tellement retouché aux effets spéciaux qu’on le reconnaît à peine.

Pour les autres acteurs, histoire de bien vous donner une idée d’à quel point ils sont inconnus, même Allociné n’a pas une seule photo d’eux à coller à coté de leurs noms… Oui oui…

En gros pas de quoi se taper le cul par terre pour le moment. A part se demander ce que peut bien trouver Scarlett Johansson à ce gros con de Ryan Reynolds, oui c’est subjectif, mais bordel ce qu’ils ne vont pas bien ensemble ces deux là. Et oui je fantasme sur Scarlett Johansson, que celui qui n’a pas eu une seule pensée cochonne en la voyant me jette la première pierre !

Mais on a pas idée d’avoir une tête pareille!

Scénario : La première chose qui saute aux yeux, vous avez du le sentir dès la critique, bon sang que l’idée d’origine est kitsch et vieillotte ! Sérieusement, le pouvoir de la Volonté contre le pouvoir de la Peur, comme source d’énergie des protagonistes ? Je veux bien que ce soit l’histoire originale, mais bon sang nous sommes en 2011 là, plus dans les années 40 ! Même dans les années 90 ça aurait été difficile à faire passer.

Un petit effort de réécriture n’aurait fait de mal à personne. Rien que là une idée : « Le Pouvoir des Green Lantern n’est limité que par leur Volonté », on zappe d’où vient leur pouvoir et là ça passe à peu prêt. Certaines histoires ont vraiment le droit d’être remises au goût du jour. Les films de super héros ne sont plus des films pour enfants, leur public est de toute generation et a passé l’age des Bisounours et du Pouvoir de l’amour !

L’autre grosse critique que j’ai à faire à ce film, c’est qu’il s’appèlle bien Green Lantern non ? ALORS BORDEL POURQUOI ON NE VOIT GREEN LANTERN QUE 30 FOUTUES MINUTES SUR TOUT LE FILM CUMULÉ !?!

Alors du Ryan Reynolds qui fait le cake et qui se la pète devant la caméra, alors là on en a en veut tu en voilà, c’en est presque gerbant tant il en fait des caisses, mais Green Lantern en action, on le voit à peine. C’est bourré de scènes et d’intrigues inutiles, comme toute son histoire d’amour avec l’autre cruche qui prend une tonne de temps et qui traîne en longueur.

La présentation du personnage Hal Jordan, là aussi ça dure une plombe où on explique qu’il se trimbale exactement la même névrose que Tom Cruise dans Top Gun.

La mise en place du méchant, pareil ça dure super longtemps surtout qu’il y en a deux, le grand big méchant Paralax, qu’on découvre en speed à la fin du film, même ficelle que dans les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent pour nous éviter Galactus. Non au lieu de s’occuper du vrai méchant autour duquel tourne toute l’histoire, on se farce le scientifique humain qui se retrouve avec une portion de pouvoir de la peur et qui devient on sait pas trop pourquoi un monstre. Et ça traîne, ça traîne, ça traîne…

Et l’important en pâtit : Présentation du Corps des Green Lantern et leur planète ? Évacué bien trop vite. Green Lantern faisant le super héros? réduit à son strict minimum.

Mais attendez! Une petite seconde. A quoi il sert cet anneau Jaune qui est créé pour le Green Lantern Sinistro (Putain mais quel nom de merde) pour luter contre le fameux Paralax et dont on ne se sert pas? Allez Hop, petite recherche sur le net ! Oh, mais d’accord, Green Lantern 2 a été signé en même temps que le 1. Donc on a écrit deux scénars pour faire un seul film. Bah tout s’explique, MAIS CA S’EXCUSE PAS !!!

Pourquoi on doit se faire chier dans tout le premier film pour que peut être je dis bien peut être ce soit intéressant dans le 2 !

Ce truc est le grand méchant du film… Oui oui…

Réalisation : Pour une fois j’ai pas trop de quoi râler, ça change. Faut dire qu’il y a une pointure au boulot, Martin Campbell, un beau tableau de chasse : GoldenEye, Casino Royal, Le Masque de Zorro, la Légende de Zorro, Vertical Limit. C’est pas un débutant ni un tocard et le film s’en ressent dans les images. Effets spéciaux léchés, planète des Green Lantern joliment designé. Une scène de poursuite en chasseurs bien que un peu useless mais très belle rien à dire.

Un seul bémol, mais là c’est vraiment personnel, la colorisation des aliens bien trop flashy à mon goût, un peu trop fluo aussi les création des Green Lantern ainsi que le costume. Vraiment trop cartoon pour moi, je suis plutôt un partisan des couleurs plus sombres quand il s’agit de films. Même Spiderman a été légèrement assombri lors de son passage au grand écran, ce qui n’a pas nuit à sa classe internationale.

Bien sur il y a toutes ses saloperies de scènes inutiles qui pourrissent totalement le film et c’est la que ça gâche tout, quitte à rendre le machin totalement indigeste, et les plus belles images du monde ne pourront pas sauver ça.

Mouais, là je suis à cours de trucs à dire…

Quand je trouve un truc bien, je ne trouve pas trop de choses à dire…

Non je suis plutôt une entreprise de démolition, je fais pas vraiment dans le balançage de fleurs, et puis c’est pas ma faute si ce film est pour une fois visuellement intéressant. Tout le monde ne peut pas avoir un réalisateur de navet à son service.

« Elle sert à quoi notre histoire d’amour? – A rien pourquoi? »

Au Final : DC DC DC, ils ne savent décidément pas sur quel pied danser. Ils reprennent Superman, c’est une catastrophe, avec pourtant Bryan Singer qui dirigeait le projet. Ils confient Batman à Nolan, et on tombe sur deux superbes perles, avec un troisième volet très attendu. Là pour Green Lantern ils ont été trop gourmands et ont vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Pour réussir une bonne saga, il faut penser à très bien réussir le premier film. Exemple type, SpiderMan, X-men, Batman Begins, là ils pensaient déjà au 2 avant de réussir correctement le premier. Et donc on tombe sur un truc super bancal, chiant, vieillot. ET DIEU DE MERDE ! ARRETEZ DE REFILER DES TETES D’AFFICHES A CE BLAIREAU DE RYAN REYNOLDS !!!!

I was here before you disappear.

Par défaut

Sur ce titre tres hipster lulz avec de l’anglais incorrect pour la rime, entamons un article avec encore plus de lulz dedans. Une selection tres courte, ni gay, ni green, avec eventuellement des petites references geek, bref, une selection d’images trouvées dans les meandres de l’internet, et qui m’ont fait bien marrer. Vous pouvez bien entendu cliquer pour les voir en plus grand. (ceci etait un article « meublons », merci de votre attention.)

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

[EVV#3] Elektra.

Par défaut

 Cette semaine, l’EVV a du retard, parce qu’on travaille tout les deux, a des horaires carrement opposés. L’EVV paraitra donc dorénavant tout les mercredis. A ma demande, il s’est infligé la vision du film Elektra, qui est au film de super heros ce que les crayolas sont au dessin: ca y ressemble, ca peut meme s’y apparenter de loin, mais faut etre handicapé pour trouver une excuse valable à la gueule du rendu final. Et mes excuses aux handicapés pour insinuer la moindre apparentée a la raclure de fond de frigo qu’est ce film. 

_

_

_

Elektra

_

"Salut j'ai des bras de camionneur lol lol lol"

_

Je tiens avant tout à préciser que la critique de cette semaine n’est pas du tout mon idée, Kao m’a forcé. Personnellement si j’avais eu le choix, jamais je n’aurai re-regardé Elektra. Elektra est un le film sorti directement à la suite de Daredevil, qui fut très mauvais et on a réussi le miracle de faire pire sur les aventures solo de l’assassin ninja grecque Elektra.

Faut dire qu’il fait partie de la fournée de films Marvel de mauvaise qualité sortis à ce moment là où on privilégiait de se payer juste un nom banquable pour l’affiche et on ne mettait de budget sur rien d’autre. Alors allons y gaiement dans la critique de cette bouse de yack tibétain.

 _

_

Synopsis : Elektra, ressuscitée d’entre les morts par un maitre ninja américain (Putain ça commence bien), devient son élève et s’entraîne dans son école de ninja. Bien qu’étant son élève la plus forte, il la renvoie comme une merde car le mal se tapie au fond d’elle. Elle devient donc un assassin (Logique) crainte et redoutée dans toute la profession. Un jour elle reçoit un étrange contrat où elle doit assassiner une fille et son père, mais elle s’attache à eux et se retourne contre ses commanditaires, une organisation criminelle japonaise appelée la Main. Qui bien entendu envoie de nouveaux tueurs à leur trousses, mais ceux ci ont en plus des pouvoirs sinon on est pas chez Marvel.

Mais quel est donc le secret de cette fille et de son père. Pourquoi veut on a tout prix les retrouver et les tuer ? Je pense que c’est lié au truc qu’on nous dit en tout début du film, qui parle d’un Joyau à forme humaine qui va définir la course de la lutte entre le Bien et le Mal. (C’est expliqué comme ça je parodie pas.)

La vache que ça fait original comme scénario tout ça… Et on en est qu’au résumé.

 _

_

Personnages: Il y a une quelques années, quand on faisait un film Marvel, la moitié du budget servait à payer la tête d’affiche et l’autre moitié à payer tout le reste du film c’est pour ça que la qualité laissait toujours à désirer. Dieu merci, il ont augmentés les moyens et les films sont meilleurs. Mais ce n’est pas le cas ici.

La top nana banquable de l’époque c’était Jennifer Garner, qui s’était faite connaître avec la série Alias et qui avait déjà joué ce rôle dans Daredevil aux cotés de Ben Affleck. Elle remet donc la tenue rouge, super discrète pour un ninja assassin. Bon déjà, sachant que cette gonzesse n’a que trois expression faciales différentes, on est mal barré, mais en plus elle est munie d’un duck-face naturel qui ridiculise toute tentative de faire transparaître des sentiments. Normal que sa carrière en reste dans les comédie romantique de seconde zone. Dans le reste nous avons Goran Visnjic, dans le rôle de Marc Miller, le père de la fameuse gamine qu’on veut tuer. Vous vous souvenez de ce gars là, le mec qu’on a fait venir pour tenter de remplacer Georges Clooney dans Urgences, bah pour lui c’est pas gagné. Pas grand chose de folichon dans son CV. Sa fille jouée par Kirsten Prout (On ne se moque pas des noms), qui continue dans des séries de milieu de gamme.

Bonjour, on est les casse-burnes du film!

Terance Stamp dans rôle de Stick le fameux maitre ninja ricain, connu pour avoir joué le Général Zod dans les films SuperMan et plus recement dans Smallville, Wanted, Walkyrie, Max la menace et l’Agence. Du bon comme du moins bon quoi.

Dernier nom qui mérite d »être cité, Cary-Hiroyuki Tagawa, mais si vous le connaissez, il joue les méchants asiatiques dans tous les films depuis au moins 1970. Bah là il joue le chef de Main, l’organisation des méchants, normal quoi.

Pour tout les autres, ils ne méritent même pas qu’on prononce leur nom, tellement tout ce beau monde est inconnu au bataillon. En fait en recherchant d’un peu plus prêt, je me suis rendu compte que presque tout le monde n’a de CV que dans des séries TV, et encore la plupart comme figurants ou seconds rôle. Je suis pas contre le transfert du petit au grand écran, mais là je trouve vraiment que ça fait cheap comme casting, même vraiment d’occaz…

On est trop evils, on a meme une fille avec une enorme paire de boobs.

_

_

Scenario: Ne connaissant quasiment rien à Elektra j’ai été obligé de faire quelques recherches pour voir un peu à qui j’ai affaire. Elle fit donc partie de ces persos que j’appelle « gris » dans l’univers Marvel, les solitaires impitoyable étant vraiment en bordeline avec la loi et la morale. Le Punisher, Wolverine, Deadpool sont de très bons représentants de cette catégorie. Alors déjà, le coup de la ninja americano-grecque ramenée d’entre les morts par un maitre ninja Americain, bah c’est bien ça, comme quoi les idées à la con chez Marvel, ça arrive aussi.

Mais quand dans le comics on montre une femme forte, impitoyable, n’ayant aucune morale, parfois alliée de héros comme Daredevil ou Wolverine, parfois une méchante pure et dure travaillant pour des vilains comme le Caïd ou ayant même son propre clan d’assassins, dans le film elle nous campe une espèce de dépressive bourrée de névroses et torturée par des cauchemars sur sa mère morte quand elle était gamine et en plus affublée d’un sentiment d’ambivalence monstre genre : « Je suis gentille mais je tue des gens pour vivre donc je déprime car je trouve que je suis trop méchante, ect… » Le Bureau des Pleurs c’est la salle au fond à droite merci.

Normal, quand vous vous avez des problèmes psy qui datent de votre enfance et que vous êtes pétés de tunes comme elle, vous n’allez pas voir un psy, c’est trop pour les lopettes, vous devenez assassin, c’est beaucoup plus logique….

Soit dit en passant, je ne me souviens pas que dans Daredevil elle nous bassinait autant avec sa mère morte, ni qu’elle avait des Troubles Obsessionnels Compulsifs , enfin bon, la mort cérébrale ça doit faire griller quelques neurones quand même.

Sinon, pour le reste du scenar ceux qui ont vu une légère ressemblance avec un certain Léon on vu juste, on a droit à pratiquement la même trame sauf que c’est pas Besson qui réaliste, que Jean Reno n’est pas une pétasse anorexique et que la gamine n’a absolument rien à voir avec Natalie Portman.

Soit dit en passant quand dans Léon, le tueur enseigne à sa petite protégée à être une tueuse pour pouvoir se défendre, là on nous vend retournement de situation le plus foireux de tous les temps. Que la gamine était le Joyau on l’avait bien pigé depuis le début, mais quand d’un coup la pisseuse qui hurlait et se cachait à tout bout de champ nous sort une chaîne magique et se met à tabasser les gens à grand coups de prises de kung-fu de la mort, là on pige plus rien. Et l’explication : « Oui mais je cachais mes capacités magiques de fou parce que je savais pas si je pouvais te faire confiance »

Non mais on va où là? Et l’autre cruche de Elektra qui lui dit « Ok c’est cool je comprend » Non elle vient pas juste de passer des jours à manquer de crever et se faire tabasser pour la protéger contre des ennemis alors que la chiarde pouvait en allonger la moitié sans transpirer.

Je suis cachééééééééééée!

Et enfin quand une petite armée de ninja en blanc débarquent pour sauver tout le monde, personne ne s’étonne, surtout quand c’est le fameux maitre ninja américain qui est le chef de tout ce bordel. Et quand on pensait que le scénario n’en était plus à une incohérence prêt, on nous sort la plus belle. Le fameux maitre ninja a viré Elektra de son école plusieurs années plus tôt uniquement pour ce jour. Il a toujours su que son cœur était pur, bla bla. Donc on résume, il l’a virée de son école, l’a poussé à la dépression et au crime pour faire d’elle un assassin dans le but de l’engager pour tuer la gamine sachant qu’elle ne le ferait pas et se mettrait à la protéger…

Bien bien bien, je vais aller pleurer un coup, avaler une aspirine et arrêter là la partie scénario, car je vous jure qu’on a touché le fond du n’importe quoi…

Mince, à oui j’ai oublié de dire que je ne sais quel moyen de transport ils utilisent, mais ça se déplace vite, mais alors très vite dans ce film. On passe de la maison au bord du lac paumé à une grande ville, la campagne profonde, la forêt, un truc qui semble être le Japon à la maison d’enfance de Elektra (Qui si on est logique est en Grèce) et tout ça en moins de deux jours et sans le moindre problème. Non c’est bon là j’arrête je comprends plus rien et les paradoxes spacio-temporels, j’en ai ma dose.

 _

_

Réalisation : Des fois vous vous dites que dans un film tout ne peut pas être mauvais, genre dans X-men: Le commencement et Captain America, la réalisation est pas folichonne mais elle est pas mauvaise non plus, on se dit donc qu’il va y avoir quelque chose à sauver, pour Elektra c’est pareil ?

ET BEN NON !! C’EST ABSOLUMENT DE LA MERDE AUSSI !!!

Confié à l’illustre inconnu Rob Bowman qui n’a a son actif que le Reigne du Feu et X-Files le film, qui a fait tout le reste de sa carrière dans les séries TV, et qui est toujours dedans étant donné que personne ne lui a plus jamais confié un film après Elektra.

Et alors on se retrouve avec un condensé de débilités comme un usage plus que surabusif du ralenti. Mais alors là il y en a tout le temps à toute les sauces, même durant le combat ce qui a la tendance à rendre le film foutrageusement chiant ! On se croirais dans Twilight sérieusement ! Sans compter qu’il s’amuse à foutre des effets L’Oréal dans les cheveux de tout le monde ce qui est la première fois drôle, mais à la longue totalement irritant, et suprêmement ridicule. Sans parler de ce qu’il fabrique avec les couleurs, une horreur, une surexposition constante des toute couleurs vive qui passerait dans le coin, on a l’impression de mater le film sous champignons. Genre la scène de la foret absolument surréaliste avec des feuilles plus colorés tu meurs.

Je sais pas si Mr Bowman a déjà foutu les pieds dans une vraie forêt dans sa vie ou alors si il était sous acide quand il y a été, mais dans une forêt LES FEUILLES NE SONT PAS VERT FLUO !

Je n’ai même pas envie de m’attarder sur les effets spéciaux minables, et vraiment pas chers de ce film, là aussi c’est une catastrophe. Les méchants qui meurent en faisant de la fumée sans aucune raison valable et qui leur donne la sale impression d’être des adversaire de jeux vidéos… Un mec avec des tatouages vivants d’une mocheté sans nom, une nana avec le pouvoir de tuer ce qui est vivant au contact, donc elle fait un génocide de fleurs partout où elle passe. Soit dit en passant vous trouvez souvent un partère de fleurs de plus d’1m20 de haut au milieu d’une foret vous ?

Sinon c’est d’une platitude absolu tout le long c’est chiant à regarder, vraiment, la première fois que je l’ai vu, je me suis endormi devant et même cette fois là au bout d’un moment je me suis trouvé quelque chose à faire car ça été vraiment 1h30 foutue par la fenêtre.

Vous aurez meme droit a une scene lesbienne totalement gratuite.

_

_

Au Final : C’est en tapant cette critique que je trouve que j’ai peut être eu un peu la main lourde sur X-men: Le Commencement. Car ce film est vraiment un condensé de merde et de grosses conneries. Je sais pas si chez Marvel le jour on a décidé faire ce film ils ont perdu un pari ou quoi mais j’ai jamais vu un film de héros aussi minable. Il suffit de regarder le casting quoi. Que des mecs qui viennent de la série TV, du réalisateur aux acteurs principaux, en passant par les seconds rôle. Je répète que je ne suis pas opposé au passage du petit au grand écran, mais sérieusement ! Pas toute une équipe de tournage quand même ! Et on va pas me sortir l’excuse qu’il n’y a avait pas assez de budget, c’est pas Jennifer Garner en 2004 qui pouvait siphonner tout un budget de production, je suis sur qu’elle palpe beaucoup plus maintenant avec ses comédies romantiques. Ou alors le chargé de projet devait détester le personnage.

Non, je ne vois pas d’autre raison de pondre une daube pareil, à ce niveau c’est du sabotage, c’est tout ce qu’il y a dire.

En fait ce film il faudrait faire comme Georges Lucas à fait avec Star Wars Holliday Special: racheter toutes les copies disponibles, interdire sa diffusion partout sur Terre et ne plus jamais en parler pour faire oublier que Marvel a pu donner jour à une horreur pareille. Comment, vous ne connaissez pas Star Wars Holliday Special ? Comme vous voyez que le boulot a bien été fait…

Sur ce, j’ai assez perdu de temps de vie sur ce film et cette critique de merde, je vais aller trouver quelque chose de plus intéressant à faire genre compter le nombre de céréales dans un boite, parce que comparé à ce film, c’est une activité bien plus passionnante.

Halloween 2011.

Par défaut

Article avec une bonne semaine de retard, j’avais gravement la flemme de mettre mon blog a jour.

A ma connaissance, c’etait mon premier halloween costumé, pour ceux qui ne se rapellent pas, l’année derniere j’etais chez mes parents (et meme moi j’ai du regarder dans mes archives). Bref, c’etait une super soirée, à theme Harry Potter, tout le monde avait sa petite robe de sorcier cousuepar les doigts de fée de Kits et Daytona (qui sont des filles, le pseudo ne l’indique pas forcement). Sauf moi, qui avait une robe avec 20cm de longueur en trop, j’ai manqué de me peter la gueule toute la soirée. Bref, j’etais de la team Slytherin, et a part des Gryffondor (on a décidé qu’on les avait bouffé en route), il y avait toutes les maisons. Je suis moi meme arrivée en moldue en debut de soirée, vu que je sortais du travail. Enfin bref, cet article est là pour vous presenter quelques photos, essentiellement de moi, vu que tout le monde ne m’a pas indiqué si je pouvais publier sa trogne sur mon blog, donc dans le doute, je m’abstient. Cette phrase portait presque un record de virgule, bref.

Pour information, j’etais tres exactement le petit ami serpentard de Daytona, et bien que certaines photos pourraient sembler le laisser penser, rien n’a degeneré (a mon grand regret). J’ai fini la nuit incroyablement sobre, et ai meme eu droit a un mini mouse kiss de mon rencard pour la soirée. Ou Brittana kiss pour ceux qui comprendront. Bref. Envoyez les clichés!

(sur quoi, la bonne soirée, et a mercredi pour le dorenavant rendez vous du EVV).

This is the face of the planet.

Par défaut

Pendant tres longtemps (des années meme), j’etais poursuivie par la sensation constante que j’allais crever dans l’année, que ce soit de mes propres moyens ou non d’ailleurs. Et puis, je ne sais pas, j’ai du grandir entre temps (j’ai pris 2cm wouhou), mais cette impression m’a quitté. Par contre, une nouvelle a pris sa place dernierement, que de toute façon, quoi que je fasse, je crèverais anonyme, n’aurais pas de wikipedia a mon nom et tout le tralala. Alors autant faire nimporte quoi, ca n’alterera pas vraiment mon « image de marque ».

Il m’a de toute façon été prouvée avec l’episode de la nana dans les chiottes de la Japex (que j’ai retrouvé depuis), qu’etre reconnue par des inconnus me fait sombrement flipper ma race. C’est pas pour moi. Et ce n’est certainement pas ce modeste blog et sa centaine journaliere de visiteurs (dont 60% de recherches google foireuses) qui me feront acceder a un rang quelconque.

C’est pourtant dans ma nature d’idolatrer les gens en plus, je vois avec Hiki, ou encore Seraf. Et pourtant, j’ignore ce qu’il en est de leur coté question gestions de fans hystero. J’ai jamais pensé a leur poser la question. (bien qu’Hiki ne tenant plus de blog, passe probablement loin de la celebrité que je lui accorde).

En plus, si c’est pour finir comme un Norman ou assimilé, entrer dans le domaine commun et etre surliké par tout les beaufs de la creation, tres peu pour moi hein.

_

_

Ceci était un billet d’humeur, j’avais envie. Le titre vous est proposé par The Subs, et l’image a été trouvée sur Tumblr.

Shave that mustache.

Par défaut

On repart avec du gros DO WANT! Enfin, moi en tout cas…

_

_

Ce premier dimanche de novembre, une thematique gateau. Avec dans l’ordre, un double plat pour deux fois plus de meilleur gustatif, un gateau de mariage goth (trouvé chez seraf), et un gateau de prom queen digne de ce nom. Ou pour feter vos regles, au choix.

_

_

_

 

_

_

_

_

_

_